AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246852137
Éditeur : Grasset (07/05/2014)

Note moyenne : 2.36/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Le 29 novembre 1981, Natalie Wood se tue (accident ? crime ? suicide ?) en tombant du Splendour, le yacht magnifique à bord duquel elle passait les fêtes de Thanksgiving au large d’une île californienne, avec son mari Robert Wagner et leur ami Christopher Walken.
Géraldine Maillet imagine les dernières minutes de la vie de cette actrice super-star de Hollywood, consacrée par La Fureur de vivre et West Side Story, dont la carrière a commencé à décliner à la fi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Florel
  06 juillet 2014
Le seul hic à cette lecture c'est que je ne connais pas la vie de Natalie Wood, et même en cherchant sur le net je n'ai rien trouvé pour m'aider à la compréhension de ce livre, du coup je vais juste m'appuyer sur le livre pour écrire cet avis, donc si la vie de Nathalie Wood n'est pas exactement ça veuillez m'excuser ce n'est pas de ma faute.
Cela fait, on peut commencer !
Alors avant toute chose je tiens à dire que ce livre est… étrange. Tout d'abord parce que l'auteure a donné à Natalie Wood une espèce de don de prescience, qui fait qu'elle se méfie de l'eau comme si elle savait que ça allait être sa mort, et ensuite parce qu'elle a doué Natalie Wood de folie, mais une folie froide, destructrice, caustique, suicidaire, dangereuse. Alors je ne sais pas si elle était comme ça sur la fin de sa vie, mais en tout cas là ça a son effet sur le lecteur, qui a juste l'impression de lire le journal d'une paumé ou d'une folle. Vraiment je sais pas trop, mais si Géraldine Maillet voulait surprendre elle y est arrivée ! Dans ce livre Natalie Wood est typiquement le personnage, insatisfait, dégoûté, désabusé, dont les nerfs sont à fleur de peau. C'est vraiment la souffrance incarnée, qu'elle exprime par la méchanceté et son côté insupportable qui titille la patience des gens à l'excès.
D'ailleurs l'écriture n'est pas étrangère à cet effet. En effet les petites phrases, l'ambiguïté des propos, l'étrangeté des gestes et des paroles, les images utilisées, le ton cassant, aide vraiment à exprimer la souffrance et à surprendre, et je pense honnêtement qu'au-delà du personnage l'écriture fait absolument l'histoire. le style est mordant à la couleur rouge sang et le ton est au désespoir. L'écriture fait vraiment ressortir la colère du personnage, et ça ce n'est pas donné à tout le monde, bien que ça surprenne au début.
Bon malgré cela, ce livre n'est pas un coup de coeur pour autant, et ce pour deux raisons. Premièrement la présence trop nombreuse de notes en bas de page, qui cassent le rythme de lecture malgré leur utilité. Et deuxièmement les répétitions. Je trouve qu'on tourne un peu trop en rond, d'ailleurs le fait que ce livre ne fasse que 150 pages est une chance, car plus ça n'aurait pas été possible. Personnellement je me serais vite lassée.
En résumé, un style percutant, un personnage insupportable et touchant, à lire si vous aimez les livres qui sortent de l'ordinaire.
Lien : http://voyagelivresque.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
beeshop
  30 août 2016
De Nathalie Wood je ne connaissais que sa mort tragique sur laquelle pèse des soupçons et son rôle dans West Side Story. J'espérai en découvrir plus sur cette femme à la lecture de Splendour de Géraldine Maillet.
Splendour est le nom du yacht où Nathalie vécue ses derniers instants avant de disparaitre dans les flots. le procédé narratif de ce roman est très intéressant. L'auteur alterne les chapitres sur le bateau le 28 novembre 1981, dernier jour de vie de Nathalie, et le 29 novembre 1981, dans l'eau, durant sa noyade. Chaque chapitre indique l'heure et la température extérieure pour le 28 et de l'eau pour le 29. Durant les chapitres datés du 28 nous parcourons la vie de Nathalie, durant ceux daté du 29 nous partageons ses derniers instants, sa lente agonie et son introspection sur sa vie et son destin.
Nathalie était une femme jolie mais au physique ne correspondant pas au standard de la star de l'époques : Sophia Loren et on sent à la lecture une véritable souffrance face à cela. Elle est, elle aussi, une star mais elle n'est pas glamour. Elle n'a pas l'image de la sagesse sur papier glacé. Elle est la débauchée, l'instable, celle qui boit, fait des esclandres, à une vie sexuelle connue de tous et débridée.
Ce 28 novembre 1981 sur le Splendour il y a son mari, son amant du moment et le capitaine du navire, ancien amant. La relation avec son mari est trouble et en même temps magnifique. Il semble aimer cette femme plus que tout et en même temps la regarder comme une femme perdue et en train de sombrer définitivement. Une sorte d'apostrophe au drame du lendemain. L'alcool coule à flot, Nathalie, qui avait très peur de l'eau est-elle tombée ? A-t-elle été jetée à l'eau ? La n'est pas la question. Les doutes planent depuis bientôt 35 ans.
L'auteur nous narre son enfance avec une mère d'une dureté folle, qui vivait à travers sa fille ses propres rêves de gloire. Sa soeur formatée à vivre dans son ombre et à devenir son double en cas de malheur. Ce qui m'a le plus touché est la relation avec son père (trop rapidement survolée par l'auteur). Une relation d'incompréhension, de tristesse et d'instant manqué.
Je suis tout de même restée sur ma faim, le livre focalisant principalement sur son comportement avec les hommes, ses multiples relations, sa destruction par le sexe. J'aurai aimé plus d'introspection, d'analyse. L'auteur évoque de nombreux passage de sa carrière, ses relations avec les acteurs, les producteurs, le milieu du cinéma des années 60, 70 mais en restant souvent superficiel. Beaucoup de note de bas de page auraient méritées d'intégrer directement l'ouvrage car on sent à l'écriture une véritable passion pour le cinéma américain et l'histoire de ceux qui l'ont fait.
Lien : https://mespetitesidees.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mackam
  25 décembre 2014
Un fait divers passionnant mais pas du tout servi par ce récit. Nathalie Wood est décrite comme une femme écervelée, nymphomane et vulgaire et même si l'auteur tente de nous raconter ses souffrances, le lecteur ne ressent aucune empathie pour cette femme. Ce récit alimente tous les clichés du show business à Hollywood : drogue, sexe, argent... Certes, l'auteur semble vouloir les utiliser pour servir des "effets" d'écriture mais au bout du compte, on ne ressent rien ...
Commenter  J’apprécie          40
brinvilliers
  11 août 2014
Les dernières heures de Nathalie Wood nous sont racontées dans ce livre, et l'on découvre qu'elle n'a jamais vraiment été heureuse. Une jeunesse pertubée par la violence de sa mère qui veut qu'elle devienne célèbre. Les rencontres et les relations amoureuses avec les hommes la pertubent. Il en reste qu'on ne sait toujours pas si sa mort est accidentelle ou non . Un livre bouleversant sur une très belle actrice et sa vie cahotique. Difficile de lui envier son succès.
Commenter  J’apprécie          30
Missgolfy
  13 septembre 2016
Après avoir entendu des critiques très élogieuses à propos de ce livre et étant intriguée par la fin tragique de Natalie Wood, c'est avec empressement que j'ai acheté ce livre.
Et c'est avec autant d'empressement que je l'ai lu, non pas par passion mais par envie d'en finir au plus vite!
Pensant que ce livre racontait, de manière romancée, la vie de Natalie Wood, j'ai été déçue car il en va tout à fait autrement. Il s'agit de la manière dont l'auteur imagine les dernières heures de la star.
Si au moins le style d'écriture me plaisait, cela aurait pu sauver les meubles, mais pas du tout! Des phrases sans verbe, parfois de simples mots formant une phrase. Cette écriture moderne, de manière générale, me déplaît profondément et me laisse un goût d'inachevé, tout comme ce livre...
Heureusement qu'il n'y a que 151 pages!
Cela aurait pourtant pu être une belle découverte
Lien : http://clubdesliseuses.blogs..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
brinvilliersbrinvilliers   11 août 2014
- T'es vraiment belle, tu sais.
- Tais-toi ! Tu vois bien que çà sert à rien que tu me le dises.
- Oui mais il faut vraiment que tu le saches.
- Ta gueule RJ ! On dirait que tu remontes le moral d'une pauvre femme qui n'en a plus que pour quelques heures.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2015
Je vis dans le mensonge, la reine de la dissimulation, je te cache tout, la vraie couleur de mon âme, mon odeur quand je mouille, ma bouche aimante, ma vie nébuleuse. Et toi, tu fais comme si tu savais, comprenais… Tu te cognes à mon opacité. Tu m’aimes mollement et tu me hais tièdement.
Arrête de me fixer comme un douanier. Fouille au corps, aux yeux… baisse le regard.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2015
Il me scanne en pensant à la Monroe. Il remonte le long de ses courbes douées pour infliger du désir, son décolleté pigeonnant et si ambitieux, sa bouche aux vingt nuances de rouge, ses yeux plus lumineux que la lumière et plus sombres que la pénombre et rendant l’air autour autant irrespirable qu’exceptionnel, ses cheveux décapés au peroxyde d’hydrogène.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2015
Ma vie a été une chasse et c’est moi qui me suis tuée. J’ai tout laissé dans la bataille. Mon mètre cinquante-deux dans sa peau diaphane, mes yeux éblouis, fatigués par les spots, cernés par les insomnies, déchiquetés par les superlatifs, mon cul minimaliste sur les tapis rouges, ma taille de guêpe sans dard, ma moue paradoxalement sage, mes manucures soignées, puis rongées qui tracent des pointillés de dope, mon insouciance dans des rasades de gin, mes pommettes dans des shots de vodka, les caresses épisodiques des barbituriques…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2015
Quand la fausse vie prend des allures de vraie vie et nous, on devient un fond sonore rassurant ou exaspérant selon les moments. Finalement, je suis aussi une addiction. Ta plus grande addiction, qui sait ! Ton addiction à ton envie de vivre autre chose. L’autre chose est interchangeable, pas moi.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Géraldine Maillet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Géraldine Maillet
Géraldine Maillet - J'ai vécu de vous attendre .Géraldine Maillet vous présente son ouvrage "J'ai vécu de vous attendre" aux éditions Grasset. http://www.mollat.com/livres/geraldine-maillet-vecu-vous-attendre-9782246801856.html Notes de musique : "Island Universe" by Immaculate Emotion Engines (http://blacklanternmusic.com/oneartist.php?id=40)
autres livres classés : hollywoodVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
452 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre