AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sayd Bahodine Majrouh (Éditeur scientifique)André Velter (Traducteur)
EAN : 9782070736003
140 pages
Éditeur : Gallimard (03/06/1994)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Dans les vallées afghanes, dans les camps de réfugiés du Pakistan, les femmes pashtounes improvisent des chants d'une extrême intensité, d'une foudroyante violence.
D'où le nom de landay qui les désigne et qui signifie : " le bref ". Cette forme poétique limitée à deux vers compose en fait un instantané d'émotion, à peine plus qu'un cri, une fureur, un coup de dague entre les épaules. Car ce poème très scandé dit l'amour, l'honneur ou la mort et toujours à tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Vianna
  21 février 2014
La révolte des femmes afghanes et plus précisément pashtounes contre la domination masculine s'exprime à travers les landays, rassemblés dans cet ouvrage. Les landays sont de courts poèmes improvisés souvent chantés, qui évoquent avec force, rage, sensualité, l'amour, l'honneur et la mort.
Jusque dans les années 1978, soit avant l'invasion Russe,dans la communauté pashtoune les femmes sont asservies, opprimées physiquement et moralement,réduites à un travail d'esclave entre les corvées domestiques et « l'élevage des enfants » toujours nombreux. La mortalité infantile est importante et il est préférable de ne pas trop s'attacher aux enfants. Les filles sont promises dès leur plus jeune âge à un homme« le petit affreux » soit plus âgé soit encore enfant.
Face à ce carcan ancestral deux alternatives possibles: le suicide ou le chant comme un défi,comme un cri de liberté et de dignité. Bravant les interdits, au péril de sa vie, la femme pashtoune clame son désir , ne craint pas de choquer, de scandaliser les hommes et va même jusqu'à les provoquer dans leur virilité.
« Hier soir j'étais près de mon amant, ô veillée d'amour qui ne reviendra plus!
Comme un grelot, avec tous mes bijoux, je tintais
dans ses bras jusqu'au fond de la nuit. »
Patiemment le poète et philosophe Sayd Bahodine Majrouh a collecté et transcrit ses nombreux poèmes. Il a été assassiné en 1988.
Un bel hommage aux femmes victimes de dogmes d'un autre temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
IreneAdler
  27 juillet 2013
Extérieurement, elles sont soumises, reléguées au fond de l'arrière-plan. Intérieurement, elles sont libres, sauvages, passionnées. Pour s'exprimer, les landays, 2 vers de 13 et 9 syllabes. Toujours oraux puisqu'elles ne savent ni lire ni écrire.
L'auteur, résistant à l'occupant soviétique et assassiné à Peshawar en 1988 par les futurs maîtres de l'Afghanistan, a parcouru le pays puis les camps d'exil pour les enregistrer et les transcrire. Si les thèmes changent après le début de la guerre, la fougue, la rage et la tristesse sont toujours là. Indomptables.
La force de ce recueil vient bien sûr des landays qui y sont retranscrits mais aussi par l'analyse qui en sont faites. Surtout lorsque l'on sait que la place des femmes dans la campagne afghane est plus que minime malgré leur travail d'esclave. Que les hommes sont plus qu'accroché à leur honneur. Et qu'un homme, cultivé, universitaire, juge ces poèmes importants, dignes d'être compilés. C'est grand, c'est beau.
Commenter  J’apprécie          100
mediatheque_lisieux
  03 mai 2014
Mis en avant par le fascinant Atiq Rahimi (prix Goncourt en 2008 pour son superbe "petit" roman Singué Sabour- Pierre de patience), le très puissant recueil de poésie des femmes pashtounes le Suicide et le Chant lève le voile sur leur force créatrice pour se libérer, le temps de ces courts poèmes - ils ne pèsent que deux vers - , de l'oppression des hommes et de l'inhumaine condition de la femme en Islam.
La 4e de couverture nous précise que ces poèmes, très scandés, disent l'amour bien sûr (même en plein camp de réfugiés au Pakistan), tout autant que l'honneur et la mort.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
IreneAdlerIreneAdler   25 juillet 2013
Aussi nourrit-elle [la femme pashtoune] son image de ce qui ne peut lui être interdit : la nature qui l'entoure. Elle est simple et sans complexité, comme le dessin des plaines nues. Elle est pure, limpide, et impétueuse, comme les torrents des vallées rocheuses. Elle est belle, imposante, et dure, comme la montagne aux reflets bleus de l'Hindoukouch.
Commenter  J’apprécie          70
ViannaVianna   15 février 2014
Viens et sois une fleur sur ma poitrine
Pour que je puisse chaque matin te rafraîchir
d'un éclat de rire.
Commenter  J’apprécie          100
ViannaVianna   12 février 2014
Mon cœur m'a dit: " Je n'y suis pour rien,
Ce sont les yeux qui regardant m'ont rendu amoureux."
Commenter  J’apprécie          110
ViannaVianna   19 février 2014
Je me suis faite belle dans mes habits usés,
Comme un jardin fleuri dans un village en ruine.
Commenter  J’apprécie          110
ViannaVianna   24 février 2014
Sur la terre natale, les gouttes du sang des martyrs
Sont les tulipes rouges du printemps de la liberté.
Commenter  J’apprécie          90

Dans la catégorie : Littérature iranienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature iranienne (39)
autres livres classés : afghanistanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3790 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre