AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sabrina Nouri (Traducteur)
EAN : 9782070416745
96 pages
Éditeur : Gallimard (04/03/2010)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 183 notes)
Résumé :
Un pont, une rivière asséchée dans un paysage désolé, la guérite d'un gardien mal luné, une route qui se perd à l'horizon, un marchand qui pense le monde, un vieillard, un petit enfant, et puis l'attente. Rien ne bouge ou presque. Nous sommes en Afghanistan, pendant la guerre contre l'Union soviétique. Le vieil homme va annoncer à son fils qui travaille à la mine, le père du petit, qu'au village tous sont morts sous un bombardement. Il parle, il pense : enfer des so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
TerrainsVagues
  02 juin 2017
Kaboul avant-hier, attentat au camion piégé, 90 morts. Kaboul aujourd'hui, manifestation, la police tire à balles réelles, 4 morts. Kaboul 1979 – 1989, occupation Russe, guerre, entre 850 000 et 1 500 000 civils tués.
Il est des lieux où il faut bien se rendre à l'évidence, ce que certains nomment « dieu », a déserté.
L'Afghanistan fait partie de ces endroits abandonnés aux guerres entretenues pour des intérêts stratégiques, économiques, religieux.
C'est dans la période d'occupation Soviétique qu'Atiq Rahimi nous emmène. Il nous fait partager quelques heures de la vie de Dastaguir, vieil homme parti retrouver son fils Mourad, travaillant dans une mine de charbon, pour lui annoncer la plus terrible des nouvelles qui puisse être, la perte de sa famille dans le bombardement de son village par les Russes. Seul survivant, Yassin, fils de Mourad devenu sourd à la suite du bombardement.
Terre et cendres, poussières d'éternité, débris d'amour, des bris de vie. L'écriture d'Atiq Rahimi est tout simplement remarquable. Pas dans le sens littéraire (je n'ai aucune compétence pour juger de la qualité littéraire d'un texte, des spécialistes sont là pour disséquer, commenter, analyser et le font très bien) mais dans le ressenti. En tournant les pages, j'ai eu la main tremblotante de Dastaguir, j'ai eu le regard triste se frayant un chemin vers la lumière à travers les paupières mi closes du vieil homme, j'ai eu l'aride du front accablé par la douleur, l'alarme à l'oeil celle qui prévient qu'une goutte de vie va venir mouiller le cil, la gorge sèche et nouée par l'émotion.
Un huis clos entre une dure réalité et des souvenirs mêlés de rêves et puis ces questions qui se bousculent sur l'attitude à avoir avec son fils, dire ou ne pas dire, le voir ou renoncer au dernier moment pour l'épargner quelques temps encore, ne pas être le messager du malheur.
Et puis il y a Yassin qui ne comprend pas pourquoi les Russes ont pris les bruits et les voix des vivants.
Ce livre est bouleversant, si fort en ressenti…
Atiq Rahimi a adapté son livre au cinéma et obtenu le prix « Regard vers l'avenir » au festival de Cannes en 2004. Pas vu et pas certain d'avoir envie de le voir tant je reste sur une impression d'une puissance qui risquerait d'en pâtir.
Dis madame Babélio, dessine moi une sixième étoile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4612
cicou45
  15 novembre 2014
Lu dans le cadre du prochain club-lecture de la médiathèque auquel j'appartiens et dont le thème est celui des éditions P.O.L, j'ai eu une merveilleuse surprise en découvrant cet ouvrage vers lequel je ne me serais probablement jamais penché...et pourtant, le lecteur découvre ici une histoire bouleversante !
Nous sommes en Afghanistan, dans un petit village qui vient d'être bombardé et les habitants massacrés par l'armée soviétique, à l'époque où les deux pays étaient en guerre. Dastaguir, notre narrateur, vient de voir sa femme, sa bru et l'un de ses fils mourir sous ses yeux. Cependant, il se doit de partir du village car il lui reste une terrible mission : annoncer cette terrible nouvelle à Mourad, son autre fils qui travaille actuellement à la mine en emmenant avec lui son petit-fils Yassin, qui est devenu sourd suite aux terribles bombardements. Comment déclamer devant la chair de sa chair l'indicible ? Comment lui donner la force de continuer à vivre après un tel drame ? Dastaguir, devant son immense tristesse n'en sait rien. Il est perdu et marche résolu à se rendre à la mine mais aura-t-il réellement le courage d'aller jusqu'au bout ?
Un roman poignant, déchirant même, avec des phrases très courtes, comme lorsque l'on voit la mort arriver devant soi et que l'on ne peut rien faire. Une lecture que je ne peux que fortement vous recommander en vous prévenant cependant que vous n'en sortirez pas indemne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
Under_the_Moon
  23 octobre 2014
Après avoir lu Syngué Sabour à sa sortie , j'avais hâte de retrouver la plume d'Atiq Rahimi, et je n'ai pas été déçue du voyage.
Quel plaisir de retrouver cette langue à la fois très retenue, poétique, pleine de silences et d'émotions !
Le narrateur interpelle sans arrêt avec un "tu" énigmatique qui rend le récit très familier et mystérieux à la fois. A qui s'adresse-t-il ? Au lecteur ? Peu probable. Au personnage ? Sans doute, mais ce dernier ne répond jamais. Peut-être l'auteur s'adresse-t-il en vérité à l'Afghanistan ?
Terres et cendres pourraient être un conte - du moins une parabole - si le sujet n'était pas si grave. C'est un texte où le motif du feu/des flammes est omniprésent. C'est une histoire très "masculine", encore plus que Syngué Sabour.
Terres et cendres met en scène des dialogues de de sourds. Tout d'abord entre Dastaguir, le grand-père qui ne sait pas (comment) dire les choses et Yassin, le petit-fils devenu sourd après l'explosion d'une bombe. Chacun de ces personnages est conscient du fait que quelque chose ne va pas, mais aucun ne cherche à dire clairement ce quelque chose.
Ce récit interroge sur ce qui fait la masculinité à l'afghane en ces temps de guerre et de deuil. Comme Khaled Hosseini dans le roman qui l'a rendu célèbre, Atiq Rahimi cite le Livre des Rois. Mythe fondateur de l'identité persane dans lequel le père tue son fils sur un champ de bataille. Une histoire tragique qui trouve un écho dans le contexte de cette guerre - qui comme tous les conflits a quelque chose d'absurde.
Ni l'auteur ni ses personnages n'offre de solution à ce drame, un seul constat en refermant ce livre : l'impuissance des hommes face à des événements qui le dépassent. Car entre vouloir et pouvoir, il y a parfois un gouffre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
ssstella
  27 janvier 2020
Un vieil homme, accompagné de son petit-fils, attend un transport pour la mine où travaille son fils pour l'avertir du drame qui vient de toucher tout le reste de la famille.
Il est encore en état de choc, totalement perturbé... il pense et redoute surtout d'être en face de son fils et avoir à lui dire l'indicible.

Quel que soit le prétexte, quel que soit le pays, la guerre fait douloureusement souffrir des individus qui ne demandaient rien.
Petit livre de moins de cent pages, mais un moment intense et poignant.
Commenter  J’apprécie          430
Nastie92
  08 décembre 2019
Un conseil avant d'entamer votre lecture : ne lisez pas la quatrième de couverture ! Elle en dit beaucoup trop, comme c'est malheureusement souvent le cas.
Vous avez un petit moment devant vous ? Une petite heure de libre, voire un peu moins ?
Tentez l'aventure : jetez-vous à l'eau, lancez-vous sans rien savoir et savourez le plaisir de la découverte, de la surprise.
Vous verrez, vous ne le regretterez pas !
Que je sois changée en statue de sel si ce livre ne vous émeut pas ! Bon, je ne vais peut-être pas aller jusque-là, si quelques âmes insensibles venaient à rôder par ici... des enfermés dans leur carapace, des indifférents au monde et aux autres, des imperméables à tout.
Si vous ne faites pas partie de ceux-là, ce court texte ne peut que vous toucher.
Vous allez suivre Dastaguir, un vieil homme accompagné de son petit-fils Yassin.
Dastaguir, qui a l'air de porter sur ses épaules tout le malheur du monde ; Yassin qui est devenu sourd tout récemment.
Que s'est-il passé ? Vers où Dastaguir se dirige-t-il ? Qu'est-ce qui le tourmente tant ?
Ne comptez pas sur moi pour répondre à ces questions : lisez et vous saurez.
Vous vous retrouverez plongés dans l'Afghanistan envahi par les Soviétiques.
Vous découvrirez un pays pauvre, des paysages désolés et arides.
Vous verrez des humains désabusés et résignés.
Et surtout, vous serez séduits par une histoire bouleversante et la langue magnifique d'Atiq Rahimi. Une langue forte et poétique. Une langue qui vous atteint en plein coeur.
Certaines personnes n'ont pas de chance ; il en va de même pour certains pays et l'Afghanistan est en bonne place sur la liste des malchanceux.
L'Afghanistan vit depuis des siècles dans l'instabilité chronique et la population subit guerre après guerre. Après l'invasion soviétique qui marque l'époque à laquelle se situe Terre et cendres, les Afghans à peine délivrés souffriront sous le terrible régime des talibans. Les fous de Dieu. Les fous tout court.
Oui, les hommes sont fous !
Venez sur les routes poussiéreuses, si vous êtes attentifs vous entendrez le cri silencieux d'Atiq Rahimi pour son pays. Un cri d'impuissance, de désespoir et de douleur.
Terre et cendres.
Un titre magnifique. Une lecture singulière et bouleversante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3414

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   08 décembre 2019
Ton regard se perd dans les ondulations de la vallée. Tu reprends ton souffle et poursuis :
− Je vais enfoncer un poignard dans le cœur de mon fils !
Shahmard te regarde avec consternation. Il rit et dit :
− Grand Dieu. Qui aurait cru que je transporte un chevalier !!
Sans quitter la vallée, ses pierres noires, sa poussière et ses ronces, tu rétorques :
− Ce n'est pas cela, mon frère. Mais j'ai un immense chagrin et le chagrin parfois se transforme en poignard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
luciolerlucioler   01 octobre 2012
- Tu sais, père, la douleur, soit elle arrive à fondre et à s’écouler par les yeux, soit elle devient tranchante comme une lame et jaillit de la bouche, soit elle se transforme en bombe à l’intérieur, une bombe qui explose un beau jour et qui te fait exploser… ( …)
Tu n’entends plus la suite. Tu te perds au fond de toi, là où se tapit ta détresse. Et on chagrin à toi ? S’est-il transformé en larmes ? Non, sinon tu pleurerais. En poignard ? Non plus. Tu n’as encore blessé personne. En bombe ? Tu es toujours en vie. Tu es incapable de décrire ton chagrin ; il n’a pas encore pris forme. C’est encore trop tôt. Si seulement il pouvait se dissiper avant même de prendre forme, disparaître…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_MoonUnder_the_Moon   21 octobre 2014
Ces malheurs sont le lot de tout le monde, la guerre n'a pas de cœur...
[...]
- ... la loi de la guerre c'est la loi du sacrifice. Dans le sacrifice, ou bien le sang est sur ta gorge, ou bien il est sur tes mains. [...]
- Pourquoi ? [...]
- Mon frère, la guerre et le sacrifice suivent la même logique. Il n'y a pas d'explication. Ce qui est important, ce n'est ni la cause ni le résultat, mais l'acte pro^proprement dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Under_the_MoonUnder_the_Moon   21 octobre 2014
En vérité, tu as le cœur gros. Il y a longtemps qu'un ami, ou même un inconnu, ne s'est pas préoccupé de toi. Il y a longtemps qu'aucune parole familière ou étrangère n'a réchauffé ton cœur... Tu as envie de dire quelque chose en retour. Vas-y, parle ! Mais il est peu probable qu'il y ait un retour ! Le gardien ne va pas t'écouter. Il est dans ses pensées. Il est avec ses pensées. Il est muré dans sa solitude. Laisse-le tranquille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
OliphantOliphant   20 janvier 2015
Tes yeux brûlent. Ils brûlent d'insomnie. Tes yeux ne peuvent plus voir. Ils sont usés, épuisés. À force d'épuisement et d'insomnie, tu sombres à chaque instant dans un demi-sommeil. Un demi-sommeil où se bousculent les images... Comme si tu ne vivais plus que pour ces souvenirs et ces images. Les souvenirs et les images de ce que tu as vécu et que tu aurais voulu ne pas vivre ; peut-être aussi la vision de ce qui t'attend encore et que tu ne veux pas vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Atiq Rahimi (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Atiq Rahimi
33EME FÊTE DU LIVRE DE BRON 6—10 MARS 2019 HIPPODROME DE PARILLY + LIEuX PARTENAIRES
Au fil des grands romans, essais, bandes dessinées, recueils poétiques ou livres jeunesse publiés dans l'année, nombreux sont les auteurs qui explorent les liens entre nature et culture, animalité et civilisation, instinct et normes sociales, urbanité et sauvagerie.
De Serge Joncour à Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018 pour Leurs enfants après eux, en passant par la brillante essayiste Marielle Macé, l'écrivain David Diop ou le grand anthropologue Philippe Descola, cette interrogation sur la part animale se double d'une réflexion profonde sur les enjeux de notre monde contemporain – l'urgence environnementale, la violence sociale, la pauvreté, les migrations – autant de thèmes que la littérature et les sciences humaines permettent d'éclairer et de mettre en perspective.
Mais La Vie Sauvage, c'est aussi la vie vivante, électrique, désobéissante, audacieuse et imaginative, cette part de rêve et de poésie, de subversion et d'invention que les livres continuent de porter envers et contre tout.
La littérature aussi est une forme de vie sauvage !
Avec DOMINIQUE A · NINE ANTICO DIDIER CORNILLE · GAUTHIER DAVID PHILIPPE DESCOLA · DAVID DIOP · FABCARO · JÉRÔME FERRARI · JÉRÉMIE FISCHER · RAPHAËLE FRIER · CLAIRE GARRALON · PIERRE GUYOTAT · SERGE JONCOUR · ANDREÏ KOURKOV · OLIVIA DE LAMBERTERIE · RÉGIS LEJONC · NICOLAS MATHIEU · LAURENT MOREAU · FRANÇOIS MOREL · JEAN-CLAUDE MOURLEVAT · FRANCK PRÉVOT · VÉRONIQUE OVALDÉ · ATIQ RAHIMI · DELPHINE DE VIGAN · ÉRIC VUILLARD · VALÉRIE ZENATTI.
Festival en entrée libre. Programmation complète sur www.fetedulivredebron.com.
Suivez la Fête du Livre de Bron : facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron
Réalisation : François Leconte/Agence Tintamarre ©2019
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature iranienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature iranienne (39)
autres livres classés : littérature afghaneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1993 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..