AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748510607
Éditeur : Syros (20/01/2011)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 66 notes)
Résumé :
C'est peut-être le hasard. La chance. Ou quoi d'autre? La Terre s'est formée en même temps que les autres planètes du système solaire, mais c'est la seule sur laquelle la vie a réussi à se développer. [..] Il n'y a que sur Terre qu'on peut se rouler dans le sable en été. Il n'y a que sur Terre qu'on peut marcher pieds nus dans une rivière et pêcher des poissons. Et manger un Banana Split.
Parce que sa petite sœur Juju est atteinte d'un cancer, Romain emménage... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  18 décembre 2016
Romain aime Laïka, sa chienne spationaute en plastique, Romain est incollable sur la conquête spatiale- même s'il sait qu'on ne sait pas tout- Romain aime Juju. Sa petite soeur.
Juju aime sa poupée qui parle- même si celle-ci casse les oreilles à Romain. Son grand frère. Mais voilà, Juju est malade. Un cancer, une "saloperie de tumeur" dit cette pauvre maman qui a l'air toute perdue.
Perdus, ils le sont tous un peu, dans cette Maison des parents attenante au service d'oncologie pédiatrique.
Romain ne veut rien savoir sur cette saloperie-là. On ne sait pas tout, même pas sur les planètes, alors les maladies!
Il préfère s'évader sur les anneaux de Saturne, la tache rouge de Jupiter, l' œil bleu-vert d'Uranus...car, même si on ne sait pas tout, on connaît leur diamètre, leur distance, leur température, leur rythme de révolution ou de rotation. Ça rassure, ça fait rêver, ça balade loin, loin de cet hôpital qui sent le médicament et le désespoir.
Pas question de devenir comme cette crâneuse d'Alexia , qui connaît les maladies, les traitements et les docteurs par leur petit nom!
Un bien joli roman pour la jeunesse, qui pose , délicatement, les vraies questions des enfants (et des plus vieux) sur l'injustice de la maladie et celle encore plus révoltante de la maladie des enfants. Faut-il fuir le savoir pour continuer d'espérer? Ou l'affronter pour apprivoiser le chagrin?
Pas de clés en main, pas de prêt-à-porter de l'accompagnement thérapeutique, pas de fin, pas de réponse. Tout est dans les "blancs" de ce récit pudique et -volontairement- décousu. Car il faut ménager un espace pour respirer, et l'Espace est tout indiqué pour y tendre tous les filets de la discussion.
Je regrette de n'avoir pas connu plus tôt ce roman parfait pour aborder ce type de questionnement avec des enfants ou des ados. Un livre sensible, ouvert, intelligent. Qui ne prend pas les enfants pour des crétins. Ni les adultes pour des maîtres à tout savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
zembla
  15 novembre 2012
La petite soeur de Romain est atteinte d'un cancer et elle est hospitalisée, alors avec ses parents il emménage dans une maison où logent les familles des enfants malades. Il va y faire la connaissance d'Alexia une petite fille de son âge et de gens qui vont lui montrer que la solidarité et l'amour sont importants face a la maladie.

Sixième et dernier ouvrage participant au "prix des incorruptibles" CM2/6ième, livre au titre intrigant et qui ne dévoile pas le sujet du roman. Cette phrase est en faite un moyen mnémotechnique pour se rappeler l'ordre des planètes du système solaire grâce aux initiales de chaque mot ( M pour mercure, V pour vénus, T pour la terre, M pour mars, J pour jupiter, S pour saturne, U pour uranus et N pour neptune) car Romain le héros de cette histoire est un passionné d'astronomie et qui pour "s'échapper" de la maladie de sa soeur se réfugie dans son monde rempli d'étoiles au contraire d'Alexia qui elle se plonge dans les symptômes et les traitements du cancer pour tenir face la maladie de son frère. L'auteur arrive a nous montrer comment des gens pas préparé a ce coup du sort réagissent face a la maladie de leurs enfants. Quand un livre traite de la maladie et de la mort le risque c'est qu'il sombre dans le pathos ou dans le voyeurisme ce qui n'est pas le cas ici. Au contraire l'auteur traite ce sujet délicat avec finesse et beaucoup d'émotions contenues. Pas d'angélisme non plus, la mort est présente et la dureté des traitements médicaux est montrée. Ce qui n'empêche pas de voir les petits moments de bonheur et de joie qui peuvent survenir même dans ces moments très difficiles.
Petit roman par la taille (115 pages) mais très bon roman jeunesse plein de moments forts en émotion dont les personnages attachants nous laissent un souvenir poignant.
Lien : http://desgoutsetdeslivres.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BookShellFairy
  15 mai 2016
Autant vous prévenir tout de suite : Ce livre n'est pas gai. Il y a de l'espoir et de l'humour à en revendre, pourtant. On suit l'histoire de Romain qui débarque dans une maison des Parents (hébergement collectif accueillant les familles d'enfants malades à côté de l'hôpital), avec ses parents. Sa petite soeur Juju est atteinte d'un cancer. Son seul réconfort : l'astronomie. Il se réfugie dans les planètes, et nous fait partager sa passion. Chaque chapitre reprend le nom d'une des planètes du système solaire (Neptune y est même représentée, elle faisait alors toujours partie de notre système solaire), et nous donne des informations sur celles-ci. D'ailleurs, le titre du livre est une phrase mnémotechnique pour se souvenir du nom de chaque planète (M= Mercure, V= Vénus, etc.).
Je n'ai pas particulièrement accroché à ce roman. Serais-ce le sujet ou le style d'écriture ? Toujours est-il que je l'ai péniblement terminé. Je ne pense pas le recommander, ni même le garder dans ma bibliothèque.
Bonne lecture :)
Livre lu (13/26) dans le cadre du challenge multi-défis 2016 : * Un roman dont le titre compte plus de 5 mots *
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Hubble
  18 décembre 2014
Ce court roman raconte une belle histoire de vies : celle d'une famille confrontée à la maladie et celle de l'univers. Romain, le jeune narrateur, emménage avec ses parents à la Maison des parents, une structure dépendant de l'hôpital, qui accueille les familles des enfants hospitalises pour de longues périodes. Car Justine, dite Juju, sa petite soeur, est atteinte d'un cancer. Tandis que ses parents se relaient nuit et jour dans la chambre de leur fille, Romain découvre son nouvel environnement, l'odeur de l'hôpital, qu'il déteste, les familles qui vivent là, dans l'angoisse et l'espoir. Il fait la connaissance d'Alexia, dont le frère souffre d'une leucémie qui ne veut pas guérir. Alexia est très lucide et très calée sur les maladies, les traitements. Elle a les pieds sur terre et s'attend à la mort de son frère. Romain, au contraire, a la tête dans le ciel et dans le système solaire, qui le passionne. Il connaît tout des planètes et des galaxies. Sa passion lui permet d'échapper à la réalité qu'il a peur d'affronter. Pourtant ces deux enfants se parlent, chacun apporte à l'autre une dimension qu'il / elle ne connaît pas.
« Mon Vaisseau Te Mènera Jeudi Sur Un Nuage » est le moyen mnémotechnique pour se souvenir du nom des planètes du système solaire, de la plus proche du soleil, Mercure, à la plus éloignée, Neptune.

Lien : http://www.ricochet-jeunes.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
Jangelis
  23 novembre 2016
J'avais lu il y a une dizaine d'années, et bien apprécié un roman junior de cet auteur "Il va venir", je savais que c'était un auteur assez marquant, et suite à son prix Femina, n'ayant pas l'intention de lire le roman primé, j'ai profité pour emprunter ce roman enfant que je ne connaissais pas.
Sincèrement, si j'avais lu la 4e de couverture au lieu de me contenter du nom de l'auteur (mais vous savez que je ne les lis jamais car elles dévoilent souvent trop de choses) je n'aurais jamais ouvert ce roman.
J'évite, pour raisons familiales, tout sujet autour de la leucémie, et ici en plus, il s'agit d'enfants..
j'ai donc lu assez difficilement ce beau texte.
Un abord du problème de la maladie que j'ai rarement vu traité en jeunesse : Romain, dont la soeur est malade, s'installe pour une semaine de vacances dans la Maison des Parents, face à l'hôpital.
Avec tout ce qu'on peut découvrir de cette vie un peu hors du temps, même si le temps qui passe est leur meilleur ennemi. Les bons et mauvais côtés de se retrouver entre familles de malades, avec ceux qui gardent espoir et ceux qui savent que tout est perdu.
L'auteur a ici ajouté un côté positif, la dame qui cuisine, qui console, qui aide tout le monde. dont Romain va découvrir qu'elle n'est pas directement parent de malade.
Il y a aussi pour l'aider sa passion pour les étoiles et l'astronomie, que le titre en forme de phrase mnémotechnique nous annonce d'entrée. Chaque chapitre va commencer par une page de présentation d'une planète (dans l'ordre), avec tout ce qu'on en connaît, et toujours un fait la concernant dont on ignore la cause "On ne sait pas tout".
Il va essayer de partager cette passion avec la fille rencontrée dans la maison. Qui, elle, partage sa connaissance de la maladie d'un proche, de l'hôpital, et de la perte d'espoir.
C'est ce qui m'a un peu gênée dans ce beau roman. Intéressant pour tous les enfants confrontés, de près ou de loin, à la maladie.
Mais même s'il serait mensonger de leur présenter une guérison certaine, le pessimisme d'Alexia, ses explications très réalistes et laissant hélas peu d'espoir me semble risquer de démoraliser un peu plus ceux qui espèrent encore.
Un beau roman donc, mais pour quel public ?

Lien : http://livresjeunessejangeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Ricochet   15 juin 2011
Un beau texte, émouvant et juste. Il interroge sur l’essence, l’origine de la vie et sur tout ce qui peut l’entraver, la perturber.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Pays_des_contesPays_des_contes   09 février 2011
- Ca t’a plu ?
- Bof. Pas trop.
- Ah bon ?
- J’aime pas les magiciens. C’est toujours des faux.
- Des faux ?
- Ouais. Ils font semblant d’avoir des pouvoirs magiques, mais en fait ils n’en ont pas. C’est tout truqué, leurs tours. (…) Si c’était un vrai magicien, il ferait disparaître la maladie plutôt que de faire disparaître des foulards.
- Et puis quoi encore ? Tu confonds les magiciens avec les médecins. Je te signale que le professeur Hatier n’a rien à voir avec Harry Potter.
- Ouais, ben, je me demande si c’est pas un faux, lui aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
hoelhoel   17 décembre 2012
C'est peut-être le hasard. La chance. Ou quoi d'autre ? Il y a cinq milliards d'année, la Terre n'existait pas. Elle s'est formée en même temps que les autres planètes du système solaire, mais c'est la seule sur laquelle la vie a réussi à se développer. On n'a pas encore trouvé de véritable explication à ce phénomène. On ne sait pas tout.

C'est peut-être juste un monstrueux coup de bol. Elle s'est trouvée suspendue dans le vide pile à l'endroit où il fallait. À la bonne distance du Soleil. Un peu plus loin, c'était fichu. Plus près, c'était cuit. Une chance sur combien de milliards pour que ça marche, cette histoire ?

N'empêche que ça a marché. Il n'y a que sur Terre qu'on peut se rouler dans le sable en été. Il n'y a que sur Terre qu'on peut marcher pieds nus dans une rivière et pêcher des poissons. Et manger un Banana Split.

La planète bleue, on l'appelle. Vue du ciel, elle est très belle. Un jour, sûrement que tout ça se cassera la gueule. On disparaîtra dans l'univers et on ne se rappellera même plus qu'on a existé. Mais en attendant, on n'a pas trouvé mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sylvichasylvicha   25 novembre 2012
Laurette a dit que pour elle, la vie est une fleur. C'est une rose qu'on nous offre. A l'époque où son fils était malade, il n'y avait plus de pétales sur sa rose. Des épines, rien que des épines. Qui piquent. Qui font saigner. Et puis, quand son fils a guéri, les pétales se sont mis à repousser petit à petit. Et depuis, ça ne s'est plus arrêté. Sa rose a elle ne fane pas. Non. Au contraire: chaque jour qui passe, c'est un nouveau pétale qui s'ajoute.
Elle m'a demandé encore une fois si je comprenais et j'ai dit oui, je comprends. Après elle m'a demandé si je ne voulais pas l'aider à faire une mousse au chocolat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EveToulouseEveToulouse   10 octobre 2014
Laurette a dit que pour elle, la vie est une fleur. C'est une rose qu'on nous offre. A l'époque où son fils était malade, il n'y avait plus de pétales sur sa rose. des épines, rien que des épines. Qui piquent. Qui font saigner. Et puis, quand son fils a guéri, les pétales se sont mis à repousser petit à petit. Et depuis, ça ne s'est plus arrết. Sa rose, elle ne fane pas. Non. Au contraire : chaque jour qui passe, c'est un nouveau pétale qui s'ajoute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pays_des_contesPays_des_contes   09 février 2011
- Ca t’a plu ?
- Bof. Pas trop.
- Ah bon ?
- J’aime pas les magiciens. C’est toujours des faux.
- Des faux ?
- Ouais. Ils font semblant d’avoir des pouvoirs magiques, mais en fait ils n’en ont pas. C’est tout truqué, leurs tours. (…) Si c’était un vrai magicien, il ferait disparaître la maladie plutôt que de faire disparaître des foulards.
- Et puis quoi encore ? Tu confonds les magiciens avec les médecins. Je te signale que le professeur Hatier n’a rien à voir avec Harry Potter.
- Ouais, ben, je me demande si c’est pas un faux, lui aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Marcus Malte (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcus Malte
Marcus Malte pour "Le garçon" - Prix Femina.
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Echelle de Glasgow

Comment s'appelle l'adolescent dans le coma ?

Camille alias Kamo
Michaël alias Mika
Bastien alias Baba
Martin alias Tintin

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle de Glasgow de Marcus MalteCréer un quiz sur ce livre
.. ..