AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hiroshi Takahashi (III) (Traducteur)Frédéric Guyader (Adaptateur)
EAN : 9782759500079
610 pages
Tonkam (25/04/2007)
4.28/5   94 notes
Résumé :
Noiro et Blanko, deux orphelins, vivent dans les rues de Takara. Malgré leur jeune âge, ils survivent dans ce quartier dominé par la pauvreté, la corruption et la violence. Ensemble, ils tiennent tête à un groupe de yakusa bien déterminé à asseoir leur domination sur la ville. La lutte pour la survie du quartier sera âpre et est loin d’être gagnée d’avance…
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 94 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

mh17
  02 janvier 2021
Je commence l'année par un excellent manga, paru au Japon entre 1993 et 1994 et recommandé par mon ami Sphilaptere.
Cela se passe à Takara (Trésor) une mégalopole imaginaire grouillante de vie avec des tours vertigineuses, de petits commerces, un parc d'attraction traditionnel mais aussi des ruelles sombres et glauques où règne une violence impitoyable. Les deux gardiens de ce trésor sont deux petits gamins des rues que l'on surnomme "les Chats". Blanco le rêveur au coeur pur à qui il manque quelques vis au cerveau et Noiro le futé, le pragmatique au sourire triste à qui il manque quelques vis au coeur. Ils surplombent la ville, se faufilent entre les fils électriques et fondent littéralement sur leurs proie. Des policiers -le sage Fujimura et le fondu Sawada- mais aussi des yakusas _le vieux Susuki et son jeune sous-fifre- sont à leurs trousses mais bientôt des mafieux d'un autre type arrivent de l'extérieur. Ils veulent construire un parc d'attraction type Dysneyland pour racketter les enfants. A leur tête, le Serpent et ses trois terribles sbires...
J'ai beaucoup aimé ce manga très riche. D'abord, la narration est claire, rythmée, on ne s'ennuie pas une seconde. Mais il y aussi des plages de calme, de silences éloquents. Les dessins noirs et blancs sont formidables à la fois stylisés et réalistes. Les costumes sont particulièrement fouillés et symboliques. Les expressions des personnages sont variées, la dureté et la mélancolie des gamins marquantes. Et puis les personnages, qui vont souvent par paire, évoluent au fil de l'histoire, non seulement les gamins mais aussi les personnages secondaires. Enfin il y a plusieurs lectures possibles comme dans tout grand roman.
Je vous recommande grandement cet ouvrage, facilement lisible, y compris pour des lecteurs peu familiers des mangas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          277
dancingbrave
  13 décembre 2019
Une BD-pavé de 620 pages. bien sûr ce ne peut être qu'un manga
Et là c'est un vrai chouette manga.
Oh le dessin n'est pas forcément des plus élégants, les bouches surtout, mais on finit par s'y habituer. La découpe des plans est déroutante avec des scènes dont la fin manque et qu'il nous faut deviner.
Et puis il y a la violence qui irrigue tout le volume et qui m'a un peu dérangé.
Mais au-delà de ça voici une véritable initiation au principe de l'équilibre, au principe du yin et du yang ; d'ailleurs les deux héros ne se nomment-ils pas Blanko et Noiro ?
Mais qui sont-ils ces deux enfants ? Orphelins, ils attendrissent le lecteur, les méchants yakuza et même les flics. On les protège pourtant ils sont dotés d'étranges pouvoirs, capables de mâter le pire voyou, capables de voler et puis ces deux là, tellement imbriqués l'un dans l'autre, s'aiment.
Noiro ne vit que pour protéger blanko ; mais Blanko, sans en être conscient, protège aussi Noiro.
L'auteur va donc s'évertuer à montrer par tous les moyens en sa possession que rien n'est dichotomique et que partout l'équilibre est nécessaire.
Même dans la violence, il y a la douceur de l'enfance ; même dans l'enfance, il y a de la violence.
Même dans la rudesse de cette ville terrible aux mains des familles de yakuza, il y a des animaux tout doux qui gravitent autour des personnages malfaisants.
Même dans la triste réalité il y a les rêves dans lesquels se perdent nos héros au point qu'on se demande parfois si ce qui nous est conté n'est pas un rêve.
Alors je ne sais pas à qui l'auteur destinait-il son album : enfants, ados, adulte ?
Mais je crois qu'il y a substance à réflexion sur cette philosophie de l'équilibre chère aux orientaux et qui nous échappe pas mal.
Au final, il me reste de ce manga surprenant une impression de demi-rêve agréable dans lequel ce n'est pas le bien qui triomphe du mal mais bien le juste équilibre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Yvan_T
  13 février 2011
Blanko et Noiro sont deux orphelins élevés « à la dure » dans les rues de Takara. Ce quartier est certes dominé par la pauvreté, la corruption et la violence, mais c'est le leur ! Ensemble, ils forment « l'équipe des chats » et comme tous félins qui se respectent, ils comptent bien défendre leur territoire. Mais l'arrivée de gangs décidés à refaçonner leur cité, n'est peut-être pas la plus grande menace pour cette paire de jeunes dont l'union fait la véritable force.
Cette version intégrale de plus de 600 pages regroupe les trois tomes de cette série vraiment bouleversante qui fut récemment adaptée au cinéma par Michael Arias. Amer béton conte l'histoire prenante de deux gamins des rues qui incarnent tous les maux d'une ville étouffée par ses yakuza. Noiro est le cerveau de la bande, ses pensées sont noires et emplies de pessimisme et d'animosité. Blanco est attardé, incapable de se débrouiller seul, mais respire la bonne humeur et l'optimisme. Tout les oppose et pourtant, tels le yin et le yang, leur complémentarité attachante, voire même émouvante par moments, les rend inséparables. Liés par leur sens inné du combat, une enfance privée d'amour parental et cet environnement de béton étouffant, ils doivent maintenant affronter leurs démons intérieurs.
Le cadre urbain qui sert de support à l'histoire de ce duo, peut être considéré comme un acteur à part entière du récit. Leur vie semble évoluer en même temps que cet espace bétonné au sein duquel souffle un vent de violence et de folie. le symbolisme vis-à-vis de la ville est d'ailleurs omniprésent : les yakuza incarnent la cruauté et le mal qui s'y abattent, le Rat évoque sa mémoire et son expérience, alors que le grand-père SDF représente cette sagesse qu'elle exclut. Chaque personnage secondaire imaginé par Taiyou Matsumoto (Ping Pong) a donc un rôle essentiel, aucune parole n'est superflue et chaque case apporte sa précieuse pierre à cet édifice parfaitement cimenté.
Le graphisme est également surprenant et extrêmement efficace. Dynamique lors des actions, aérien lors des voltiges de ce couple d'acrobates, humain lors des discussions et allusif jusque dans les plus petits détails.
Un manga qui annonce la couleur dès la présentation des protagonistes et une lecture qui, grâce à un scénario en béton, n'aura rien d'amer pour ceux qui osent y goûter !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
louji
  15 mai 2022
Je ne savais pas trop dans quoi je me lançais en empruntant Amer Beton à la bibliothèque. C'est pas mon 1er Matsumoto puisque j'ai déjà lu Sunny, réputé pour être accessible quand on commence à lire le mangaka. Et Sunny paraît bien sage et gentillet à côté de ce monstrueux Amer Beton. Monstrueux en volume (j'ai lu l'intégrale donc plus de 500 pages de manga haha) et monstrueux dans le ton et les personnages impitoyables mis en scène. C'est un titre difficile, voire cruel. J'ai eu du mal à rentrer dedans, car je ne savais pas où on allait, j'avais du mal à appréhender le duo de personnages principaux. Puis, d'un coup, Blanco et Noiro étaient mes meilleurs potos et je leur souhaitais tout le bonheur du monde. Vraiment, au début ces 2 orphelins qui vivent dans la rue, font des larcins et sont connus de tous dans le quartier m'étaient indifférents. Puis, bam, ces p'tits cons conquièrent mon coeur et j'ai mal pour eux tout le reste de l'histoire. L'affection et l'admiration mutuelles qu'ils se portent m'ont accompagnée tout le long de la lecture. Ce sont ces 2 p'tits gars face au reste de la ville et ce n'est vraiment pas simple à lire. Effectivement, il y un tel déchaînement de violence et de haine à l'encontre de ces enfants que c'en est difficile à tolérer. Sans compter que la façon dont ils sont fusionnels multiplie leur détresse personnelle. Vraiment, Matsumoto a un truc pour rendre les enfants uniques et attachants !
Pour le dessin, c'est toujours aussi spé et barré, mais je connais son style alors je m'y suis fait rapidement ! C'est définitivement hors-norme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
oblo
  12 mai 2015
Amer béton est un pavé saisissant et un manga très ambitieux et qui, comble de bonheur pour nous, lecteurs, forme un ensemble d'une cohérence visuelle et narrative remarquable. Si, parfois, l'esthétisme des mangas peut paraitre stéréotypé, il n'en est rien avec Amer béton. Ce dessin met en valeur les personnages et cette métropole pour en faire un terrain de jeu de béton et de fils électriques. Dans cet univers gigantesque mais impersonnel, deux enfants survivent. Blanko et Noiro. La sensibilité et l'intelligence. A eux deux, la violence aussi, pour se défendre, pour attaquer également, et même des bandes de jeunes adultes. Seulement, une menace plus grande plane sur Blanko et Noiro qui mettra à mal le duo, qui poussera même la police sur la trace des deux jeunes enfants pour les protéger, qui aboutira même à une séparation de ce duo pourtant inséparable, comme le yin et le yang.
Manga de l'urbain, de la violence, de l'enfance, de l'amitié, d'une certaine folie aussi qui se révèle bénigne chez Blanko, inquiétante chez Noiro. Un must have de la BD japonaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (2)
Bedeo   29 avril 2019
Si vous croisez cette BD, Amer béton fait partie de ces mangas qu’il faut connaître, pour ce qu’il a inauguré, ce qu’il a prévu, et ce qu’il a poétisé. D’une histoire de Dickens, Taiyou Matsumoto a en effet fait entrer le manga d’apprentissage dans le futur.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   20 février 2019
Inclassable, intemporel et universel, Amer béton se révèle un ouvrage indispensable pour les amateurs de profondeur et d'originalité. À (re)découvrir d'urgence.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
DomipoutouneDomipoutoune   24 mai 2022
Les êtres humains ont tous peur de l'obscurité. Alors ils allument des lumières partout. Ils ne veulent voir que les bons côtés de cette ville et essayent d'oublier toutes les ombres qui s'y trouvent.
Commenter  J’apprécie          10
lunchlunch   10 septembre 2011
_ Il y a des gros, il y a des maigres, il y a des grands, il y a des petits... Il y a des gens méchants, il y a des gens gentils... Il a fait beaucoup de bêtises, Dieu.
_ Des bêtises ?
_ Oui !! Et, quand il a fait Blanko, je crois qu'il pensait en même temps à la bouche de l'hippopotame qu'il avait faite trop grande.
_ Mais qu'est-ce qu'il raconte ?!
_ C'est pour ça que, à Blanko, il manque des vis. Des vis à la tête... Et à Noiro aussi. À Noiro... il manque beaucoup de vis... des vis au cœur !!
_ Dieu a fait des bêtises avec Noiro aussi ?
_ Oui !! Mais, les vis que Noiro il a pas, c'est Blanko qui les a. C'est Blanko qui a toutes les vis qui manquent à Noiro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
alouettalouett   06 septembre 2010
Les êtres humains ont tous peur de l’obscurité. Alors ils allument des lumières partout. Ils ne veulent voir que les bons côtés de cette ville et essayent d’oublier toutes les ombres qui s’y trouvent
Commenter  J’apprécie          160
EmniaEmnia   11 juillet 2015
- "Stray cats"...
- Who ? "Cats" !?
- Heh. You're new to this aren't you ?
- Who are they ? What kind of "cats" ?
- Juvenile delinquents, first class... Boys. Orphaned little demons who infest Treasure Town.
- But that's the truancy department's job.
- These kids can fly.
- Fly !?
- They live by the law of the jungle. If you underestimate'em, you'll be kissin' the asphalt in less than three seconds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mytivanmytivan   08 novembre 2021
- Gagner la confiance de la police, négocier avec les yakusas, ce sont des choses importantes. Mais ce n'est pas cela qui peut modifier le caractère d'une villle...
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Taiyou Matsumoto (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Taiyou Matsumoto
[PENSEZ A ACTIVER LES SOUS-TITRES]
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l'actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Ah, les fêtes de fin d'année ! le moment idéal pour replonger en enfance. Ca tombe bien, ce mois-ci on vous emmène à la rencontre de Jeff Kinney, l'auteur jeunesse américain traduit dans plus de 60 langues, qui a vendu près de 250 millions d'exemplaires de son ‘Journal d'un dégonflé' (Seuil Jeunesse). Nous avons pu le rencontrer et lui poser quelques questions à l'occasion de son passage à Paris, où il a donné un spectacle devant des centaines d'ados surexcités. On en aussi profité, bien sûr, pour demander leur avis à quelques collégiens invités.
C'est aussi l'heure des bilans de 2019, avec non seulement le classement des 19 livres les plus populaires sur Babelio, mais aussi le top des coups de coeur de l'équipe ! On vous laisse découvrir tout ça dans cette longue vidéo…
0:15 Reportage lors du spectacle de Jeff Kinney au théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris, le lundi 9 décembre Jeff Kinney sur Babelio : https://www.babelio.com/auteur/Jeff-Kinney/57630
6:05 Les 19 livres les plus populaires de 2019 L'article avec le classement à retrouver sur le blog : https://babelio.wordpress.com/2019/12/19/ou-lon-vous-presente-les-19-livres-les-plus-populaires-de-lannee-2019/
9:04 Les coups de coeur 2019 de l'équipe de Babelio
Pierre Krause : ‘George Orwell' de Pierre Christin et Sébastien Verdier (Dargaud) https://www.babelio.com/livres/Christin-George-Orwell/1057360
Maïlys : ‘La Fracture' de Nina Allan (Tristram) https://www.babelio.com/livres/Allan-La-fracture/1153808
Nathan : ‘Cent ans' de Heike Faller et Valerio Vidali (Seuil Jeunesse et éditions du Sous-sol) https://www.babelio.com/livres/Faller-100-ans-Tout-ce-que-tu-apprendras-dans-la-vie/1162523
Nicolas : ‘Borgo Vecchio' de Giosuè Calaciura (Notabilia) https://www.babelio.com/livres/Calaciura-Borgo-Vecchio/1149501
Octavia : ‘Ceux que je suis' d'Olivier Dorchamps (Finitude) https://www.babelio.com/livres/Dorchamps-Ceux-que-je-suis/1156209
Charlotte : ‘Le Bateau de Thésée' de Toshiya Higashimoto (Vega) https://www.babelio.com/livres/Higashimoto-Le-Bateau-de-Thesee-tome-1/1143568 ‘BL Métamorphose' de Kaori Tsurutani (Ki-Oon) https://www.babelio.com/livres/Tsurutani-BL-Metamorphose-tome-1/1148072
Guillaume : ‘Number 5' de Taiyou Matsumoto (Kana) https://www.babelio.com/livres/Matsumoto-Number-5-Integrale-tome-1/1117557
Pierre Fremaux : ‘Montagnes d'une vie' de Walter Bonatti (J'ai Lu) https://www.babelio.com/livres/Bonatti-Montagnes-dune-vie/55567
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1126 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre