AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Luc Piningre (Traducteur)
EAN : 9782714445063
448 pages
Éditeur : Belfond (13/08/2009)
3.96/5   647 notes
Résumé :
7 août 1974. Sur une corde tendue entre les Twin Towers s’élance un funambule. Un événement extraordinaire dans la vie de personnes ordinaires.

Corrigan, un prêtre irlandais, cherche Dieu au milieu des prostituées, des vieux, des miséreux du Bronx ; dans un luxueux appartement de Park Avenue, des mères de soldats disparus au Vietnam se réunissent pour partager leur douleur et découvrent qu’il y a entre elles des barrières que la mort même ne peut surm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (105) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 647 notes

nadejda
  26 avril 2017
"Être funambule, ce n'est pas un métier, c'est une manière de vivre. Une traversée sur un fil est une métaphore de la vie : il y a un début, une fin, une progression et si l'on fait un pas de côté, on meurt. le funambule relie les choses vouées à être éloignées, c'est sa dimension mystique."
(Philippe Petit cité par Marie-Noëlle Tranchant dans son article du Figaro "Le funambule entre deux tours" daté du 6 octobre 2008)
L'écrivain lui-aussi "relie les choses vouées à être éloignées" et surtout les êtres cabossés par la vie qui habitent le monde et plus particulièrement New-York que ces êtres soient pour la plupart des habitants du Bronx, prostituées, maquereaux mais aussi franciscain irlandais ou bourgeoise de Manhattan....
Le funambule Philippe Petit, s'inscrit en filigrane au cours de ce roman où l'on rencontre des êtres inoubliables, lumineux malgré une vie rude et sombre. Il fait que la course du temps soit suspendue, qu'un silence se crée quand les regards se lèvent pour le contempler, petit bonhomme fragile, et suivre, en craignant sa chute, sa progression sur le fil. Il permet à ceux qui sont là d'échapper à la pesanteur du temps, au poids de leur vie. C'est un intervalle, une brèche qui s'ouvre et en même temps un lien qui nait entre les personnes qui auront assister à cet événement ou en entendront parler.
Le fil que parcourt le funambule reliant les deux tours de Manhattan sera rattrapé par la course folle du temps par la lecture, qui peut paraître prémonitoire, d'une photo où la silhouette d'un avion s'invite dans cette traversée :
« Un homme là-haut dans les airs, tandis que l'avion s'engouffre, semble-t-il, dans un angle de la tour. Un petit bout de passé au croisement d'un plus grand. Comme si le funambule, en quelque sorte, avait anticipé l'avenir. L'intrusion du temps et de l'histoire. La collision des histoires. Nous attendons une explosion qui ne se produit pas. L'avion disparaît, l'homme arrive à l'extrémité. Rien ne s'écroule. 
C'est pour elle un instant qui fait date, un individu seul qui finalement triomphe, comme un héros mythique, de bien plus grand que lui. La photo est devenue un de ses objets fétiches – il manquerait sans elle une chose à sa valise, comme une sangle ou une serrure. Elle l'emporte toujours en voyage avec quelques autres souvenirs : une parure de perles, une mèche de cheveux de sa soeur.»
Et c'est ainsi que de petites choses, une photo, relient par delà l'espace et le temps tous les protagonistes de ce beau roman que le temps a emporté dans sa course folle.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          716
carre
  03 octobre 2012
L'auteur de « Danseur ou « Zoli » signe une nouvelle fois un magnifique roman sur les marginaux de cette Amérique (on est en début des années soixante dix) plus enclin à combattre le communisme qu'à s'occuper de ces compatriotes en souffrance. Tandis qu'un funambule français parcourt le lien suspendu entre les deux Twin Towers, en bas plusieurs personnages tentent de sortir d'un quotidien glauque et difficile. Qu'il se positionne en équilibriste ou en contraire dans les pas de ces personnages, McCann excelle pour donner chair et profondeur à ces hommes et ces femmes dont les vies sont sacrément chahutées. Car derrière les apparences, c'est souvent pour leur survie et leur dignité que se battent ces héros ordinaires. Avec un talent narratif remarquable, McCann réussit une nouvelle fois à nous chambouler, avec un texte dur et poignant, qui reste longtemps dans nos esprits. Encore un grand bouquin de McCann, c'est une habitude.
Commenter  J’apprécie          630
michemuche
  15 juillet 2016
Un câble d'acier tendu entre la tour nord et sud des twin-towers, le funambule se lance vers son destin. En bas les New-yorkais les yeux levés regarde l'homme sur son fil faire la nique à l'Amérique.
" Et que le vaste monde poursuive sa course folle ".
Au même moment dans le Bronx une descente de police embarque des prostituées, Tizzie et Jazzlyn , une mère et sa fille font partis du lot, sous les yeux impuissant de Corrie un prêtre irlandais et son frère Ciaran.
" Et que le vaste monde poursuive sa course folle ".
Pendant ce temps, Claire reçoit dans son appartement cossu de park avenue des femmes qui comme elle ont perdu un garçon dans l'enfer du Viêt-Nam, parmi ces femmes il y a Gloria .
" Et que le vaste monde poursuive sa course folle "
Lara quand à elle n'est plus la même depuis l'accident sur la "FDR", elle ne conduisait pas c'est vrai, mais ces deux corps restent gravés dans sa mémoire. Cette artiste peintre va quitter le monde de strass et de paillettes pour prendre un nouveau départ.
" Et que le vaste monde poursuive sa course folle"
Quel roman ! et surtout quel talent ce monsieur Colum Mc Cann.
J'ai découvert cet écrivain dans les " carnets de route " de François Busnel, que d'émotion dans ce livre, autant que dans le sublime roman de Steinbeck " les raisins de la colère" mon livre de chevet.
" Et que le vaste monde poursuive sa course folle" est une plongée dans un univers de misère. l'auteur m'a touché par sa sensibilité, son style, sa façon d'écrire et de décrire une population je ne dirais pas de marginaux, c'est un mot que je déteste, ces gens qui sont sur le bord de la route attendant qu'une voiture s'arrête, une lumière au bout du tunnel.
J'espère que ces quelques lignes vous donneront envie de découvrir cet incroyable écrivain "et que le vaste monde poursuive sa course folle"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
gouelan
  09 septembre 2016
"Mais sans doute rien ne commence, rien ne finit, tout se poursuit." Et que le vaste monde poursuit sa course folle.
L'Amérique des années 70; les garçons qui ne reviendront pas du Vietnam, les mères qui pleurent, les prostituées qui rêvent d'une autre vie pour leurs filles, un prêtre ouvrier qui cherche Dieu dans ce tourbillon de misère.
Croisements de vies qui tentent de rester en équilibre. Tomber, se redresser, avancer pas à pas, chacun dans le silence de sa solitude, se mêlant aux bruits de la vie qui grince, qui chante aussi parfois.
Et là-haut, le funambule, dansant sur un fil entre les Twin Towers, oubliant le sol, ne faisant plus qu'un avec le vent. La Terre serait si belle on savait la regarder, sans les gens. Un jour, à cet endroit, le monde sera encore plus fou.
Un très bon roman qui nous fait pénétrer au cœur la vie de ces personnages, en apparence si différents, et pourtant, marchant sur le même fil, en tâchant de ne pas trébucher, de ne pas se laisser emporter par la course de ce monde en folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
litolff
  24 juin 2012
Arrêt sur image à New York : le 7 aout 1974, quelque part au sud de Manhattan, Philippe Petit, un funambule qui multiplie les exploits, a tendu un câble d'acier entre les deux tours jumelles tout juste sorties de terre et, à l'heure où chacun se rend à son travail, il danse de l'une à l'autre sur son fil, saute à cloche-pied, équilibré par son balancier, suspendu dans le vide…
Et à cet instant où le temps se fige, l'auteur plonge son lecteur dans le New York des années 70, alors que la guerre du Viêt-Nam touche à sa fin, que Nixon démissionne, que les hippies commencent à s'assagir et que les drogues jettent à la rue des centaines de laissés-pour-compte.
A partir de cet exploit insolite et fabuleux, il nous raconte plusieurs histoires, des destins poignants qui se croisent au cours de cette même journée.
Celle de Corrigan, prêtre irlandais émouvant de force et de fragilité, qui a choisi d'essayer de soulager la misère des prostituées du Bronx, celle De Claire qui pleure son fils disparu au Vietnam et rencontre d'autres mères pour parler de leurs enfants, un couple d'artistes qui essaie de décrocher de l'alcool et de la drogue, Jazzlyn et sa mère Tillie, toutes deux prostituées… pour n'en citer que quelques uns, des êtres qui souffrent et qui luttent au quotidien, des personnages sombres et magnifiques que tout sépare.
Et à l'instar du fil qui est tendu là-haut entre les deux tours, des fils d'humanité se tendent entre ces personnages blessés qui essaient de s'accrocher à la vie.
J'ai aimé l'écriture simple et précise, sans fioritures, j'ai beaucoup aimé cette histoire pleine d'humanité, sombre mais pas exempte d'espoir.
Un roman puzzle magistral et envoutant, à mon avis un des meilleurs livres sortis en 2009.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450


critiques presse (1)
LaPresse   20 mai 2013
Oeuvre magistrale sur la fragilité du monde, ce septième roman de l'auteur irlandais, installé à New York depuis une vingtaine d'années et qui y a vécu le 11-Septembre (son beau-père se trouvait au 59e étage de l'une des tours), avait été couronné par le National Book Award 2009 et le Prix du livre de l'année du magazine français Lire.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (120) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   27 mars 2017
Des heures et des heures de folie et de fuite. Une cité victime du vent et des voleurs. Entre des blocs, les courants d'air faisaient la météo, jouaient tout l'été avec les sacs plastiques et les vieux dans la cour, avec leurs dominos sous les détritus du ciel. Les sacs claquaient comme des fusils. À condition de regarder les ordures s'amasser assez longtemps, on pouvait dire exacrement d'où venait le vent. Faute de mieux dans le décor, les arabesques ailées, multicolores, ces grands huits dans les airs, ces hélices, ces spirales et ces tire-bouchons avaient peut-être un certain charme. Parfois un bout de sac s'accrochait au tuyau, rencontrait la clôture en chemin, alors il reculait de mauvaise grâce, comme si on l'avait mis en garde. Ou il s'effondrait les poignées arrachées. Pas d'arbre, pas de branches à orner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
jmlire92jmlire92   11 novembre 2020
Il y avait là une certaine arrogance mais, sur le fil l'arrogance était affaire de survie. C'était le seul moment où il pouvait totalement se perdre. Il se faisait parfois l'impression d'un homme qui voulait se détester. Se débarrasser de ce pied. De cet orteil. De ce mollet. trouver le lieu de l'immobilité. Cela tenait au vieux principe de la guérison par l'oubli. Devenir anonyme pour soi-même, se laisser absorber par son corps. Cependant les réalités se chevauchent : il voulait que l'esprit accompagne la chair jusqu'au cœur du bien-être.

   Cela ressemblait à faire l'amour avec le vent. le vent qui complique tout, qui s'emporte, qui lentement se dédouble, nous contourne et revient. Et le fil était frère de la souffrance : il serait toujours là à lui étriller les pieds, à peser sur le balancier, lui élancer les bras, lui dessécher la gorge, cependant la joie dominait la douleur, alors qu'importe. Même chose avec le souffle. Que le câble respire, pour qu'il puisse s'effacer. La sensation de se perdre jusqu’au dernier nerf, jusqu'à la cuticule. C'était ça dans les tours. La raison flottait. Le temps disparaissait. Le vent soufflait et peut-être son corps le sentait-il dès avant sa naissance.

   Il avait commencé depuis longtemps quand les hélicos de la police sont arrivés. Deux moucherons de plus dans les hauteurs : pas de quoi s'affoler. Leurs battements conjugués semblables à une rupture de cartilage. Ils n'essaieraient pas de l'approcher, bien sûr. Ils n'étaient pas stupides à ce point, supposait-il. Il n'en revenait pas que les sirènes puissent couvrir tous les sons : c'était comme si elles s'écoulaient vers le ciel. Il y avait maintenant des dizaines de flics sur le toit, criant après lui, courant dans tous les sens. Tête nue, retenu par un harnais bleu, l'un d'eux se penchait dans le vide entre deux colonnes de la tour sud, le traitant d'enculé, putain sors de ce putain de câble, connard, magne toi le cul avant que je t'envoie l'hélico, on va t'arracher de là, tu m'entends, tête de nœud, dégage ! Et le fil-de-fériste pensait : " Mais en voilà un drôle de langage." Et d'ailleurs, comment attrape-t-on un funambule ? Souriant, il a fait demi-tour et remarqué d'autres agents, du côté opposé, plus calmes, courbés sur leur talkies-walkies. Il entendait presque les parasites. Non, il ne voulait pas se payer leur tête, il voulait simplement rester : sans doute ne pourrait-il jamais recommencer.

   Les cris, les sirènes, et les mornes sonorités du dessous. À laisser ronronner, fondre dans le bruit blanc. Le silence ultime qu'il cherchait était exactement au milieu, à trente mètres de chaque tour, et il fermait les yeux, immobile, sur un câble disparu, l'air de la ville dans les poumons.

  Des cris au mégaphone : 

   - On envoie l'hélico ! On envoie l'hélico ! Dégage !

  Il a souri : jamais ils ne le feraient.

   - Tout de suite ! C'est un ordre !

   Il s'est demandé si la mort se présentait ainsi, le monde et ses rumeurs dont on se détache si facilement.

   Il s'est rendu compte qu'il avait conçu le premier pas sans jamais imaginer le dernier. Donc finir en beauté. Se tournant vers le mégaphone, il a attendu un peu. Baissé la tête comme pour signifier son accord. Oui, il venait. Il a levé un genou. Sa silhouette noire est visible d'en bas. La cuisse bien haute pour souligner l'effet. Une arabesque avec la jambe. La marche du canard. Puis un pied après l'autre, ainsi de suite, machinalement, et enfin au pas de course, la plante bien au milieu du câble, les orteils de biais, le balancier le pus loin possible, jusqu'au rebord de béton. Jamais il n'avait couru si vite sur un fil.

   Le flic a dû reculer pour l'attraper. Il lui tombait dans les bras.

   - P'tit con, a-t-il dit, avec un sourire cette fois...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
pyrouettepyrouette   17 avril 2014
Certains pensent que l’amour est au bout de la route et que, si on a la chance de la trouver, on s’arrête. D’autres vous diront que c’est plutôt une embardée, un vol plané, et la plupart de ceux qui ont un peu de jugeote savent qu’il change au fil du temps. Selon l’énergie qu’on lui consacre, on le garde, on s’y accroche ou on le perd. Sauf que, parfois, il est absent dés le premier jour.
Commenter  J’apprécie          470
nadejdanadejda   30 avril 2017
Le titre de ce roman « Et que le vaste monde poursuive sa course folle vers d’infinis changements » est emprunté au poème Locksley Hall d’Alfred Lord Tennyson, lui-même influencé par Les Mu’allaquât, ou « Les Suspendues », sept longs poèmes arabes du VIe siècle. Quand Tennyson parle de « pilotes abattant leurs dispendieux tourments dans le crépuscule mauve », Les Mu’allaquât demandent : « Y a-t-il quelque espoir que cette désolation m’apporte le réconfort ? » La littérature nous rappelle que toute la vie n’est pas déjà écrite : il reste tant d’histoires à raconter.
Colum McCann
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
nadejdanadejda   16 avril 2017
La voûte plantaire cherche et trouve la courbure du fil. Un deuxiéme pas, un troisième. Une mécanique synchrone .... Il est en deux secondes l'essence du mouvement, il peut faire ce qu'il veut. Dehors, dedans son corps, dans le bonheur d'appartenir à l'air, sans passé, sans avenir ---- et les caprices jaillissent sur le fil. Il transporte sa vie d'une extrémité à l'autre. Bientôt il n'aura plus conscience de respirer, et il le sait.
La beauté pour motivation. Le ravissement ultime d'une marche. Tout réécrire depuis là-haut. D'autres possibles à forme humaine. Par delà les lois de l'équilibre. Être un instant sans corps et venir à la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Videos de Colum McCann (112) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colum McCann
Colum McCann vous présente son ouvrage "Apeirogon" aux éditions Belfond. Rentrée littéraire automne 2021.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2440417/colum-mccann-apeirogon
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : funambuleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre

.. ..