AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266294195
Éditeur : Pocket Jeunesse (05/09/2019)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Ouest américain, années 1920.
La cavale d'une hors-la loi avec l'adolescent qu'elle a kidnappé. Lorsqu'une hors-la-loi débarque chez lui et le kidnappe, Garett est terrifié. Pourtant Ab Stenson, cette femme indomptable, est celle qui lui ouvrira les portes d'un avenir moins sombre, loin de son père violent.
Fasciné par sa ravisseuse, Garett découvrira ses plus grands secrets, ceux qu'on ne révèle qu'à ses plus proches amis. Dans son sillage, il renco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
cascasimir
  29 août 2019
"Jambes écartées, talons plantés dans le sol, épaules rigides, ... Tous les muscles sont tendus vers le mouvement imminent, sortir son colt et tirer avant l'autre.
Juste et bien."
Il était une fois dans l'Ouest, un duel au soleil, entre Ab Stenson et le père de Garett . Un harmonica pleure avant les détonations.
Tuer ou être tué...

Garett n'avait pas demandé à croiser la route d'Ab (Abigaïl ) Stenson qui vient de braquer une banque, afin d'assurer un avenir à sa fille Pearl (5 ans)
" Son visage s'illumine et elle se redresse, galope maladroitement vers Stenson".
Et à Jenny, sa protégée.

Ab fascine Garett, et il est amoureux de Jenny,(juste 16 ans, comme lui) danseuse au saloon, au bordel. Le garçon a envie de caresser le peau de Jenny, mais se retient...
Garett se souviendra de la jeune fille, qui lui a appris à danser, lors du duel dans la poussière...

Il y a un duel, un saloon, des filles de joie dans ce western crépusculaire. Et puis, il y a Jenny, la jolie petite Pearl et Ab qui va apprendre la valeur de la Vie et la liberté au jeune homme...

Avec tendresse et sans la brutalité que professait le père de Garett, (rien que pour lui apprendre à devenir un Homme, pas une poule mouillée !)
"Griffée de cicatrices, la chair du dos de Garett ressemble à un champ de ravines."

Dans le film de David Miller, "Seuls sont les indomptés" , Kirk Douglas restait seul, pour garder sa liberté. Mais un shérif le recherche... Libre et indépendante, Ab a aussi le shérif et un dénommé Jefferson, à ses trousses.
Jefferson a un compte à régler. Il n'aime pas cette femme habillée comme un homme...
Le Destin est en marche...
Ab parle rarement :
"Je ne tue pas pour le plaisir, Garett, ni les hommes, ni les bêtes."

Un style percutant, comme une balle fusant d'un colt. Vous vous souviendrez d'Ab Stenson, en refermant le livre, en espérant une suite.

"Si toi aussi, tu m'abandonnes
Il ne me restera plus rien
Plus rien au monde, ni personne
Qui me comprenne, qui me soutienne
Ou qui me tente simplement la main."
High noon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7611
Yaena
  31 mai 2020
J'adore les westerns ! En 3 secondes je retrouve mon âme d'enfant. Il n'y a pas à dire les cowboys et les pirates il n'y a rien de tel pour partir à l'aventure. Pourtant à chaque fois c'est pareil, je râle, je bougonne, je ronchonne, atterrée par les rôles de potiches sans cervelle ou de prostituées fades et sans intérêt réservé aux femmes dans ce genre de livre. Non d'un canasson ça me hérisse le poil ! Alors livre jeunesse ou pas je ne pouvais pas passer à côté de Sans foi ni loi.
Dans un western made in France qui n'a rien à envier à ceux des machouilleurs de chewing-gums Marion Brunet reprend les codes du genre. Saloons, colts, chevauchées, duels… tout y est, mais à la place du traditionnel lonesome cowboy on trouve une lonesome cowgirl qui a du chien ! Ab Stenson, de son vrai prénom Abigail, vient de braquer une banque, sale, seule et aux abois la voilà contrainte d'embarquer Garrett, un ado qui se cherche, dans son sillon. La cavale imposée va alors se transformer en parcours initiatique pour ce jeune homme aux ressources insoupçonnées, sous l'oeil d'une Ab aussi taiseuse que mystérieuse.
Dans cette histoire rondement menée Marion Brunet en profite pour mettre en exergue la condition des femmes de l'époque et ses injustices sans pour autant transformer son récit en pamphlet féministe.
Ab Stenson n'est pas une femme qui se comporte en homme mais simplement une femme qui a choisi de vivre sa vie librement, sans entrave et surtout en ignorant les conventions sociales. Rien à foutre de ce qui se fait ou pas quand on est une femme, elle n'est guidée que pas une chose : la liberté. Garrett ne s'y trompera pas en la choisissant implicitement comme mentor.
Amour, amitié, émancipation, indépendance, autant de thèmes évoqués qui sont chers aux adolescents qui devraient sans doutes se laisser séduire par ce western qui sort des sentiers battus.
Autre bon point pour l'auteur, malgré le fait que les thèmes abordés pourraient s'y prêter, à aucun moment on ne tombe dans la niaiserie et la guimauve. L'histoire conserve sa cohérence jusqu'à la fin qui n'a d'ailleurs riens d'un conte de fée ou d'un roman à l'eau de rose et c'est tant mieux.
Un livre à offrir aux ados (à partir de 13/14 ans) pour pouvoir leur emprunter ensuite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4510
Crossroads
  18 novembre 2020
Merci, Garett...
Qu'est-ce qui unit Ab Stenson, voleuse et, accessoirement, tueuse de grand chemin, avec ce jeune freluquet, fils de pasteur, qu'est Garett ?
Rien, si ce n'est l'assurance, pour Ab, de se sortir d'un énième guêpier en utilisant cet ado mal dégrossi comme otage.
L'on serait en droit de prier le p'tit Jésus en culotte de velours pour le salut de son âme alors qu'Ab fit, au final, office d'ange salvateur plutôt que de harpie fossoyeuse.
En voilà un roman ado qu'il est sympa.
Il fleure bon la poussière, la liberté et l'amitié virile mais correcte.
Un gamin sous le joug d'un père tyrannique appelé à renaître par le biais d'un modèle honni par son paternel, sur le papier, ça a de la gueule.
Ode à la liberté absolue, fût-elle conquise de haute lutte, non sans sacrifices, Ab Stenson vit comme elle l'entend, ne se laissant couler dans aucun moule.
Personnage emblématique de ce roman jeunesse, elle personnifie le vent indomptable qui fascine et contamine chaque être en mal de soi.
L'époque est rugueuse.
Les personnages tout autant.
Si l'amour darde bien quelques timides rayons, c'est bien sur une nuit sans étoiles que s'achèvera ce court roman initiatique bâtisseur de légendes et d'hommes nouveaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4519
JIEMDE
  05 septembre 2019
Quand les auteures frenchies se mettent en tête de revisiter la littérature western à la mode US, c'est souvent réussi. Comme Céline Minard avant elle, Marion Brunet le prouve en cette rentrée littéraire avec Sans foi ni loi, sorti chez Pocket Jeunesse mais qui trouvera assurément un public plus large tant le livre est réussi et tant Marion Brunet a de fans. Dont moi.
Sans foi ni loi, c'est l'histoire de la maturité accélérée de Garett, kidnappé à l'issue d'une fusillade par Abigail Stenson cherchant à s'enfuir avec un otage après un braquage de banque. du giron pesant de son père violent à la découverte des plaisirs et contraintes du monde adulte, Garett va approcher la vraie vie, celle de l'amitié avec Will, des premiers amours avec Jenny ou de la vengeance avec Jefferson.
Sans foi ni loi, c'est un véritable exercice de style dans lequel Marion Brunet convoque tous les codes du western, du colt à la winchester, du saloon au bordel, du shérif au chasseur de primes et j'en passe… sans réinventer le genre, mais avec une étonnante justesse qui ne tombe jamais dans l'excès, ni dans l'à-peu-près.
Sans foi ni loi enfin, c'est une atmosphère particulière, instaurée dès la première scène, magistrale autant que visuelle, qui installe une tension permanente qui va ensuite rythmer tout le reste du livre. Cette tension permet de dévoiler peu à peu les faces d'ombres du personnage d'Abigail, rebelle écorchée mais femme indomptable et libre, au pays des broncos, des cow-boys et des outlaws. Un portrait réussi grâce à l'écriture simple mais juste, d'une auteure qui transpire toujours autant la bienveillance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Ileauxtresors
  22 mai 2020
Poussez la porte du saloon et faufilez vous entre joueurs de poker, shérif, danseuses, chercheurs d'or et chasseurs de primes… Pas de doute, vous êtes dans un western ! Avec ce que cela implique de chevauchées dans les grandes plaines américaines, de fusillades et de verres de whisky. Tous les ingrédients classiques y sont, à cela près : c'est une femme qui joue le premier rôle !
L'histoire est racontée par Garett qui vit sous la coupe d'un père pasteur terriblement violent… du moins jusqu'à ce qu'Ab Stenson le prenne en otage. D'abord terrifié par la hors-la-loi, aussi intimidante qu'une Calamity Jane, Garett découvre peu à peu une femme écorchée vive, touchante d'humanité, qui brandit sa liberté avec un courage inspirant. Une rencontre qui le changera à jamais en lui révélant la saveur inégalable de l'émancipation.

J'adore l'idée de faire découvrir le genre du western aux ados en le dépoussiérant au passage pour lui insuffler un message émancipateur. Que les lecteurs les plus jeunes s'abstiennent : la plume acérée de Marion Brunet dit sans détour la violence qui règne au Far West, impitoyable pour les enfants, les femmes, les noirs, les indiens, les « étrangers ». Une violence qui met en relief le chemin parcouru depuis un siècle. Même si elle n'en résonne pas moins effroyablement avec certaines actualités indignes de notre époque – je pense en écrivant ces lignes à Ahmaud Arbery, fusillé en 2020 dans l'État de Georgie pendant son jogging par deux abrutis qui ne pouvaient concevoir qu'un afro-américain puisse courir pour d'autres raisons que la fuite après un forfait…
Ce roman a été l'un des plus remarqués de l'année 2019, raflant la Pépite d'or à Montreuil, une nomination pour le prix Sorcières et une flopée de critiques dithyrambiques. J'aurais aimé être aussi enthousiaste tant l'idée d'un western décliné au féminin me séduit. J'ai trouvé que la première moitié du livre manquait de tension narrative, j'ai été dérangée de ne pas mieux voir où les multiples péripéties et rencontres menaient Garett et Ab. L'intrigue monte en intensité ensuite, jusqu'au dénouement qui m'a surprise et touchée, confirmant la capacité de Marion Brunet à se jouer des codes. J'ai trouvé les répétitions concernant Ab un peu lassantes; le narrateur revient sans cesse sur sa beauté et sa force. Mais là aussi, la fin du livre est mieux parvenue à me toucher en dévoilant qui se dissimule cette carapace.
Un western féministe dont le texte claque comme un coup de révolver !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3610


critiques presse (2)
Actualitte   03 décembre 2019
Marion Brunet s’approprie avec talent les codes du Western et en profite pour y donner un bon coup de cirage ! On chevauche le visage dans la poussière, on rit avec les filles du saloon, on perd aux cartes et ça finit en fusillade.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Ricochet   04 septembre 2019
Marion Brunet sait mener son intrigue d’une écriture sèche et claquante comme des éperons. Entre lenteurs et accélérations, et souvent en creux car Ab n’est pas de toutes les scènes, un beau portrait de femme libre s’esquisse.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   01 décembre 2020
J'ai gardé de ma naissance le souvenir des forceps qui m'ont extirpé du ventre maternel. Une cicatrice de six centimètres descend de ma tempe gauche au creux de ma joue. Ça a façonné mon sourire et, d'une certaine façon, m'a façonné du dedans. À force d'entendre des blagues débiles, des surnoms tout autant, je me suis construit avec, mal et bancal, persuadé d'être laid.
Commenter  J’apprécie          160
rabannerabanne   24 novembre 2020
Grâce à cette bête merveilleuse, j'ai pris pied dans la vie d'une façon toute nouvelle, me suis ouvert comme un fruit sec éclaté sous une pierre. J'ai eu moins peur du monde. Accompagné par mon chien, je savais parler, rire, et même affronter.
Commenter  J’apprécie          240
rabannerabanne   19 novembre 2020
Ab ne sourit pas. Elle sourit peu de toute façon, comme si exprimer - ou ressentir - de la joie était une forme d'orgueil qu'elle devrait payer cher tôt ou tard. Elle fait la tronche la plupart du temps, même quand elle semble heureuse. Ça passe ailleurs. Une lumière, les sourcils plus ouverts, quelque chose dans ses gestes qui ne ferme pas la porte. Quand elle boit, je crois qu'elle est capable de se laisser jusqu'au désordre d'un vrai rire, et il est facile de deviner qu'elle peut atteindre des sommes de désespoir équivalentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
cascasimircascasimir   28 août 2019
Je voudrais caresser ses épaules, moi aussi, et ses hanches. Et qu'elle se taise!

Je désire Jenny jusqu'à la douleur et sa colère attise mon désir. On dirait qu'elle brûle avec ses pommettes rouges, ses cheveux humides à la racine et ses mains qui s'agitent quand elle parle.
Je préfère sa colère au mépris qui menace, dans son soupir épuisé.
Je suis trop con, obtus comme celui à qui je ne veux pas ressembler, condamné à voir surgir mon père au coeur de ma vie d'homme.
J'attrape Jenny un peu brusquement, la serre contre moi, et l'embrasse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
JeannepeJeannepe   30 décembre 2019
Je n’ai jamais été amoureux d’Abigaïl Stenson. La fascination qu’elle exerçait sur moi était d’un autre ordre. Peut-être que j’aurais aimé lui ressembler, peut-être qu’elle incarnait tout ce qu’on m’avait appris à détester. Je ne sais toujours pas exactement.

Elle était effrayante et ça me rassurait. C’était comme être du bon côté du fusil, malgré les apparences.

J’aurais aimé en savoir plus, et si elle avait fui autrement que devant la Loi en armes et en nombre. Mais tout ce que j’ai su de Stenson, ce sont d’autres qui me l’ont raconté, et ce temps trop court passé près d’elle, bien sûr, qui m’en a dit plus que des mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Marion Brunet (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Brunet
Rencontre avec Marion Brunet, Rachel Corenblit et Caroline Solé, animée par Cathy Siegler et Audrey Boizot bibliothécaires ados. Rencontre diffusée samedi 21 novembre 2020 dans le cadre de l'édition virtuelle du festival Livres à Vous.
autres livres classés : westernVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Frangine de Marion Brunet

Pourquoi Laura se fait-elle harceler au lycée?

Car sa mère est handicapée physiquement
Car son père sourd-muet
Car elle a deux mères
Car elle a deux pères

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Frangine de Marion BrunetCréer un quiz sur ce livre

.. ..