AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782743627256
374 pages
Payot et Rivages (12/03/2014)
3.78/5   59 notes
Résumé :
Vingt ans se sont écoulés depuis l'arrestation de l’Éventreur du Yorkshire. Un nouveau tueur sévit dans le Nord de l'Angleterre.
Les victimes sont des femmes transpercées par des carreaux d'arbalète.Pour Mark Burstyn, promu au grade de superintendant, le cauchemar recommence. Il a cependant un atout : l'inspecteur Clarence Cooper, un jeune flic aussi obsessionnel que lui. La police n'a pas droit à l'erreur et, pour stopper le meurtrier, Cooper est prêt à tout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 59 notes
5
10 avis
4
11 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  10 août 2015
Le petit Peter a pas eu la vie très facile. Un papa cocu, violent et porté sur la boisson; une maman qui a quitté le foyer en compagnie de ses trois autres gamins et qui a fait la pute pour subvenir aux dépenses; une phobie des araignées depuis son plus jeune âge. Installé dans un petit studio de 10 m², très peu d'amis et renfermé sur lui-même, son arachnophobie plus présente que jamais le poussera à violenter le petit épicier du coin qui ne voulait pas lui faire crédit de ces bombes. Un séjour en taule et une rencontre improbable en la personne de Witcliffe alias L'éventreur du Yorkshire...
... arrêté, il y a 20 ans, par Mark et ses collègues, promu aujourd'hui superintendant. Mais, voilà bientôt que le cauchemar recommence avec ce crime commis sur une prostituée, retrouvée une flèche dans le front et les seins et le ventre lacérés...
D'une période allant de 1969 (la naissance de Peter) à 2001, l'on suit parallèlement la vie de Peter, jeune homme aussi insensible qu'étrange, sa passion étant celle des tueurs en séries, avec une petite préférence pour Witcliffe, et les agents Mark et Cooper, chargés de l'enquête du tueur à l'arbalète. L'on plonge littéralement en chacun d'eux, l'on découvre petit à petit leurs forces, leurs faiblesses mais aussi leurs peurs, véritable personnage à part entière qui habite ce roman, et leurs folies. Tous les personnages haut campés et au fort caractère seront amenés jusqu'au bout de leur propre limite.
Bien plus qu'un roman policier, ce polar s'inscrit dans L Histoire, l'auteur s'arrêtant ici ou là sur quelques événements, tragiques le plus souvent, et nous implique encore plus. Ce roman noir, policier et social bénéficie, qui plus est, d'une narration millimétrée et maîtrisée, les points de suspension, souvent présents, apportent un certain rythme. Rythme déjà présent grâce aux nombreuses références musicales. Avec une écriture ciselée et finement travaillée, l'auteur nous offre un sombre roman intelligent et prenant.
L'auteur s'est librement inspiré de l'histoire de Stephen Griffiths, surnommé "Le cannibale à l'arbalète", qui défraya la chronique anglaise en 2010. Homme solitaire, cultivé (il s'est lancé dans un doctorat en criminologie) et passionné par les homicides du XIXè siècle, il a assassiné trois prostituées à Bradford, entre 2009 et 2010.
Adieu demain nous prend dans ses filets!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
Crossroads
  01 décembre 2015
Mention poursuit sa plongée en eaux troubles dans le petit monde chatoyant et féérique des tueurs en série.
Où l'on retrouve Mark Burstyn, qui officiait déjà dans Sale Temps Pour le Pays, bien décidé à surmonter un traumatisme, occasionné quelques deux décennies plus tôt, en élucidant cette toute nouvelle affaire le mettant aux prises avec un dangereux tueur récidiviste.
Promu superintendant, c'est aux côtés de l'inspecteur Cooper qu'ils vont tous deux brainstormer comme des fous histoire de mettre les mimines, avec une nette préférence pour les menottes, sur ce nouvel ennemi public numéro 1.
Peter, lui, est dans l'oeil du cyclone. Dans le viseur de la police serait plus exact.
Faut dire que le gamin, désormais devenu adulte, a pas vraiment eu une enfance facile. Pourrie jusqu'à l'os serait ce qui s'en rapproche le plus. Phobique et à la personnalité hors norme, il pourrait bien représenter le plus gros gibier jamais pourchassé par la flicaille aux abois... ou pas.
Ici, point de course haletante, à la limite de l'échevelé effréné.
Non, Mention bâtit une intrigue originale sur des fondations psychologiques à la consistance inaltérable.
Une intro magistrale évoquant le calvaire de Peter gamin et l'on se retrouve direct accro à ce second volet d'un triptyque annoncé.
Sur une bande son de folie revisitée par un auteur très au fait de la chose, un jeu du chat et de la souris d'une tension extrême où chacun avance masqué, pensant être dans le rôle du chasseur tout en incarnant une proie potentielle qui s'ignore.
L'auteur effectue un long travelling avant de la fin des sixties au tout début des années 2000 tout en essaimant ça et là moult infos marquantes qui agissent comme autant de Madeleine de Proust sur le lecteur particulièrement concerné par cette période ciblée.
Ingénieux et novateur, ce second volet m'apparait comme supérieur au premier et n'appelle qu'un seul réflexe, me précipiter fissa sur... Et Justice Pour Tous !
4,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          475
gruz
  21 avril 2014
Il y a les livres que vous lisez avec intérêt, mais que vous oubliez très vite. Et il y a les autres, ils ne sont pas légion…
Ceux qui s'insinuent dans votre esprit ligne après ligne, page après page. Ceux qui vous obsèdent…
omniprésents
Ceux qui vous chamboulent…
différents.
Adieu demain est de ceux-là. Car ce roman de Michaël Mention mérite une palme dans la production noire actuelle !
Pas facile d'en parler et tant de choses à dire sur ce roman noir assez inclassable. A la croisée des chemins du polar, de la chronique d'actualité et du roman psychologique, il vous bringuebale et vous fait tanguer jusqu'à faire vibrer vos fondations les plus profondes.
Parce que le sujet central de ce roman noir est la :
Peur
Présente,
Dévorante,
Envoûtante.
Et la manière de traiter le sujet des névroses devient tellement intime que cette histoire vous prend aux tripes et vous place en position de Mentionnaire. Oui, on se sent ainsi littéralement acteur du bouquin (pourtant écrit à la troisième personne). Une sacrée performance.
Adieu demain est une sorte de suite de Sale temps pour le pays paru en 2012, un récit en parallèle plutôt. Une chronique de l'Angleterre à travers les meurtres de serial killers, mélange de réalité et de fiction. Mais j'insiste fortement : ce roman peut se lire individuellement.
On peut découper le roman en trois grandes parties, débutant comme un voyage dans le temps entre 1969 et le début du 21° siècle, se poursuivant par une enquête "classique" (à la poursuite d'un serial killer) pour s'achever par une plongée psychologique particulièrement douloureuse et vivante.
Un récit d'une intelligence rare, sur un sujet qui pourrait paraître conventionnel (ce qui est loin d'être le cas), sublimé par un traitement haut de gamme. L'écriture, le phrasé, la construction sont d'une vraie modernité, avec des trouvailles stylistiques et de conception à chaque page (ah, ces merveilles d'enchaînements de paragraphes et de chapitres).
Innovant, à l'image de cette volonté de placer la musique à chaque étape du récit et de sa progression temporelle. Musique des mots qui s'entrechoquent, se mêlent et fusionnent avec les sons (une vraie traversée de l'histoire du Rock).
Un récit viscéral, avec une émotion à fleur de peau, même dans les passages qui traitent de l'actualité. C'est une évolution (naturelle) chez Michaël Mention qui rend ce roman si addictif et si prenant. L'auteur y lâche clairement les chevaux et la cavalcade est, pour le moins, remuante.
Attention donc, c'est le genre de bouquin qui vous rend durablement accro.
Lien : http://gruznamur.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
cannibalector
  04 avril 2016
Peter est né en 1969 au nord de l’Angleterre, a Leeds.Ce n'est pas le départ d'une vie érotique, loin de là:père cocu et alcolo, mère pute avec heures sup, crise économique, un frère et une sœur à aider; il s'en serait sorti pas trop mal sans une arachnophobie puissante qui lui fait tabasser un épicier qui refuse de lui prêter une bombe anti araignées : 4 ans en hôpital psy où il rencontre le célèbre tueur en série de son enfance: l'éventreur du yorkshire, en résulte une passion pour la criminologie et les sérial killer.
2 flics enquêtent sur un assassin qui commet plusieurs crimes sur des prostitués en utilisant une arbalète.
Roman noir: un vrai, un pur. La crise économique, les événements qui ont marqué Leeds de 1970 à 2005, les traces que laissent une jeunesse sans amour, la frustration qui s'abat sur les flics mis en échec par le tueur et la conséquence sur leurs proches sont beaucoup plus important que l'enquête en elle même.
Une amère chronique de la misère sociale , affective, et psychologique .
L'auteur est , malgré son pseudo et le lieu de l'intrigue,français. Encore une jeune romancier prometteur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
belette2911
  12 juin 2014
L'éventreur de Yorkshire... "Bof, me disais-je, pourquoi s'attaquer à de si petits chiens ?? Où est le danger ? La prise de risque ?" L'éventreur de rottweiler aura plus de risques...
Oups, je vous présente mes confuses : ce n'est pas un roman sur l'éventreur DE Yorkshire (le chien), mais l'éventreur DU Yorkshire (région d'Angleterre). Une lettre qui change tout.
Voilà encore un livre qui pourra faire de sa gueule devant les autres, dans ma biblio, se vantant d'avoir été lu en seulement "deux coups"... 100 pages lors du début, et le reste (275 pages), d'une traite, lundi soir !
Il pourra aussi dire à mes autres livres que je l'ai ADORÉ mais que je ne savais pas trop comment écrire ma chronique car ce roman mélange les genres et nous fait du "Quatre en un".
Déjà, dans ce roman, on change souvent d'époque, passant de la naissance de Peter en 1969 (1ère partie), jusqu'aux années 2001, ce qui nous fait défiler des tas d'événements, du règne de la Dame de fer à la maladie de la vache folle (je ne sais si les deux sont liés, mdr).
Une chronique ? Oui, on aura droit à une petite chronique de l'Angleterre qui passera comme une lettre à la poste tandis que nous suivons les meurtres ou le personnage de Peter.
Un Roman noir ? Oui, le contexte social est miséreux au possible dans cette partie Nord de l'Angleterre. Grèves, chômage, licenciement, crise financière, alcool, drogues, femmes battues...
J'ai eu mal au coeur en suivant les premières années de vie du petit Peter, jusqu'à son adolescence. La vie ne lui a pas fait de cadeau...
Peter... Un personnage que j'ai aimé, tout comme les deux flics : le superintendant Mark Burstyn et son jeune inspecteur Clarence Cooper, aussi obsessionnel que son chef et prêt à tout pour coincer le nouvel éventreur du Yorkshire, celui qui fait "bis repetita", 20 ans après le premier.
Une enquête ? Bien sûr ! Cela fait vingt ans que la police a arrêté l'Éventreur du Yorkshire (1981 - histoire véridique) et les voilà avec un tout nouveau tueur.
Modus operandi ? Un peu changé puisque lui, il transperce les femmes avec des carreaux d'arbalète. le cauchemar recommence et personne n'a droit à l'erreur. Un vrai roman policier noir !
Tous les personnages sont bien campés, avec leurs soucis, leurs emmerdes, leurs problèmes en tout genre, sans tomber dans le pathos.
L'écriture est vive, rapide, elle coule comme un ruisseau pour terminer en torrent émotionnel.
Petit plus, certaines phrases de chapitres sont laissées en suspens et elles se terminent sur le chapitre suivant.
Exemple : (dernière phrase du chapitre 14 - 1997) "Pour qu'enfin, le vrai Peter naisse du déluge... " (début chapitre 15 - 1998)"... qui s'abat sur le Yorkshire".
Oui, ce livre a une mise en page parfois détonante, mais elle lui va comme un gant. Une vraie innovation et j'ai adoré.
Pour un roman écrit au présent (ce que je déteste au plus haut point), il était très bien écrit parce que je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite qu'on était dans une narration au présent...
Roman psychologique ? Oh que oui !! On en apprendra plus sur les phobies... Là, on sentira sa douleur.
Rien oublié ? Si, un roman musical aussi car il y a de nombreuses références à des chansons, des groupes, dans ce roman policier noir phychologico-chronique-musical.
Du cinq en un !
Un roman qui m'a marqué et que je ne risque pas d'oublier de sitôt !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   10 août 2015
Les proverbes, c'est des conneries. Pourtant, quand on dit que toutes les bonnes choses ont une fin, c'est souvent le cas. C'est d'ailleurs injuste, car ce qui nous réjouit ne devrait jamais cesser. Ce qui nous peine, oui. Or, ce qui rend parfois la vie si compliquée, c'est que les bonnes choses peuvent devenir mauvaises au fil du temps. 
Commenter  J’apprécie          310
marina53marina53   10 août 2015
Chaque jour, politiciens et media taperont sur l’Islam au lieu de crever le véritable abcès de l’Humanité: le Dieu Pognon qui depuis toujours spécule sur la misère et négocie les os de ses propres suppôts. Scandaleux? Oui, mais pas autant que les mosquées et la viande hallal. Alors, les uns se dresseront face les autres. 
Commenter  J’apprécie          180
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   23 décembre 2015
L'école c'est bien, la récré c'est mieux. C'est sans doute ce que diraient tous les garçons de la Churchill Council School si on leur demandait leur avis.Or, on se fout de ce qu'ils pensent : depuis le XIXe siècle, le système éducatif du pays ne s'attache qu'à fabriquer des robots.
Commenter  J’apprécie          90
LapkastLapkast   15 mars 2014
Il surgit au deuxième étage, sous les yeux de patients perfusés et chaussonnés. Essoufflé, il s'élance dans le couloir. Une infirmière le regarde passer, puis retourne auprès des prématurés. Ils sont nombreux; alcoolisme maternel oblige. Après les consanguins friqués de York, voici les futurs destroyés de la "working class". Naître abîmé est une faiblesse sauf dans le Nord où l'on est ainsi mieux préparé à sa dureté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lehibooklehibook   02 décembre 2019
Un homme sur la touche .Un de plus,pendant que les autres continuent de batailler dans leur bac à sable. Infatigables d'orgueil ,affamés de conquêtes en tous points de la planète.des milliards d'existences croisées telles des sabres , au nom de l'Absolu. Du "Tout Puissant" au "Tout Argent" qui forment bien souvent...un tout.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michaël Mention (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Mention
Toucher le noir
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2366 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre