AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205074504
Éditeur : Dargaud (21/09/2018)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 91 notes)
Résumé :
Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d'arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d'y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d'un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l'auteure raconte le paradis de l'enfance, que la natu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
cardabelle
  13 octobre 2018
Rentrant d'une balade automnale , je quitte à regret une lande baignée de lumière dorée . Je vais me consoler en écoutant " L'humeur Vagabonde " à la radio .
Et là , le hasard m'offre la belle voix de Catherine Meurisse qui me transporte dans son enfance de rêve .
En conteuse de talent, elle présente son album : je suis conquise , tout de suite , il me le faut ! Moi qui n'ai pas lu de B.D. depuis ...ouh là là !!! ...la belle époque de Reiser ...ça date !
Bref , quelques jours plus tard, je faisais connaissance avec la sympathique famille Meurisse en savourant le récit de son existence campagnarde en Poitou .
C'est vraiment une immersion dans un monde privilégié que les parents ont offert à leurs deux fillettes . Ils ont rénové une ruine et construit tout autour une oasis , le royaume de l'authentique , de l'essentiel et de la beauté .
Et, là , elles s'épanouissent en découvrant la vraie vie mais aussi les nuisances et maltraitances infligées à la nature dans la campagne environnante .
Chance encore quand leurs parents cultivent et la terre et l'esprit !
On découvre avec joie les "plantations littéraires" : boutures de chez Proust piquées lors d'une visite à Illiers-Combray , de chez Montaigne ou encore de chez Rabelais etc ... le vieux chêne est baptisé Swann !
D'autres boutures encore qui vont faire renaître les arbres de l'enfance des parents : le hêtre pourpre a un fils , le cèdre un rejeton , une descendance personnifiée bien émouvante qui évoque aussi l'importance des racines et des liens familiaux avec son milieu, son passé , son environnement .
Ainsi,va--t-on suivre l'évolution de Catherine entre botanique, histoire , sciences et belles lettres . La petite fille grandit et se construit dans un nid d'amour , se heurte au monde et apprend à se consoler .
C'est un ouvrage très dense qui se veut militant mais qui a l'intelligence de délivrer ses messages avec de la douceur , de la poésie et beaucoup d'humour .
Mais, cela n'empêche en rien l'auteure de montrer l'état de certaines de nos campagnes aujourd'hui massacrées par l'agriculture intensive ou enlaidies par le béton . Une vérité qui semble lui tenir à coeur au risque de heurter .
C'est aussi ça l'esprit de Catherine Meurisse , ancienne dessinatrice d'une presse un brin iconoclaste mais en recherche de vérité .
Et, j'ai aussi envie de dire que plus d'une fois , il m'est arrivé de penser à Claire Bretecher. le graphisme ... la tournure d'esprit ...très voisin tout cela !
Mais , ce qui va surtout me rester de cette lecture , c'est le récit magnifique d'une enfance heureuse et l'hommage émouvant à la nature .
Alors ,tout simplement , merci Catherine Meurisse pour ce beau partage .




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          662
michfred
  30 septembre 2018
Je n'ai pas pu résister à cette première de couv' !
Une petite fille aux grands yeux naïfs, aux cheveux noirs et raides- Catherine elle-même, enfant- dessinée d'un trait net, ironique, cocasse, semble noyée dans un océan de verdure crayonné avec une légèreté, une finesse , une préciosité même, dignes d'un maître classique...tout le charme du livre est déjà là !

Catherine Meurisse , adulte,nous invite ensuite à traverser la grisaille de la ville par une porte imaginaire qu'elle trace sur le mur de son appartement et se retrouve au milieu d'un champ de tournesols dans lequel, bientôt, sa silhouette, disparaît, pour en ressortir, petite fille...
Alors commence un voyage en enfance, une ode à son enfance, plutôt, saluée par une parodie tordante des correspondances de Baudelaire.
Le ton est donné : fantaisie, poésie, émotion, dérision, nature et littérature! Un joli cocktail!
Les parents de Catherine, à qui, tendrement, elle dédie son livre, ont élevé leurs deux filles à la campagne, en Poitou-Charentes, où ils restaurent de leurs mains une vieille grange et entreprennent de planter arbres, fleurs et légumes au milieu d'une immense plaine, victime du démembrement rural.
Mais il y a Swann, le vieux chêne, il y a un petit orme qui fait de la résistance et surtout un sol si plein de traces du passé que les filles, Catherine et Fanny, se font , comme Pierre Loti, un musée à vitrines (ou plutôt à étagères ), avec cartels légendés et billets d'entrée.
Tant que le passé donne de tels signes de vitalité, l'avenir sera prometteur!
Sous l'égide de Proust, Zola-même si le Paradou de l'abbé Mouret est une aberration botanique- mais aussi avec les roses de Montaigne , les figues de Rabelais, les oeillets de Loti le rêve rousseauiste des Meurisse prend forme.
Et la petite Catherine y découvrira sa vocation grâce à un dessin refusé , à la gloire du Cabecou, où une chèvre allanguie, inspirée du Hamac de Courbet, ressemble un peu trop à la présidente de région, Ségolène Royal!
Un enchantement graphique et narratif!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3410
LePamplemousse
  16 janvier 2019
L'auteur a passé son enfance dans une ancienne ferme en rénovation entourée de grands espaces.
A la campagne quoi !
Comme moi et des tas d'autres gens, sauf que sa campagne à elle est remplie de soleil, d'art et de poésie, là où chez nous, c'était surtout de la pluie, des mauvaises odeurs et de la boue.
Elle a ainsi acquit le goût des belles choses quand nous, on n'avait qu'une envie, en partir le plus vite possible pour échapper à l'ennui.
Quand on a des parents cultivés, comme l'auteur, la campagne devient vite un formidable terrain de jeu et d'apprentissage, sinon, pour le commun des mortels, c'est juste un trou paumé où il n'y a rien à faire, surtout pour des enfants ou des adolescents.
Je n'ai pas été sensible à cette histoire personnelle, je n'ai pas accroché avec les dessins au style enfantin et sa découverte de la Nature dans toute sa splendeur n'a malheureusement pas éveillé de nostalgie en moi.
Commenter  J’apprécie          350
laurent35
  23 janvier 2019
Comme un souvenir d'enfance où l'on touche de près l'essentiel c'est à dire l'enfant que nous sommes
C'est une ballade campagnarde auquel j'ai assisté ça fait du bien et ça donne tout simplement envie d'écrire et de dessiner sa propre bd
Car si l'on cherche au plus profond de nous, la pureté de l'enfant resurgit...
MERCI Catherine Meurisse pour ce travail et ce message

Commenter  J’apprécie          200
saphoo
  02 janvier 2019
Magnifique BD, très beaux dessins, sur un thème tout aussi beau.
J'ai bien apprécié l'association de la nature à la littérature.
Sinon les grandes idées directives sont du déjà vues et revues. Protection de la nature, la campagne, et la vie à la campagne, la protection des espèces, etc..
Pour ceux qui vivent la campagne, rien nous surprenant dans cette bD mais c'est sa beauté qui en fait sa grandeur.
Commenter  J’apprécie          160

critiques presse (6)
Bedeo   14 janvier 2019
Plus qu’une bande dessinée Les grands espaces est une étude sociologique du monde paysan des années 80 liée à la politique de subvention de l’Union Européenne. Une ode à celle qui nous fit naître, nous fait vivre et nous absorbera une fois le cœur éteint.
Lire la critique sur le site : Bedeo
LaPresse   20 décembre 2018
À l'ombre de Swann, le vieux platane, les soeurs s'inventent un univers foisonnant.
La dessinatrice jette un regard tendre et plein d'humour sur cette période bénie où les melons l'intéressaient plus que les garçons!
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaFabriqueaBulles   18 décembre 2018
A la lecture, on s’émerveille du dessin qui nous offre une abondance de végétaux et de paysages très détaillés. S’inspirant parfois des peintres classiques que Catherine Meurisse découvrira plus tard au Louvre, tels que Camille Corot. D’autres fois, ils sont une évocation champêtre joviale et cocasse. Car l’humour évidemment, est, de même que la poésie, au cœur de l’album.
Lire la critique sur le site : LaFabriqueaBulles
Telerama   29 octobre 2018
Après La Légèreté, Catherine Meurisse se replonge dans le vert paradis des amours enfantines dans Les Grands Espaces. Pas de nostalgie, mais un plaidoyer pour la beauté des campagnes sans pesticides ni lotissements, et surtout un retour sensible, drôle et touchant sur son enfance dans le Poitou. Un bol de souvenirs et d’air frais.
Lire la critique sur le site : Telerama
BoDoi   12 octobre 2018
Enthousiaste quand elle décrit une visite au Louvre. Drolatique quand elle se montre envoûtée par les végétaux, totalement insensible aux tentatives grivoises des pré-ados du coin. Fantaisiste quand elle fait parler un nain (de jardin). Avec elle, on se perd bien volontiers dans « sa » campagne, cette « ludothèque qui s’ignore ».
Lire la critique sur le site : BoDoi
LeMonde   13 août 2018
L’ancienne dessinatrice de presse n’a pu résister, non plus, à doter son récit d’une dimension documentaire sous la forme d’une plongée dans les années 1980. Y sont décrits l’avènement de la société des loisirs, les mutations industrielles de l’agriculture, la périurbanisation du monde rural…
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   10 octobre 2018
[...] dans les champs , les haies ont été rasées , le paysage définitivement modifié .
[...]
Et quand ils n'arrachent pas , ils coupent...
J'ai toujours pensé qu'il y avait une proximité entre la tronçonneuse et le fusil de chasse.
La façon de porter l'engin , son odeur...celle de la poudre , du gasoil ,
le bruit ...

RRÈÈÈÈRRRR ...RRRÈÈRRRR... RÈÈÈRRRR ... RÈÈERR ... RRR...RREEERRRR...RREEERRR.......

Et ce même désir de supprimer , de faire table rase .


p. 28 et 29
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
michfredmichfred   30 septembre 2018
-Papa a trouvé en brocante cette grille qu'il a placée entre deux charmes. Elle n'ouvre sur rien de précis. On a surnommé ce coin le " Petit Trianon"
- Dame!
- Et le vieux verger qui était là avant nous, on le surnomme "le jardin de curé "
- Pourquoi?
- Parce qu'il est entouré de vieux murs et silencieux. On y a mis un bénitier.
-Toutes ces appellations, à quoi vous servent-elles?
-À agrandir l'espace!

( conversation entre Catherine et son nain de jardin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
michfredmichfred   30 septembre 2018
-Non seulement ça ne pousse pas vite, mais en plus, c'est surfait.
-Quoi?
- Le Jardin à la française, comme à Versailles. Ses axes, son ordre...Je préfère les jardins à l'anglaise.
- C'est quoi, un jardin à l'anglaise?
- C'est le bordel!
-Vous êtes Anglais?
-Non.

(Conversation entre Catherine et son nain de jardin.)
Commenter  J’apprécie          30
mikaelunvoasmikaelunvoas   24 septembre 2018
La campagne est un temple où de vaillants fermiers lancent parfois de confuses paroles.
Commenter  J’apprécie          70
laurent35laurent35   23 janvier 2019
Le rêve est dans la nature et la nature reprend toujours ses droits
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
Videos de Catherine Meurisse (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Meurisse
Rencontre avec les auteurs (Frédéric Maffre - Stern, Mathieu Burniat - TRAP, Tehem - Chroniques du Léopard, en sélection officielle, Paul Cauuet - Les Vieux Fourneaux), discussion avec Catherine Meurisse, les dédicaces... revivez cette deuxième journée du 46ème Festival International de la Bande Dessinée avec Dargaud
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3254 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..