AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848652330
Éditeur : Sarbacane (08/09/2008)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Vous aimez la littérature? Vous êtes capable de citer tout Racine sans oublier un seul alexandrin? Vous connaissez la date de naissance de Rabelais et le plat préféré de Proust? Ce livre est pour vous. Vous détestez la littérature? Vous avez tendance à confondre Flaubert et Voltaire? Vous pensez qu'un Romantique, c'est un type qui aime la Saint-Valentin? Ce livre est pour vous...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Under_The_Moon
  07 août 2016
Catherine Meurisse a eu l'occasion d'avoir les lumières des projecteurs du fait qu'elle a échappé par un (heureux ) concours de circonstance à l'attaque de Charlie Hebdo qu'il n'est plus besoin de présenter...
Mais ici, rien à voir !
Dans cet ouvrage où elle mêle habilement humour et amour de la littérature pour nous offrir une bande dessinée qui montre de façon habile, intelligente et pédagogique l'évolution de la littérature française du Moyen-Age au XXème siècle.
L'objectif n'est pas d'être exhaustive mais cette bande dessinée a le mérite de rendre compte clairement le passage d'un mouvement de pensée à un autre tout en le remettant dans son contexte historico-social.
C'est un mon sens, un livre qui s'adresse autant à des lecteurs (plus ou moins) chevronnés de la lecture qu'a des plus jeunes que ce soit dans son intégralité ou avec quelques extraits seulement.
Qui a dit que la littérature était un sujet barbant ?
En ce qui me concerne, je m'en vais de ce pas remonter quelques classiques dans ma PAL ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Laurany
  19 février 2016
Une bande dessinée peignant des caractères aussi fascinants les uns que les autres.
En effet, cette bande dessinée propose des planches présentant les différentes personnalités littéraires qui ont marqué l'histoire de la France. Ces planches sont organisées par période : Moyen-âge, du XVI ème siècle au XXème siècle et narrent de façon succincte les péripéties de ces écrivains aux personnalités multiples. Il y a de l'humour, de la précision et de jolis petits clin d'oeil qui sont les ingrédients qui nous font passer un très bon moment. Il m'est souvent arrivé de rire ou de sourire à la lecture ! J'ai été particulièrement séduite par le passage sur Zola !
Les dessins sont éloquents et intéressants. Les couleurs sont rares mais donnent une ambiance particulière aux planches. Ce;a témoigne de l'identité de la scénariste.
Au niveau du contenu, comme le souligne les remerciements, il n'a pas été possible de présenter tous les génies de la littérature française mais des allusions ou des dessins ont permis d'y faire référence.
Un bémol? Certains passages et traits d'esprit sont difficiles à comprendre si on ne connait pas l'oeuvre à laquelle elles s'y réfèrent. Cela peut être décevant pour le lecteur.
Le public? Je recommande cet ouvrage en libre service en lycée à partir de la 1ère. En effet, à l'occasion du bac français, les élèves cultivent leurs connaissances sur le monde littéraire et pourront retrouver ce qu'ils ont appris dans cette bande dessinée. Autrement, il est possible d'exploiter certaines planches en 3e dans le cadre d'une étude de l'oeuvre d'un des personnages présenté dans la bande dessinée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Accalia
  13 juillet 2012
J'ai eu l'impression de me retrouver devant un Lagarde et Michard (livres que j'adore) en BD et version marrante!

Cela va très très vite, on passe d'un auteur à un autre, un genre à un autre et on enchaîne si vite qu'on termine ce livre comme essoufflée et émerveillée (cela a été mon cas en tout cas)

L'auteur a fouillé dans la littérature, a mélangé allègrement les époques (que j'étais ravie de voir que Corneille s'adressait à Gérard Philippe, quand ils répètent le Cid!) et les oeuvres (Rastignac qui parle avec Balzac, Emma Bovary dans une pièce avec le visage de Flaubert (et tous les objets dans la pièce ont aussi le visage de Flaubert) déclamant : « Emma Bovary, c'est moi ! »)!

Je pense que mon passage préféré reste Emile Zola qui s'incruste en se cachant dans toutes les scènes de ses nombreux romans pour prendre des notes, toujours dans des endroits assez improbables.

Après, je comprenais toutes les références…je ne sais pas si quelqu'un qui ne s'y connait pas vraiment en littérature française peut trouver cela aussi drôle que moi.
La quatrième de couverture dit que ce livre est pour tous ceux qui aiment la littérature française, mais aussi pour ceux qui la détestent.
Je ne pense pas qu'une personne qui n'en a pas une vision d'ensemble et qui n'a personne pour lui expliquer, peut s'amuser autant que je me suis amusée à lire cet ouvrage.

Le seul regret est que ce livre est bien trop court…j'aurais voulu en avoir des centaines et des centaines de pages de plus à dévorer!
Lien : http://writeifyouplease.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
melusine1701
  19 mai 2011
l'histoire littéraire, vous trouvez cela obscur et ennuyeux? Ouvrez cette bande dessinée. du Moyen Age au XXième siècle, les bulles mettent en scène quelques-uns des plus grands auteurs français, dans un quotidien imagé qui exprime à merveille les tenants et aboutissants de leur vie et/ou de leur oeuvre, le tout en langage dépoussiéré mais sans pour autant faire l'impasse sur le texte original. On commencera avec un certain Renart, troubadour, qui récite des fabliaux en refusant les droits d'auteurs aux autres poètes puisqu'il récite une variante (puisée dans un livre intitulé "Lagarde Michard"). Poursuivons avec une guerre picrocholine déclenchée par ces paroles: "On a froissé mes fouaciers! Faisons le forcing!". Montaigne, quant à lui, s'allonge sur un divan pour raconter à lui-même ses réflexions sur tout et n'importe quoi. le pauvre Corneille essaye de mettre en scène son Cid auquel personne ne comprend rien (en particulier les acteurs) alors que Racine se brouille avec Molière lorsque celui-ci lui dit: "Toi, inspirer la terreur, je ne vois pas, mais la pitié, oui, certainement!". Gérard de Nerval se dit "le Ténébreux, le Veuf, l'Inconsolé", ce qui fait dire au narrateur que le XIXème siècle ne se place pas du tout sous le signe de la fun attitude. Enfin Marcel Proust s'étonne de tout ce qui peut lui revenir dans une simple madeleine, lui qui n'arrive même pas à se rappeler où il a mis les clés de son fiacre (Cocteau tentera d'ailleurs l'expérience, mais sans succès, se demandant si les petits beurres ne seraient pas plus efficaces...). Quant à la page sur la bataille d'Hernani, je vous laisse imaginer le dessin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Petitemey
  16 novembre 2014
Ce livre a été pour moi un vrai régal. Nous avons là de courtes histoires qui reprennent le plus important à savoir sur les hommes piliers de la littérature, ou, du moins, une sélection (j'en aurais quand même rajouté quelques uns mais, pour une synthèse c'est déjà admirable).
Cette BD recèle donc d'une très plaisante pédagogie en mêlant le savoir à la légèreté de ces histoires drôles aux personnages loufoques. Cela fera rire chacun: le lecteur averti comme le timide qui regarde, hésitant, les librairies/bibliothèques.
La littérature se prend moins de haut.
Je repenserai encore longtemps à la courte histoire traitant de Flaubert. Il y est expliqué que, grand réaliste qu'il était, celui-ci se mettait au mieux dans la peau de ses personnages de romans; on voit alors sa caricature travestie, vêtue d'une longue robe, s'exclamer: "Je suis madame Bovary!!".
Une excellente façon d'apprendre l'essentiel, en s'amusant.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   12 août 2016
[Moyen Age]
Bientôt, les clercs [hommes d'Eglise] se mettent à écrire en langue vulgaire.
« Si on continue à écrire en latin, les ploucs n'auront jamais accès au savoir.
- Mais c'est pas grave du tout, ça ! C'est pas grave du tout !
- Et si on leur enseignait le latin ?
- Trop ringard.
- Je sais ! On va traduire tous nos livres en langue romane.
- Hein ?
- En français vulgaire. »
La littérature française était née.
(p. 11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LauranyLaurany   23 février 2016
Emma Bovary est une mauvaise épouse, une mauvaise mère, une femme adultère, endettée... qui met fin à ses jours... Et le pire, c'est que vous êtes complice de la jouissance destructrice de votre héroïne.
Commenter  J’apprécie          60
JoohJooh   11 juin 2015
Le coeur est fatigué. Cette femme doit lire trop de romans...
Commenter  J’apprécie          220
LauranyLaurany   23 février 2016
Aucun homme n'a le droit de commander aux autres. Si la nature a établi quelque autorité, c'est la puissance paternelle... mais la puissance paternelle a ses bornes, et dans l'état de nature, elle finirait aussitôt que les enfants seraient en état de se conduire... ( Diderot)
Commenter  J’apprécie          40
liratouva2liratouva2   05 juin 2013
Ce livre n’aurait pas pu se faire sans :Chrétien de Troyes, Rabelais, La Pléiade, Du Bellay, Montaigne, Corneille, La Fontaine, Molière, Racine, Diderot, Rousseau, Voltaire, Hugo, Sand, Balzac, Flaubert, Zola, Proust, Colette, Sartre, Beauvoir.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Catherine Meurisse (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Meurisse
Rencontre avec les auteurs (Frédéric Maffre - Stern, Mathieu Burniat - TRAP, Tehem - Chroniques du Léopard, en sélection officielle, Paul Cauuet - Les Vieux Fourneaux), discussion avec Catherine Meurisse, les dédicaces... revivez cette deuxième journée du 46ème Festival International de la Bande Dessinée avec Dargaud
autres livres classés : histoire de la litteratureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3309 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..