AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 237792025X
Éditeur : Fata Morgana (20/09/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Mon frère avait trouvé le temps avant moi.
Tout le premier, il avait tenu cet or dans sa paume ; puis il était descendu dans le fleuve au bord duquel les hommes rient ou gémissent en oubliant ce qu’ils sont, disait-il, sans tenir compte, lui, qu’il était mon cadet de deux ans et que je n’avais pas atteint ma dixième année. Il était trop petit pour soutenir ce qu’il avançait. Il prétendait pourtant n’être pas tout à fait ce que les mots font de nou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
coco4649coco4649   07 décembre 2018
Nous sommes des impropriétés de langage…


    « Nous sommes des impropriétés de
langage – dès lors condamnés à des nuages
de métaphores. » ajoutait-il [mon père].
    « Le nuage d'inconnaissance…» mur-
murait ma mère.
    Ce qu'ils disaient, ce soir là, à l'endroit
où la rivière se glisse dans le lac qui naît
d'elle, me semblait plus obscur que le grand
puits où, dans la cour, je laissais tomber
des mots qu'on n'osait pas prononcer, à la
maison, qui devait rester aussi pure, selon
ma mère, que le for intérieur.

p.17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   07 décembre 2018
Nous sommes nés d'un cri …


    « Nous sommes nés d'un cri et d'un
accord syntaxique. » disait mon frère.
     « Venus au monde dans une langue autant
que dans ce qui la réfute. » ajoutait ma sœur.
    Et ma mère : « C'est pourquoi nous
vivons dans l'espérance. »
    Mon père ajoutait que toute vie est une
phrase  complexe  en quête  de  sa  forme
nominale.
    Nous étions, aurais-je pu dire, des ellipses
en suspens dans le ciel du printemps.
    L'espérance, je m'y attendais de la
même façon qu'aux merveilles ou à ce
que mon père appelait le Léthé : un mot
dans quoi j'entendais un mélange de lait
et d'été – breuvage pareil à cette liqueur
qu'on buvait sur la vieille table de granit,
à l'extrémité du parc, aux beaux jours, et,
cette liqueur, que l'eau muait en un nuage
blanc qui, disait mon père, procurait cette
joie si proche du désir de mourir.
...

p.16-17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   07 décembre 2018
 
 
    Le vent s'était levé, rapprochait nos
visages, remuant la poussière qui retombait
sur nos lèvres.
    «Les mots sont la poussière du temps. »
murmurait mon frère.
    «Chaque grain de poussière contient le
temps tout entier. » chuchotait ma sœur.
    «En naissant, nous tombons dans le
langage, qui n'est qu'un remords du grand
silence. » marmonnait ma mère.
    «Mon père s'était retiré dans le silence
des hypallages.
    Le langage est l'ombre du temps,
aurais-je pu dire, certain que mon frère
eût répondu que le langage est le temps
lui-même, que celui-ci n'existe donc pas,
et que nous sommes tous faits de
langue, solécismes, barbarismes, oxymores,
corps incertains appelés à être soufflés
par le Verbe.

p.28-29
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   07 décembre 2018
     Qu'est-ce que c'est que le temps ?...


    «Qu'est-ce que c'est que le temps ? »
    «Ce que tu bredouilles, là, justement. »
m'a répondu mon frère.
    Et il riait de me voir semblable à du
papier mâché.
    Il a pris une poignée de sable : le mica
bruissait comme la voix des femmes, au
fond des chambres, avant la nuit.
    «C'est aussi ce mica…» a-t-il dit, en ajou-
tant que si on pouvait constituer un miroir
de tous ces grains et nous y contempler,
nous deviendrions immortels.


p18
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   07 décembre 2018
 
 
    « Le temps est un orvet qui se mord la
queue. » chantonnait mon frère .

p.25
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Richard Millet (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Millet
Richard Millet présente son ouvrage "Le corps politique de Gérard Depardieu".
autres livres classés : poésie en proseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1870 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre