AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363390814
Éditeur : Finitude (20/04/2017)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Un chemin sur la berge d’un fleuve. Ils sont nombreux à l’emprunter chaque matin : une jeune femme y promène son chien, un couple de lycéens s’y cache pour sécher les cours, un clochard y traîne sa folie, un jeune boulanger aime y méditer.
Mais ce jour-là, au bord de l’eau, une femme aux escarpins rouges est allongée. Morte.
Tous passeront devant elle, tous la verront, aucun n’interviendra. Personne n’appellera la police, personne n’en parlera. Ils ont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
lucia-lilas
  01 juin 2017
Lorsque Carlotta Bitonti accompagnée d'Oscar son teckel se retrouve nez à nez avec le cadavre d'une femme allongée sur le sol le long des berges d'un fleuve, elle manifeste une légère hésitation. Évidemment , le mieux serait certainement d'appeler le 112 afin d'avertir la police, ce qui signifierait aussi rester coincée une demi-journée dans un commissariat, répondre à des questions, stresser à l'idée, pourquoi pas, d'être soupçonnée de meurtre etc, etc. Un dernier regard sur le joli cadavre portant escarpins rouges et puis ciao, il y aura bien un autre promeneur qui s'occupera de cette désagréable affaire ! Après tout, on n'est pas les seuls sur terre, certains ont du temps pour gérer ce genre de choses. Mais elle, elle a prévu d'occuper autrement sa journée, alors adieu le cadavre et bonne continuation ! ...
Dans le fond, elle n'a pas tort la Carlotta Bitonti car elle est suivie de près par un couple d'adolescents qui a bien l'intention de profiter pleinement du bon air de la campagne pour s'adonner au plaisir, guidés par des hormones en folie et par l'usage d'une substance qui les mettra rapidement dans d'excellentes dispositions. Hélas, c'est sans compter sur cet encombrant cadavre féminin qui décidément s'est mis en tête de perturber la vie des promeneurs en ce jour si clément. Bon, ça tombe mal ce truc, car dans son sac, le garçon a une certaine quantité de ladite substance qu'il s'apprête à fumer et appeler la police le mettrait dans une situation plus que gênante. Après s'être assurés qu'ils s'aiment réciproquement (c'est important l'amour dans les coups durs!), les deux tourtereaux décident de s'envoler vers d'autres lieux plus tranquilles où le paysage n'est pas gâché par un cadavre, élégant certes d'un point de vue esthétique, mais un cadavre tout de même ! Et puis, il y aura bien un autre promeneur qui, lui, n'aura rien de compromettant dans les poches et qui pourra sans crainte s'occuper de cette délicate affaire !
Cela dit, peut-on vivre avec un poids aussi lourd sur la conscience, avec le sentiment de s'être montré lâche  et égoïste? Pas facile, non, vraiment, et pour ces personnages, ce joli cadavre sera peut-être la rencontre qui changera leur vie… A moins qu'un événement pour le moins inattendu ne survienne ...
Un délicieux petit roman drôle, plein de malice et très humain…Une comédie a priori légère mais qui en dit tant sur ce que nous sommes … et ce n'est pas toujours beau à voir …
Un bon moment de lecture !
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Herve-Lionel
  03 octobre 2017
La Feuille Volante n° 1173
Si belle, mais si morteRosa Mogliasso – Éditions Finitude.
Traduit de l'italien par Joseph Incardona.
C'est agréable de se promener au bord d'un fleuve, à condition toutefois de ne pas y rencontrer un cadavre dont les pieds dépassent d'un fourré, même si ces pieds appartiennent à une jolie femme et sont chaussés d'élégants escarpins rouges. Tous ceux qui apercevront ce corps, que ce soit un couple de lycéens en flagrant délit d'école buissonnière, une jeune femme occupée à promener son chien, un jeune pâtissier homosexuel ou un clochard en proie à la folie, tous auront de bonnes raisons pour faire comme s'ils ne l'avaient pas vu et ce d'autant que des événements extérieurs, indépendants de leur volonté, viendront les perturber. Bref, aucun n'avertira les secours. Il y a certes l'obligation morale ou civique qui devrait inciter chacun à la dénonciation, mais, du simple point de vue de la logique, il est évident qu'un assassin continuait sans doute à errer dans la ville, à la recherche de sa prochaine victime. Cela devrait être suffisant pour avertir les autorités.
C'est un petit roman court qui rend compte d'un fait divers presque ordinaire et étudie la façon de chacun de l'appréhender. Il met en scène et étudie des hommes et des femmes sous la forme d'une mosaïque de portraits, des vivants bien vivants face à cette belle femme morte à la fois omniprésente mais qu'on oublie vite cependant. Mine de rien il nous amène à nous interroger nous-mêmes sur notre attitude personnelle en pareil cas parce c'est toujours facile de rire, ou de sourire, des situations parfois gênantes dans lesquelles se trouvent les autres. Cela permet de faire l'impasse sur soi-même et l'humour avec lequel tout cela est dit est révélateur..Heureusement la morale est sauve puisque ce cadavre, ayant pénétré par hasard dans chacune des vies de ceux qui l'ont aperçu et voulu l'oublier, va y laisser son empreinte. Ce corps n'est pas là par hasard, cette berge du fleuve devient petit à petit le lieu de rendez-vous de ces témoins mais aussi le point de rencontre de la vie avec sa spiritualité, sa sensualité, ses espoirs, ses remords. Cet endroit devient celui des prises de conscience, des remises en question, des grandes décisions...mais c'est une autre histoire !
Le sujet a beau être grave et dénoncer un des nombreux travers des hommes, capables du pire comme du meilleur, mais surtout du pire, Il est traité avec un certain humour, à la façon et au rythme d'une comédie italienne, au point qu'on en oublie cette pauvre femme morte au bord du fleuve. Nous avons affaire à une galerie de portraits fort bien brossés qui rend compte de l'espèce humaine dans sa complexité et dans sa diversité, dans sa lâcheté aussi. J'y vois aussi autre chose à titre personnel.. Derrière les sourires, j'aperçois, en filigranes, la mort qui se profile, celle qui viendra plus tard pour chacun d'entre eux à son rythme et à son heure, mais pas comme celle de cette femme sans doute assassinée, une mort « normale », la fin d' une vie qui arrive à son terme, la fin d'un parcours trop dur, ou trop facile, trop superficiel ou trop riche..Mais avant, il faut vivre dans l'instant et en épuiser les joies, en assumer les changements parce que demain sera un autre jour avec son lot de surprises, de déconvenues et de hasards.
Ce sont de courts chapitres d'un court roman qui entraînent le lecteurs dans une sorte d'univers un peu particulier, d'une histoire surprenante où le suspense est entretenu jusqu'à la fin. Pour moi, ça a été une belle découverte d'une auteur inconnue jusque là et de son premier roman traduit en français.
© Hervé GAUTIER – Octobre 2017. [http://hervegautier.e-monsite.com]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ratus
  15 mai 2017
Ils sont quatre, tour à tour ils vont découvrir au détour de leur ballade des escarpins rouges dépassant d'un buisson chaussés par cette "si belle, mais si morte "... Rester, fuir, appeler au secours... ils passeront leur chemin laissant ce corps inerte drapés dans leurs misérables justifications.
Le temps de la réflexion, du remord, de la défense, de la réparation viendra.
Auteure incroyable de polar non traduit encore en France excepté ce bijou.
Un roman qui soulève les pans sombres d'une certaine nature humaine racontée avec cynisme sans fioriture.
Un roman court qui laisse sur le carreau...j 'aime.
Commenter  J’apprécie          100
BobPolar
  08 août 2017
Il lui aura fallu moins de 150 pages pour nous concocter un récit d'une apparente légèreté mais qui soulève de nombreuses failles dans les comportements humains - avec cette douceâtre amertume que la lâcheté peut diffuser. Rosa Mogliasso, qui a déjà publié une série policière dans spn pays, s'engage cette fois-ci dans une voie pavée de noir. Celle-ci est un chemin de halage où des chaussures rouges puis un corps inerte de femme attire les regards de plusieurs riverains. La dame au chien, le jeune couple et le vagabond ne préviennent pas la police. Chacun a ses raisons ou plutôt ses fausses raisons. C'est ainsi que l'on va assister à une valse des cogitations, à des agissements saugrenus.

En adoptant un ton volontairement fripon l'auteure propose une étude de moeurs sur une manifestation de l'immoralité ordinaire. Car le sujet est sensible : découvrir une morte, tourner le dos et fuir ses responsabilités. Mais si ces femmes et ces hommes sont dans l'incapacité d'assumer leurs actes il semble évident qu'ils dissimulent leurs failles lorsque l'on suit leurs réactions - ce sont des attitudes équivoques guidées par leur anxiété, leur stress dont on ne peut sortir indemne. Celles-ci pourraient choquer ou plus simplement nous interpeler mais la malice de l'écriture entre en jeu et finalement elles prêtent à sourire ou à pouffer. le rire peut être forcé avec un léger grincement de dents. Un humour noirci par l'incongruité ou le trouble qui s'est emparé des fautifs. Car culpabilité il y a.

C'est un roman qui, par de savantes pirouettes, nous entraîne dans un tourbillon insolite où la morale - sentence suprême - s'applique à redresser les torts. Par le biais d'un fait-divers l'habileté de la romancière s'exprime à souhait. Car cette étude de moeurs au rouage bien huilé va révéler toute sa potentialité dès lors que nous constatons avec stupeur qu'il y a un hic. Nouvelle auteure de roman noir, nouveau talent de la Botte.
Une fort belle découverte ! [...]
Lire la suite sur : http://bobpolarexpress.over-blog.com/2017/08/si-belle-mais-si-morte-rosa-mogliasso.html
Lien : http://bobpolarexpress.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
luciecoutant
  22 décembre 2017
A quoi tient le déroulement d'une journée, le cours d'une vie ? Chacun des personnages présents sur la berge a déjà déterminé la suite de sa journée et n'entend pas en être dévié. Chacun a quelque chose à faire, quelque amoureux à rêver, quelque folie à étancher. A chacun son histoire, son passé, son présent et le futur qu'il se réserve. Autant de raisons, anodines d'ailleurs, de passer son chemin.
Malheureusement pour eux, il y a une femme morte sur la berge. Une femme belle, élégante, avec des escarpins rouges, mais morte. le lecteur suit avec amusement et curiosité les personnages, leur petite lâcheté, leur indifférence forcée. Indifférence qui n'en est pas une, puisque chaque témoin est profondément marqué par cette rencontre.
Ce qu'il est advenu de cette belle morte, ce n'est pas le sujet. D'ailleurs, quand les uns et les autres reviennent sur leurs pas, les escarpins ne sont pas là, non plus que le corps. Etait-ce un mirage ?
Le lecteur se fait ainsi témoin des témoins, par ce roman entre comédie et sociologie. Une grande finesse d'écriture.
Le dénouement, inattendu, ravit le lecteur qui comprend alors la raison du terme « roman-piège » employé dans le Canard Enchaîné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MadameTapiocaMadameTapioca   22 mai 2017
Elle était aussi belle qu'elle était morte. D'une élégance discrète, jouant sur les tons et les nuances de beige, du genre qui veut plaire mais sans ostentation. Seules ses chaussures étaient un tantinet extravagantes: rouges, le talon trop haut, évasées sur le devant. Les orteils dépassaient de la semelle et s'élargissaient en un éventail de viande dont les extrémités vernies étaient du même rouge carmin que ses chaussures.
Maintenant, la question qui se posait était simple: ignorer ce corps, continuer son chemin après avoir rappelé le chien et lire la nouvelle dans les journaux, ou bien appeler le 112 et rester coincée au commissariat une bonne partie de la journée qui, soit dit en passant, avait déjà mal commencé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MadameTapiocaMadameTapioca   23 mai 2017
Sa mère l'avait avertie, pourtant : on ne choisit pas un homme par amour. "Ne mise surtout pas sur l'amour, ma fille, jamais, parce que l'amour prend fin tôt ou tard, et rien n'est plus mort qu'un amour mort. Un amour mort est une carcasse avec laquelle tu devras vivre au quotidien, jour après jour, partager sa chambre et son lit, respirer son odeur de putréfaction comme celle d'une encombrante dépouille."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
etautreshistoiretautreshistoir   14 juin 2017
Et pourtant, pensa-t'il, l'hésitation était ce qui distinguait l'homme de toute autre forme de vie (...) Si les êtres humains s'étaient limités à affronter ou fuir le danger, si leur marge de manœuvre de résumait à la fuite ou à l'attaque, alors les hommes n'auraient jamais construit des cathédrales ou décoré des couverts; en d'autres termes, il n'auraient jamais fait quelque-chose de gratuit et de beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Herve-LionelHerve-Lionel   02 octobre 2017
Ne mise surtout pas sur l'amour, ma fille, jamais, parce que l'amour prend fin tôt ou tard, et rien n'est plus mort qu'un amour mort.
Commenter  J’apprécie          10
Herve-LionelHerve-Lionel   03 octobre 2017
Dans la vie, tôt ou tard, on finit par payer l'addition.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Rosa Mogliasso (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rosa Mogliasso
Payot - Marque Page - Rosa Mogliasso - Si belle, mais si morte
autres livres classés : étude de moeursVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1234 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .