AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782265155046
180 pages
Fleuve Editions (24/09/2020)
3.58/5   128 notes
Résumé :
Franck, chauffeur de taxi, est triste parce que son chat est mort, que sa vie est monotone et qu’il est seul. Un jour, il reçoit un appel de Louise, qui souhaite se rendre à Enghien. Quand il arrive, une vieille dame l’attend, avec une petite valise à ses côtés, devant la porte de sa maison qu’elle a décidé de laisser grande ouverte : "comme ça, tout le monde pourra venir se servir…" Elle n’a pas l’intention de revenir mais souhaite retrouver enfin le grand amour de... >Voir plus
Que lire après Le souffleur de nuagesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 128 notes
5
6 avis
4
24 avis
3
10 avis
2
2 avis
1
0 avis
Nadine Monfils a cette particularité de mettre des couleurs sur des personnages qui semblent au premier abord insignifiants : un chauffeur de taxi, une vieille institutrice, veuve et a la retraite.

Si l'histoire semble légère au premier abord, grâce à la plume de Nadine Monfils et a son humour. Au final, elle pose le doigt sur des gens solitaires, qui ont laissé passer leur chance, leur amour, leur vie....

Un petit roman qui montre qu'il n'est jamais trop tard et que les belles rencontres sont souvent le fruit du hasard.

J'aime beaucoup la façon d'écrire de l'auteure . C'est récréatif, parfois jouissif dans les dialogues . Et puis elle a cette façon de camper ses personnages qui est formidable.

Si son côté déjanté peut en rebuter certains, moi je suis conquise par cette auteure, quel que soit son registre.
Des lectures qui permettent de décompresser, et de voir parfois la vie en couleur.
Commenter  J’apprécie          865
Lui, c'est un chauffeur de taxi parisien, exposé aux rencontres fugaces avec des clients plus ou moins courtois, plus ou moins bavards, et de plus en plus exigeants.
Elle, c'est une frêle femme aux cheveux argentés, qui fait appel à Franck pour la conduire jusqu'à Enghien. Tout en se posant quelques questions sur sa santé mentale (la vénérable aïeule est partie en laissant la porte de sa maison grande ouverte!), il accepte la course.

C'est le point de départ d'échanges qui leur permettront de faire connaissance et de comprendre ce qui pousse la vieille dame à ainsi tout laisser derrière elle pour tenter de retrouver les bribes d'un bonheur passé.

Nadine Monfils dresse avec tendresse le portrait de ces deux personnages, unis dans leur solitude et qui finiront par se soutenir pour atteindre un but commun. Et qui sait, les belles rencontres sont souvent le fruit du hasard.

C'est un roman agréable et facile à lire, au point de soupçonner qu'il était peut-être destiné à la jeunesse, ce qu'infirme l'âge des protagonistes.

Le bémol vient plutôt de la sensation de déjà vu : le chauffeur de taxi las de ces contacts éphémères et de plus en plus irrévérencieux, la mamie rebelle et un peu extravagante ne sont pas des nouveautés.

C'est une récréation apaisante entre deux romans plus puissants.
Merci à Netgalley et aux éditions Fleuve.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          682
🍬 Rentrée littéraire 2020 🍬

Attirée par le résumé et la couverture je me suis lancée sans tarder dans la lecture. Frank est chauffeur de taxi, il est désabusé, solitaire, il s'est renfermé pour se protéger de l'amour après une cruelle désillusion ! Louise est une ancienne institutrice, veuve et manifestement assez âgée. Elle quitte tout ce qui fait son quotidien pour rechercher l'amour de sa vie et se retrouve dans le taxi de Frank. Il va la trouver déroutante et énervante ; elle va le trouver triste !

Je termine ce livre avec un avis assez mitigé. Non pas sur le personnage de Frank mais sur celui de Louise. Elle a continuellement des belles phrases, de belles sentences, de beaux adages à la bouche et les assène à tout bout de champ ; à un moment c'est trop, ça me lasse ! J'ai même envie de fermer le livre et le mettre de côté tellement ça me semble factice.

Et puis j'ai eu l'impression d'avoir affaire au chat d'Alice, elle saute de tous les côtés, continue inlassablement à déclamer son réalisme et son positivisme et même si ça permet de sortir Frank de sa léthargie limite morbide, là aussi c'est trop !

Et le dénouement est trop rapide et inconsistant. L'exubérance de Louise moins extrême aurait permis de goûter la poésie des mots et de leur sens mais là ça fait l'effet d'une surenchère étouffante !

#Lesouffleurdenuages #NetGalleyFrance #fleuveeditions

CHALLENGE RIQUIQUIS 2020
DEFI RENTREE LITTERAIRE 2020
Commenter  J’apprécie          330
Avec le Souffleur de nuages, Nadine Monfils nous entraine à nouveau, comme avec son dernier roman le rêve d'un fou, dans l'univers de ceux qui ne s'expriment pas en pleine page mais choisissent de créer leur monde dans l'une des marges.
Franck le chauffeur de taxi sans histoires (on pourrait le voir comme tel mais des histoires il en a à ne pas savoir qu'en faire), rencontre Hélène, la vieille dame que d'aucuns jugeraient indigne (mais qui ne l'est pas du tout indigne).
Leur rencontre va provoquer une déflagration dans leur vie en les confrontant à cette réalité qu'ils souhaitaient au plus profond d'eux-mêmes mais qu'ils ont toujours fui. Par peur de ne pas savoir, de ne pas pouvoir vivre cette vie rêvée.
Nadine Monfils en profite pour caser au passage quelques références bien senties et bienvenues dont elle aime à nous régaler :
Ainsi lorsque Franck nous parle des célébrités qu'il a transporté dans son taxi,
« La seule avec laquelle il avait bien ri était Dominique Lavanant. Elle était serrée dans une veste rose, trop courte. Il l'avait emmenée à l'enterrement de Mocky. Elle lui avait raconté qu'elle portait cette veste dans un de ses films et qu'il l'avait trouvée chez Emmaüs. « Avare, mais grand bonhomme ! Je l'adorais ! » avait-elle ajouté.»
Où, lorsqu'Hélène évoque la ville de Senlis chère à son coeur (je ne vous dis pas pourquoi),
«La maison dans laquelle il vivait est rue du Puits Tiphaine, à côté de celle de Séraphine de Senlis. Vous voyez de qui je parle ? 
— Non. Je n'ai pas l'honneur de connaître cette dame, regretta Franck. Je devrais ? 
— Vous n'avez pas vu le film avec Yolande Moreau ? 
— Je n'ai pas beaucoup l'occasion d'aller au cinéma avec les horaires que j'ai. Dommage parce que j'adore cette actrice, elle est formidable. 
— Oui ! Et c'est un très beau film ! Elle jouait le rôle de Séraphine Louis, dite Séraphine de Senlis. C'était une femme de ménage toute simple, orpheline à l'âge de 7 ans. Un jour, un critique d'art l'embauche et découvre qu'elle peint des natures mortes, des fleurs foisonnantes et très colorées, de la végétation tropicale et paradisiaque. Séduit par son talent, il décide de devenir son mécène.»
Un roman court (133 pages) du genre que l'on dévore et dont on sort la tête toute rêveuse et pleine de bonnes questions.
Il y a dans le titre le souffleur de nuages une reminiscence du Pelleteux de nuages dont les Canadiens affublent Jean-Baptiste Adamberg le commissaire de Fred Vargas.
Je concluerai cette chronique en reprenant ce que dit Christian Bobin à propos du roman « J'ai lu votre texte ou plutôt je l'ai traversé de part en part, comme on traverse un pays étranger, sans jamais s'y sentir en exil.»
Impression confirmée.
Un livre à lire.
Une petite dernière à laquelle je ne peux résister :
« — Savez – vous comment on dit « je t'aime » en Belgique ? Je suis bleue de toi… »
Je suis bleu de Nadine, moi !
Lien : https://camalonga.wordpress...
Commenter  J’apprécie          324
Un joli titre ..comme cette drôle d'histoire abracadabrante..une mamie pétillante qui prend un taxi,se lie d'amitié avec le chauffeur le prenant à témoin en lui racontant ses souvenirs. Par la suite, elle va l'impliquer involontairement dans sa recherche : retrouver 'un amour perdu qu'elle espère retrouver après plus de vingt ans.
..une gentille histoire,plein de bons sentiments, sans transcendance, un joli conte pour Noël...
Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (1)
LeSoir
27 octobre 2020
Le vrai «Souffleur de nuages», c'est Nadine Monfils, qui ensoleille la vie de rêves, de légèreté, d'amour et de pied-de-nez à la morosité.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
« L’amour n’est pas une béquille, mais on est tous des culs-de-jatte quand on aime ». 
C’est le tag que lisait Franck, arrêté à un feu rouge, au volant de son taxi. Il aimait son métier, le contact avec les gens, pourtant pas toujours faciles… Certains étaient grossiers, ne lui disaient même pas bonjour ni au revoir. Comme s’il était à leur service, pareil à un robot. Sans doute étaient-ils habitués à cette époque de plus en plus déshumanisée qui est la nôtre. Bientôt, il serait remplacé par une voiture sans chauffeur. 
Mais il n’était pas désabusé. C’était pas son caractère. Il partait du principe que le pessimisme est un fabricant de naufrage. Pourtant, on ne peut pas dire qu’il avait eu une existence fleurie ! Ses parents avaient divorcé quand il était encore très jeune et il avait dû franchir une haie de ronces. Sa grand-mère lui avait dit : « Deviens un souffleur de nuages et n’oublie jamais que la vie peut être belle. Mais il faut savoir la regarder. » 
Parfois, il avait des p’tits coups de blues, sans raison, mais ce jour-là, il en avait une. Il venait de perdre son chat. Son compagnon de tant d’années d’amour et de complicité. 
Il était doublement attaché à cet animal qui avait appartenu à sa grand-mère qu’il adorait. Elle avait trouvé ce chaton sur le pas de sa porte et l’avait appelé Mariano, comme Luis, ce chanteur d’opérette pour lequel elle avait une passion. Elle disait que quand elle l’écoutait, elle avait le moral remonté à bloc ! Lorsque la vieille dame était décédée cinq ans plus tôt, il avait recueilli son chat. Il avait l’impression qu’elle lui avait laissé un petit bout de son âme et que c’est elle qui le regardait à travers ses yeux verts. Elle était drôle et douce, exactement comme cette petite boule de poils. Une présence bienveillante et calme, un frôlement de soie dans la maison. Elle s’en est allée comme elle avait vécu : sans bruit, laissant derrière elle quelques rêves, pareils à un parfum de violettes. Et quand le chat ronronnait, il savait que c’était elle qui lui murmurait des mots tendres. 
Commenter  J’apprécie          50
Vous voyez cet arbre? dit-elle en lui désignant un acacia le long de l'allée. Il a les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. C'est ainsi que nous devons être. C'est ça, l'équilibre.
Commenter  J’apprécie          170
J'aime que les mots soient comme des bonbons qu'on a envie de laisser fondre sur la langue du diable. Des mots à sucer, à rêver, à enfermer dans une boîte à malices. Juste pour le plaisir de les ressortir de temps à autre. Et de les faire rôtir au milieu d'un champ de pâquerettes. On a ses petits chouchous, ceux qu'on cajole les soirs de pluie quand le bleu du ciel n'est qu'un souvenir que tapisse le cœur. Les mots qui donnent un air de fête à ce qui nous tue. Une façon de tirer la langue à la Faucheuse.
Commenter  J’apprécie          40
Semer un petit bonheur par jour fait de nous des jardiniers du coeur.
Commenter  J’apprécie          270
- La mort vous effraie?
- A quoi bon? répondit Hélène. De toute façon, elle aura un jour raison de nous. La vraie mort n'est pas celle du corps. Mourir, c'est penser comme on nous l'a appris, c'est faire ce qu'on nous a dit de faire aveuglément, c'est se taire quand on a envie de crier. Ce n'est qu'au dernier moment, au dernier souffle que l'on sait si on a vécu comme un mourant.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Nadine Monfils (82) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nadine Monfils
LES FOLLES ENQUÊTES DE MAGRITTE ET GEORGETTE - NADINE MONFILS
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (272) Voir plus



Quiz Voir plus

Ice cream et châtiments

Le héros s'appelle Elvis Cadillac, un sosie du King Elvis, son nom de scène est :

The King of Béthune
Le king de Liège
The King from Charleroi
The Manneken King

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Ice cream et châtiments de Nadine MonfilsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..