AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Natalie Zimmermann (Traducteur)
EAN : 9782749118680
496 pages
Le Cherche midi (03/02/2011)
3.36/5   84 notes
Résumé :
La période de Noël ne s'annonce guère féerique pour Jack Paris, de la police de Cleveland. Celui-ci ne s'est jamais remis du meurtre de son ami l'inspecteur Michael Ryan, retrouvé mort dans une chambre d'hôtel sordide, après avoir été accusé de corruption.
Malgré ses efforts, Paris, obsédé par l'affaire, n'a jamais pu laver la réputation de Ryan ni élucider les circonstances de son décès. Et voici qu'une nouvelle affaire, des plus compliquées, l'attend: une s... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,36

sur 84 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
4 avis
1
2 avis

fichetoux
  04 juin 2012
Mouais…bon, au moins j'ai été jusqu'à la fin…mais suis resté sur ma faim.
Bon, ok, il y a le flic, la journaliste, l'autre flic, le méchant vilain psychopathe qui tue, les personnages secondaires qui se font tuer par le dit vilain méchant psychopathe, la dead line , tout le tremblement classique , l'ambiance polar noir quoi…mais, je ne suis pas rassasié.Peu être justement par ce côté « classique »
Ce petit goût de trop peu, je me l'explique par le fait que l'auteur a « surfé » sur le côté magie noire, santéria et autre sans vraiment l'approfondir et le développer, maintenant, à sa décharge, il s'agit d'un thriller policier et non d'un thriller policier « fantastique »
.
Le « twist » final me laisse également dubitatif car non clairement expliqué (ou alors je n'ai rien compris et vais devoir réapprendre à lire entre les lignes, ou autre hypothèse, tout comme le prestidigitateur, l'auteur ne peut/ne veut dévoiler son truc…)
Bref, en soi, ce n'est pas un mauvais bouquin, mais, je me répète, il me manque la petite touche « magique »
Fred-Fichetoux-Beg mode désabusé je chicane activé
Note de L'auteur :eh, Fichetoux, la prochaine fois, écris le toi-même du con !
Note de Fichetoux : pardon, m'sieur, ne le ferai plus 
Note de l'auteur : ok, c'est bon pour une fois…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Domichel
  22 août 2016
« le mal engendre le mal, Fingers… »
Pourquoi et comment ce message mystérieux est-il arrivé à Jack Paris ?
La seule personne qui peut le lui avoir adressé est Mike Ryan, mais Mike est mort depuis deux ans, dans des conditions plus que troubles qui ont laissé un voile d'opprobre sur sa mémoire… Ce message va vite devenir un leïtmotiv angoissant car Jack est confronté à une série de meurtres de plus en plus sordides avec un parfum sulfureux de rituel, et qui le ramènent à chaque fois plus près de Mike et lui-même.
Ce roman de 2001, 2011 pour la traduction française faisait partie d'une sélection “1 Pocket offert pour 2 achetés” l'an dernier. Il attendait donc sagement dans ma PàL. Dès la couverture on s'attend au pire et on n'est pas déçu. Introduit par une accroche de James Ellroy : « Terrifiant, préparez-vous à une nuit blanche ». Son titre “Cérémonie” est assez fidèle au contenu même si à l'origine “Kiss of Evil” aurait pu se traduire littéralement en français.
Richard Montanari, n'est pas italien contrairement aux apparences mais américain, et comme beaucoup de ses confrères m'était totalement inconnu. Il poursuit parallèlement une série de thrillers avec un duo de détectives Byrne & Balzano (cf. page de garde).
L'intrigue, si elle est conforme à ce genre d'ouvrage, a le mérite de ne pas laisser le lecteur tranquille et le rend très vite “addict”, d'autant que la narration est rapide et se conjugue à plusieurs voix, celle du tueur qui lentement mais sûrement agit avec détermination, celle de Jack, flic qui répond aux canons du genre : seul, divorcé, un brin picoleur, oscillant entre dépression et envie de tout recommencer dès qu'il tombe amoureux, ce qui arrive facilement… Celles encore des personnages dits secondaires, acteurs ou marionnettes au fil de l'histoire, mais qui viennent étoffer le récit.
J'ai passé un bon moment de lecture et si le thème du “serial killer” n'est pas nouveau, il est traité ici avec un style bien particulier. Je ne deviendrai sans doute pas cette fois encore un lecteur assidu des auteurs d'outre-Atlantique mais à l'occasion pourquoi pas y revenir. Deux étoiles qui en valent trois…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LUKE59
  16 décembre 2011
Richard Montanari nous livre un thriller sombre,inquiétant ,chargé d'hémoglobine,sur fond de vaudou caraïbéen.Encore une énième histoire de tueur en série,direz-vous!Certes ,mais nous avons là une intrigue remarquablement bien construite et captivante,avec plusieurs destins et points de vue se croisant pour se rapprocher petit à petit et se rejoindre lors du dénouement.Bref, au final,sans crier au chef d'oeuvre,je dirais qu'il s'agit,pour les amateurs du genre, d'un excellent cru de cet auteur,peut être son meilleur roman à ce jour.J' ai dévoré ce pavé en quelques jours en effectuant parfois quelques retours en arrière pour ne pas perdre le fil .
Commenter  J’apprécie          60
Vepug
  01 juin 2011
Comme l'illustration de couverture, rouge sang, le montre, ce roman est basé sur des pratiques vaudous.
Il est divisé en trois parties. La première constitue la mise en place de l'intrigue. Il y a certaines lenteurs auxquelles l'auteur de m'avait pas habitué dans ses précédents thrillers. Mais, j'étais prise par l'histoire et rien au monde ne m'aurais empêché de lire la suite. Dans la deuxième partie, les personnages se multiplient, s'entrecroisent. Leurs personnalités s'étoffent. Richard Montanari insère des chapitres sur le passé du suspect dont on ne connaît pas encore la véritable identité. Tout s'accélére dans la troisième partie. Les chapitres sont plus courts, certains ne faisant qu'une demi-page. Les personnages que l'on voyait avec différents visages sont désormais bien identifiés. Petit à petit nous découvrons toutes les facettes des divers protagonistes ainsi que leurs secrets. L'étau se resserre autour de Jack Paris que toutes les preuves accusent. Mais il s'en sortira et de façon surprenante face à un tueur tout autant surprenant.
J'ai eu beaucoup plus de mal à rentrer dans ce roman que dans ses précédents. Celui-ci est vraiment très très noir. le style reste, néanmoins très incisif.
Ce roman est un excellent thriller que j'ai dévoré en moins d'une semaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lysette
  06 mai 2022
Bof... Bof... Bof...
Je suis très mitigée sur ce roman ou le bon côtoie le n'importe quoi...
Pour le bon, je dirais que l'intrigue se tient. Que le flic est un personnage banal mais pas cliché ce qui est pas mal. Que le tueur peut se montrer franchement ingénieux par moment. Que les personnages secondaires apportent des éclairs de génie par moment. Mention spécial pour Greg qui à la fin du livre m'a complétement scotché !
Mais malheureusement il y a aussi le n'importe quoi... Il y a cette gentille mère de famille qui devient du jour au lendemain une meurtrière sans qu'on comprenne pourquoi. Il y a cette vague de vengeance envers les flics non justifiés parce que l'erreur est humaine. Il y a le tueur qui est tous le monde et cela même si c'est incohérent ! Non mais franchement je veux bien croire qu'il sait se déguiser... Mais faut pas pousser le bouchon quand même !
Et puis il y les rituels et le fameux titre cérémonie, mais qui n'est pas assez exploité pour être crédible. C'est juste posé là, et puis on s'en sert à sa guise sans aller au bout. C'est dommage.
En bref, un roman qui ne m'a pas convaincue et qui ne me donne que très peu envie de découvrir les autres romans de cet auteur. Un certain gâchis au vu de certaines bonnes idées qui jalonnent le roman !
Belles lectures à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Domichel
Domichel  
Mais c’est l’aspect de la tête de l’homme qui glace le sang de Paris.
La tête est enveloppée dans du fil de fer barbelé.
La photo ressemble à un cliché de police standard pris sur le lieu du crime, mais ne porte aucune mention officielle. Les bords jaunis et les blancs légèrement brunis lui indiquent que la photo est ancienne. Quinze, vingt ans peut-être. Une adresse écrite à la main à l’encre bleue, figure dans le coin supérieur droit. Une adresse dans la Vingt-troisième Rue Est.
Paris retourne la photo et croit un instant à une illusion d’optique avant d’identifier ce qu’il découvre au dos.
C’est une phrase. Six mots manuscrits qui n’auraient pas du être écrits au dos de cette photo dans le bureau d’un mort, d’un homme qui ne respire plus depuis deux ans. Du fond de sa tombe glacée, Michael Ryan a écrit en rouge :
« Le mal engendre le mal, Fingers. »
Commenter  J’apprécie          30
LUKE59
LUKE59  
Paris laisse pour le moment Mercedes Cruz aux bons soins d'un agent en uniforme et pénètre dans le bâtiment.Il est aussitôt assailli par l'odeur de la mort,par le parfum humide du lieu à l'abandon.Rapide examen des lieux:ampoules de crack,capotes usagées,débris de verre,emballages de fast-food.../...Les toiles d'araignées pendent en cascades épaisses dans tous les coins;le sol est jonché de cadavres d'insectes, d'excréments d'animaux, d' ossements minuscules.(p 105)
Commenter  J’apprécie          50
Vepug
Vepug  
Paris sort un instant, soulagé de retrouver l'air glacé matinal. Il allume une cigarette et contemple le couloir extérieur qui dessert les portes rayées et mal en point du Dream-A-Dream Motel. Toutes pareilles. D'innombrables drames dissimulés derrière chacune d'elles. D'innombrables drames à venir.
Commenter  J’apprécie          40
Domichel
Domichel  
Ça fait dix-huit ans qu’il monte les escaliers les plus sombres de la ville, qu’il descend dans les caves les plus humides, s’aventure dans les ruelles les plus menaçantes, évoluant parmi les habitants de la nuit les plus miséreux. De Fairfax à Old Brooklyn en passant par Collinwood et Hough. Ça lui a coûté son mariage et quelques millions de neurones imbibés d’alcool, mais l’adrénaline est toujours là, et son cœur bondit toujours dans sa poitrine quand il se retrouve devant une affaire. Le corps n’est peut-être plus ce qu’il tait, il a plus de mal qu’auparavant à courser un suspect, mails il met toujours une ferveur de jeune homme à jouer à ce jeu de crime et châtiment.
Commenter  J’apprécie          10
LUKE59
LUKE59  
Paris repense à la cérémonie qui s'est déroulée dans cave de la vieille dame,et comme elle lui a paru décalée,violente et païenne.Il concède cependant en regardant autour de lui que le catholicisme a lui aussi ses rites,des cultes étranges que d'autres religions peuvent trouver dérangeants.(p374)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Richard Montanari (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Montanari
The Killing Room Book Trailer by Richard Montanari
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2501 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre