AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264050274
10-18 (30/11/-1)
3.28/5   130 notes
Résumé :
Pirou, château-fort accroché au rivage du duché de Normandie, n'aurait dû être qu'une brève étape du périple de Tancrède et de son maître Hugues de Tarse.
Mais en ce mois de septembre 1155, alors qu'un froid terrible s'abat sur le Cotentin, la Mort s'invite dans la citadelle. Le haut-mal en est-il seul responsable ? Ou est-ce la passion secrète de Bjorn, le pêcheur, pour la maîtresse des lieux ?
Ou ce cavalier noir qui rôde sur les grèves ? Pris dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,28

sur 130 notes
5
4 avis
4
1 avis
3
7 avis
2
5 avis
1
1 avis

BazaR
  28 mai 2020
C'est pas mal, mais j'avoue que j'espérais autre chose.
Étant donné la nature du héros, je m'attendais à retrouver l'atmosphère exotique et ensoleillée du royaume Normand de Sicile, si bien évoqué par Michel Subiela dans le cycle du Sang des Hauteville. Si Tancrède et son maître Hugues de Tarse semblent avoir un rapport avec ce royaume, le décor de l'action se situe en fait dans le Cotentin, près de Coutances, un retour aux sources en quelque sorte. Malgré cette première déception, Viviane Moore est parvenue à me faire apprécier ses paysages de mielles (mot issu du vieux norois pour « dunes », et de château cerné par un étang.
Autre contrariété : la grande Histoire est notoirement absente de l'intrigue, elle aussi. A peine sait-on que Roger II de Sicile vient de mourir, qu'Henri II Plantagenêt est sur le trône d'Angleterre depuis peu et que son frère Geoffroy rallie pour lui contester le pouvoir. le récit policier se centre sur le passionnel, pas sur le politique. Il y a beaucoup de jalousie, d'envie et de haine au château de Pirou. C'est très oedipien : le fils face au père, la fille face au père. Beaucoup de secrets aussi. Bref, tous les éléments que l'on retrouve dans une histoire de Hercule Poirot, par exemple.
Les héros ont cet aspect étranger, coloré et exotique contrastant avec les normands du Cotentin. le maître Hugues et l'élève Tancrède forment un duo qui rappelle Guillaume de Baskerville et Adso de Melk dans le Nom de la Rose (hormis que Tancrède a un potentiel guerrier plus développé qu'Adso). Tancrède est encore en phase d'initiation et c'est Hugues qui résout crimes et énigmes qui ne manquent pas de tomber. La mise en place des relations passionnelles est longue, il faut attendre la moitié du roman pour voir le premier sang. Les suspects sont trop souvent en état de colère à mon goût.
L'histoire personnelle des deux héros va servir de fil rouge au cycle de sept romans. Hugues montre au lecteur qu'ils sont en fuite. Des chevaliers du sud croisés dans une foire l'inquiète. le maître cache des secrets à son élève, probablement liés à son identité. Tancrède ignore beaucoup de choses sur lui-même. C'est ce mystère qui me donne envie de continuer.
Et puis, peut-être que leurs voyages les mèneront vers la Sicile, voire l'Orient…
Ah j'oubliais : mettre une carte en début de volume est une très bonne idée, mais Viviane Moore aurait dû éviter d'y noter l'emplacement du « lieu où on a trouvé Untel ». Car dès le début, on sait donc qu'Untel va mourir. Erreur de débutant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
Fon95
  23 juillet 2021
Gratuit via une opé 10/18, le Peuple du Vent à accumulé une sacré dose de poussière avant que je me decide enfin à m'y attaquer. Dans ce premier volet de l'Épopée des normands de Sicile, Viviane Moore nous plonge au 12e siècle, dans le Cotentin féodal, pour tenter de résoudre quelques énigmes insolubles.
Flanqué de Hugues de Tarse et de Tancrède, mystérieux invités du château de Pirou, nous voilà embarqué dans une atmosphère pesante, fruit de relations familiales détestables, et autres secrets locaux, évidemment enfouis de longue date.
On est donc sur du polar historique, même si cette caractéristique n'est malheureusement pas autant développée que je l'aurais espéré, et, franchement, je suis resté sur ma faim.
L'intrigue est prenante certes, mais tout est un peu trop cliché à mon goût.
Les personnages sont assez caricaturaux, ça ressemble même parfois à un ersatz du Nom de la Rose. L'histoire est pas trop mal ficelée, mais son évolution est plutôt simpliste, à l'instar des dialogues. La plume quand à elle, est assez neutre, voire fadasse par moment.
Pas grand chose à se mettre sous la dent pour moi dans ce roman. Déjà assez peu attiré par les polars, il y a très peu de chances que j'insiste avec cette saga. Dommage, il y avait quand même un certain potentiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Bislys
  26 février 2022
C'est fou comme des livres de 270 pages peuvent paraitre en faire 700 quand l'intrigue est ennuyeuse. Et c'est exactement le cas pour le peuple du vent. Les 100 premières pages sont interminables. Je me demandais quand l'intrigue allait enfin se mettre en route. Et quand enfin on commence, ce n'est pas du tout à la hauteur de mes attentes. le roman recycle tous les clichés du roman médiéval : rivalité fraternel, amour contrarié... Et que ne serait pas un polar médiéval sans sa dose de poison! Il y avait vraiment moyen de faire quelque chose mais l'auteur s'est obstiné à faire du convenu avec une résolution visible des lieues à la ronde. Très très dommage pour ce policier historique dont j'attendais beaucoup mieux.
Commenter  J’apprécie          143
stefmet
  25 février 2014
En refermant ce livre, il se dégage comme un sentiment de déception. Bon, l'intrigue se tient (même si il est assez facile de comprendre le pourquoi du comment avant la fin), la lecture se fait facilement mais...
Mais j'ai eu du mal à m'attacher aux deux personnages qui feront le noyau de cette série, Hugues et Tancrède.
De même j'ai l'impression de retrouver pas mal de personnages déjà croisés ailleurs: les seigneurs violents et irascibles, la jeune damoiselle qui refuse la condition soumise des femmes de l'époque, le moine herboriste etc... Sans oublier le froid, indispensable dans tout roman médiéval, qui glace les os. Cela gâche un peu le plaisir de la lecture. Pourquoi les auteurs véhiculent souvent les mêmes images du Moyen-Âge? Il serait temps que les romanciers lisent les parutions des historiens qui réhabilitent cette époque.
En tout cas, comme j'ai déjà la suite de cette série dans ma bibliothèque, j'espère que les prochains épisodes me surprendront davantage.
Commenter  J’apprécie          64
Rhodopsine
  27 août 2018
En Picardie, lorsque le temps se rafraîchit un peu sans toutefois devenir glacial, on se contente d'observer: on ne peut pas dire qu'il fasse froid...
De ce roman, lu justement un dimanche dont on ne pouvait dire qu'il fît froid, je trouve qu'on ne pas dire qu'il fût mauvais.
Juste un peu trop lent dans son exposition interminable, juste un peu trop didactique dans ses explications de guide touristique (géographie, puis histoire...), un peu trop attendu dans ses personnages mêmes (le seigneur cruel, la jeune fille intrépide, le moine qui en sait trop, la famille aux secrets longtemps enfouis, mais dévoilés en un rien de temps...). Et les deux personnages dont on voit bien qu'ils seront les héros récurrents d'une série, fades, lisses, parfaits: j'ai lu, sans enthousiasme, à la lisière de l'ennui, par curiosité (le dénouement de l'intrigue est sans surprise).
Les autres tomes ne me tentent pas. Tant pis!
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   30 décembre 2013
Vous irez loin, fort loin, messire Tancrède, par terre et par mer, vers des pays où l’on parle d’autres langues que la nôtre, où l’or et l’argent tapissent les mures, où les femmes sont si belles qu’on les enferme, vous serez prince parmi les princes, et mendiant aussi…
Commenter  J’apprécie          150
BazaRBazaR   24 mai 2020
Les morts. Les anges sans nom qu'on enterrait le long des remparts du manoir de l’Épine. Les baptisés qu'on conduisait au cimetière. De ses innombrables grossesses, il ne restait que Mauger et Clotilde, sa petite dernière, âgée de six ans.
Commenter  J’apprécie          110
BazaRBazaR   25 mai 2020
— Un poète persan a dit : "Quand l'arbre est petit, le jardinier l'oriente comme il veut..."
— "... mais il ne peut plus, lorsque l’arbre a grandi, redresser ses courbures et ses sinuosités". Le poète, si je me souviens bien de mes études, est Abur Shakour.
Commenter  J’apprécie          100
BazaRBazaR   28 mai 2020
Cette affaire est comme un écheveau emmêlé. Si nous tirons le mauvais fil, nous ne ferons que davantage de nœuds.
Commenter  J’apprécie          140
shelbyleeshelbylee   19 décembre 2010
- Tu es une drôle de petite fille !
- Je suis intelligente, c'est pour çà ! fit la gamine en redressant le menton. Trop, y dit mon frère. Y dit : "L'intelligence, c'est plus lourd à porter qu'une bûche"
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Viviane Moore (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Viviane Moore
A l'occasion du salon "Rendez-vous de l'histoire" à Blois, rencontre avec Viviane Moore autour de son ouvrage "Les gardiens de la lagune" aux éditions 10-18.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2285183/viviane-moore-les-gardiens-de-la-lagune
Note de musique : © Scott Holmes
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : Normandie (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Viviane Moore, Le seigneur sans visage

Quel est l'animal de compagnie de Michel ?

une hermine
un chat
une salamandre
un chien

15 questions
654 lecteurs ont répondu
Thème : Le Seigneur sans visage de Viviane MooreCréer un quiz sur ce livre