AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2869597312
Éditeur : Arléa (09/03/2006)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 20 notes)
Résumé :
"Rentrer à la maison", c'est l'idée fixe d'un garçon de dix ans qu'on a mis à l'internat. Cela se passe en 1962, dans une petite ville d'Auvergne.
Trente-huit ans plus tard, il raconte le dortoir, la cour, l'étude du soir et la promenade du jeudi. Il revit au présent ces événements dérisoires mais qui refusent obstinément de s'effacer : la gifle injuste, les billes perdues, la grille qui se referme...
Autant de tragédies minuscules dont l'évocation ne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
TheWind
  22 décembre 2015
Il y a peu, à l'occasion d'une critique d'un de ses livres, j'évoquais ma tendresse particulière pour Jean-Claude Mourlevat. Cet auteur a reçu de nombreux prix littéraires pour la jeunesse et c'est amplement mérité ! Ses talents de conteur et de romancier ne sont plus à prouver. Bourré d'imagination, de sensibilité, d'empathie et d'humour, il n'a pas son pareil pour raconter des aventures extraordinaires.

Le roman dont je vais vous parler aujourd'hui est d'un tout autre style.
C'est une autobiographie que Jean-Claude Mourlevat a écrite en 2002, après avoir publié quatre romans. La quatrième de couverture qualifie ce roman autobiographique de « récréation ».
Il y évoque sa première année à l'internat du lycée Blaise Pascal alors qu'il n'était qu'un tout jeune garçon de dix ans.

Et là inévitablement, une chanson vient me trotter dans la tête :
« J'ai dix ans
Des billes plein les poches
J'ai dix ans
Les filles c'est des cloches
J'ai dix ans
Laissez-moi rêver
Que j'ai dix ans
Si tu m'crois pas hé
Tar' ta gueule à la récré »

Oui bon, d'accord pour les billes plein les poches, mais le petit Jean-Claude, lui, à dix ans, il n'était pas tellement frondeur et encore moins bagarreur.
Il n'avait surtout qu'une envie : rentrer à la maison.

En une cinquantaine de chapitres très courts, Jean-Claude Mourlevat revient sur ces événements qui l'ont marqué, qui ne se sont peut-être pas tout à fait passés comme ça mais qu'importe, il livre ici ses souvenirs d'enfant empreints d'une certaine mélancolie mais aussi d'autodérision.
Repas infâmes, gifle magistrale injustifiée, sentiment d'abandon, emploi du temps strict, attente interminable de la délivrance et du gâteau du samedi...tels sont les souvenirs de cet écrivain.
Ça n'a rien d'extraordinaire, ça n'a rien non plus de profondément terrifiant mais c'est tout simplement touchant. Si certains épisodes évoquent particulièrement l'immense détresse ressentie par Jean-Claude, d'autres sont plus légers et distrayants.
Une tendre et émouvante parenthèse que cette autobiographie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
zazimuth
  22 juin 2017
J'ai trouvé par hasard ce petit livre et comme j'aime bien les romans pour ados de l'auteur j'étais curieuse de savoir de quoi il était question.
Jean-Claude Mourlevat raconte son entrée en 6ème dans un internat à 40 km de la ferme familiale, dans lequel ses grands frères sont déjà scolarisés.
Il a du mal à supporter l'éloignement de la maison et de sa mère et à s'habituer à la vie communautaire dans les dortoirs.
Les chapitres courts narrent des épisodes, des anecdotes mais aussi décrivent la vie en internat au début des années 60.
J'ai été frappée de découvrir comment les enfants de la campagne se sentent marginalisés (par leur vocabulaire et leur mode de vie familier) auprès de citadins.
J'ai surtout trouvée magistrale la façon dont l'auteur a su transcrire les sentiments et les émotions d'un enfant qui quitte l'environnement familier pour la première fois.
Commenter  J’apprécie          82
calypso
  19 avril 2017
Voici un petit roman qui se lit très vite... Je n'ai jamais lu d'oeuvres de Jean-Claude Mourlevat, même si je le connais de nom. Il a délaissé, l'espace d'une centaine de pages, ses romans destinés à la jeunesse pour nous livrer quelques aventures vécues durant son année de sixième, une année pendant laquelle il avoue s'est « ennuyé », au sens propre du terme : malheureux à l'internat où il suit ses études, il n'aura qu'un seul souhait, rentrer à la maison.
L'oeuvre se divise en courts chapitres et certains m'ont particulièrement plu, je les ai trouvés très drôles : « Robinson, mon frère », « Non solum,... sed etiam », ou encore ce petit chapitre au titre allemand où l'auteur évoque le souvenir d'un professeur d'allemand obèse...
Je vous laisse savourer !

Lien : http://aperto.libro.over-blo..
Commenter  J’apprécie          10
3ZIEM
  28 novembre 2014
Je trouve ce livre entraînant, car on rentre vite dans l'histoire. L'auteur fait bien passer les émotions au bon moment.
J'ai bien aimé ce livre et je le recommande.
D.R
Commenter  J’apprécie          00
Orha08
  29 juin 2019
Un petit roman qui se lit, bon on éprouve pas grand chose à sa lecture voire rien et pourtant j'aime beaucoup Mourlevat mais j'ai trouvé ce livre très fade
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lecturejeune   01 septembre 2006
Lecture jeune, n°119 - C’est un bien étrange roman qu’a écrit Per Olov Enquist, d’après le Livre des Questions de Blanche Wittman, sur les destins croisés de cette dernière, du neurologue Charcot, de Marie et Pierre Curie. Internée à la Salpêtrière, Blanche se prête, pendant seize ans, aux expériences d’hypnose du professeur Charcot qui exhibe les malades devant un amphithéâtre d’étudiants. Intelligente et séduisante, elle est la patiente favorite du médecin jusqu’à sa mort, dont elle se déclare coupable. Guérie, elle devient l’assistante et la confidente de Marie Curie. Brûlée par le radium, elle est amputée des jambes et d’un bras, survivant dans un corps mutilé et minuscule. Amie dévouée, Blanche recherche la véritable nature de la passion et étudie les rapports entre l’amour et la science à travers le lien qui a uni Marie à Pierre, puis au physicien Paul Langevin. Marie Curie est honnie pour avoir brisé le foyer des Langevin, et pour d’autres raisons encore : étrangère, juive, elle a obtenu deux fois le prix Nobel. De sa lueur bleutée, la pechblende, symbole du feu de la science, irradie les deux femmes qui poursuivent leurs recherches avec un courage et une ténacité inouïs. Le récit leur donne une dimension emblématique, féministe et héroïque. Il procède par retours en arrière et répétitions, comme un questionnement scientifique ou une mélopée incantatoire, ce qui le rend parfois difficile à lire. Pourtant, la richesse de la thématique et l’éloge rendu aux femmes de science passionneront les jeunes, pourvu qu’ils soient amateurs de grands romans ambitieux. On peut penser que les adolescentes seront surtout sensibles au récit d’une amitié forte et sincère entre deux héroïnes battantes et que ceux qui se destinent à des études scientifiques seront curieux de découvrir le contexte de cette époque d’intenses découvertes. Malgré la dureté des situations vécues par les protagonistes, le roman, original et très documenté, est empreint d’une philosophie optimiste. « L’amour triomphe de tout ». ? Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   21 juin 2018
- Si tu me parles de ça, Marcel, c'est peut-être que... tu connais quelqu'un qui est paralysé, c'est ça ?
- Non, pourquoi ?
- Pour rien... Je croyais...
- Non, non.
Ma déception est vive, je dois l'avouer. Un Marcel miniature cloué sur un fauteuil à roues m'aurait bien convenu à cet instant. Dommage. L'intensité dramatique de notre promenade chute d'un coup. Marcel le sent et tente de la restaurer :
- Et toi ? Tu...connais quelqu'un ?
Je suis à deux doigts d'inventer un paralysé dans ma famille afin de sauver ce qui peut l'être encore, mais il n'y a rien chez nous qui s'en rapproche : à la maison nous trottons tous comme des lapins. Il vaut mieux être franc :
- Non, moi non plus, je n'en connais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ladesiderienneladesiderienne   06 janvier 2014
Premier à surgir de ma mémoire : Bœuf.
Pourquoi justement lui ? Je ne sais pas. Il émerge du brouillard, échappé comme un coureur cycliste, seul et net. Il est en noir et blanc (tous mes souvenirs de cette année-là sont d'abord en noir et blanc, ils se colorisent ensuite seulement). Je le vois dans tous ses contours à présent : il porte sa blouse grise, comme nous tous, il a les épaules voûtées, le teint pâle et le cheveu terne. Ses dents de devant sont trouées, par l'acidité sans doute. Car Bœuf est doté d'une singularité étonnante : il a le don de régurgiter à sa guise les aliments, en particulier la viande. Il en avale exprès de gros morceaux sans les mâcher. Après le repas de midi ou plus souvent après celui du soir (privilège à ses camarades d'internat), il fait la démonstration de son art. Pour regarder il faut s'acquitter de cinquante centimes (cinquante francs dit-on encore par habitude).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TheWindTheWind   22 décembre 2015
Vraiment ? Mais serai-je revenu du bagne dans trente ans ? On prétend que nul n'en revient.
Tu ne vas pas au bagne, tu vas au bois avec la promenade. Marche, petit garçon, ne pense plus à rien.
Commenter  J’apprécie          140
calypsocalypso   30 juillet 2017
Qu'y avait-il dans ces heures aujourd'hui disparues ? De quoi étaient-elles faites ? Ma mémoire est une plage. J'erre. Je crois tenir la mer et le sable, et l'immensité, mais je ne trouve que quelques pauvres coquillages. Je les fais tourner dans ma main, les entrechoque (comme des billes), les mélange, les confonds. Je m'égare.
Commenter  J’apprécie          20
zazimuthzazimuth   21 août 2017
- C'est quoi l'essentiel ?
- C'est le nœud que tu as dans la gorge à l'instant, l'envie de pleurer, le chagrin... Je n'ai jamais oublié... (p.119)
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Jean-Claude Mourlevat (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Mourlevat
Dans ce nouvel Update Lecture, je vous parle de 8 romans : des suites de sagas de fantasy, de nouvelles sagas pour les adolescents, un titre historique et même un récit autobiographique ! Retrouvez toutes les autres vidéos ici : http://urlz.fr/2DGt
Merci aux visiteurs fidèles et aux nouveaux abonnés. Merci à ceux qui prennent le temps de commenter et à ceux qui laissent un petit pouce positif. Merci pour votre bienveillance, votre positivité, votre soutien, vos conseils... Merci, merci, merci !
♣ Les Livres cités : - NéaChronical, T. 2 de J. VIGNE (Editions du Chat Noir) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Occultes racines, T. 1 de SARIGAN (Editions mille cent quinze) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Les Filles de Brick Lane, T. 1 de S. CURHAM (Flammarion Jeunesse) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Le Suivant sur la liste, T. 1 de M. FARGETTON (Rageot Thriller) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - La Vie rêvée d'Henrietta de R. MACKENZIE (Denoël) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Le Puits des Mémoires, T. 2 de G. KATZ (Scrineo) - Le Chagrin du roi mort de J.-C. MOURLEVAT (Gallimard Jeunesse) - M Train de P. SMITH (Gallimard)
Pour me suivre dans mes aventures, c'est un peu partout : ♣ Le blog : http://bazardelalitterature.com ♣ La page Facebook : http://tinyurl.com/7dya3ko ♣ Twitter : https://twitter.com/DameMeli ♣ Instagram : https://instagram.com/bazardelalitter... ♣ Mon mail : melisende(at)hotmail.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'enfant océan

combien y a il d'enfants ???

5
6
7
9

6 questions
193 lecteurs ont répondu
Thème : L'Enfant Océan de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur ce livre