AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782869598201
148 pages
Éditeur : Arléa (07/05/2008)

Note moyenne : 4/5 (sur 101 notes)
Résumé :
Paris, 1944. Une petite fille de quatre ans vit dans l'insouciance de la guerre, seule avec sa mère fantasque qu'elle adore. Lorsque revient le père, qu'elle n'a jamais vu, prisonnier de guerre libéré, l'existence de celle qu'on appelle "la petite" est bouleversée. Pour cet intrus qui lui prend sa mère et entend imposer son autorité, elle éprouve d'abord de la haine, de l'effroi aussi devant sa dureté, sa violence, son étrangeté. Puis, avec tout l'excès dont est cap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  02 mars 2017
Je viens de découvrir tout récemment , avec bonheur et délectation, la très belle écriture de Marie Sizun avec son dernier roman "La gouvernante suédoise". Dans la lancée de mon enthousiasme, je poursuis ma "connaissance" de cette écrivaine. Dans le présent, j'ai lu son premier roman , des plus bouleversants , " le Père de la petite", après avoir
lu avec une forte émotion, "Un jour par la forêt"...
Une admiration certaine pour l'art de Marie Sizun de décrire avec une intensité et infinie sensibilité les drames et séismes qui peuvent se passer dans la tête des enfants....
Dans ce texte, qui se situe dans les années 40, la "petite", France vit heureuse et toute légère dans une bulle , avec une maman des plus permissives et aimantes. le papa est absent, il est à la guerre. Elle ne l'a jamais vu... et puis un jour, la maman annonce à sa petite fille que "son petit papa" va revenir enfin... Et la petite, au lieu de se réjouir, sent comme une menace... où son quotidien, où elle vit en fusion avec sa maman
adorée...va être chamboulé....
Hormis sa grand-mère maternelle qu'elle n'apprécie guère, et qui accapare trop à son goût sa maman, avec des mots chuchotés, des bavardages qui semblent bien secrets !!
Le Papa rentre enfin, malade des poumons et surtout des nerfs... La maman adorée qui ne vivait que pour sa petite, change de comportement et ne s'occupe que de son mari... ce qui rend furieuse et complètement perdue , la petite France. Elle craint les colères et la sévérité paternelles, trouve que c'est un intrus insupportable qui a démoli son intimité exclusive et sa vie libre, légère, joyeuse avec une maman fantasque qui ne lui opposait aucune règle, au grand dam de la grand-mère qui trouve son unique petite fille, mal élevée !
Un mensonge, un secret mal dissimulé vécus de façon très incompréhensible par la petite va être le déclencheur d'un drame... et d'un renversement de situation: la petite se détache et en veut à sa mère, qui pour elle l'a abandonnée , et lui a , comme retiré son amour... En retour, elle se met à aduler, vénérer ce père qu'elle tente de connaître, de séduire..
d'apprivoiser !.

Un très bel hommage d'une petite fille à un père, même "d'occasion", ayant vécu trop peu de temps ensemble... avec le drame de la guerre , des hommes, pères, fils, frères absents, qui reviennent plus ou moins abîmés , après les conflits... pendant que les femmes dans des solitudes difficiles, se débrouillent comme elles peuvent, pour travailler, élever leurs enfants...
Beaucoup d'amour dans ce texte mais aussi tant de tristesse, de gâchis provoqués par les traumatismes de la guerre et les dégâts des absences des pères....
"La petite attend son père. Elle l'attend comme on peut attendre dans l'enfance, comme on le fait aussi, plus tard, dans l'amour." (p. 89)

Qu'est-ce qu'un père ? La notion de paternité échappe à la petite. Et comment pourrait-il en être autrement ? Des pères par les temps qui courent, on en voit pas beaucoup."
Un premier roman lu en une soirée tour à tour avec de la joie et de la peine...
Sûrement dû au talent de l'auteure qui décrit avec un immense sensibilité les tourments et les questionnements d'une petite fille de quatre ans, qui découvre le monde des adultes... Ces derniers qui semblent tant compliquer les choses, et si souvent !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
jeunejane
  16 avril 2019
France, a quatre ans, elle vit avec sa mère Lilian à Paris.
L'ambiance entre elles est très joyeuse sauf quand la grand-mère vient leur rendre visite : une vieille dame toujours prête à critiquer les manières de la petite.
Sa mère lui parle souvent de son père, retenu en captivité en Allemagne.
France voit son retour comme une menace.
On comprend que la maman a des secrets envers la petite.
Chaque fois que la petite parle de ce qu'elle a vu, elle passe pour une menteuse lors d'un voyage.
Le père revient, malade des nerfs.
Finalement guéri, il reprend son travail.
Les relations père-fille s'améliorent mais pas celles du couple.
Dans ce très beau roman, ce ne sont pas les faits qui sont importants mais l'observation que la petite France nous livre ainsi que ses sentiments envers son entourage : son père, sa mère, sa grand-mère.
Marie Sizun écrit un tout petit livre très riche, intense, son premier roman.
Dans "La femme de l'allemand" écrit deux ans plus tard, on y retrouve également les sentiments d'une enfant cette fois aux prises avec une mère abîmée psychologiquement.
J'apprécie beaucoup les romans de Marie Sizun.
Challenge plumes féminines
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          619
diablotin0
  03 mars 2018
Pendant 150 pages, nous sommes dans la tête de la petite, que d'émotions ! Marie Sizun nous fait vivre l'amour , le bien être que la petite ressent auprès de sa maman, mais aussi la crainte de perdre cet amour qu'elle pense et veut exclusif. Parce que oui, il y a un homme aussi dans la vie de sa maman et cet homme c'est son père qui doit revenir de la guerre. Viendra alors la peur, la jalousie, la déception, l'incompréhension, la quête d'amour, l'admiration, l'attente .
Ce petit livre est une boite à émotions, Marie Sizun, comme à son habitude, arrive à faire battre notre coeur au même rythme que celui de ses personnages. C'est un moment fort que cette lecture qui touche notre sensibilité au plus profond de notre être. Cela faisait longtemps que je voulais le lire, j'y pensais souvent, maintenant que c'est fait, il va rester dans mon coeur.
Commenter  J’apprécie          451
brigittelascombe
  27 novembre 2012
"Tous les prisonniers vont rentrer, ton père avec les autres" dit Liliane à France (dite "la Petite") sa fille chérie de quatre ans et demi.
Ce "pauvre petit papa", rapatrié pour cause de pneumonie, est "malade des nerfs" et la "quiétude" ambiante va devenir un enfer.
Marie Sizun, dont c'est le premier roman, émeut et dérange, à la fois, le lecteur car elle joue sur une gamme de sentiments percutants allant de l'amour pour la mère tendre et fusionnelle, à la haine du père à la main plus que leste qui punit sans raison et "dresse", à la haine de la mère soumise et indifférente, à la jalousie par rapport aux relations du couple, à la trahison d'un lourd secret maternel, à l'amour inconditionnel d'un père complice retrouvé à la libération,à la déception vis à vis du couple parental déchiré,au désamour et à l'indifférence.
Le Père de la Petite est très dur à lire et force le lecteur à juger même si ce "pauvre petit papa" a des raisons de se croire toujours en guerre.
Qu'est-ce qu'un père? s'interroge-ton.Peut-on pardonner les blessures d'enfant? Comment se débarasser des non-dits destructeurs?
C'est très bien écrit. Les mots claquent parfois comme des gifles ou pleurent et gémissent.
On pense parfois à Enfantine de Marie Rouanet dont les nouvelles n'ont rien d'enfantin car l'enfant obligé de grandir d'un coup et de cacher sa révolte devient sournois.
La mère, on la plaint. Et la Petite aussi surtout lorsqu'on a lu Mon Père: Contes des jours ordinairesAline Giono raconte le bonheur familial.
Le Père de la petite remue et ne laisse pas indifférent!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
visages
  21 juin 2017
Après avoir lu plusieurs romans de Marie Sizun, je me laisse tenter par son premier.L'envie d'aller la rencontrer "au début".Que de grâce,de tendresse, de sensibilité! Un peu à la façon de Christian Bobin, les phrases se succèdent,courtes, simples et pourtant mot après mot, virgule après virgule, le rythme si particulier de l'auteure s'imprime et scande une émotion croissante.Le regard interrogateur de "la petite" sur ce monde adulte dont elle n'a pas encore acquis le code, la transformation de ses sentiments et le poid d'un secret dont elle n'a pas conscience vont progressivement la rendre actrice d'un boulversement familiale qui la marquera à jamais.Je retrouve les thémes chers à M.Sizun: le secret, les souvenirs qui ressurgissent en images à l'état brut sans encore y donner du sens...et puis la compréhension et l'appropriation de son histoire...Vous l'aurez compris j'ai été très émue par cette lecture..
Commenter  J’apprécie          152

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   28 février 2017
Souvent la petite rêve, et parfois elle croit alors vivre quelque chose de réel. Il arrive que ce soit tellement beau, les rêves, tellement fort. (;;;) - Alors quand es-ce qu'on vit, quand est-ce qu'on rêve ?
C'est déjà bien compliqué. Mais la petite soupçonne les adultes d'embrouiller exprès les choses. (p. 29)
Commenter  J’apprécie          190
jeunejanejeunejane   16 avril 2019
Son père lui donne la main, mais il ne parle pas. On dirait qu'il est triste, pense la petite, qui de temps en temps se penche de côté pour voir son visage, s'informer de son humeur. Elle est toujours inquiète, la petite, des dispositions de son père.
Commenter  J’apprécie          220
fanfanouche24fanfanouche24   01 mars 2017
La petite attend son père. Elle l'attend comme on peut attendre dans l'enfance, comme on le fait aussi, plus tard, dans l'amour. (p. 89)
Commenter  J’apprécie          230
brigittelascombebrigittelascombe   28 novembre 2012
Des journées bizarres alors pour la petite.Comme si tout devenait absence avec l'absence du père.Images floues,sons assourdis,paroles sans relief,perdues dans l'indifférence.
Ce monde est absence.La petite aussi est absence.
Commenter  J’apprécie          130
sylviesylvie   23 mai 2009
Le père écoute la radio du matin au soir, et quelque fois celle à laquelle la petite na comprend rien, cette radio qui parle tantôt en anglais tantôt en français mais avec de drôles de phrases où il est question de lapins du grand père, de carottes perdues et autres bizarreries, cette radio qu'on a pas le droit d'écouter, paraît-il.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Marie Sizun (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Sizun
Samedi 25 Mai nous avons eu la chance d'accueillir dans notre librairie Marie Sizun, venu nous parler de son dernier titre "Les s?urs aux yeux bleus" publié aux éditions Arléa ! Voici un extrait de cette rencontre !
Site : https://www.librairieravy.fr/ page Facebook : https://www.facebook.com/Librairie-RAVY-175491889157470/ instagram : https://www.instagram.com/librairieravy/?hl=fr
A bientôt dans votre librairie !
autres livres classés : relations mère-filleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2019 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..