AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226393357
Éditeur : Albin Michel (30/05/2018)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 23 notes)
Résumé :
"A" comme "Arisi" ; "B" comme "Badam" ; "C" comme "Cheppankizhangu" ... La cuisine a son abécédaire et, comme les sentiments, son alchimie. Ne croyant pas à l'amour, Leema est heureuse en mariage, même si, comme dit Komathi, sa cuisinière depuis plus de trente ans, son mari et elle sont comme des "arisi appalam", des galettes de riz parfaites en apparence mais totalement insipides ! Aussi, quand Shoola Pani, superstar du cinéma indien, fait irruption dans le décor i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Syl
  01 mai 2020
Dans les hautes collines d'Anamalai, trois narrateurs se racontent dans l'histoire des sentiments. La première est Komathi, une femme d'âge mûr de cinquante-sept ans qui a passé une grande partie de sa vie à s'occuper d'une maison et d'une femme, Leema, qu'elle a vue grandir et s'épanouir, tout au long de ses trente dernières années. La seconde personne qui prend la parole est Leema. A trente-huit ans, sans enfant, sa vie est rentrée dans une routine qui se partage entre son mari avocat, leur plantation de thé et ses actions bienfaitrices dans un orphelinat. Bien qu'appartenant à une caste supérieure de gens aisés, son existence devient de jour en jour pesante, vide, inintéressante et si éloignée de ses rêves ! le troisième qui intervient est un grand acteur de cinéma, Shoola Pani, qui a loué un cottage sur la propriété de Leema. Après son divorce, Shoola se sent brisé et n'aspire qu'à se ressourcer dans la solitude, loin du harcèlement médiatique et loin de son agent tyrannique.
A tour de rôle, ces trois personnages vont confesser leurs désirs et se découvrir.
Komathi qui a depuis longtemps abandonné ses chimères de jeunesse, décide pour faire plaisir à sa petite-fille d'apprendre à lire. Selvi a une pédagogie très particulière qui ne déplaît pas à sa grand-mère. Chaque lettre de l'alphabet a son fruit, son légume, son plat cuisiné.
Ainsi, le livre commence avec la lettre A, comme Arisi appalam. Connaissant aussi bien la nourriture que l'âme des gens qui l'entourent, elle va dans son for intérieur leur cuisiner ce dont ils ont besoin. Leema a grand besoin d'arisi appalam, des petites crêpes si fines, si légères… si réconfortantes.
Leema reçoit la brume épaisse qui tombe sur le jardin, comme une chape de plomb. Elle a soif d'air et d'espace.
B, comme Badam. le badam est une amande très prisée, une petite gourmandise qui sous sa peau brune et rêche lui rappelle la douceur du lait. Lorsqu'elle voit pour la première fois Shoola parcourir le parc pour se diriger vers le bord d'une falaise, Komathi qui se repose sous un arbre veut lui crier de faire attention. Il est enfoui dans ses pensés, loin de tout, fermé sous une carapace. Il y a une certaine ressemblance avec le badam.
Shoola s'est rasé les cheveux. Il est si fatigué ! Il se demande si un jour, il ne sera plus cette coquille vide.
C, comme Cheppankizhangu. le cheppankizhangu est un bulbe que l'on cultive depuis plus de dix mille ans… il lui rappelle son aachi, sa mère…
D, comme Daangar chutney. le daangar chutney est un plat marathi. C'est aussi un plat qui la renvoie à l'époque de Raghavendra Rao, celui qui avait capturé son coeur.
E,…
L'alphabet se développe avec des saveurs de miel et d'épices. Il est généreux et vient s'apposer comme un baume sur les plaies de chacun. La sage Komathi voit éclore des sentiments entre Leema et Shoola et si au début elle désapprouve cette errance sentimentale, elle finira par donner son assentiment avec la lettre Z, comme Zigartanda, une boisson fraîche, désaltérante ; « la boisson au coeur froid, qui vous fait pénétrer dans l'inconnu sans vous arrêter à ce que vous laissez derrière vous ni à ce qui vous attend. »
C'est une jolie romance aux charmes de l'Inde, une histoire simple toute en couleurs et en sentiments, avec un tempo assez lent au début et pudique, puis plus passionné sur la fin. Ce qui la distingue, c'est l'énumération de tous ces goûts qui viennent titiller notre imagination gustative. Il y a aussi l'évocation de cette terre aux parfums boisés, organiques, qui ondoie l'horizon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
ConfidencesLitteraires
  13 juin 2018
Depuis que j'ai lu Compartiment pour dames, je n'hésite pas quand j'ai l'occasion de lire d'autres romans d'Anita Nair. Dans les jardins du Malabar avait été une petite déception, malgré un certain charme d'aventure orientale. Ce nouveau roman est bien différent.
Komathi est une cuisinière hors pair qui peine à retenir l'alphabet anglais. Elle a l'idée d'associer chaque lettre à un ingrédient ou un met indien. 26 lettres, 26 facettes de l'art culinaire indien, qui rythment 26 jours en 26 chapitres. Et autant de petites morales sur la vie.
Car Komathi veille sur sa Leema et veut la protéger contre les sirènes tentatrices d'un acteur célèbre cherchant une retraite isolée dans la chambre d'hôtes de la jeune femme et son mari. Mais l'amour s'installe et reste la question : Lena et Shoola Pani pourront-ils être heureux et ensemble ?
Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de romance. Celle-ci a un petit côté feel-good en plus, qui ne m'a pas trop dérangée car les « clichés » sont un peu gommés grâce à l'exotisme - en un mot, ça change des romans occidentaux.
Cette histoire n'a rien d'extraordinaire, mais elle a un côté cocon-douceur qui fait que l'on s'y sent bien. On passe de plats indiens aux états d'âmes amoureux à grands coups de métaphores et j'aime beaucoup ce type de procédé, même si elles sont parfois ici un peu forcées.
Une jolie petite histoire d'amour et de vie à la sauce indienne que je suis très heureuse d'avoir découvert !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Taraxacum
  09 février 2020
La première chose que j'ai envie de dire sur L'abécédaire des sentiments, c'est que c'est un livre qui donne faim! Il parle presque autant, voire plus, de cuisine que de sentiments, et avec le lexique à la fin pour accompagner le lecteur, il vous mettra l'eau à la bouche.
Je ne connais rien du tout en littérature indienne, mais pour un challenge je devais lire un livre de littérature indienne, et plutôt que de chercher sur Babelio un classique, j'ai décidé de laisser le hasard guider mes pas dans les rayons de la bibliothèque. Ce roman n'est apparemment pas le plus célèbre de l'auteur, mais le thème a su éveiller ma curiosité. Deux histoires d'amour s'emmêlent, les amours passés de la vieille cuisinière, et les amours débutantes et adultères de sa jeune maîtresse. Ces deux portraits de femmes sont assez émouvants, mais les chapitres très courts, le roman lui-même très court, ne laisse pas réellement l'histoire se développer. le lecteur en ressort avec l'impression qu'il manque un petit quelque chose pour transformer l'essai.
En reste un roman facile à lire qui éveille la curiosité, et l'appétit!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
VivianeB
  20 septembre 2018
Une histoire d'amour démarre entre un homme marié et une femme mariée, sous l'oeil bienveillant de la cuisinière de la femme, celle-ci raconte les prémices amoureux et en parallèle, son apprentissage de la lecture grâce à des ingrédients culinaires indiens ainsi que sa vie. C'est un joli livre bien écrit.
Commenter  J’apprécie          70
laure14
  27 avril 2019
Komathi est la cuisinière de Lena. Elle découvre l'alphabet à travers les ingrédients qu'elle utilise pour confectionner les plats et friandises traditionnels.
Lena, elle, est mariée, mais ne croit pas à l'amour. Sa vie est bouleversée par l'arrivée d'un acteur très célèbre qui vient louer la maison d'hôtes de la plantation.
Un joli voyage, saveurs exotiques et sentiments.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
TaraxacumTaraxacum   07 février 2020
Une feuille dont on ne saurait se passer, dont on parfume quasiment tous les plats. Comme le sel, elle anime le goût de tout ce à quoi elle s'ajoute. Comme le sel, aucune batterie d'épices n'est au complet sans elle.
Mais le karuvepillai n'est pas l'ami des femmes. Pour peu qu'elles en touchent un plant les jours où elles saignent, il se flétrit, alors qu'il n'en fera rien si un homme qui bat son épouse, affame sa mère ou viole une petite fille de deux ans le frôle. C'est la nature de cette espèce. On dit qu'une déesse a tenté de lui faire abandonner son hostilité envers les femmes et son dégoût pour les cycles naturels, mais il trône dans la cuisine avec tant de majesté qu'il n'a rien voulu savoir, même venant d'elle.
Alors, comme pour le punir de ne pas comprendre, dans son orgueil, qu'il est naturel qu'une femme saigne et ne doit pas être traitée en créature impure pendant cette période, la déesse lui a jeté une malédiction:
-Sans elle, tu ne seras jamais rien. Et puisque tu sembles ne pas vouloir la reconnaître pour ce qu'elle est, avec ses défauts, son sang et tout le reste, on te laissera en compagnie des déchets du repas, fibres, os, pépins et autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TaraxacumTaraxacum   09 février 2020
Il introduit une tranche d'orange dans sa bouche et se met à mâcher longuement. On lui a dit un jour qu'il était conseillé de mastiquer chaque bouchée trente-deux fois.
Leena se demande comment quelqu'un de si raisonnable dans ses propos peut lui donner l'envie quasi irrépressible de lui renverser la cassolette de curry aux oeufs sur la tête.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   15 juin 2018
La nourriture, je connais, me suis-je dit. Elle ne me faussera jamais compagnie, contrairement à tout le reste – les hommes, l’argent, le bonheur et, jusqu’ici, l’alphabet. J’entrevois une possibilité dans ce que suggère Selvi. Peut-être l’alphabet se laissera-t-il convaincre par la douceur de ne pas s’éclipser. La nourriture m’apprendra peut-être à mettre un sens sur ces lignes, ces courbes, ces fioritures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AtasiAtasi   17 juin 2018
Il y avait 33,333 chances sur cent pour que leurs existences se croisent et trouvent une nouvelle trajectoire personnelle. Lorsqu'on multiplie 33,333 par trois, on obtient 99,999. Quelle est cette particule égale à 0,001 qui oriente le hasard dans une direction ? Du fatras de pensées sans intérêt qui lui viennent, une expression se dégage et reste flotter à la surface : la particularité divine. La force mystérieuse qui donne sa masse à la matière. L'intrigante particule divine a fait en sorte que leurs destinées se croisent et entrent en contact.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AtasiAtasi   17 juin 2018
Quand elle était petite, elle se glissait dans la réserve à un moment où personne ne la regardait, elle plongeait une cuiller à soupe dans le pot de miel. Quand elle l'en ressortait, je lui voyais ce même air de plaisir dérobé. Ma Leema est trop adulte aujourd'hui pour que la suavité collante du miel la mette en joie. Qu'est-elle allée dérober ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Anita Nair (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anita Nair
La chronique de Gérard Collard - Compartiment pour dames
autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
85 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre