AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Céline Romand-Monnier (Traducteur)
EAN : 9782072896118
640 pages
Gallimard (09/09/2021)
3.92/5   305 notes
Résumé :
Carl et Roy ont seize et dix-sept ans lorsque la voiture de leurs parents tombe au fond d’un ravin. Roy s’installe comme mécanicien dans une station-service du bourg voisin pour subvenir à leurs besoins. Carl, aussitôt sa scolarité finie, file au Canada poursuivre ses études et tenter sa chance. Des années plus tard, Carl revient au pays avec une trop ravissante épouse, mû par un ambitieux projet pour le modeste domaine familial : construire un hôtel spa de luxe qu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 305 notes

Jeanfrancoislemoine
  09 janvier 2022
Ma première rencontre avec Jo Nesbo s'étant soldée par un cuisant échec puisque j'avais ni plus ni moins abandonné la lecture d'un de ses romans , c'est avec un certain scepticisme que j'ai découvert ce livre sous le sapin de Noël .
Cependant, je ne me suis pas non plus désespéré , d'abord parce que ce bouquin m'était offert par mon épouse qui connaît très bien mes goûts et qu'elle sait s'appuyer sur les conseils avisés et compétents de notre libraire et ami Nicolas . de quoi se montrer rassuré et se lancer sans à priori à " l'assaut de ce pavé " , un beau bébé de 625 pages ....
C'est long ... très long ...C'est lent ... très lent .C'est noir ...très noir . Un noir qui ne figure même pas sur les palettes du remarquable Soulages. Bon , ben , ça commence bien , hein , les amis ? Oui , mais j'ai pas fini parce que, figurez - vous que ....c'est bon ..... TRES BON . TRES TRES BON . Une plongée ( c'est le cas de le dire ...) dans un monde clos , étroit, une vie en autarcie un peu étrange dans un village de montagne en Norvège...Et là haut , tout là- haut , les fréres , Roy et Carl , dont on ne saura dire , au fil des pages , s'il faut les admirer ou les blâmer ( moi , je sais mais , motus ...) , une ambiguïté d'une habileté redoutable ....Les parents sont décédés dans un tragique accident de la route . Plongée dans un ravin , véritable " personnage du roman " , dans le lacet des Chèvres , là où la municipalité n'a pas jugé bon d'installer une glissière de sécurité.....Il en sera reparlé mais ...Chuttt .
Dans cet univers ouaté , feutré, hypocrite , se répandent et règnent la suspicion , les tromperies, les moeurs inavouables , les coups ( bas ou non ) . Délétère , je vous le dis . Et le projet de Carl et son épouse, la belle , très belle , ( trop belle ? ) Shannon , n'est même pas de nature , malgré les promesses , à améliorer les choses . La nasse s'agite , les crabes vont " pincer " , se manger entre eux , et toujours avec " distinction et discrétion " ...Alors oui , c'est long , c'est lent mais , vraiment , c'est très, très bon .
Je ne vous en dirai pas plus , non mais , après vous allez dire que j'ai trop divulgué. ( vous auriez raison , qu'est ce que c'est pénible, ce besoin chez certains ) mais je vais , puisque c'est la nouvelle année, vous offrir deux " appâts " .( Bonne année à toutes et tous ) ....
1er appât : la couverture , regardez bien . Vous voyez ? Non ? Mais Si ..Ah ....Étrange, non ?
2ème appât : un extrait susceptible de vous intriguer .
" Toi et moi , Roy , nous n'avons que nous - mêmes. " C'était ce que Carl avait l'habitude de dire." Tous les autres que nous pensons aimer ou dont nous pensons être aimés ne sont que des mirages dans le désert. Mais toi et moi ,nous ne faisons qu'un . Nous sommes frères. Deux frères dans le désert. Si l'un meurt , l'autre meurt ."
Oui, et la mort ne nous sépare pas.Elle nous unit .
Le véhicule roulait plus vite à présent. Vers l'enfer où nous allons tous , nous autres qui avons le goût du ..... ( je supprime volontairement le dernier mot ... pour vous embêter et je vous précise que nous sommes à la page 584)
Ce roman , très bien écrit ( traduit ) m'a beaucoup , beaucoup plu . J'ai vraiment souhaité trouver des moments de calme pour m'isoler et me me retrouver dans cet univers déroutant , anxiogène mais ... tellement attirant . le récit, dont le narrateur est Roy , est d'une grande force , et nous maintient dans ses griffes , spectateurs impuissants d'un drame , d'une tragédie complexes ( pas question de sauter le moindre passage ) .Les mystères de l'âme humaine . Anges ou démons, les deux frères ? Pas des personnages " neutres " et sans envergure , en tout cas ...mais , bon ...
Non ," le Père Noël n'est pas une ordure" , il m'a apporté un bien beau cadeau .Mais ça, chers amies et amis , ce n'est que mon humble avis .....que j'assume et partage avec vous .
A bientôt et ....prenez soin de vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          778
diablotin0
  22 janvier 2022
J'ai toujours une petite appréhension de commencer un livre de plus de 600 pages lorsqu'il s'agit d'un cadeau : et si je n'aime pas ??? Mais pour " leur domaine", pas de souci je n'ai pas eu ce cas de conscience car Jo Nesbo ne nous laisse pas le choix, il nous lie à ces deux frères Carl et Roy jusqu'à la fin.
Jo Nesbo prend son temps pour installer le décor, l'ambiance et nous présenter la famille Obgard, qui est, on va le découvrir, loin d'être la famille Ricorée.
La violence est omniprésente et on se retrouve pris dans cette tragédie qui est de plus en plus oppressante.
L'histoire est racontée par Roy, le frère aîné et on se rend compte de tout le poids qu'il porte, poids qu'il traîne depuis l'enfance suite à ce qui s'est passé au sein de cette famille. Nous, lecteurs on est balloté, baladé, on s'interroge, on revient même sur certaines pages car on croit avoir raté quelque chose et peut-être pas tout saisi mais progressivement, tout se met en place, ce qui n'empêche pas de vivre jusqu'au bout une vive tension.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
Selias
  03 juillet 2022
il vaut mieux être d'accord avec les frères Opgard .Car ceux-ci sont redoutables si on contrecarre leurs plans.Il y a Roy, l'aîné qui tient la station essence dans son petit bourg de montagne en Norvège.Carl, qui revient au pays après avoir fait ses études aux States il ramène Shannon son épouse.
l'histoire est racontée par Roy .Carl a décidé de construire un hôtel de luxe avec un spa sur leurs terres en pleine montagne pour celà il lui faut de l'argent, beaucoup d'argent qu'ils n'ont pas.Mais Carl est très persuasif pour impliquer les habitants dans son projet.Dans la petite ville tout le monde se connait, s'épie , un vrai panier de crabes ! Il y a des secrets,des zones d'ombres,des évènements non élucidés qui remontent à la surface, et un homme de loi très curieux.
Jo Nesbø prend son temps pour installer et dérouler son roman.Il y a des sous entendus parfois qui font dresser l'oreille du lecteur et le prépare au pire ,car le pire peut être le quotidien des deux frères unis par un terrible secret depuis leur enfance.
C'est un roman noir,dense , lent , j'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur que je découvrais à cette occasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
RomansNoirsEtPlus
  31 janvier 2022
Je l'avoue : ce roman est mon premier de l'auteur norvégien à succès. Je ne peux que remercier mon fils de me l'avoir offert pour mon anniversaire. J'en suis sorti complètement groggy, comme un beau voyage qui se termine abruptement, comme un moment émouvant dont la page se tourne . C'est ainsi : ce roman m'a transporté dans un abîme d'émotions contradictoires, d'étonnements et de surprises.
Tout au long de ces plus de 600 pages on suit les pérégrinations des frères Opgard, Roy l'aîné et son petit frère Carl. le narrateur c'est Roy qui nous conte les événements qui ont émaillé la vie de sa famille et des principaux membres de la communauté de la ville d'Os. Un récit qui alterne entre le moment présent et les souvenirs de Roy, souvenirs diffusés avec parcimonie par le principal intéressé car certains ne sont pas toujours très avouables…
La famille Opgard vit depuis toujours dans une maison située dans les hauteurs de la ville , dans ce bout de montagne bordé de précipices . L'un d'entre eux est d'ailleurs à l'origine de l'accident mortel qui a coûté la vie aux parents des deux frères dont la Cadillac a terminé sa chute en contrebas d'un virage très dangereux. Un événement tragique ui a formaté l'avenir de Roy et de Carl : pour Roy un métier dans la mécanique puis en tant que gérant d'une station service , pour Carl des études économiques au Canada .
Bien des années plus tard , le fils prodige réapparaît à Os avec à son bras la jolie Shannon qui ne laisse d'aimer pas Roy complètement indifférent.
Carl a plein d'idées dans la tête et notamment le rojet de construire un hôtel de luxe dans sa ville natale, projet auquel il souhaite faire participer l'ensemble des habitants. Mais tout ceci n'est pas au goût de certains des membres de la communauté, qui pour certains ont eu maille à partir avec les frères Opgard par le passé. Et ils ne se priveront pas pour faire remonter à la surface de sinistres événements comme quelques disparitions mystérieuses non résolues à ce jour.

Quel roman ! Quelle écriture qui éperonne son lecteur dès les premières lignes et ne le lâche ensuite sous aucun prétexte ! Quelle galerie de personnages incroyables aux destins torturés ! . Une communauté de quelques individus dont on voit progressivement les liens s'entremêler voire s'entrechoquer. Et cette famille Opgard qui dévoile peu à peu le dessous des cartes par l'entremise de Roy , l'aîné , celui qui a toujours défendu son petit frère quelles que soient les circonstances. Et elles ne vont pas manquer…
.
Grâce à un scénario millimétré , l'auteur nous scotche à cette terrible histoire car oui les drames et les meurtres vont s'amonceler…
Une mécanique implacable semble s'être en effet enclenchée, machiavélique et infernale. Et nous assistons, témoins passifs à son déroulé implacable. Mais n'allez surtout pas penser que l'action jaillit toutes les cinq pages . Non ici tout se déroule dans une lenteur calculée, par petites touches , ce qui rajoute un degré supplémentaire à cette atmosphère lourde et oppressante. Les événements sont ici beaucoup plus feutrés, sournois et finement réfléchis … enfin la plupart , car le hasard ou la malchance peuvent parfois faire leur oeuvre. Ils se dévoilent ainsi , peu à peu, maintenant volontairement un suspens insoutenable pour tout lecteur impatient de découvrir l'ultime chute de ce thriller psychologique où la famille peut représenter un ultime rempart mais aussi un danger auquel on n'est pas préparé.
Du grand art qui me réconcilie définitivement avec les romanciers scandinaves.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Killing79
  09 novembre 2021
Je n'ai jamais caché mon admiration pour le norvégien Jo Nesbo. Que ce soit avec sa série de polars avec Harry Hole ou avec ses romans indépendants, il m'a toujours fait forte impression. Pour son nouvel opus, l'auteur met de côté les polars pour nous plonger dans un roman noir.
Il installe son histoire dans une bourgade isolée où l'on fait la connaissance de deux frères orphelins qui sont réunis autour d'un projet commun. Mais ces retrouvailles sont surtout l'occasion d'exhumer les souvenirs du passé. Ils ont un certain nombre de secrets en lien avec tous les habitants du village. Entre l'argent, l'amour, la rivalité, les possibilités de différends sont multiples et la communauté a fait face à plusieurs crimes. Mais comme chacun ne cherche qu'à servir ses propres intérêts, les mystères restent entiers et les coupables impunis.
Grâce à un rythme lent, l'auteur tisse une histoire complexe avec des personnages approfondis. Constamment tiraillés entre la morale et leur amour pour leurs proches, les protagonistes sont capables du pire afin de protéger leur foyer. La famille est donc au centre de cette tragédie. Au fil des échanges et des révélations, on comprend que les règles ne sont pas les mêmes quand il s'agit d'elle.
A l'instar des romans de Ron Rash, de David Joy ou de certains RJ Ellory, Jo Nesbo nous offre une histoire dont l'environnement reclus exacerbe les rivalités. Dans une ambiance oppressante, il nous dessine le portrait d'hommes et de femmes, détournés du droit chemin par leurs relations familiales toxiques. Son talent pour la narration crée un suspense latent qui m'a fait dévorer cette lecture de 600 pages avec enthousiasme. Ce roman noir, sombre et meurtrier est une nouvelle pierre à ajouter à l'oeuvre variée et excellente de cet écrivain. Il continue de me séduire et je suis comblé !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (4)
LaPresse   09 janvier 2022
C’est un drame familial sombre, au suspense insoutenable, qui l’a rendu impossible à lâcher, malgré son épaisseur [...]. S’il y a un titre à lire de l’auteur norvégien, en dehors de sa célèbre série avec l’inspecteur Harry Hole, c’est bien celui-ci.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   12 octobre 2021
C’est un drame psychologique, familial, construit de façon à maintenir le suspense – un suspense insoutenable qui nous hante pendant des jours. Mais c’est surtout un incroyable roman, sans doute le meilleur de l’auteur norvégien à ce jour, qui rend hommage à cette profondeur dont il est capable et qui a fait de ses romans policiers d’aussi grands succès.
Lire la critique sur le site : LaPresse
FocusLeVif   07 octobre 2021
Jo Nesbø livre, avec le poisseux et malaisant Leur Domaine, une tragédie shakespearienne sur fond de vilains secrets de famille dans un paysage idyllique au charme trompeur.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
LeMonde   01 octobre 2021
C’est un roman lent, qui prend son temps pour instiller une ambiance étouffante, celle des huis clos familiaux gorgés de lourds secrets.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
Corrag1973Corrag1973   20 novembre 2022
Pourquoi continuer de vivre quand on n’aime pas ça ?
Parce que c’est peut-être encore pire de mourir.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   16 novembre 2021
Je l’ai entendu avant de le voir.
Carl était de retour. Je ne sais pas pourquoi j’ai repensé à Dog, cette histoire remontait à près de vingt ans. Je devais sûrement sentir que c’était la même raison qui me valait ce retour inopiné. C’était toujours la même. Il avait besoin de son grand frère.
J’étais dans la cour, j’ai consulté ma montre. Quatorze heures trente. Il m’avait juste envoyé un texto, disant qu’ils arriveraient vers quatorze heures. Mais mon petit frère est un éternel optimiste, il promettait toujours un peu plus q’il ne pouvait tenir. J’ai regardé le paysage. Le peu qui émergeait de la couverture nuageuse en contrebas. De l’autre côté de la vallée, la montagne avait l’air de flotter sur une mer de gris. Ici, en altitude, la végétation commençait déjà à se teinter du rouge de l’automne. Le ciel était bleu et limpide comme un regard de jeune fille innocente. L’air bien froid piquait les bronches quand j’inspirais trop vite. J’avais le sentiment d’être parfaitement seul, d’avoir le monde entier pour moi. Enfin, le monde… Plutôt un mont Ararat avec une ferme dessus. Parfois, des touristes prenaient cette route sinueuse depuis le bourg pour admirer la vue et, tôt ou tard, ils se retrouvaient dans la cour. Ils me demandaient souvent si ma fermette était toujours en exploitation. Fermette. Les cons. Les vraies fermes, pour eux, étaient probablement comme celles de la plaine, des champs vastes et des granges surdimensionnées, des maisons de maître tapageuses. Ils n’avaient jamais vu ce qu’une tempête de montagne pouvait infliger à un toit un peu trop grand ni tenté de chauffer une pièce un peu trop spacieuse par moins trente et force sept, quand le vent s’infiltrait à travers les murs. Ils ne connaissaient pas la différence entre terres exploitables et non exploitables, ils ignoraient qu’une ferme de montagne, c’étaient des pâturages pour les bêtes et que cela pouvait être un royaume certes désertique, mais bien plus étendu que les champs de blé jaunes chichiteux du paysan de plaine.
Pendant quinze ans, j’avais vécu ici seul, mais c’était donc terminé. Quelque part dans les nuages grondait un moteur V8. La proximité du bruit indiquait qu’il avait dû franchir le virage du Japon, au milieu de la côte. Le conducteur a appuyé sur l’accélérateur, puis levé le pied, il s’est engagé dans l’un des virages en épingle à cheveux, a accéléré de nouveau. Il approchait de plus en plus. Ce n’était pas la première fois qu’il grimpait ces lacets, ça s’entendait. Et maintenant que les nuances du moteur se précisaient, que je percevais les profonds soupirs quand il rétrogradait, la basse sourde que n’a qu’une Cadillac dans les premières vitesses, j’ai su que c’était une DeVille. La même que le gros engin noir de papa. Évidemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RomansNoirsEtPlusRomansNoirsEtPlus   24 janvier 2022
On dit être libre comme un oiseau. Mon cul, oui ! C’est un truc qu’on se figure parce que ça nous plaît de le croire. Nous évoluons dans les mêmes foutus cercles, nous sommes des oiseaux en cage, c’est juste que la cage est si grande et les barreaux si fins que nous ne les voyons pas.
Commenter  J’apprécie          170
Maroussia_IvanovnaMaroussia_Ivanovna   22 septembre 2022
J'ai hoché la tête, lentement, comme j'avais vu l faire des paysans d'un certain âge quand j'étais gamin, me disant qu'il s passait derrière ces fronts plissés, tant de choses compliquées qu'il aurait été bien trop long, voire impossible, de les exprimer touts dans notre langue simple de la campagne. Ils semblaient, en outre, se comprendre sans parler, ces vieux qui hochaient la tête puisque au long hochement de l'un répondait celui de l'autre. Et voilà que je la hochais lentement, moi aussi, sans saisir autre chose de plus maintenant qu'alors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
diablotin0diablotin0   20 janvier 2022
J'ai lu qu'on ne pouvait tomber vraiment amoureux que deux fois dans sa vie. La première est une action et la seconde, une réaction. Ce sont les deux séismes, le reste n'est que tremblements émotionnels moindres.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Jo Nesbø (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jo Nesbø
Leur domaine
autres livres classés : norvègeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Jo Nesbo et Harry Hole

... Harry Hole, à la suite d'une bévue diplomatiquement grave, est muté à la surveillance des milieux néo-nazis de Norvège. Une seule consigne : faire le mort. Hole le voudrait qu'il n'y parviendrait pas. Surtout si sa meilleure amie est retrouvée littéralement brisée sur un chemin de neige ...

L'homme chauve-souris
Le léopard
Les cafards
Rue Sans-souci
Le bonhomme de neige
Le sauveur
Rouge-gorge
Fantôme
L'étoile du diable

9 questions
72 lecteurs ont répondu
Thème : Jo NesbøCréer un quiz sur ce livre