AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Seban (Traducteur)
ISBN : 2757800892
Éditeur : Points (01/09/2006)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 697 notes)
Résumé :
Veuve au matin d'une nuit de noces hallucinante, lorsque son époux, un jeune pasteur, se suicide en se jetant dans les Chutes du Niagara, Ariah Littrell se considère désormais comme vouée au malheur.

Pourtant, au cours de sa semaine de veillle au bord de l'abîme, en attendant qu'on retrouve le corps de son mari d'un jour, La Veuve blanche des Chutes (ainsi que la presse l'a surnommée avant d'en faire une légende) attire l'attention de Dirk Burnaby, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (132) Voir plus Ajouter une critique
Eric75
  11 septembre 2012
Joyce Carol Oates vous plonge dans les profondeurs de l'âme humaine. Son style si particulier cisèle avec une précision inouïe l'intimité de ses personnages, qui à tour de rôle occupent le devant de la scène.
Après un début riche en événements étranges, mais qui ont du mal à converger, le scénario se consolide et trouve sa vitesse de croisière. Tout cela vous entraîne et vous attire. Au bout d'un certain temps, attention… danger ! le rythme s'accélère et vous ne résistez plus à l'appel des Chutes !
Il aura fallu ramer, pourtant, avant d'arriver à ce fameux "point de non retour", avant de parvenir au stade où il devient impossible de lâcher le livre. Et c'est précisément à la page 223, grâce à l'affaire dite de "Love canal", que le livre démarre enfin. Dès lors, il devient impossible de faire machine arrière. Ce qui précède (environ un bon tiers du livre) n'était donc qu'une très longue introduction, permettant au lecteur de s'acclimater aux protagonistes et de prendre connaissance de leur histoire familiale.
Nous ne ressentons au cours des premiers chapitres aucune empathie particulière pour les acteurs du drame qui se joue pourtant sous nos yeux. Peut-être sont-ils trop "fils de riches", trop "fille de pasteur", trop étranges, trop éloignés de nos modes de fonctionnement. Pourquoi ce pauvre Gilbert se suicide-t-il le lendemain de sa nuit de noce ? Comment Dirk, futur héritier et play-boy, peut-il s'éprendre de la pâlichonne Ariah ? Celle-ci n'est pas de son milieu, elle n'est pas très jolie, visiblement névrosée, et n'a a priori rien d'autre à lui offrir que ses douloureux problèmes personnels (qui s'avèrent nombreux, assez consistants, et ce n'est encore qu'un début).
Le piège se referme. Car on est déjà dans les questions et les interrogations. le suspense, à défaut d'être dans l'intrigue, sera psychologique. le lecteur devra donc chercher des clés, mais la personnalité d'Ariah, personnage complexe, va s'avérer ardue à décoder. Tour à tour naïve, amoureuse, disjonctée, inconsistante, totalitaire, non concernée, roublarde, futile, révisionniste, possessive, manipulatrice, émouvante, fuyante… agaçante ! (Merci de rayer vous-même les mentions inutiles, selon votre propre perception du personnage), Ariah échappe au catalogage facile. Comment comprendre Ariah ? On ne lui pardonnera jamais d'avoir écarté son mari au pire moment (alors qu'il avait pourtant besoin de son soutien, et que son amour pour elle était intact), d'avoir nié son existence, et d'avoir, pendant des années, menti à ses enfants. Pourquoi ?
Le lecteur n'est pas au bout de ses peines, car d'autres zones d'ombre se profilent à l'horizon : Qui est le véritable père de Chandler ? Qui est la Femme en noir du cimetière ? Celle-ci est-elle réelle ou a-t-elle été rêvée ? Royall a-t-il fait usage de son arme ? Juliet est-elle la narratrice ?
Joyce Carol Oates prend un malin plaisir à "suggérer" (y compris avec les pensées de ses personnages, signalées par les passages en italique, avec toute la subjectivité qui en découle), à proposer des fausses pistes et à multiplier les points de vue, sans réellement trancher par des faits concrets, décrits ou démontrés. Au lecteur de faire ce travail. Les faits sont peut-être imaginés, ou peut-être réels, certains restent suspendus, sans explications, une fois le livre lu.
Cependant, ces "angles morts" du récit restent à la périphérie du propos principal, qui conserve ainsi une parfaite cohérence. Joyce Carol Oates brosse l'histoire d'une famille américaine, de 1950 à 1978, et montre comment des secrets soigneusement enfouis peuvent perturber l'équilibre d'une famille pendant plusieurs générations.
L'auteure évoque aussi l'industrialisation de l'Amérique des grands lacs, depuis l'âge d'or insouciant de l'après-guerre (quand le rêve américain semblait encore possible), jusqu'au réveil brutal, avec la prise de conscience d'un revers de la médaille. le progrès industriel ne peut exister sans son cortège habituel de calamités : le cynisme des nantis, l'exploitation des faibles, la pollution industrielle, le développement des maladies professionnelles, la corruption, la collusion entre notables et la justice bafouée. le scénario de l'affaire du "Love canal" n'est pas sans rappeler celui du film « Erin Brockovich, seule contre tous », de Steven Soderbergh et avec Julia Roberts. Mais Dirk Burnaby, le pendant masculin d'Erin/Julia, n'aura hélas pas la chance de voir son chevaleresque projet aboutir. La réhabilitation tardive du "héros", par la société américaine et par sa propre femme (mais Ariah est-elle encore crédible ?) termine le roman sur une lueur d'espoir et un optimisme bienvenu, grâce à un "happy end" que certains trouveront peut-être trop artificiel.
Alors chut ! N'en disons pas plus sur Les Chutes. Plongez dans le livre, vivez l'ivresse des grandes profondeurs (psychologiques), et laissez-vous emporter au delà du point de non retour… jusqu'à la chute !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          771
Under_The_Moon
  19 février 2013
ça y'est !! Je viens ENFIN de terminer The Falls ( Les Chutes ). le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il aura squatté ma table de nuit pendant un bon moment ...
Dans ce roman, j'ai trouvé l'écriture de Joyce Carol Oates vraiment très belle, et riche. Les 100 premières pages en témoignent. Ce n'est pourtant pas le premier livre de l'auteure que je lis, loin de là, et avec The Falls, j'ai vraiment eu la sensation de lire une symphonie de mots tant l'écriture est harmonieuse : chaque mot est à sa place !
La psychologie des personnages est très fine, pas seulement celle du personnage principal, Ariah, complètement névrosée, et véritable antihéroïne et antiglamour. Tous les personnages sont torturés et l'auteure n'a pas son pareil pour aller au fond de leurs tourments. Elle décrit leur désespoir, leurs incompréhensions et leur déchéance... Dans cette atmosphère, Oates fait progressivement monter une tension et un sentiment de malaise chez le lecteur.
Mais que se passe-t-il dans cette petite ville où tout le monde semble cacher des secrets plus inavouables les uns que les autres ?
Ce que j'ai beaucoup aimé aussi dans ce roman, c'est que certaines scènes sont décrites de telle manière qu'on s'imagine regarder un vieux film américain - avec les plans et la musique qui va avec.
Bien sûr, on a quand même les petits "délires" de l'auteure... Plus je lis ses romans et plus je me dis qu'elle a une vision des corps humains et de la sexualité très particulière...
Par contre, je termine ma lecture sur un goût plus amer à cause de toutes les digressions, flashbacks et changements de focalisations pas toujours évidents à suivre. Sur les 480pages , je pense qu'il y en a bien 140 qui n'aident pas à faire avancer le récit et lui apportent bien peu....
Malgré ces petites contrariétés je relirai cette auteure sans hésiter car ce roman m'a vraiment réconciliée avec son oeuvre. Après l'avoir lu, personne ne peut douter que sa place parmi les grands écrivains contemporains des Etats-Unis est méritée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          765
andman
  01 octobre 2016
A l'image du Niagara, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Phases de tourments et d'accalmies règlent pareillement le cours de l'un et de l'autre. De même l'entrée en zone de non-retour précédant la chute brutale est rarement détectable.
Mariée la veille à Gilbert, Ariah se retrouve veuve le lendemain des noces. Le suicide de son époux au petit matin ne laisse pas de surprendre cette mélomane de 28 ans : depuis combien de temps Gilbert était-il entré dans cette fameuse zone de non-retour ?
En ce printemps 1950, le vent nauséeux du maccarthysme ne semble pas avoir atteint la petite ville de Niagara Falls située au nord-ouest de l'État de New-York et à proximité de la frontière canadienne. Capitale mondiale de la lune de miel, elle bénéficie d'une manne touristique importante et attire aussi, en raison de l'hydroélectricité locale, bon nombre d'industries de pointe et notamment chimiques.
Ariah n'aurait jamais dû voir l'envers du décor de carte postale de Niagara Falls. Le destin en a décidé autrement et la voilà, indirectement et bien malgré elle, liée aux affaires peu reluisantes et peu avouables de cette ville en apparence si avenante.
On mesure souvent le talent d'un écrivain à sa façon de brosser par petites touches la psychologie des personnages ; force est de constater que dans ce domaine Joyce Carol Oates excelle.
Qu'ils aient ou non un rôle de premier plan dans “Les Chutes”, la vingtaine de protagonistes semblent à tour de rôle s'imbriquer naturellement dans l'intrigue au demeurant palpitante sur fond de scandale écologique.
“Les Chutes” franchies dans l'euphorie, il est bien agréable de se laisser dériver au fil de l'impressionnante bibliographie de l'auteure américaine. Une deuxième approche de l'oeuvre de Joyce Carol Oates ne saurait tarder, à ce stade de la découverte loin est la zone de non-retour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
TheWind
  28 octobre 2015
Les Chutes
Niagara Falls.
Une île au milieu des Chutes.
Goat Island.
Les Chutes.
Horseshoe Falls. American Falls.

Le vacarme incessant des tonnes d'eau qui se fracassent, qui se jettent à corps perdu dans le vide.
Comme cet homme, ce jeune pasteur, en voyage de noces. Qui laisse Ariah.
Ariah, la Veuve blanche des Chutes.
Ariah, jeune femme étrange, pas si jolie, mais diablement attirante. Il se damnera pour elle, le play boy de service. Dirk Burnaby, brillant avocat, riche, un beau jeune homme plein d'avenir.
Ils se marièrent, très peu de temps après le suicide de l'Autre...Et s'installèrent non loin des Chutes, à Niagara Falls.

Les Chutes.
Omniprésentes. Impressionnantes. Attirantes. Époustouflantes. Mais Dangereuses.

Je n'ai pas résisté à la fascination des Chutes. J'ai lu ce pavé en deux jours. L'histoire m'intriguait, m'entraînait, me captivait, me subjuguait, et m'a emportée.
Dès le début, le ton donné est dramatique. Dès le début, on se sent oppressé, tendu, sur le qui-vive.
Et si jamais l'envie vous prend d'aller vous balader sur Coat Island pour admirer les Chutes du Niagara, histoire de prendre l'air, histoire de se vider la tête , dîtes vous bien que ce magnifique paysage, ce décor incroyable ne vous délivrera pas de cette angoisse qui s'intensifie au fil des pages.
Bien au contraire...

Les Chutes
Toujours là, saisissantes...
Toujours là, inquiétantes...
Toujours là, funestes et … fatales.

Fatales, vraiment ?
N'y aura-t-il pas une lueur d'espoir ? Une échappée possible au destin maudit de la famille Burnaby ? On a envie d'y croire …
Mais pour cela, il faut se dépêcher de terminer le livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          725
Macha_Loubrun
  12 décembre 2012
L'écriture envoutante de Joyce Carol Oates ne laisse pas de répit au lecteur, "Les chutes" est le portrait d'Ariah qui semble sortir d'un tableau de Modigliani, avec sa silhouette longiligne et ses cheveux roux tenus en un chignon fragile. Mais ne vous y trompez pas, c'est un solide bambou déguisé en coquelicot balloté par le vent. On découvre Ariah dans les années cinquante, à trente ans, le lendemain matin de sa nuit de noces. Elle s'est mariée ainsi que son mari pour plaire à leurs parents. Lui n'a pas pu supporter plus longtemps cette situation et il s'est jeté dans les chutes du Niagara.
Durant une semaine, hagarde et foudroyée par le malheur elle attend avec obstination que l'on retrouve le corps de son mari. Dick Burnaby, un avocat, complètement fasciné par cette femme surnommée « la veuve blanche » par la presse, va la demander en mariage. L'ex vieille fille mal dans sa peau et le play-boy, riche héritier, forment un drôle de couple !
Le début de leur union sera passionné. Mais Ariah croit porter en elle une malédiction. Dès lors, elle s'enferme dans une certitude qui lui tient lieu de religion avec son cortège d'interdits qu'elle s'impose à elle-même comme à ses enfants. C'est une femme intransigeante, tout à la fois manipulatrice et faible.
Elle vit dans une bulle et ne veut pas voir le monde extérieur, ne pas perdre la face. Elle semble vivre dans une sorte de torpeur, elle piétine son bonheur la tête haute, seule la musique et son piano lui permettent de se relâcher un peu, si peu…
Ses sentiments sont ambigus, c'est une mère castratrice et c'est la maitrise de son image qui dicte en permanence son comportement…pour conjurer le mauvais sort. Pourtant, Dick Burnaby, son second mari est un homme attachant, complexe lui aussi, qui mènera un combat admirable mais voué à l'échec. Ariah n'a pas appris à aimer. Ni lui, ni leurs trois enfants.
Joyce Carol Oates nous fait rentrer dans l'intimité psychologique des personnages grâce à des descriptions physiques et psychologiques troublantes. On pénètre l'âme tourmentée des personnages tout au long de leurs chutes vertigineuses jusqu'à une possible renaissance…
Un roman saisissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          672
Citations et extraits (98) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   20 février 2016
Prenons les essais atomiques au Nevada. Avant et après Hiroshima, Nagasaki. Les années 50 avaient été la décennie des essais nucléaires (secret). On voulait être patriote. On éprouvait le besoin d'être patriote, c'était la conséquence glorieuse d'une guerre juste. Un guerre qui (tout le monde en convenait) devait être faite, ne pouvait pas ne pas être faite, et qui l'avait été, et avait été gagnée. Et lui, Dirk Burnaby, avait contribué à cette victoire. Et ne souhaitait donc pas en savoir trop sur ce gouvernement pour lequel il avait combattu. Il n'était jamais bon pour un patriote d'en savoir trop. De savoir par exemple, ainsi que Dick l'avait appris d'un journaliste du Buffalo Evening News qui n'avait pu publier ses informations qu'en 1952 et 1953, au Nevada, sur le site d'essais nucléaires de Nellis, certains soldats avaient reçu des équipements de protection et d'autres pas. On les avait filmés en train d'"assister" aux explosions à des distances diverses. Des véhicules de l'armée de l'air avaient conduit certains soldats, avec et sans équipement de protection, dans la zone de l'épicentre, aussitôt après des explosions de la bombe A ; d'autres avaient été placés a distances calibrées. À partir de quand était-on "en sécurité" ? Jusqu'où était-on "en danger ? Scientifiques et politiques tenaient à le savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Eric75Eric75   10 septembre 2012
Dirk Burnaby est un héros pour nous, malgré... eh bien malgré ses erreurs. Lorsque ce sera fini et que nous aurons gagné, je veux organiser une cérémonie à sa mémoire, un homme comme lui ne devrait pas être oublié... D'après moi, il a commencé à s'effondrer lorsqu'il s'est rendu compte de l'étendu de la corruption. Je n'étais qu'un gamin à l'époque, et j'ai grandi dans les quartiers est. Mon père et mes oncles travaillaient dans les usines chimiques, dont Swann et Dow. "Une vie meilleure grâce à la chimie". J'ai toujours pris ces salopards pour ce qu'ils sont. Je ne suis pas dupe de leur tactique de communication. Ils fabriqueraient encore du napalm si quelqu'un les payait pour et, à quelques kilomètres de ce bureau, leurs "chercheurs" travaillent en cet instant même à la mise au point d'armes biologiques. Vous enseignez cela à La Salle, Chandler ? Eh bien, ce serait peut-être une bonne idée, puisque les sciences sont votre matière... Si je crois que Dirk Burnaby s'est suicidé ? Non. Qu'il est mort dans un "accident" ? Non. Ces salopards l'ont tué. Mais vous ne le prouverez jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
dgwickertdgwickert   08 octobre 2017
Elle dirait oui avec son petit corps ardent de chat maigre..
Oui à son beau visage pareil à une lune...
Oui à ses yeux nickel étonnés...
Oui à sa voix, un baryton profond et naturel...
..........................................................................
Oui à la chaleur, à la solidité, à la taille et au poids étonnants de son pénis. Cette pensée aurait paru à Ariah une heure auparavant, avant deux rapides verres de champagne, la plus interdite de toutes.

NDL : ça me rappelle une pub, ( sauf la fin ! ) LoL.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
ssstellassstella   03 février 2016
C'était un bébé angélique, parfois. À d'autres moments, un petit démon écarlate et rugissant. Maman et papa le contemplaient avec étonnement. S'il ne s'était pas extirpé de son corps par un trou beaucoup trop petit, Ariah aurait juré qu'il venait d'une autre planète Krypton ? Où les lois naturelles diffèrent des nôtres.
Étonnant ce qu'il aimait crier, exercer ses poumons de bébé. Furieux, déterminé, comme un de ces fous tyranniques, ces leaders fascistes, Hitler, Mussolini, que l'on voyait aux actualités s'adresser en hurlant à des foules hypnotisées, massées sur des places publiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
jeunejanejeunejane   04 mars 2016
Il nous arrive à tous d'avoir envie de mourir lorsque l'effort de vivre nous épuise, mais cela ne dure pas. Comme le temps. Nous sommes comme le temps. Vous voyez le ciel? Ces nuages? Ils passent. Entre deux lacs, comme ici, tout finit par passer. Non?
C'était l'optimisme le plus banal qui soit. On aurait pu lire ça sur des boîtes de corn-flakes... Pourtant Chandler croyait à ces mots, il aurait misé sa vie sur eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Videos de Joyce Carol Oates (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joyce Carol Oates
Paysage perdu, de Joyce Carol Oates
autres livres classés : chutes du niagara (etats-unis)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Joyce Carol Oates (difficile si vous ne connaissez pas son oeuvre)

Un des nombreux romans de Joyce Carol Oates est consacré à Marilyn Monroe. Quel en est le titre ?

Corps
Sexy
La désaxée
Blonde

10 questions
223 lecteurs ont répondu
Thème : Joyce Carol OatesCréer un quiz sur ce livre