AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757840630
Éditeur : Points (02/10/2014)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 364 notes)
Résumé :
Abandonnée par sa mère à demi-folle au milieu des marais de l’Adirondacks, Mudgirl, l’enfant de la boue, est sauvée on ne sait trop comment, puis adoptée par un brave couple de Quakers qui l’élèvera avec tendresse en s’efforçant toujours de la protéger des conséquences de son horrible histoire. Devenue Meredith "M.R" Neukirchen, première femme présidente d’une université de grand renom, Mudgirl, brillante et irréprochable, fait preuve d’un dévouement total à l’égard... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (94) Voir plus Ajouter une critique
Piatka
  19 décembre 2013
Coup de coeur pour la boue ! ( Mud en anglais )
Avril 1965. Imaginez...une petite fille d'à peine cinq ans, une toute petite fille accrochée à sa poupée en caoutchouc, précipitée par sa propre mère, marginale à moitié folle, dans la boue froide des marais de la Blake Snake River dans les Adirondacks pour se débarrasser d'elle. L'histoire tragique de Mudgirl commence ainsi, aspirée par cette boue qui pénètre dans sa bouche, ses yeux, ses oreilles, l'étouffe, promise à une mort certaine si un homme ne l'avait pas découverte in extremis et sortie de ce cloaque.
Mais...elle a été un rebut sans identité dont même sa mère ne voulait plus. Finalement recueillie par un couple de quakers qui reporte sur elle l'affection qu'ils n'ont pu donner à leur propre fille morte prématurément, elle poursuit des études brillantes et devient la première femme présidente d'une prestigieuse université de l'Ivy League, la désormais célèbre Meredith Neukirchen, dite M.R., professionnelle irréprochable aux idées progressistes, bourreau de travail, qui ne s'accorde que de rares parenthèses dans les bras de son amant astronome peu présent - l'amant ( secret ), facétie de l'auteur qui ne le mentionne que de cette manière, façon originale de le mettre réellement " entre parenthèses ".
Octobre 2002. Meredith a 41 ans et revient dans la région de son enfance pour prononcer un discours à un congrès. Mais on n'échappe pas aisément à son passé surtout s'il est aussi tragique que celui de Mudwoman. Ses souvenirs profondément refoulés l'assaillent, elle commence à perdre imperceptiblement ses repères, fait des cauchemars, tombe...À l'université, elle doit lutter contre la misogynie et l'immobilisme conservateur de ses collègues et souvent adversaires. Elle lutte courageusement comme elle a toujours su le faire depuis son enfance, mais lassitude insidieuse et/ou solitude dévorante, elle commence à perdre pied.
Comment survivre à un tel traumatisme, une telle absence d'amour finalement ?
C'est véritablement le propos de ce roman de Joyce Carol OATES centré sur M.R., Meredith Neukirchen. Un beau portrait de femme, complexe, dont l'analyse psychologique est très aboutie, subtile. J'ai trouvé particulièrement intéressante la descente aux enfers de M.R., l'engrenage des événements et de ses réflexions intimes, comment elle frôle la folie et flirte avec la perte de contrôle : du OATES au top de son art. Une aventure prenante finalement ce roman, un peu à la manière d'un thriller.
Pour mieux appréhender la psychologie de l'héroïne, et ne pas lasser le lecteur avec une trâme linéaire classique, les chapitres consacrés à Mudgirl et à Mudwoman alternent, scandés par des titres sybillins teintés d'humour grinçant " Mudgirl a un nouveau foyer ", " Mudwoman précipitée sur terre ", " Mudgirl accouplée ", " Mudwoman in extremis ". Presque un sommaire de livre pour enfants ! Un comble ! Bien sûr, il ne s'agit pas d'un roman léger, mais OATES, selon moi, dédramatise ainsi ce roman sombre par touches, s'amuse à sa façon. Jusqu'aux citations d'ouverture de roman : Nietzsche, Whitman et un certain André Litovik qui énonce : " le temps terrestre est une façon d'empêcher que tout n'arrive en même temps. " Tiens donc, qui est ce Litovik, me suis-je dis en ouvrant le bouquin, jusqu'à ce que je réalise bien plus tard qu'il s'agit de l'amant ( secret ). Astucieux clin d'oeil pour se citer soi-même Madame OATES !
N'ayant plus rien à prouver, elle brouille les pistes et se permet des facéties de présentation pour le plaisir de ses aficionados.
Je persiste : à quand le prix Nobel de littérature pour cette grande dame de la littérature américaine ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          859
le_Bison
  09 mai 2018
Dans les méandres boueux de la Black Snake River, perdue au milieu de l'immensité sauvage des Adirondacks, une petite fille, de la boue dans la bouche, de la boue dans les oreilles, jusqu'à de la boue dans les yeux, gît là, abandonnée avec sa poupée comme morte. Recueillie par une famille dite d'accueil, puis par des « parents » aimants, dans le genre couple de quakers, Mudgirl grandit, s'affranchit, et devient Mudwoman, une femme reconnue mais qui reste solitaire, pas vraiment par choix. Elle devient la première femme présidente d'une université de prestige, reniant pratiquement tout son environnement, sa famille, son passé, son histoire. Même son amant « secret » se fait extrêmement discret. Un corbeau noir dans le jardin l'observe à travers les persiennes de son manoir de fonction. Un cri perçant dans la nuit, un nuage dérive sur la lune, les ombres s'effacent dans le noir de jais d'un ciel sans étoiles.
Meredith Ruth doit lutter contre les préjugés, la misogynie de ses paires, la méfiance du conseil de gouvernance, l'hésitation des généreux donateurs. Fière de ses idées progressistes, voulant remettre en question le conservatisme de cet immense paquebot universitaire pour lequel on lui a octroyé la barre, M.R. ne ménage pas son travail, telle un bourreau, ne flanchant jamais devant la tâche et les obligations. Un congrès la ramène dans sa région d'enfance, ces routes isolées qui serpentent au milieu des Adirondacks, les souvenirs remontent à la surface, le goût de boue en bouche resurgit de sa mémoire. le cri des corbeaux devient menaçant.
Un nouveau portrait de femme, Mudgirl devenu Mudwoman, sous la plume de la prolifique Joyce Carol Oates. Grandeur de la femme, socialement parlant, avant la décadence, la chute irrémédiable tourmentée par les fantômes de son passé. Il a suffi d'une conférence sur les lieux de son enfance pour que l'histoire vire au « thriller » névrosé. Les pages ne se comptent plus. Certaines sont en trop mais elles apportent une ambiance, l'atmosphère des lieux, le cri perçant du corbeau, le roi des corbeaux. Les pages défilent, comme les feuilles mortes sur un campus universitaire livrées au vent. le temps passe, les années circulent, les yeux plongent dans ce roman, dans cet univers qui flirte avec – comme souvent – des instants gothiques.
Toujours aussi noire, cette plume de corbeau.
Toujours aussi sombre, cette histoire glaçante.
Toujours aussi froide, cette boue sombre et noire.
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          849
latina
  26 décembre 2014
Regarde en toi-même et tu y trouveras la lumière...
Difficile de croire cette maxime des Quakers pour une femme dont l'enfance a été jetée dans la boue des marais des Adirondacks, par sa mère de surcroit.
Il lui en a fallu du courage et de la volonté pour s'en sortir ! Recueillie par un couple quaker qui l'a dorlotée mais peut-être mal aimée, elle creuse sa voie intellectuellement et arrive sur les plus hautes marches de l'Université en étant élue première femme présidente.
Mais la boue est tenace et s'est insinuée dans les moindres recoins de son âme, faisant de sa vie privée un ratage complet et empiétant même sur sa vie professionnelle. Meredith Ruth alias M.R. ou ...Jewell ou....Jedina ? pourra-t-elle sortir de ce qui l'englue ?
Joyce Carol Oates, un de mes écrivains préférés, a fait fort avec « Mudwoman » car elle a réussi à m'engluer dans cette atmosphère délétère. Quand la maltraitance sur une enfant atteint ce summum de l'horreur, la folie guette.
Oui, l'intelligence peut sauver, oui, la volonté entraine vers le haut, mais arrive toujours un moment où le passé fétide remonte à la surface et fait des dégâts.
C'est donc très lent, nous entrainant dans une spirale de mort, mort à soi, mort aux autres. Une chronologie bouleversée, un ressassement continuel.
Des cauchemars, des hallucinations, des épisodes véridiques et consternants.
Non, Oates ne nous a rien épargné.
Oui, Oates est encore la reine du roman psychologique, quitte à nous perdre parfois dans les labyrinthes traumatiques.
Affolant. Mais addictif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6511
fabienne2909
  07 février 2015
Mudwoman, ou le roman de la sortie de terrain, d'une boue insidieuse (à prendre à la fois au sens propre comme au figuré), dont on ne se débarrasse jamais tout à fait.
Meredith Ruth Neukirchen, ou « M.R. », comme elle préfère(rait) qu'on l'appelle, première femme présidente d'une université américaine, à la carrière brillante et irréprochable, est en route pour donner un discours au congrès d'une prestigieuse association d'intellectuels, non loin du lieu où elle a grandi. Ce discours aurait dû être un triomphe de plus pour elle si elle l'avait donné, car à peine arrivée à l'hôtel où elle devait séjourner, elle prit la route, attirée par un zone marécageuse située assez loin du congrès... Premier retour à la boue, premier pas vers le précipice qui attend M.R. et dont elle se rapproche inexorablement.
Meredith Ruth… ou bien Jedina ? Ou plutôt Jewell, cette enfant abandonnée de manière sordide par sa mère dans un marais des Adirondacks dont elle a été sauvée miraculeusement car quasiment ensevelie dans la boue, puis adoptée par un couple de quakers qui la rebaptise du nom de leur enfant morte (sans le lui dire) ? Elle-même ne le sait pas, ou ne le sait plus, tant les personnalités se sont accumulées successivement, sans transition, sur la boue originelle.
Beaucoup d'éléments difficiles à charrier, à porter en/avec soi, qui font que M.R., qui ne se sent au final à sa place nulle part, mal-aimée, voire en-dehors de l'amour qu'elle considère comme non fait pour elle, compense par une obsession de la perfection, de la hantise de commettre des erreurs, et construit sa vie comme étrangère à elle-même, comme… morte (« D'une certaine manière elle trouvait étrange ce fait curieux : elle n'était pas (encore) morte », p. 33).
Ainsi, cette obsession de la réussite, alors qu'elle obtient un poste difficile et exigeant, qui l'oblige à défendre à la fois et sa position de femme – la misogynie étant encore très forte dans le milieu universitaire –, et ses idées progressistes – plus discutées alors que le Gouvernement va attaquer l'Irak (le roman se déroule principalement en 2003) –, alliée aux traumatismes non réglés de son enfance qui prennent de plus en plus de place (la boue qui recouvre tout, jusqu'au maquillage qu'elle s'applique maladroitement pour cacher les traces d'une chute due à la fatigue), la plongent peu à peu dans un burning-out… matérialisé par des fantasmes et cauchemars dont on ne sait que difficilement, à la lecture, s'ils sont chimère ou réalité.
Voici donc (pour vous qui vous êtes accrochés dans la lecture de cette critique, bravo !) une introduction laborieuse, mais fidèle (j'espère) à l'ambiance, lente, lourde et embourbée, de l'ouvrage : si on met un peu de temps à entrer dans ce roman et dans la psychologie torturée (tortueuse) de M.R., il vaut ensuite largement le coup par sa passionnante analyse d'une âme en peine de son enfance et d'une identité qui se dérobe sans cesse à elle.
La structure du roman, faite de chapitres courts, portant tous des titres qui font penser à un ouvrage d'aventures pour enfants, et qui contrastent ainsi terriblement avec la noirceur du propos de l'auteur, en est également l'illustration bien pensée.
Bref, un roman magistral, marquant, à lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
isabelleisapure
  15 décembre 2015
Meredith Ruth, dite MR, est au sommet de sa carrière universitaire en tant que présidente d'une prestigieuse université. Elle lutte quotidiennement contre le machisme et le conservatisme qui animent certains professeurs, jaloux de sa forte personnalité et de sa position. Nous découvrons peu à peu l'enfance douloureuse de MR, une petite fille maltraitée que sa mère, folle, jette dans les marais des Adirondacks. Tandis qu'elle s'enfonce dans la boue, promise à une mort terrible, elle est sauvée par un jeune homme faible d'esprit qui prétend avoir été guidé vers la fillette par le roi des corbeaux.
Le personnage de Mudwoman (MR) est passionnant, complexe et attachant. Sous cette femme en apparence forte, sous la froideur, se cache un être fragile, naïf, qui croit encore malgré tout à la bonté des hommes, mais aussi très solitaire. Elle doit faire d'immenses efforts pour parvenir à assumer ses fonctions, à avoir des relations avec les autres, à refouler le passé et l'angoisse qui montent en elle.
Une fois de plus j'ai été éblouie par le style si particulier de Joyce Carol Oates. Un très grand roman qui donne vie à une héroïne attachante qui rejoint la galerie des personnages façonnés par l'auteur au long de son immense carrière.
A quand le Nobel de littérature ?

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          498

critiques presse (5)
Telerama   18 décembre 2013
Durant toute son existence, M.R. lutte contre une tendance somnambulique née du choc de son abandon. Cette façon de s'avancer « à l'aveuglette » vers son destin donne au livre une torpeur nauséeuse saisissante et ajoute un beau personnage dans la galerie des épaves ravagées qui peuplent les romans de J.C.O.
Lire la critique sur le site : Telerama
LesEchos   08 novembre 2013
Auteure dont la renommée n’est plus à faire, Joyce Carol Oates atteint ici la puissance d’évocation des conteurs, qui nous terrifiaient, enfants. Les marais glauques, la vaste demeure aux meubles sombres, résidence des présidents d’université, ont des airs de lieux hantés dans lesquels l’écrivain excelle à faire vibrer les nerfs à vif de son héroïne.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lhumanite   04 novembre 2013
Joyce Carol Oates excelle à traduire les états d’âme successifs de son héroïne et le combat mental qui se livre en elle. Mudwoman, qui ne fait pas moins de 566 pages, s’offre sans conteste comme une œuvre d’introspection massive.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
LeFigaro   03 octobre 2013
Dans ce thriller psychologique, Joyce Carol Oates infuse un peu de politique, et on doit avouer que ce versant du livre est moins passionnant. Mudwoman ne réussit pas tout à fait la synthèse entre deux trames de densités inégales: les fantômes de M. R. et les querelles idéologiques des universitaires.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaLibreBelgique   01 octobre 2013
Par ce roman formidablement prenant et émouvant, Oates démontre qu’on ne peut pas échapper à son passé, surtout s’il est aussi traumatisant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (196) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   28 février 2018
... et dans un endroit sentant le créosote et la boue elle fut jetée à terre et les restes du ridicule maillot de bain lui furent arrachés et une figure masculine - un inconnu - têtu, lourd - se coucha sur elle sans un mot, grognant sous l'effort, la forçant à rester immobile et les jambes écartées - avec une force brutale elle fut pénétrée - sa tête cognée contre le sol - han ! han ! han ! Essayant de crier mais aucun son ne sortit de sa gorge - essayant de se débattre, de lutter contre son agresseur, son violeur, pieds, jambes, ongles, jusqu'à ce qu'il s'agenouille au dessus d'elle et la gifle, la frappe, les poings comme des pierres, les vieilles coupures rouvertes et à vif sur son visage, son visage lacéré et en sang et pourtant elle luttait, avec la frénésie de la terreur elle luttait, terrifiée pour sa vie elle luttait, et on ne sait comment - plus tard - quand il en eut fini avec elle, ou se fut écarté d'elle avec un grognement de dégoût - elle rampait dans un champ - elle s'était échappée, c'était cela ? - ou bien il en avait fini avec elle et donc seule maintenant elle rampait comme un animal blessé le corps rompu de douleur et le visage en sang mais voilà que lui parvenaient les cris excités de corbeaux - un ébrouement d'ailes noires dans la jungle des arbres au bord du champ - et là, au-dessus d'elle, battant des ailes avec fureur, le Roi des corbeaux - venu la protéger, ou la punir, dégoûté d'elle comme les autres, elle ne savait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
le_Bisonle_Bison   25 février 2018
Elle lui permettrait de faire l'amour - non ? - si elle pouvait le supporter. Elle le permettrait, cela devait être fait. Car il n'y avait pas de relations normales entre deux adultes, homme et femme, sans rapports sexuels - ou quelque chose qui s'en rapproche.
L'adoration de M.R. pour son amant (secret) était absolue, elle adorait son âme. Comme cette âme habitait un corps, M.R. pouvait également adorer ce corps.
Il en allait différemment avec Kroll, très différemment. Elle n'avait aucune idée de l'âme de Kroll - elle avait peut-être la taille d'une cuiller à thé, ou la taille d'un abaisse-langue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
le_Bisonle_Bison   07 mai 2018
Le ravin débordait les jours de grosses pluies. Dans son eau frissonnante des nuages couraient comme des bribes de pensées.
Et de l'autre coté du ravin s'étendaient des terres marécageuses où se rassemblaient de nombreux oiseaux et les plus tapageurs de tous étaient les corbeaux.
De bon matin on était réveillé par des cris perçants et éraillés qui pénétraient votre sommeil comme des griffes déchirants du papier ou un tissu gaufré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
FRANGAFRANGA   14 décembre 2013
PAS UNE CITATION MAIS UNE EXPLICATION SUR LE TERME "QUAKER" UTILISÉ À MAINTES FOIS PAR JCO
La Société religieuse des Amis est un mouvement religieux fondé en Angleterre au xviie siècle par des dissidents de l'Église anglicane. Les membres de ce mouvement sont communément connus sous le nom de quakers (voir l'origine de ce nom plus loin) mais ils se nomment entre eux « Amis » et « Amies ». Le mouvement est souvent nommé simplement Société des Amis et le surnom de « quaker » apparaît le plus souvent dans la dénomination officielle, sous la forme Société religieuse des Amis (quakers). Les historiens s'accordent à désigner George Fox comme le principal fondateur ou le plus important meneur des débuts du mouvement1.
Depuis sa création en Angleterre, le mouvement s'est d'abord répandu dans les pays de colonisation anglo-saxonne. Au xxe siècle, des missionnaires quakers ont propagé leur religion en Amérique latine et en Afrique. Aujourd'hui, les quakers déclarent être au nombre d'environ 350 000 dans le mondeQ 1.
La Société des Amis se différencie de la plupart des autres groupes issus du christianisme par l'absence de credo et de toute structure hiérarchique. Pour les quakers, la croyance religieuse appartient à la sphère personnelle et chacun est libre de ses convictions. Le concept de « lumière intérieure » (inner light) est cependant partagé par la plupart d'entre eux, quelle que soit la signification donnée à ces mots. De nombreux quakers reconnaissent le christianisme mais ne ressentent pas leur foi comme entrant dans les catégories chrétiennes traditionnelles.
On trouve aujourd'hui dans la Société des Amis des pratiques très diverses, y compris un large courant évangélique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
gavarneurgavarneur   21 décembre 2017
Car ce garçon de vingt ans comprenait – ce que M.R. ne pouvait pas même se permettre d'envisager – qu'à l'ère de l'Internet, à une époque où l'emploi de la force brutale contre un quasi- « ennemi » était présenté à un public crédule comme un événement médiatique, baptisé Choc et Stupeur tel un blockbuster hollywoodien – l'important n'était pas ce qui s'était réellement passé, mais ce qu'on pouvait faire croire s'être passé à un nombre assez considérable de personnes.
Dans les sondages, les citoyens américains évaluaient les mérites de la nouvelle guerre excitante en Irak, et de la guerre plus ancienne et moins excitante en Afghanistan. Dans les sondages, il semblait établi que les États-Unis combattaient les forces terroristes – les individus mêmes – impliqués dans la catastrophe du 11-Septembre. Que ce fût ou non un fait historique importait peu, pourvu que la majorité des citoyens américains le croie.
Page 220
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Joyce Carol Oates (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joyce Carol Oates
Paysage perdu, de Joyce Carol Oates
autres livres classés : adoptionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Joyce Carol Oates (difficile si vous ne connaissez pas son oeuvre)

Un des nombreux romans de Joyce Carol Oates est consacré à Marilyn Monroe. Quel en est le titre ?

Corps
Sexy
La désaxée
Blonde

10 questions
248 lecteurs ont répondu
Thème : Joyce Carol OatesCréer un quiz sur ce livre