AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782752910691
272 pages
Éditeur : Phébus (11/05/2016)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Bernard Ollivier pensait en avoir fini avec la route de la Soie. Douze mille kilomètres à pied, de la Turquie à la Chine, cela suffit pour un retraité ! C’était compter sans sa compagne Bénédicte Flatet, qui s’étonne qu’il ne soit pas parti de la France. Et, à soixante-quinze ans, le voici de nouveau sur les routes pour les trois mille kilomètres qui manquaient entre Lyon et Istanbul. Un parcours, marqué notamment par l’histoire tragique des Balkans, qu’il n’accompl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Didili
  29 juin 2016
Tout d'abord merci à Babelio à ses magnifiques et généreuses masses critiques et aux éditions Phébus !
Ce livre est le début et aussi la suite de la marche que Bernard Ollivier à effectuer sur la route de la soie.
J'ai lu comme je vous l'ai dit le premier tome de cette longue marche. La marche se passe en Turquie et j'ai aimé traversé par la littérature ce pays dont j'ai beaucoup apprécié les paysages les gens la culture lors de mon voyage en 2008.
J'aime cet écrivain, ou plutôt devrais-je dire ce marcheur qui écrit ! Cet homme m'impressionne pour sa résistance physique, son endurance, il en avale des kilomètres !
Dans cette partie de la marche, il part avec sa jeune compagne (plus de 20 ans d'écart ça maintient jeune aussi ! ) Bénédicte Flatet. C'est elle qui l'a mis au défi de boucler le boucle de sa longue marche sur la route de la Soie, de Lyon à Istanbul !
Ainsi ce sera pour Bénédicte l'occasion de se mettre au défi aussi, et également leur couple. Ils vont ainsi être ensemble 24 h sur 24 et sur une longue période.
Loin de la marche solitaire pour laquelle Bernard Ollivier est rompu, cette marche à deux sera une belle occasion pour valider les sentiments du couple. Bernard Ollivier s'amusera même à trouver que la marche est une bonne idée de lune de miel. Pourquoi pas, je trouve pour ma part l'idée sympa !
Marcher en Europe centrale c'est accepter de ne pas marcher dans de beaux chemins bien tracés au coeur de la nature .... Non il n'y a vraiment qu'en France que l'on préserve nos sentiers de randonnées.
Ainsi cette marche entreprit par Bénédicte et Bernard est très éprouvante et parfois même désagréables. le bitume, les voitures, la pollution, les chemins non visibles et même parfois minés ! Les détritus et les ruines ... Sans compter les tunnels, les autoroutes qui deviennent les seules options possibles de leur marche ...
Il n'y aura pas souvent de beaux paysages décrits ... Il faut dire que traverser cette Europe des Balkans c'est approcher de prêt des pays très fragiles, encore très meurtris par les guerres.
Les auteurs nous permettent de nous faire appréhender la vie des habitants de ces pays, de faire un état des lieux des différents pays avec des notes succinctes nous indiquant des données socio-géographiques et politiques.
Ces guerres ne sont pas loin et les pays des Balkans restent toujours en situation de fragilité. Je me rends compte que je ne connais pas vraiment l'histoire récente de ces pays, l'occasion pour moi d'aller lire quelques informations intéressantes.
Bernard Ollivier a eu la sympathique idée d'insérer à son récit ceux de sa compagne Bénédicte Flatet. Ces petits billets sont vifs, drôles et impertinents. Presque à la façon de télégraphe, ou de récit de cartes postales, j'en ai aimé le style plus léger et vifs ! Comme de petites bulles de fraîcheur.
Bravo à vous deux pour ce périple, cette marche à deux dans laquelle je me suis insinuée avec intérêt.
Merci de m'avoir permis de me souvenirs de mes voisins des Balkans et d'en dresser des portraits intéressants, dégagés des nouvelles à sensations ou d'actualités trop brûlantes.
Marcher est une chose que j'aime faire. Merci aussi de me donner l'envie de m'y consacrer davantage en autonomie et sur une durée plus importante qu'une journée.
Allez hop, empruntez les pas de nos deux aventuriers des routes
en lisant les tomes de cette longue marche et cette Suite et fin,
car à deux c'est toujours mieux !


Lien : http://imagimots.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
ladyoga
  14 juin 2016
Merci à Babelio pour son opération Masse Critique et aux Editions Phébus , merci de m'avoir donné l'occasion d'effectuer ces trois mille kilomètres à pied de Lyon à Istanbul !
Et oui , à 75 ans , Bernard Ollivier complète les douze mille kilomètres de la Route de la Soie et reprend son sac à dos.
Pas seul pour une fois, ce qui nous donne le plaisir de découvrir la plume de sa compagne Bénédicte dans ses chroniques qui étayent le récit de notre randonneur préféré . Et j'ai beaucoup aimé ce duo de marche, de plumes, de pensées , de réflexions sur la vie .
Pour moi qui " réapprend et redécouvre ce que j'appelle le miracle de la marche ces dernières semaines " ( Babelio, à quand la possibilité des notes cachées , notes intimes aide-mémoire très personnelles , ce qui permettrait d'avoir une partie de la critique lisible pour tous, et une partie pour son seul rédacteur...) , bref, pour moi , alors que réussir à marcher une heure par jour relève de l'exploit sportif ( le sourire jusqu'aux oreilles et l'envie de crier vous avez vu, c'est fou, je marche et même pas mal !) , pouvoir découvrir les paysages et l'histoire de notre chère Europe en compagnie de Bernard Ollivier a été une très belle expérience de lecture, de vie, de rêverie, d'espoir.
J'ai quand même eu le sentiment très net que l'auteur préférait ses marches solitaires : en effet marcher seul lui permettait de lier connaissance beaucoup plus facilement avec les autochtones et de faire de belles rencontres. Même si ils ont pu passer quelques moments agréables au travers de leur périple, les rencontres ont été plus rares que sur le Chemin de la Soie.
Je remercie aussi l'auteur pour les nombreux rappels historiques sur les pays traversés, toujours très intéressants et bien écrits. Même si cela ne donne pas envie de traverser les Balkans.
Il aurait quand même été utile d'ajouter une carte retraçant l'itinéraire choisi, certaines fois je ne pouvais m'empêcher d'attraper ma tablette pour combler mes connaissances, mais il m'arrivait d'en oublier ma lecture...
En conclusion, un livre bien écrit, bien documenté et très agréable à lire. Et un exploit que j'aimerais être capable de relever ... À 75 ans .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
cathe
  27 juin 2016
Quinze ans après sa célèbre "Longue marche" sur les routes de la soie, Bernard Ollivier repart à 75 ans pour "boucler la boucle" et faire les 3.000 km entre la France et Istanbul, accompagné cette fois de sa compagne actuelle. Le trajet sera en terrain connu au début en France et en Italie, puis plus contrasté dans les Balkans et à l'approche de la Turquie. Les rencontres seront souvent belles et chaleureuses, parfois un peu plus inquiétantes, une atmosphère de suspicion, due aux tensions politiques et aux conflits religieux, règne pendant presque tout le voyage.
Comme dans les précédents livres, on retrouve Bernard Ollivier et sa volonté de toujours avancer, son humanisme, son attention aux autres, ses doutes aussi mais qui ne l'empêcheront pas d'aller jusqu'à Istanbul. On sent qu'il préfère marcher seul, mais cette marche à deux est aussi une magnifique aventure qui clôt d'une belle manière son aventure passée !
Merci à Babelio pour ce livre.
Commenter  J’apprécie          60
frueka
  18 décembre 2018
4ème et dernier tome de ce qui ne devait être initialement qu'une trilogie, "Longue marche, suite et fin" retrace le dernier voyage de Bernard Ollivier 11 ans après avoir achevé ses 12'000 km à pied sur la Route de la soie.
C'est suite à une discussion avec sa compagne qui s'étonnait qu'il n'ait pas débuté son périple en France que Bernard Ollivier décide de boucler la boucle en parcourant à pied les 3000 km restants entre Lyon et Istanbul.
En août 2013, 14 ans après son départ d'Istanbul et du haut de ses 75 ans (!), Bernard Ollivier reprend donc la route une dernière fois (et pour notre plus grand bonheur!). Ce voyage revêt un caractère spécial puisqu'il est accompagné de Bénédicte Flatet, sa compagne depuis quelques années. le récit sera d'ailleurs agrémenté de ses petits billets vifs et souvent humoristiques.
En raison de leurs agendas respectifs surchargés, ce voyage de 4 mois s'effectue en deux étapes sur deux ans: un mois en 2013 pour rallier Vérone et trois mois en 2014 pour rejoindre Istanbul. Un voyage à travers 12 frontières dont la grande majorité dans une Europe encore "sous perfusion et [qui] panse ses blessures": l'Ex-Yougoslavie, "cet Etat-patchwork" si diversifié, aux cultures et aux religions antagonistes. Parcourir à pied une région fortement éprouvée par une guerre pas si lointaine suscite forcément bcp d'interrogations et c'est non sans une certaine crainte qu'il appréhende ce voyage dans les Balkans.
La grande partie du voyage est très éprouvante du fait qu'il s'effectue sur des grandes routes, dans le bruit, la pollution et la saleté. Les rencontres sont par ailleurs moins fréquentes et moins faciles que lorsqu'il voyageait seul. Il n'en reste pas moins que nos deux voyageurs feront quelques belles rencontres, riches du partage et de la générosité de ses habitants.
La quadrilogie se termine avec le bel hommage de l'auteur aux "véritables héros de la route", les "migrants affamés de paix". Ses derniers mots clôturent en beauté cette très belle série que je vous recommande vivement de lire :
"Laissons donc infuser dans nos vies un peu de la générosité et de la fraternité qui sont le quotidien des pauvres et des exilés."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
allard95
  09 juin 2019
Bernard Ollivier, jeune soixantenaire, avait parcouru seul et à pied, en 4 étapes, (durant les printemps allant de 1999 à 2002) les 12000 kilomètres reliant Istanbul à Xi-An: l'ancienne route de la soie. 11 années plus tard (il avait donc 75 ans), il va faire un parcours complémentaire, en 2 étapes (Lyon-Venise puis Venise-Istanbul) toujours à pied mais cette fois avec sa compagne: les 3000 kilomètres reliant Lyon à Istanbul. le symbole sera celui-ci: avoir réalisé à pied l'intégralité du parcours, entre Xi-An et Lyon, ville considérée (jadis) comme étant la capitale de la soie …. par les Français.
Nous retrouvons le même intérêt à son texte quand il nous parle de géographie physique et humaine: rencontres fameuses ou douteuses, paysages magiques, trésors architecturaux laissés par l'histoire, villes flamboyantes et cités tristes. Sa compagne ajoute à son texte son témoignage par des commentaires brefs mais non dénués d'esprit.
Par contre, quand B.Olliver se lance dans des digressions sur la situation politiques des pays traversés (appréciations contestables sur les événements des Balkans, pays qui se sont souvent enflammés au cours de l'Histoire, et encore récemment), nous ne le suivons plus. D'abord parce que nous ne sommes pas forcément de son avis, et ensuite parce que ce n'est pas ce que nous attendons de lui.
Ce 4° et dernier livre n'a donc pas l'intérêt des 3 qui l'ont précédé. Mais nous restons pantois face aux entreprises de l'auteur, et à son incroyable résilience, qui démontre la justesse de sa thèse principale qui, elle, est bien recevable: l'effort physique est davantage limité par la tête que par le corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BibaliceBibalice   07 mai 2016
Les chemins de grande randonnée sont une invention française qui date de la Révolution. Après 1789, l'Etat français n'avait pas les moyens d'entretenir les chemins des milliers de paroisses françaises. Il s'est donc attribué l'entretien des routes nationales, a confié aux départements les routes secondaires et aux communes l'entretien des chemins. Chaque commune a chouchouté ses sentiers. Alors que dans tous les autres pays européens les chemins étaient abandonnés ou privatisés, voire annexés par des paysans qui gagnaient ainsi quelques ares de terre labourable, en France, on taillait les haies, on arrachait les ronces, on rebouchait les nids-de-poule. Ce qui fait de notre pays le paradis des marcheurs avec des milliers de kilomètres de sentiers balisés et praticables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
ladyogaladyoga   27 mai 2016
Aux portes de la vieillesse, quand faut-il s'arrêter ? Tout arrêter. De bouger, de marcher, de faire des rencontres, de rêver le monde. Jusqu'à quand peut-on se rire du temps qui passe ? Jusqu'à quel âge peut-on compter sur son corps ? À quel moment arrive ce que certains appellent la raison et d'autres le renoncement ?
Commenter  J’apprécie          83
ladyogaladyoga   30 mai 2016
On passe la première partie de notre vie à chercher une prise, et la deuxième, à lâcher prise.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Bernard Ollivier (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Ollivier
Rencontre avec Bernard Ollivier. Escales le mois du Voyage chez Gibert Joseph.
Bernard Ollivier
Terrassé à 51 ans par la mort de sa femme, suivie d'un licenciement, Bernard Ollivier s'abîmait dans le travail pour gagner sa vie comme journaliste indépendant.
Lors de son départ en retraite, ce Normand de souche suit le chemin de Compostelle afin de réfléchir, et décider, du sens qu'il va donner à cette nouvelle période de vie. C'est pendant ces trois mois qu'il entend parler d'Oïkoten et de la réinsertion par la marche à pied.
De 1999 à 2000, sa volonté d'aller à la rencontre d'autres cultures se concrétise en nouveau projet de marche ; il suit à pied la Route de la Soie, par étapes de quatre mois et 3000 km par an entre Istanbul et Xi'an en Chine.
Pendant les mois où il ne marche pas, il écrit le récit de son voyage et la satisfaction de dépasser les limites de l'effort physique et la peur de l'inconnu.
Longue Marche devient best-seller et avec les droits d'auteur, Bernard Ollivier met en place une structure d'accueil pour faire marcher les jeunes en difficulté : Seuil.
Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=2180d89a6c94f9818e33a638dd895012126f9af4&q=Bernard+Ollivier&product_type=*
+ Lire la suite
autres livres classés : récit de voyageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
476 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre