AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782367400761
485 pages
Scrineo (10/10/2013)
4.48/5   140 notes
Résumé :
Après l'attaque du Nid, c'est la débâcle. Obligée de se réfugier à Arion, Saskia héberge les survivants. Mais Tod est gravement blessé et de nouvelles attaques fragilisent le petit groupe. Saskia ne peut plus reculer : il lui faut trouver le Surclan, et éclaircir le mystère du Cercle des Cent. Elle part donc à la recherche de ses ennemis, sans rien soupçonner, ni de leur puissance, ni de leurs effrayants secrets…
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
4,48

sur 140 notes
5
32 avis
4
11 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Hillel
  06 novembre 2013
On l'a attendu ce troisième tome... Oui, il s'est fait attendre. Entre temps Marie nous a offert d'autres récits, mais franchement, quel bonheur de retrouver enfin Saskia, Tod, Mara, Jenna et les autres... Notamment Tod, que je trouve particulièrement craquant dans ce volet. A ce propos je suis bien curieuse de savoir, ou de voir, qui est ce fameux Stéphane qui a été la source d'inspiration pour le personnage de Tod! (révélation faite dans les remerciements)

Alors commençons par les bémols.
Oui, j'ai trouvé quelques petites choses à redire. Premièrement, le fait d'avoir attendu un certain temps entre les lectures des anciens et du dernier tome m'a pas mal embrouillé. Ma mémoire de mollusque s'est retrouvée mise à rude épreuve. Et je me suis un peu sentie perdue. Je me suis mélangée les termes mythologiques -certes brillamment imaginés par Marie Pavlenko- mais qui n'en restent pas moins très originaux. Enkidare, Aruch, Néméku, Initié, Idâm, Idim, Kartan... Je ne savais plus qui était quoi. Bon assez vite on arrive tout de même à s'y retrouver. Mais je dois dire qu'à cela, l'auteur nous propose une intrigue un peu plus complexe, où tout se croise enfin et s'intensifie... Arrivée à la fin du récit, j'avoue que ma cervelle de moineau, ou de pouple, au choix, un peu trop habituée à lire des romans jeunesses légers, en a pris un petit coup!
A côté de cela on ne va pas se plaindre de lire quelque chose de différent et d'intelligent!
Ainsi, ce qui m'est apparue comme des bémols, n'en fait pas moins une force au récit. Effectivement, je me suis parfois sentie un peu perdue, faisant souvent appel à mes souvenirs de lectrice ou à toute ma concentration, pour être sûre de bien suivre toutes les révélations. Malgré tout, en refermant les dernières pages je n'ai pu m'empêcher de me dire, "Wahou, quelle imagination, quelle histoire, quel univers, bref quel roman fantasy qui nous embarque si brillamment!".
Ce qui m'amène à parler des points positifs:
Nous retrouvons des personnages toujours aussi attachants. Ceux que nous suivons déjà depuis deux tomes, ainsi que des nouveaux. Nous plongeons un peu plus dans cette hierarchie complexe des Gardiens et des Faucheurs. Nous entrapercevons quelques affinités, quelques rapprochements, certaines animosités. Et nous eménageons, dans ce nouveau volet, chez Saskia à Arion, devenu le fief de ses alliés et amis. Tous unis, Gardiens et faucheurs, dans une quête pour trouver des réponses et combattre ceux qui les pourchassent et tentent de les anéantir. L'ambiance de joyeuse bande, d'équipe soudée, de tolérance s'affirme de plus en plus. Et j'ai réellement eu l'impression d'appartenir à une grande famille d'Enkidares.
Cette quête mouvementée et périlleuse qui mène nos protagonnistes aux quatres coins du monde, nous offre pas mal de scènes d'action mais reste ponctuée de moments intenses et beaucoup plus intimistes. Ceux des retrouvailles entre Saskia et sa mère, reine des Gardiens. La communion de Saskia avec Yselda son arrière grand-mère. Ou encore les moments de doutes, de stress de l'héroïne. de réels moments d'émotions particulièrement touchants.
Ansi que quelques très jolis passages d'intimité entre Saskia et Tod, se retrouvant enfin, et renforçant leur lien déjà si profond. Une belle romance en arrière plan de cette grande aventure.
Mais surtout il y a deux grands moments forts dans le récit. Un final très intense où tout n'est qu'action, révélations et émotions. Ainsi qu'au coeur de l'intrigue, un passage sur une confrontation palpitante, que j'ai particulièrement dévorée. Je n'en dis pas plus pour vous laisser découvrir tout ça!

Les personnages:
Dans tout ce cheminement, Saskia est de plus en plus mature, attachante, forte, bref charismatique à souhait, jouant pleinement ici son rôle d'héroïne. Tod est simplement aimant et protecteur, blessé mais résolu, juste comme il faut, sans trop tomber dans la caricature du héros romantique et passionné.
Alors certes, ce couple phare écrase un peu les personnages secondaires, que j'aurai aimé mieux connaître. Comme Niels le père de Saskia, ou en savoir davantage sur Mara et son mauvais caractère. J'aurai aimé avoir un peu plus d'Arbelle, de Victor, connaître toute l'histoire de Fréa, de Cybèle et de tous ces nouveaux que nous avons à peine le temps de rencontrer...
Mais je pense que ces "presque" 500 pages ont tout juste suffit à nous offrir des réponses, de l'action, de la romance et beaucoup d'émotions. Soit ce que nous attendons d'un bon roman "young-adult". Alors effectivement, il ne reste que peu de place pour les personnages secondaires.

Imagination et style pour un roman fantasy efficace:
Marie Pavlenko nous offre, encore une fois, une intrigue toujours aussi bien menée par une plume fluide et maîtrisée. Un style parfois poétique, qui nous embarque réellement dans un univers fantasy inventif. Souvent, je me suis sentie dépassée par le foisonnement des révélations, par cette mythologie Enkidare originale. Mais je ne peux que souligner la richesse de cette histoire du "peuple du ciel".
Au final, j'ai refermé l'épilogue avec un sourire aux lèvres et une sensation d'être repue. Mais surtout avec un grand pincement au coeur d'abandonner des personnages qui me sont devenus attachés.
Un épilogue qui termine très joliment cette trilogie, mais offre tout de même une porte ouverte à une suite, ou à des "spin-off" (volet sur un des autres personnages)...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
florencem
  30 avril 2015
J’ai toujours un peu d’appréhension à commencer le dernier tome d’une saga, surtout quand j’ai énormément apprécié les tomes précédents. C’est donc avec une petite touche d’angoisse que j’ai commencé ma lecture du tome trois du Livre de Saskia. Cependant, cette angoisse s’est vite dissipée tellement j’ai été prise dans ma lecture. J’avais hâte de savoir comment l’histoire de Saskia allait se terminer mais aussi hâte de connaître les réponses aux nombreuses questions que je me posaient. Et autant le dire tout de suite, je n’ai pas été déçue. Ce dernier tome est un tome qui m’a certes, un tout petit moins plu que les précédents, mais qui a été un vrai plaisir à lire.
Je vais d’ailleurs commencer par les deux points qui m’ont un peu chagriné. Tout d’abord, l’utilisation d’un langage très familier dans les parties narratives. C’est quelque chose que je n’aime pas, même si je sais qu’on pense comme on parle, mais dans la littérature… ça ne passe pas pour moi. Je trouve que cela donne un côté assez puéril à Saskia à certains moments, et c’est dommage. L’autre point est que j’ai trouvé qu’il y avait trop d’épanchements des sentiments de notre héroïne. C’était presque omniprésent à certains passages et cela occultait tout le reste. Cette sensation a fait que je n’arrivais plus à voir Saskia comme une seule personne, mais plutôt un balancement constant entre une très jeune adolescente et une adulte mature. Cette ambivalence m’a quelque peu chagriné, car je n’arrivais plus à retrouver la Saskia des deux tomes précédents.
Mis à part cela, le tome trois est vraiment un très bon tome. J’ai trouvé la fin superbe, nous avons droit à toutes les réponses aux questions que nous nous posions, il y a de l’action à revendre, nous continuons à explorer le monde des Enkidares, et les complots et mystères ajoutent une petite touche supplémentaire qui fait qu’on a du mal à quitter le roman.
Le tome deux nous avait permis d’explorer le monde des Faucheurs et surtout de rencontrer le père de Saskia, Niels. Ce tome trois, lui, nous ouvre les portes des Gardiens et par la même occasion celui de la mère de Saskia, Fréa. Nous sommes moins en vase clos que dans le tome deux, du coup, le monde des Gardiens est un peu moins détaillé, mais j’ai grandement apprécié de pouvoir découvrir les deux facettes de ce peuple. Sans parler la façon dont Marie Pavlenko amène ces deux mondes à se rencontrer et à fusionner petit à petit. Je crois d’ailleurs que c’est ce que j’ai apprécié le plus. Le fait de voir, petit à petit, ces barrières vieilles de plusieurs milliers d’années se fissurer, voir les Gardiens et les Faucheurs interagirent ensemble, et plus seulement de façon belliqueuse. Les deux premiers tomes nous avaient déjà montré cela, certes, mais nous étions restés dans le cadre des proches de Saskia. Ici, l’auteur nous donne l’occasion de voir ce phénomène s’élargir et quelles en sont les conséquences, et cela de façon progressive, fine, sans caricature. Un très beau message que l’on voit se développer avec finesse.
Le mystère résidant autour de la double nature de Saskia est aussi prédominent. On sait depuis le départ que cette double nature est très importante, mais on ne sait pas vraiment pourquoi. Et tout est intrinsèquement lié à cela. Encore une fois, les différentes intrigues se mêlent et finissent par aboutir à un tout qui prend tout son sens. On rencontre beaucoup de personnages pour se faire, l’univers n’en devient que plus riche, mais cela nous fait aussi comprendre l’étendu de ce mystère. Le destin de Saskia ne touche pas que ses proches mais aussi tous les Enkidars du monde. La conclusion est forte en émotion, j’ai versé quelques larmes, mais je l’ai trouvé parfaite. Très réussie, sans être trop « bisounours », apportant de l’espoir, mais en gardant une part d’ombre. Bref, une fin comme je les aime.
Côté personnages, comme je l’ai dit, nous en rencontrons une flopée. Mais ce n’est pas dérangeant. J’avoue avoir eu un peu de mal au début de ma lecture pour me remémorer les « anciens » personnages et avec les nouveaux, je me mélangeais un peu les pinceaux, mais très vite, j’ai repris mes repères, et j’ai adoré rencontrer tout ce beau monde (sauf les méchants, cela va s’en dire ;) ). Et cela n’a pas pour autant effacé ceux auxquels je m’étais attachée. Mara, Tod, Victor, Arabelle, Gwen, Jenna, Niels… et j’en oublie. Ce groupe qui a grandi en deux tomes et qui se soude encore plus dans ce tome trois a été une merveille à suivre, à voir évoluer. Saskia, elle, malgré mes petits regrets (voir au début de ma critique) a su malgré tout rester un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Sa force, sa loyauté, mais aussi tout ce qu’elle a pu représenter jusque là. La relation qu’elle crée avec sa mère aussi dans ce tome était superbe.
J’ai refermé ce roman sans regret et en toute sérénité. Pour moi, il referme vraiment la porte à ce monde si particulier des Enkidars, sans qu’on ait besoin d’en savoir plus. J’ai beaucoup aimé la plume de Marie Pavlenko, et je pense très prochainement commencer sa nouvelle série !
Lien : http://loticadream.com/blog/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Jelussa
  15 janvier 2022
Troisième tome et troisième cauchemar qui laisse entrevoir une fin tragique… le suspens est à son comble dès les premières pages, c'est atrocement efficace pour le lecteur !!
Encore une fois je l'ai lu en retenant mon souffle et en oubliant tout le reste. Comme je l'avais déjà écrit pour le premier tome, l'auteure nous emporte dans un tourbillon de sensations et d'émotions aussi diverses que surprenantes, allant de la plus grande douceur à la violence inouïe, et elle le fait remarquablement bien.
Je crois que là est la clé de cette écriture : tout n'est que sensations, perceptions et ressentis et le lecteur se retrouve vraiment aux côtés des personnages à sentir, percevoir et ressentir comme eux.
Cette fois nous allons au coeur de la vie des Gardiens, en plein Paris, mais nous retrouverons bien sûr nos amis faucheurs. La communauté qui se forme à Arion est assez amusante et touchante à la fois. J'ai beaucoup aimé ces passages.
L'auteure alterne les moments de détente et de vie avec des moments de luttes, de fortes tensions et de batailles retentissantes dont on ressort abasourdis. Et parallèlement l'intrigue se dénoue progressivement jusqu'à la fin, grandiose dans son horreur, ses révélations et l'espoir qu'elle procure. Waouh !!!! Si j'avais entrevu quelques possibilités, jamais je n'aurais imaginé tout cela…
Chapeau bas à l'auteure pour cette création d'un monde riche, poétique, beau et cruel à la fois ! Je demeure fan !
Premier coup de coeur de l'année pour cette série en trois tomes!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Mikasabouquine
  17 juin 2016
Et voilà! C'est fini! Snif. Un excellent 3ème tome! Je suis heureuse de clôturer cette série sur une note plus que très positive!
J'avais souligné 2 points négatifs dans le tome 2:
-J'avais trouvé qu'il y avait quelques longueurs, que ce 2ème tome était moins équilibré que le 1er.
-Et j'avais trouvé Saskia moins mature que dans le 1, ce qui m'avait un petit peu agacé.
Dans le tome 3 rien de tout ça! L'équilibre est parfait et il n'y a aucune longueurs. C'est un dernier volume rythmé. 500 pages et pas un seul moment d'ennuie.
Et en ce qui concerne Saskia, et bien, son évolution est très positive, on la retrouve mature et avec du charisme. (je pense notamment à la scène avec Abbas et Gwen où elle m'a impressionné...).
Un 3ème tome qui monte crescendo en émotions et suspense. C'est le dénouement de tout. On avance, on enquête avec eux, on se questionne avec eux, on a peur avec eux. Mais qui sont les traîtres? Où sont ils? Pourquoi? Quand? Comment? Que faire? etc.
Tout le livre on s'attend bien évidemment à une bataille finale. Et donc malheureusement à des morts. Je n'arrêtais pas de me demander qui allait mourir? Un tel? Une telle? Oh mon Dieu! Tellement de possibilités! Je ne savais pas. Et pour un personnage, bizarrement, je ne sais pas pourquoi mais je ne me suis pas posée la question. Et lorsque l'on apprend sa mort, et bien je ne m'y attendais pas et j'ai pleuré... L'auteure arrive très bien à nous transmettre des émotions, elle a cette façon bien à elle de faire monter l'émotion progressivement ( comme quand elle narre les souvenirs des Arushs) et de vous achever à la fin. C'est ce qu'elle a fait à ce moment là, elle annonce les pertes lors de la bataille, vous met une sorte de "pression" émotionnelle, et à la fin la "pression" est trop forte et vous craquez...
Un très beau 3ème tome. Je n'ai que 2 petits regrets:
(je vais rester vague afin de ne spoiler personne)
J'aurai souhaiter voir ou avoir un peu plus d'émotions lors des retrouvailles à la fin entre N. et F. . Je m'attendais à pleurer à ce moment là mais il est un peu survolé je trouve. Ceci dit, ce sont 2 personnages pudiques au niveau de leurs émotions, donc des retrouvailles pudiques ça leur va bien...
Et le second point (je vais toujours rester évasive) concerne un certain personnage qui peut faire quelque chose sans déballer... lol (ceux qui n'ont pas lu le livre ne vont sans doute pas comprendre et vont trouver ma phrase très bizarre c'est sure! Mais ceux qui l'ont lu sauront de quoi je parle, enfin j'espère...!lol).
Et donc ce perso qui peut donc "avoir accès" à son quelque chose sans déballer, et bien j'ai été frustrée de l'explication! Il y en a une toute petite dans le livre mais qui n'est qu'une supposition de la part des personnages eux-même! Donc je pensais vraiment que j'allais avoir droit à une explication clair et précise et qui serait surement une vraie révélation, mais que nenni! lol. Tant pis. Mais dommage par contre je trouve... (si j'ai raté une info n'hésitez pas à m'envoyer un MP!)
Au niveau de l'histoire et du dénouement j'ai trouvé que c'était vraiment bien ficelé, la mythologie mise en place est très intéressante et riche. L'auteure a créer tout un vocabulaire bien spécifique et nous avons d'ailleurs droit à un glossaire à la faire de ce tome 3 ainsi qu'à quelques petits secrets sur "Le livre de Saskia". Ainsi, on peut vraiment constaté le travail qui a été fait : aucun terme ou nom n'a été choisi par hasard. Hormis peut être le prénom de Saskia qui était une évidence pour l'auteure mais vu l'étymologie du nom ça lui va plus que bien!
Voici pour ce tome 3, qui clôture une belle série! Une saga qui m'a grandement donné envie de découvrir l'auteure dans d'autres de ses ouvrages. J'ai déjà "la fille sortilège" dans ma pal et j'en suis sûre, dans un futur proche ou peu plus lointain je découvrirai "Marjane".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marly
  13 novembre 2013
La fin de Saskia est encore une fois un coup de coeur, et il ne m'a pas déçue par rapport aux tomes précédents ! Quelle pépite ! D'émotions, de justesse, et de Fantasy ! Depuis que je l'ai refermé, je n'ai pas du tout l'impression que c'est fini, au contraire j'ai la très vive sensation que ce n'est que le début d'autre chose. J'ai eu cette sensation dès la première micro-seconde où j'ai refermé le livre.
Je n'en reviens toujours pas de la façon dont je me suis sentie entraînée dans l'histoire. J'avais tellement l'impression d'être dans l'intrigue, en m'énervant vraiment contre les méchants, cherchant les réponses, faisant des hypothèses... J'étais à fond dans "Saskia", encore une fois ! Corps et âme, presque, et en tout cas, de tout mon coeur. Cette dernière fois, je ne voulais toujours pas le lâcher, comme les précédents, et j'ai fait plusieurs nuits presque blanches, tellement j'étais dedans et n'arrivais pas à trouver le sommeil.
Ma première réaction en commençant ce dernier tome, a été de me dire que j'avais oublié le bonheur que c'était de retrouver Saskia, comme si j'étais une de ses copines, ou même sa meilleure amie... grâce à toutes ses pensées intérieures qu'on effleure avec plaisir ! Etre au plus près d'elle, de ses émotions, ses angoisses, ses joies et ses peurs... me laisse penser, convaincue, que c'est la meilleure série à la première personne que j'ai lue. Ici, le "je" deviens presque un nous et nous fait voyager, vivre en Saskia, porter ses baskets. L'effet est merveilleusement réussi.
Du côté de la romance, l'absence de Tod réussit à l'intrigue, je trouve, car Saskia n'est plus sans arrêt accrochée à son amoureux comme à une boudée de sauvetage, dépendante et inquiète. C'est pour le mieux. cela la rend plus forte, elle se nourrit des sentiments de Tod, de leurs plus beaux moments, comme d'une énergie sans faille. C'est la bonne manière d'agir, d'être... Un modèle pour la femme aimante que je deviens. Elle me parle toujours cette Saskia ! Ses choix, son tempérament, et bien sur, pour tout ça, l'écriture de Marie Pavlenko.
Dans ce dernier tome, Saskia reçoit des amis Enkidars, Faucheurs, Gardiens, et humains chez elle. Ce grand mélange d'amitiés c'est tout simplement du bonheur en barre ; et tous ces personnages sont parfaits : vrais, cohérents, avec leur passé et leur histoire qui les influencent comme les plus simples des humains ! Ils sont tous formidables et j'ai adoré ce moment de flottement, au début, où je ne savais plus qui était qui face au grand nombre d'intervenants, c'était comme une chasse aux souvenirs afin de me/nous faire revivre les en quelques instants fugaces et savoureux les premiers tomes. Avec le glossaire et la liste des personnages, de toute manière, tout était prévu au mieux. Et puis, tous ces personnages si différents avaient leur utilité à mes yeux... je n'en dirais pas plus !
Je pourrais encore attribuer bien des qualités à "Saskia" et ce 3ème tome, comme le fait qu'il ait encore mieux parlé à mon coeur, m'ait donné envie d'accepter les autres, et être aussi courageuse que protectrice, tout en me faisant voyager... mais je me contenterai de finir cet avis enchanté en évoquant le peuple des Enkidars et l'évolution de Saskia.
Celle-ci est devenue forte, et elle l'assume. Qu'elle soit ou non le fruit de la prophétie, le 3ème Enkidare, peut importe, elle est une Enkidare ... à part entière, et elle utilise tous les atouts de sa nouvelle nature, sure d'elle. Elle s'y est enfin faite. Et j'ai vraiment adoré cela, la voir si forte, et confiante ! En elle, en sa nature, en ce qu'elle est, en son avenir, en ses rêves et ses convictions... C'est définitivement une héroïne forte, peut être la plus forte que je connais, surtout à la fin de sa quête, une héroïne qui a grandi, pour devenir Enkidare... et femme. Bien dans son identité, avant de devenir bien dans ses pompes.
Les Enkidars, eux, voient leur culture nous être expliquée toujours avec brio, crédibilité et inventivité jusqu'au bout : ils ne nous lasse pas. Ce ne sont pas les anges que nous connaissons tous depuis toujours, mais pour moi, les Enkidars seront toujours nos anges gardiens. Depuis le premier Saskia et pour toujours, sans doute. j'ai presque le doute, sur ces illustrations nous entourant... Anges ou Enkidars ? Ils seront qui je voudrai.
Pour clore la trilogie, Saskia 3 et son auteure Marie Pavlenko ne m'ont absolument pas décue. J'ai été embarquée du début à la fin, et j'ai eu l'impression d'évoluer avec l'héroïne, en si peu de temps. Comme le temps de parution, l'adolescence, moment clé des lecteurs de la série, est plus court qu'on le croit, mais le plus important, c'est que la manière de le traverser, et surtout comment on en sort, influencera toute notre vie. Saskia m'a peut être un peu changée à retardement. Pas étonnant, c'est une éternelle surprise. Mon héroïne-enfant qui devient simple adulte mais merveilleuse, et mon auteure coup de coeur. Une série incontournable.
Lien : http://rayon-passion.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
alucinealucine   14 octobre 2013
[…], je me lovai contre Tod. J’attendis qu’il s’endorme et j’écoutai sa respiration posée, régulière. Sa poitrine se gonflait et se dégonflait en un lent battement, appuyant contre ma peau, mon dos.

Impossible d’enlever ses doigts noués sur mon ventre. J’aimais qu’il s’accroche ainsi, dans une vulnérabilité et une vérité propres au sommeil. Pas de masque, pas de jeu. Juste l’envie primale de ne pas me lâcher.

Je savourai cet instant de répit dans ses bras, profitai de chaque seconde, luttant contre le sommeil, souriant dans le noir. J’étais avec Tod, nous nous aimions, et rien ni personne ne pourrait jamais, jamais m’enlever ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MadezMadez   12 juin 2014
Une bouffée d'angoisse monta. La femme qui m'avait portée dans son ventre était dans ce bâtiment. Comment était-elle, comment réagirait-elle ? Quel genre de femme pouvait tomber amoureuse de Niels, et se faire aimer de lui en retour ? Et comment allais-je réagir, moi ?
Avoir rencontré mon père après toutes ces années était une chose. Me confronter à ma mère en était une autre. Niels comblait une place vacante, un vide, ou tendait à le faire dans chaque geste, à chaque minute que nous passions ensemble et où nous apprenions à nous connaître. Mais j'avais déjà une mère, ma seule mère, ma vraie mère. Claire. Celle, toujours présente, qui m'avait offert son amour inconditionnel, sa patience, sa force. La place était déjà prise. Je ne voulais pas en déloger Claire, l'oublier, la remplacer, la reléguer au passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SaiwhisperSaiwhisper   01 mars 2018
Traquée façon lapin en peluche au seuil du clan du coin, j'avais dû me faire remarquer. Moi qui voulais faire profil bas ! En prime, j'attrapais une flèche empoisonnée comme d'autres attrapent une gastro...
Commenter  J’apprécie          60
MikasabouquineMikasabouquine   17 juin 2016
Je me redressai, poussai un soupir sonore, et me rendis compte que Volund, Jenna et Mara m'observaient comme si j'avais un poireau planté entre les yeux.
-J'ai faim, dis-je pour couper à toute interjection et autre "mais-comment-pourquoi-qu'est-ce".
-Je ne te permets pas! C'est MA réplique s'écria Mara, encore pâlichonne mais ravie que la tension se soit évaporée.
-Sauf que j'ai faim pour de vrai! rétorquai-je.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MikasabouquineMikasabouquine   14 juin 2016
Elle stoppa net en entendant le cri abominable qui s'élevait dans la nuit. Un hurlement de pure souffrance, concentré de douleur, de rage, de désespoir que j'identifiai aussitôt. Tod.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Marie Pavlenko (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Pavlenko
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/marie-pavlenko-bientot-minuit-52896.html
Avant de se faire un nom en librairie, Marie Pavlenko a été journaliste puis s'est lancée dans l'écriture collaborant à des scenarii pour la télévision, le cinéma et la bande dessinée. C'est en 2011 qu'elle se fait remarquer avec « le livre de Saskia » une trilogie à destination d'un public jeune adulte. Suivent « La fille sortilège » et « Je suis ton soleil » salués par la critique. Si dans ces romans jeunesse, elle ne dédaigne pas faire un pas vers le fantastique, elle s'essaie aussi avec succès à la littérature adulte. Elle publie ainsi en 2015 « La mort est une femme comme les autres ». Vous l'aurez compris, Marie Pavlenko aime sortir des sentiers battus, surprendre et se surprendre elle-même. Son actualité est double, « Un été avec Albert » et « Bientôt minuit », tous deux sortis chez Flammarion. Le premier à destination d'un public jeune adulte raconte l'été de Soledad. Après le bac, la jeune fille aurait aimé partir en vacances avec ses amis. Mais finalement, c'est chez sa grand-mère, récemment veuve, qu'elle passera la période estivale, loin de ses parents qui viennent de divorcer. Elle aime bien sa grand-mère, et les Pyrénées, c'est sympa, mais de là à y passer tout l'été… Ce sera pourtant l'été des tous les possibles et de tous les dangers. Un joli roman sur le lien intergénérationnel, le retour à la nature mais aussi une ambiance thriller avec un psychopathe trainant dans la région et s'attaquant aux animaux. Un roman jeunesse, idéal pour l'été ! L'autre titre de Marie Pavlenko, pour un public plus adulte raconte Emma et Lucien. Ils se sont aimés en secret, sans remettre en cause leurs couples respectifs et s'étaient promis de finir leurs jours ensemble. Les voilà veufs tous deux. Emma n'a pas oublié sa promesse mais Lucien a lui, la mémoire qui chancelle. le voilà en Ephad. Et pour Emma, cela ressemble à la prison, elle va prendre les choses en mains. Dans ce roman plein de drôlerie et de sensibilité, on rit, on pleure, mais on s'interroge surtout sur le sort de nos séniors. Et dans cette période où les personnes âgées ont été durement éprouvées, le livre de Marie Pavlenko pose des questions essentielles sur la façon d'accompagner les anciens dans leurs dernières années. Deux jolis romans donc, pour deux publics différents, certes mais qui ont ce point commun de parler de la vie, de la transmission et du temps qui passe. Deux romans d'une douce nostalgie. « Bientôt minuit » et « Un été avec Albert » de Marie Pavlenko, les deux livres sont publiés chez Flammarion.
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Quiz sur le tome 1 du Livre de Saskia

Qui est l'auteur de ce livre?

Marie Pavlenko
Veronica Roth
Marilou Aznar

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Le livre de Saskia, tome 1 : Le Réveil de Marie PavlenkoCréer un quiz sur ce livre

.. ..