AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841160297
Éditeur : Cheyne (30/11/-1)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 950 notes)
Résumé :
Charlie et son copain vivent une époque trouble, celle de la montée d'un régime politique extrême : l’État brun.

Dans la vie, ils vont d'une façon bien ordinaire : entre bière et belote. Ni des héros, ni de purs salauds. Simplement, pour éviter les ennuis, ils détournent les yeux.

Sait-on assez où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d'entre nous ?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (127) Voir plus Ajouter une critique
carre
  27 décembre 2012
Un tout petit bouquin en fait ‘il un bon ?
La réponse est claire : oui indiscutablement.
« Matin brun » fait parti de ces petits miracles qui loin de discours rébarbatifs ou soporifiques, montre avec une impressionnante efficacité
Les dangers d'un état totalitaire. Cette couleur inquiète, d'autant plus que dans des périodes difficiles, ce discours funeste pose ces jalons dans l'ombre et trouve écho auprès de gens désemparés. Franck Pavloff rappelle à ceux qui croient que le salut passe par la lâcheté et la soumission est une tragique erreur et que le choix d'un état nationaliste est bien la pire des solutions.
Un texte fort, intemporel, à lire à tout âge
Commenter  J’apprécie          1000
jeranjou
  29 septembre 2013
Tous les chemins mènent au brun...
Aujourd'hui c'est décider, je m'attelle à la recherche du fameux « Matin brun » que tant de lecteurs m'ont incité lire depuis la découverte de la grande nouvelle « Inconnu à cette adresse ».
Direction la médiathèque et la lettre « P » dans la catégorie romans. Au trigramme « Pav », je fais choux blanc. Après un petit surf sur l'ordinateur, je découvre que « Matin brun » figure dans les romans jeunesse.
Après une recherche vaine dans les romans adolescents, je décide contraint et forcé de demander à la bibliothécaire où se trouve le « Matin brun ».
Elle se dirige vers les livres cartonnés pour tous petits et me sort le fascicule marron barré d'une grosse croix noire. A mon avis, dans un reflexe pavlovien, la bibliothécaire, à peine réveillée le matin, a rangé machinalement « Matin brun » à coté du petit « Ours brun » !
J'imagine l'adaptation de l'ouvrage pour les tous petits. Dans l'état brun, il était interdit de lire des albums où figurent des ours polaires, lunaires ou bien encore colorés. Seuls les livres du petit ours brun ou encore les albums de Winnie l'ourson sont autorisés. Tout parent lisant alors à ses enfants un ouvrage interdit est automatiquement arrêté et jeté en prison par les milices brunes. Ouf je suis sauvé, mon fils adorait les petits ours bruns et j'en ai un paquet en stock !
Non, non ! Bien que toute cette histoire soit vraie (hormis l'adaptation sur les ours), Franck Pavloff a retenu les chats et les chiens pour illustrer son propos.
En effet, l'état brun a désormais interdit aux propriétaires d'animaux domestiques de posséder des chats ou des chiens d'une autre couleur que le brun. Charlie et son ami se résignent donc à piquer le chien pour l'un, un labrador noir et un chat pour l'autre, un chat de gouttière blanc tacheté de noir.
Malheureusement, la répression une fois en marche, l'interdiction ne va s'arrêter à ce seul stade et va s'étendre inexorablement à d'autres champs d'application beaucoup plus problématiques…
Si Pavloff avait été anglais, j'aurais compris qu'il cherche à diminuer drastiquement la population des chats et des chiens afin qu'il ne pleuve plus des cordes sur la Grande-Bretagne (1). Mais en France, B.B. a dû être toute retournée…
Pour ma part, je suis tranquille, je n'ai ni chats, ni chiens à la main. On pourrait juste me reprocher d'avoir hébergé un hamster dont je ne me souviens pas la couleur. Heureusement, il est mort quelques jours seulement après… Ouf, ouf…
Matin pour agir ou attendre la chance, j'ai préféré utiliser l'humour en bousculant peut-être les évidences pour vous dépeindre cette nouvelle d'une dizaine de pages seulement. Dix pages pour vous rappeler qu'il est toujours plus facile de laisser faire que de se battre pour des droits qui nous paraissent pas si importants que ça au premier abord.
Ensuite, il est trop tard pour s'attaquer aux tentacules de la pieuvre totalitaire devenue de plus en plus violente. La lecture de Persepolis, pleine d'absurdités pour nous autres occidentaux, s'apparente parfaitement à la nouvelle de Pavloff.
Je ne peux que vous conseiller de découvrir, quels que soient les obstacles à franchir, ce petit texte d'une absurdité et d'une puissance intemporelle ! Indispensable pour les jeunes et, plus encore, pour les moins jeunes !
Pour conclure, comme le chantait l'idole des français dans ma jeunesse, chaque jour il vous revient de choisir :
♫ « Matin pour donner ou bien matin pour prendre,
Pour oublier ou pour apprendre,
Matin pour aimer, maudire ou mépriser
Laisser tomber ou résister. » ♪ ♫
(1) It rains cats and dogs en anglais
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7513
ATOS
  26 mai 2012
Il est des livres importants.
Des livres à dire à nos enfants, comme il est des vers que nous devons leur faire entendre afin que leur matin ne devienne jamais brun :
"Quand ils sont venus
chercher les communistes
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas communiste
Quand ils sont venus
chercher les syndicalistes
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas syndicaliste
Quand ils sont venus
chercher les juifs
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas juif
Quand ils sont venus
chercher les catholiques
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas catholique
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne
pour dire quelque chose."
Martin Niemöller - 1942

Astrid SHRIQUI GARAIN
Commenter  J’apprécie          816
TheWind
  02 octobre 2016
Il y a peu de temps j'ai eu l'occasion d'assister à une adaptation théâtrale de Matin Brun. C'était du théâtre de rue et les spectateurs étaient malheureusement peu nombreux.
Le décor faisait froid dans le dos. Une centaine de livres éparpillés au sol, les pages battant au vent, abandonnés, souillés....Agonisaient là, parmi tant d'autres, des romans de Zola, Victor Hugo, Flaubert, un dictionnaire des synonymes, des beaux livres documentaires, des albums pour la jeunesse..
Au milieu de tout cela, un brasero.
Et c'est là que le texte de Pavloff a pris toute sa force, porté à bout de bras par deux comédiens bourrés de talent.
Je ne connaissais pas cet écrit de Pavloff avant d'en voir cette adaptation bouleversante. Je suis bien heureuse de l'avoir découvert.
C'est un texte très court mais d'une densité incroyable. En quelques pages, Pavloff dénonce le totalitarisme, la pensée unique et les dangers d'une population frileuse qui a la frousse et pas le courage de se révolter.
" Résister davantage, mais comment ! ça va si vite, il y a le boulot, les soucis de tous les jours. Les autres aussi baissent les bras pour être un peu tranquille, non ? "
Inutile d'en rajouter. Cette phrase est tellement criante de vérité que je me cacherai bien sous mon bureau, honteuse. Là, où au contraire, il faudrait se relever !
Il convient de savoir que l'écriture de ce texte n'a rien d'anodin. Frank Pavloff a rédigé cette nouvelle au moment des élections régionales de 1998 quand des élus de droite ont annoncé des alliances avec le Front national. C'est en 2002, lors des élections présidentielles, lorsque la France sidérée constate l'ampleur des dégâts, que Matin Brun connaîtra le succès.
Cette nouvelle est évidemment toujours et encore bien plus d'actualité. Alors si, comme moi, vous étiez passé au travers, remédiez-vite à cela !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          584
LiliGalipette
  18 janvier 2014
Deux amis sont bien tristes. Ils ont respectivement dû se séparer de leur chien et de leur chat, au motif qu'ils n'étaient pas bruns, seule couleur désormais acceptée par l'état. Mais puisque c'est la règle, pas question de tricher, même si ces animaux étaient bien affectueux. Après tout, ce n'était que des animaux « La nation n'a rien à y gagner à accepter qu'on détourne la loi, et à jouer au chat et à la souris. Brune, il avait rajouté, en regardant autour de lui, souris brune, au cas où on aurait surpris notre conversation. » (p. 5 & 6) le temps passe et les deux amis décident de reprendre un animal : ce sera donc un chien brun et un chat brun, comme le veut la loi. « Comme si de faire tout simplement ce qui allait dans le bon sens dans la cité nous rassurait et nous simplifiait la vie. La sécurité brune, ça pouvait avoir du bon. » (p. 8) Mais à force de laisser faire, de dire que ce n'est rien, que ce n'est pas grave, les hommes sont dépassés par le pouvoir qui devient autoritaire et répressif au-delà de toute mesure et de toute raison. « Ce n'est pas parce qu'on aurait acheté récemment un animal brun qu'on aurait changé de mentalité, ils ont dit. » (p. 10)
En simplement onze pages, la terreur atteint des sommets vertigineux. La montée de la xénophobie et du totalitarisme, d'abord banalisée, devient irrépressible : le système est bien huilé et la machine à broyer fonctionne à la perfection. Onze pages, seulement onze pages et une claque qui réveille, qui rappelle les passés tragiques et les écoeurantes défaites de la démocratie et de la liberté. Voilà un texte qui, selon moi, est bien plus efficace que la navrante logorrhée de Stéphane Hessel qui nous clamait Indignez-vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454

critiques presse (3)
Ricochet   17 avril 2015
Matin brun, un album à mettre entre toutes les mains.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Ricochet   04 octobre 2012
Le récit à la troisième personne, de l’extérieur, manipule le personnage et la vigilance finale de Jules ne semble pas très assurée. Un album riche en couleurs et en réflexions.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Bibliobs   29 février 2012
Malgré la noirceur du propos, le nouveau Pavloff dégage des bouffées d'espérance.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
MyrabelleMyrabelle   25 janvier 2012
Je n'ai pas dormi de la nuit. J'aurais dû me méfier des Bruns dès qu'ils nous ont imposé leur première loi sur les animaux. Après tout, il était à moi mon chat, comme son chien pour Charlie, on aurait dû dire non. Résister davantage, mais comment ? Ça va si vite, il y a le boulot, les soucis de tous les jours. Les autres aussi baissent les bras pour être un peu tranquilles, non ?
Commenter  J’apprécie          260
MonsieurToukiMonsieurTouki   17 mars 2013
Par mesure de précaution, on avait pris l'habitude de rajouter brun ou brune à la fin des phrases ou après les mots. Au début, demander un pastis brun, ça nous avait fait drôle, puis après tout, le langage c'est fait pour évoluer et ce n'était pas plus étrange de donner dans le brun, que de rajouter putain con, à tout bout de champ, comme on le fait par chez nous. Au moins, on était bien vus et on était tranquilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
AireLibreAireLibre   22 janvier 2008
On aurait du dire non. Résister davantage, mais comment ? Ca va si vite, il y a le boulot, les soucis de tous les jours. Les autres aussi baissent les bras pour être un peu tranquilles, non ?
Commenter  J’apprécie          380
jeranjoujeranjou   29 septembre 2013
Magnifique, brun de la queue au museau, avec des yeux marrons.
- Tu vois, finalement il est plus affectueux que l’autre, et il m’obéit au doigt et à l’œil. Fallait pas que j’en fasse un drame du labrador noir.
Commenter  J’apprécie          290
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   11 avril 2012
"Ce matin, Radio brune a confirmé la nouvelle. Charlie fait sûrement partie des cinq cents personnes qui ont été arrêtées. Ce n'est pas parce qu'on aurait acheté récemment un animal brun qu'on aurait changé de mentalité, ils ont dit.
_ Avoir eu un chien ou un chat non conforme, à quelque époque que ce soit, est un délit. Le speaker a même ajouté: "Injure à l'Etat national"
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Franck Pavloff (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Pavloff
Tous les romans de notre rentrée littéraire.
De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles, Jean-Michel Guenassia La gloire des maudits, Nicolas d'Estienne d'Orves Les sables de l'Amargosa, Claire Vaye Watkins Sangliers, Aurélien Delsaux Le Courage qu'il faut aux rivières, Emmanuelle Favier La Nuit des enfants qui dansent, Franck Pavloff Bakhita, Véronique Olmi La Vengeance du pardon, Eric-Emmanuel Schmitt La tour abolie, Gérard Mordillat Un dissident, François-Régis de Guenyveau Underground Railroad, Colson Whitehead Le songe du photographe, Patricia Reznikov Vous connaissez peut-être, Joann Sfar Cox ou la course du temps, Christoph Ransmayr Frappe-toi le c?ur, Amélie Nothomb
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Matin Brun

Quelle est leur boisson préférée ?

chocolat chaud
café
cappuccino

16 questions
78 lecteurs ont répondu
Thème : Matin brun de Franck PavloffCréer un quiz sur ce livre
. .