AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2746733412
Éditeur : Autrement (12/09/2012)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Vous ne pouvez pas vous empêcher de paresser, décaler, lambiner, atermoyer, ajourner, proroger, différer, décaler, musarder, zigzaguer, suivre des chemins de traverse ? Ce livre est pour vous. Le philosophe américain John Perry bâtit un plaidoyer souvent inattendu, toujours convaincant en faveur de la procrastination structurée, ce « défaut » qui, bien utilisé, peut vous transformer en foudre de guerre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Ellane92
  05 mars 2015
"Procrastiner, c'est remettre au lendemain ce que l'on devrait faire le jour même. La procrastination structurée est l'art de mettre à profit cette faiblesse de caractère." Voilà le programme que nous propose John Perry, professeur de philosophie de la célèbre université de Stanford en Californie, et maitre consommé de la procrastination structurée. Plus exactement, il nous propose de comprendre les mécanismes en jeu dans la procrastination de façon à la contourner et à réaliser ce que l'on attend de nous ou que l'on souhaite faire. Puisque le procrastinateur ne réalise jamais ce qui est ultra prioritaire, occupé qu'il est par des activités subalternes, l'astuce consiste à reprioriser ses tâches de façon à faire ce qu'il y a faire sans avoir la pression de "l'ultra-prioritaire". Parce que d'après Perry, la procrastination serait le résultat d'un perfectionnisme fantasmé.
Ça, c'est le principe. En pratique, d'autres astuces peuvent aider les procrastineurs à se mettre en mouvement (parce que c'est le plus délicat, pour ces individus). La to-do list est la première arme à mettre en oeuvre : en fractionnant ce qu'on n'arrive pas à commencer, en mettant des actions de "récompense", et procurant le plaisir de biffer au fur et à mesure toutes les actions réalisées, c'est l'alliée incontournable du procrastinateur. La musique entrainante permet aussi d'entrainer le mouvement (John Perry donne même quelques titres, histoire d'éviter que les lecteurs procrastinateurs ne passent à la recherche chronophage de titres musicaux en oubliant au passage la lecture ultra prioritaire de ce livre !).
Et puis, il y a les ennemis du procrastinateur. A leur tête trône l'ordinateur, ses possibilités de surfs infinies d'un sujet à l'autre et sa messagerie si pratique pour interrompre ses activités.
Le poste de travail est également un élément important à prendre en considération : les procrastinateurs sont organisés horizontalement, c'est-à-dire que leur univers de travail est circonscrit à ce qu'ils ont sous les yeux, contrairement à ceux dont l'organisation est verticale, qui privilégient le classement dans de jolies pochettes rangées dans des classeurs étiquetés dans les armoires. " le fait est avéré : je suis un organisateur horizontal. J'aime que les projets sur lesquels je suis en train de travailler s'étalent devant moi, sur une surface plane, d'où ils pourront m'interpeler et me faire signe. Si je range des documents dans une chemise, ils disparaissent à tout jamais. Non que je sois incapable de les retrouver (même si cela m'est déjà arrivé), mais parce que je renonce tout simplement à les chercher. Je suis fondamentalement incapable d'ouvrir un placard pour en extraire un projet inachevé et me remettre à travailler dessus."
Le travail d'équipe est un bon moyen pour mettre le procrastinateur au travail, l'équipe fonctionnant comme un déclencheur. Bien entendu, si l'équipe se compose de procrastinateurs pires que soi…
En même temps, procrastiner a des avantages : Perry se lance dans un éloge du ne pas faire. Prendre le temps avant de commencer les choses permet de les laisser se décanter, voire de se rendre compte de leur inutilité. Sans compter qu'avec un peu de chance, un non-procrastinateur lassé d'attendre aura pris les choses en main et réalisé lui-même la tâche demandée !
Vivre avec un procrastinateur, que l'autre le soit ou pas, dans un cadre professionnel ou personnel, n'est pas une sinécure ; dans ces cas-là, Perry nous rappelle que la procrastination n'est pas une marque de mépris ou de méchanceté, et que surtout, elle est involontaire.
Enfin, le dernier chapitre de ce livre est assez curieux : le philosophe Perry recherche dans son domaine s'il n'y aurait pas justifications philosophiques à la procrastination. Ben non, en fait, il n'y en a pas !
Enfin, l'ouvrage se termine sur une bibliographie de la procrastination, des sites internet, etc… sur le sujet.

Perry le dit lui-même en conclusion : "Cet ouvrage a davantage l'ambition de réconcilier les procrastinateurs structurés avec eux-mêmes que de les réformer."
Les procrastinateurs assidus pourront trouver quelques astuces pour optimiser leur activité. Ce court ouvrage a le mérite d'être accessible, amusant et déculpabilisant. On s'amuse et on apprend. Je reste tout de même un peu sceptique sur l'absolue bienveillance et la complaisance dont fait preuve l'auteur vis-à-vis des procrastinateurs.
Ceci dit, ce livre m'a été offert par une de mes collègues et amie. Si je continue à me demander s'il n'y aurait pas un message caché derrière ce cadeau ("J'ai vu le titre, j'ai tout de suite pensé à toi", m'a-t-elle dit !!), j'ai maintenant tous les arguments en tête pour justifier le bordel de mon bureau (je gagne toujours les concours du bureau les plus mal rangé !) et lui expliquer pourquoi je n'utilise ni pochettes, ni classeur : mon organisation est horizontale. Et toc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          526
petitsoleil
  09 mars 2013
un court essai, drôle, déculpabilisant, et qui sent le vécu !
on sent parfois un petit débat sur le fait que certains métiers, certains milieux professionnels, feraient plus de procrastination que d'autres ...
je vote pour, je pense que dans certains secteurs où on a trop l'habitude d'urgences qui n'en sont pas, l'habitude d'avoir affaire à des personnes très stressées dont on tente de résoudre les problèmes, on est forcé de relativiser, et parfois de procrastiner ! quand une urgence (vraie ou fausse) chasse l'autre, quand les priorités changent souvent ...
et puis la tendance de plus en plus généralisée dans le monde du travail, à maintenir les équipes toujours en sous-effectif, donc en surcharge de travail ... nous oblige à trouver des stratégies de vie, de survie, de zen, d'organisation ... chacun a les siennes
les changements de priorités beaucoup trop fréquents sont aussi un effet pervers d'une société beaucoup trop organisée sur le court-terme ...
hélas, des changements aussi fréquents conduisent souvent à une productivité quasi-nulle ! dans certains cas, procrastiner donne une PETITE chance d'accomplir des activités DE A A Z ! ce qui est souvent utile
vous pouvez donc lire ce livre ... SURTOUT si vous avez déjà une to-do-list bien remplie, des corvées prévues, d'autres tâches "qui ne peuvent pas attendre" ... soyez procrastinateur, mais STRUCTURE !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Luniver
  01 mars 2016
Voilà un livre promis à peu de succès : il n'intéressera probablement pas les non-procrastinateurs, et les procrastinateurs ne se décideront jamais à l'ouvrir.
Pourtant, ces derniers y trouveraient quelques arguments déculpabilisants : ils sont capables de travailler, il suffit juste de leur mettre une tâche encore plus pénible et plus urgente sous le nez pour qu'aussitôt, les anciennes urgences prennent de l'attrait. Ils constituent également un excellent rempart contre les gens qui ont du mal à estimer les priorités : combien d' « urgences » ne se sont pas révélées être des questions mal posées, des solutions mal définies, ou des suggestions sans intérêt ?
Du point de vue des solutions, j'apprécie spécialement son idée de liste de petites choses à rayer, qui permet en effet d'avoir l'impression d'être dans une spirale positive alors que la liste en question ne contient que des tâches de routine… mais l'élan est là. J'attends comme lui l'arrivée d'un logiciel qui conserve l'historique des tâches réalisées en gras, rouges et barrées, et le petit jingle de triomphe qui apparaît à chaque tâche terminée.
L'essai est assez sympathique, mais reste à la surface du phénomène : pour mieux comprendre la procrastination ou pour mieux la combattre, il faudra encore chercher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2910
sylvaine
  16 janvier 2017
Ne jamais remettre au lendemain ce que l'on pourrait faire le surlendemain Mark Twain
La procrastination :ou l'Art de reporter au lendemain En quelques pages mais quelles pages ! John Perry dresse un tableau pointu du procrastineur celui qui ne fait jamais le jour même ce qu'il avait prévu de faire. IL démonte le mode de fonctionnement de ce procrastineur structuré celui vous savez qui fait toujours plein de choses sauf celles qui doivent être faîtes là tout de suite …
Un court essai qui m' a enchantée ; Arriver à déculpabiliser le « paresseux » en lui expliquant comment opérer sans se sentir coupable est un sujet très intéressant et arriver à rire aux éclats en lisant un essai de philosophie , très court certes- était carrément euphorique ! A lire sans modération …
Commenter  J’apprécie          300
cmpf
  25 octobre 2018

J'ai appris une chose avec ce livre, c'est que je suis une procrastineuse structurée. Structurée ? c'est-à-dire ? Eh bien que si je remets à demain certaines actions, c'est en les remplaçant par d'autres qui m'effraient ou m'ennuient moins. Bizarrement je n'en avais pas vraiment pris conscience. Ce n'est donc pas la paresse qui me pousse à remettre à demain.
Mais c'est dans un autre ouvrage, lu il y a déjà un moment, que j'ai trouvé une solution qui marche bien. Se dire “Je m'y mets 10 minutes et j'arrête”. Car une fois qu'on y est, on travaille toujours plus longtemps.
Donc pas à proprement parler un livre de conseils mais un livre agréable à lire et qui déculpabilise, ce qui n'est déjà pas si mal.

Commenter  J’apprécie          154

critiques presse (1)
NonFiction   29 novembre 2012
Un petit ouvrage humoristique et déculpabilisant pour tous ceux qui ont l’habitude d’atermoyer !
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   09 mars 2013
Les listes de choses à faire

Si vous pratiquez la procrastination structurée, vous avez sans doute une liste de choses à accomplir dans les jours, les semaines, les mois ou les années à venir. En tête de liste figure une tâche qui vous semble ultra-importante mais qui, au fond, ne l'est pas tant que ca, et qui vous motive à accomplir des choses a priori moins importantes.
C'est ce que j'appelle votre liste de priorités.
Il s'agit d'un agenda à long terme : les projets qu'il recense vous prendront une journée, une semaine, un mois ou une vie entière, si jamais vous avez l'ambition d' "apprendre à parler chinois couramment".

Dans le présent chapitre, nous nous pencherons sur un autre type d'agenda : la liste quotidienne des choses à faire. Les procrastinateurs sont nombreux à utiliser ce genre de to-do-list.
On pourrait croire qu'elles leur servent de pense-bête. Certes.
Mais ce n'est pas là leur fonction principale.

Une to-do-list donne au procrastinateur le plaisir de biffer les tâches au fur et à mesure qu'il les accomplit. Le simple fait de rayer un élément de la liste procure un délicieux sentiment de satisfaction.
Ma parole, je suis un vrai bourreau de travail !
C'est excellent pour le moral. (...)

La stratégie qui consiste à fragmenter les tâches et à se féliciter de les avoir accomplies les unes après les autres est d'une efficacité redoutable.

(note : Lao-Tseu, Tao-te-King, le livre de la voie et de la vertu, classique chinois écrit vers 600 av. JC)
Le Tao-te-King nous enjoint ainsi à "accomplir de grandes oeuvres par une série de petits actes". (...)
Le kaizen est une philosophie japonaise qui nous enseigne qu'un petit pas peut changer notre vie.
Au lieu de jurer que vous ne procrastinerez plus, dites plutôt que vous vous initiez au kaizen : vos amis imagineront que vous vous êtes converti aux arts martiaux, ils seront épatés !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleilpetitsoleil   09 mars 2013
Mais, de la procrastination ou du perfectionnisme, lequel est cause de l'autre ?
A mon avis, c'est le perfectionnisme qui mène à la procrastination. (...)

Souvent, les procrastinateurs ne savent pas qu'ils sont perfectionnistes pour la bonne raison qu'ils n'ont jamais rien accompli de parfait.
Personne ne nous dit jamais que notre travail est parfait et nous-mêmes, nous n'avons pas l'impression qu'il l'est.
Nous nous imaginons que, pour être perfectionniste, il faut forcément s'acquitter parfaitement d'une tâche.
Ce raisonnement passe à côté de la logique même du perfectionnisme. (...)

Qu'est-ce que le perfectionnisme ? Il s'agit moins de produire un travail parfait, ou presque parfait, que de prendre prétexte de travaux en cours pour alimenter ses fantasmes de perfection.

En quoi le fantasme de perfection est-il propice à la procrastination ?
Tout simplement parce qu'il n'est pas si simple de faire les choses à la perfection. (C'est du moins ce que je suppose. Si jamais je parviens un jour à produire quelque chose de parfait, je vous en dirai plus.)
J'imagine qu'il faut y passer du temps et que les conditions optimales soient réunies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Ellane92Ellane92   28 mai 2015
Ces gens-là [les organisateurs verticaux] considèrent qu'un bureau encombré de paperasse est le symptôme d'un manque d'organisation. Rien de plus faux. En voyant un étudiant gaucher se contorsionner sur sa chaise pour prendre des notes sur ces maudites tablettes, on n'en déduira pas qu'il a des problèmes de coordination psychomotrices. On dira tout simplement qu'il pâtit d'un désavantage situationnel. Il en va de même pour les organisateurs horizontaux. L'univers est conçu en fonction des organisateurs verticaux et de leur système de rangement. Les organisateurs horizontaux, eux, en sont réduits à investir les tables, les dessus d'armoire, les chaises et le plancher. Si quelqu'un s'était soucié de concevoir un meuble adapté au rangement et à l'archivage des organisations horizontaux, ces derniers seraient tout aussi organisés et méticuleux que les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
petitsoleilpetitsoleil   09 mars 2013
Le procrastinateur et l'ordinateur

En un sens, l'ordinateur est une invention géniale pour les procrastinateurs.
Ceux-ci ont en effet tendance à rendre leurs travaux à la dernière minute (...)
Si le produit fini est susceptible d'être envoyé par e-mail, la toute dernière minute est encore plus proche de l'échéance qu'elle ne l'était jadis (...)
Aujourd'hui, un document joint à un e-mail parvient instantanément à son destinataire. Si vous avez la chance d'habiter en Asie, en Europe ou sur la côte est des Etats-Unis et que vous devez respecter un délai fixé par quelqu'un habitant en Californie, il arrivera, en raison du décalage horaire, largement avant l'heure à laquelle vous avez cliqué sur "Envoyer".

Cela étant, l'ordinateur est aussi une véritable malédiction pour le procrastinateur, qui y perd son temps à faire des recherches sans le moindre rapport avec le travail censé l'occuper.
Les principaux écueils consistent à gérer la messagerie électronique et à surfer sur Internet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
petitsoleilpetitsoleil   09 mars 2013
Classons donc les tâches en fonction de la quantité de travail requise pour répondre aux attentes de nos interlocuteurs.
Ainsi refuser d'assumer certains travaux équivaudra à les laisser mourir.
D'autres pourront être mis en attente.
Mieux vaudra tout de même parer au plus urgent, en se fixant comme objectif de produire un travail convenable mais imparfait.

Lorsque vous vous engagez à vous acquitter d'une mission, pensez à mettre en balance les désagréments et les avantages qu'impliquerait la livraison d'un ouvrage imparfait.
Un travail parfait est-il vraiment nécessaire cette fois-ci ?
Serait-il préférable à une tâche simplement correcte ? ou même bâclée ?
Est-il possible de produire un ouvrage approchant de la perfection ?
Et d'ailleurs, à quoi bon ?
Le plus souvent, un ouvrage imparfait fera l'affaire. (...)

Je m'autorise donc à fournir un travail imparfait dès maintenant, sans attendre d'avoir passé le délai. Autant s'y mettre tout de suite (ou allez ... dès demain) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : procrastinationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..