AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070128655
154 pages
Éditeur : Gallimard (11/03/2010)

Note moyenne : 4/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Ces nouvelles ont été choisies à dessein pour dévoiler un aspect Inconnu de Pirandello, un Pirandello régionaliste, tout nourri du folklore de son île, hanté par les récits entendus dans son enfance - légendes garibaldiennes, évocations de brigands. La Sicile de Pirandello se réduit d'ailleurs à un coin bien localisé, son pays natal, le pays d'Agrigente, son port, ses soufrières, sa campagne semi-tropicale, ses populations croupissant dans la misère, la superstition... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
le-mange-livres
  06 avril 2012
Où un jeune prêtre défroqué regarde l'herbe pousser ;
Où Dom Ravana cherche à contourner les prescriptions de son médecin mais son sacristain veille à ce qu'il consomme du bouillon (ou du moins essaye) ;
Où les fils partis au loin sont parfois ingrats ;
Où un marin norvégien échoue dans un petit port sicilien ;
Où les invitations à dîner de la fratrie Borgianni sont pour le moins redoutables.

L'incipit
« - Et vous aviez pris tous les ordres ?
- Non, pas tous. Je n'étais arrivé qu'au sous-diaconat.
- Ah, ah ! Vous étiez sous-diacre … Et que fait un sous-diacre ? »

Comment en suis-je arrivée là ?

Je connaissais Six personnages en quête d'auteur (du théâtre), mais j'ignorais que Pirandello avait écrit beaucoup de nouvelles … et celle-ci sont publiées chez Gallimard, dans la collection « L'imaginaire » dont j'aime beaucoup les choix éditoriaux.

De quoi s'agit-il ?

Difficile de résumer l'intrigue d'un recueil de nouvelles ; on peut néanmoins dire que celles-ci concernent toutes la Sicile au début du XXe siècle, ses fatalismes, ses tempéraments entiers et impulsifs, ses superstitions, le poids encore prégnant de l'Eglise, ses brigands qui battent la campagne, son émigration, ses paysages et sa pauvreté enracinée.

La citation

« N'avoir plus conscience d'être, comme une pierre, comme une plante ; ne plus même se rappeler son nom ; vivre pour vivre sans savoir qu'on vit, comme les bêtes, sans passions, sans désirs, sans mémoire, sans idées, sans rien qui donne encore un sens, une valeur à la vie. Etendu sur l'herbe, les mains croisées derrière la nuque, regarder dans le bleu du ciel la blancheur aveuglante des nuages, gonflés de soleil ; écouter le vent comme un bruit de mer dans les châtaigniers, et dans la voix du vent, dans cette rumeur marine percevoir, comme venue d'une infinie distance, la vanité de tout, l'angoisse et le poids mortel de l'existence. » (p. 20)

Ce que j'en ai pensé :

Ce mois italien prend de plus en plus l'allure d'un mois sicilien ! Je n'avais jamais remarqué la densité ded grands auteurs issus de cette grande île …
Je redoutais en revanche les nouvelles, que je ne goûte d'ordinaire pas particulièrement – quoique j'idolâtre Buzzati. Mais en fait Pirandello a véritablement le sens de la nouvelle.

Ce qui est frappant et particulièrement intéressant, c'est la manière dont Pirandello multiplie les points de vue des différents personnages, en démontrant la relativité – très frappante dans « L'autre fils ».

Les personnages ont donc une véritable épaisseur, ainsi de l'oncle bourru qui est vice-consul de Suède, ou encore de Lars, support d'une belle réflexion sur l'étranger qui souligne encore un peu plus la fermeture de la société sicilienne. Un bien joli recueil, plein d'humanisme … et d'ironie.
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nikoz
  22 mai 2015
Une poésie nostalgico-humoristique, et au final une poésie tendre. Belle écriture et belle lecture.
Commenter  J’apprécie          50
YahnV
  23 juin 2019
« En même temps que quelques échantillons du vérisme si particulier de Pirandello – un vérisme qui s'évanouit dans un humour auquel il emprunte sa poésie –, ce qu'on trouvera dans ce recueil, à travers la variété des images et du ton, c'est l'atmosphère et comme la sensation charnelle de cette « Vieille Sicile », base solide et point de départ de toute l'oeuvre pirandellienne. »
Benjamin CREMIEUX (PREFACE)
Commenter  J’apprécie          10
Esorlecram
  15 mars 2015
Quelques nouvelles sans prétention mais agréables à lire, basées sur des légendes siciliennes.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
le-mange-livresle-mange-livres   06 avril 2012
N’avoir plus conscience d’être, comme une pierre, comme une plante ; ne plus même se rappeler son nom ; vivre pour vivre sans savoir qu’on vit, comme les bêtes, sans passions, sans désirs, sans mémoire, sans idées, sans rien qui donne encore un sens, une valeur à la vie. Etendu sur l’herbe, les mains croisées derrière la nuque, regarder dans le bleu du ciel la blancheur aveuglante des nuages, gonflés de soleil ; écouter le vent comme un bruit de mer dans les châtaigniers, et dans la voix du vent, dans cette rumeur marine percevoir, comme venue d’une infinie distance, la vanité de tout, l’angoisse et le poids mortel de l’existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YahnVYahnV   23 juin 2019
Vous ne voyez pas ce qu’il y a de risible là-dedans ? Mais si vous aviez été, sur la place du village, toute bruissante de feuilles sèches, tandis que les nuages jouaient à cache-cache avec le soleil, si vous aviez assisté à ce dialogue entre le vieux docteur Fanti et Tommasino Unzio, revenu quelques jours plus tôt, sans soutane, du séminaire, ayant perdu la foi, si vous aviez vu le docteur plisser son visage de faune, vous auriez fait comme tous les désœuvrés du village, assis en cercle devant la pharmacie de l’hospice, vous auriez détourné la tête et pincé les lèvres pour ne pas éclater de rire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RolienneRolienne   30 juin 2013
"Toutes les illusions, toutes les déceptions, les douleurs et les joies, les espoirs et les désirs des hommes lui paraissaient vains et transitoires comparés au sentiment qui s'exhalait des choses, - des choses qui ne changent pas et survivent aux sentiments, impassibles.
Les gestes humains au milieu de l'éternité de la nature lui semblaient pareils aux jeux des nuages. Pour s'en convaincre, il suffisait de regarder, au-delà, au loin, les montagnes s'effacer à l'horizon toutes légères dans les vapeurs roses du couchant.
ô ambition des hommes! Quels cris de victoire parce que l'homme s'est mis à voler comme un petit oiseau : quelle facilité native, légère, que des trilles joyeux accompagnent spontanément.... comparez ce vol au monstrueux appareil qui vrombit, à l'anxiété, à l'angoisse mortelle de l'homme qui veut faire l'oiseau! Ici un envol et un chant ; là un moteur pétaradant et puant, et la mort aux aguets. Une panne, le moteur s'arrête : adieu, bel oiseau ! " page 21
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RolienneRolienne   30 juin 2013
"Il y a cent mille façons de perdre la foi. En général, celui qui la perd est convaincu, pendant quelque temps tout au moins, qu'il a gagné quelque chose au change, ne fût-ce que la liberté de dire ou de faire certaines choses qui, jusque là, ne lui paraissaient pas compatibles avec la religion.
Mais quand on n'est pas détourné de sa croyance par la violence des appétits terrestres, mais parce le calice de l'autel et la fontaine d'eau bénite ne suffisent plus à désaltérer votre âme, ni à l'apaiser, on se persuade moins facilement qu'on a gagné quelque chose au change. C'est tout au plus si, pour ne pas regretter ce qu'on a perdu, on réussit à se persuader qu'en définitive on a renoncé à une chose sans aucune valeur." page 18
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
YahnVYahnV   23 juin 2019
Ce village au bord de la mer, en Sicile, si loin de son pays natal, était-il donc le but assigné par le sort à sa vie ? Était-il arrivé, sans le soupçonner, au lieu de sa destinée ? Était-ce pour cela qu’il était tombé malade et avait cheminé jusqu’au seuil de la mort ? Pour reprendre le cours d’une existence nouvelle ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Luigi Pirandello (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luigi Pirandello
? Vous ne savez que choisir dans tout ces coups de c?ur ? Ne vous en faites pas ! Chaque semaine vos libraires vous proposent ici les 3 livres indispensables « la crème de la lecture fouettée acidulée piquantée » en format poche ou grand format ! ? ? ? Pyongyang 1071 de Jacky Schwartzmann aux éditions Paulsen ?? https://www.lagriffenoire.com/1017652-livres----vie-pratique--pyongyang-1071.html ? ? le Mystère Sammy Went de Christian White et Pierre Ménard aux éditions Denoël ?? https://www.lagriffenoire.com/1013994-nouveautes-polar-le-mystere-sammy-went.html ? ? Joyeux Noël !: Histoires à lire au pied du sapin de Collectifs aux éditions Folio ?? https://www.lagriffenoire.com/98717-divers-litterature-joyeux-noel-.html ? ? Au pied du sapin: Contes de Noël de Pirandello, Andersen, Maupassant... de Collectifs aux éditions Folio ?? https://www.lagriffenoire.com/98718-divers-pochoteque-au-pied-du-sapin.html ? ? ? Chinez & découvrez nos livres coups d?coeur dans notre librairie en ligne ? ?? lagriffenoire.com ? ? Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv ? ? Notre Newsletter ?? https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter ? Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel ? ? ? #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionspaulsen #editionsdenoël #editionsfolio
+ Lire la suite
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
572 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre