AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229000328X
Éditeur : J'ai Lu (18/01/2008)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 20 notes)
Résumé :
«Petit à petit, c'est devenu clair pour tout le monde, y compris pour mon père, que j'étais devenu un gangster. Avec Bruno et Gros Marc nous vivions ainsi, dans la superficie des comptoirs en évitant toujours l'obscurité des coffres. Nous étions au sens propre du mot des saltimbanques, parce qu'en italien, salto in banco c'est l'art de sauter sur un banc, et qu'en Italie, un même mot désigne depuis toujours un banc et un comptoir. Nous étions donc des saltimbanques,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
carre
  26 avril 2012
Avec ce premier roman Philippe Pollet-Villard par ailleurs scénariste et cinéaste, réussit à nous cueillir avec cette histoire d'un petit caid qui vit avec une balle dans le crane depuis un holp up manqué. Pollet-Villard s'amuse avec ce personnage irréel, embarqué dans des aventures mélangeant gravité et humour. On se prend d'affection pour ce Jean-Pierre devenu une sorte de philosophe- gangster qui passe sa vie entre des séjours en prison et à monter des projets qui l'oblige à vivre constamment en cavale. Car le récit est franchement drôle, absurde ou attachant, et pour une première sans en avoir l'air "L'homme qui marchait avec une balle dans la tête" nous touche durablement. Une jolie découverte.
Commenter  J’apprécie          130
photomum01
  08 juillet 2018
Jean Pierre vit dans le XIIIème arrondissement de Paris, dans une famille italienne composée d'un père maçon, bosseur et absent, une mère, maitre verrière, de Virgile, enfant différent, qui vit dans son monde ainsi que de Mylène, la fille de la maison.
Très jeune Jean Pierre suit le chemin de la facilité, plutôt marginal il vit dans l'illusion d'une vie rêvée, facile et rentre dans une bande de malfrats. Bientôt il participe à de nombreux cambriolages, l'argent coule à flot mais ils en veulent toujours plus et c'est ainsi que, un jour d'attentat, où ils ont dévalisé deux bureaux de poste, après avoir franchi sans problème deux barrages, ils se font arrêter au troisième...
Il va se retrouver avec une balle dans la tête et en prison à Fresnes pour de nombreuses années... Prison dont il s'évadera six mois avant sa libération, après le choc de sa vie : le décès de sa mère.
Suit alors une vie de cavale durant laquelle il rencontrera Elisabeth... Mais cette vie là n'est pas un long fleuve tranquille !...
Après avoir lu L'enfant-mouche, j'avais très envie de lire d'autres textes de Philippe Pollet Villard, et soudain je découvre dans ma bibliothèque ce titre acheté vraisemblablement à sa sortie et non lu...
Ce premier roman est surprenant par son style incisif dur et tendre à la fois. L'histoire tragicomique semble des plus loufoques, le rythme à la fois lent et soutenu emporte le lecteur derrière ce doux voleur en cavale...
Se déroule alors un scénario improbable qui rappelle un peu celui de "Pierrot le fou", excellent film avec Belmondo, et qui rappelle surtout que même un gangster est avant tout un humain.
Très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AireLibre
  02 mars 2008
(...)
Je peux vous dire que son premier roman, L'homme qui marchait avec une balle dans la tête m'avait alors vraiment marqué : si je me souviens bien, c'était le roman de la rentrée littéraire 2006 qui m'avait le plus touché. Il faut dire que, bien que Philippe Pollet-Villard soit déjà depuis longtemps familiarisé avec l'écriture de par son métier de scénariste, la maturité littéraire de ce premier roman m'avait impressionnée !
Cette histoire lui a été inspirée par sa rencontre avec un homme étonnant : un ancien gangster (avec une balle dans la tête) ! Il a choisi d'en faire un roman ...
On suit donc Jean-Pierre, de l'enfance à la maturité, au gré de ses amitiés, de ses amours, de ses casses et ses cavales. Des déambulations nimbées de l'ambiance très particulière des réflexions d'un homme qui cherche un sens à sa vie. La vie extraordinaire d'un homme ordinaire, surtout faite de rencontres : son ami d'enfance qui deviendra commissaire (son meilleur ennemi ...), les frères manouches rencontrés en prison, les femmes qui ont compté ... Et il est incroyable de voir combien ces individus sont tous extraordinairement attachants, parfois loufoques mais jamais pathétiques. Et tout cela grâce à la grande subtilité de l'écriture de Philippe Pollet-Villard.
(...)
http://librairepassion.blog.ouestjob.com/index.php/post/2008/02/26/Un-oscar-pour-Philippe-Pollet-Villard
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nouchema
  16 septembre 2012
Très belle écriture
c'est le 1er bouquin du réalisateur primé aux oscars 2008 et césar 2008 pour son court métrage "le Mozart des pickpockets"
Ce livre là est de la même trempe : l'underground de nos sociétés, c'est à dire : les marginaux de la petite délinquance.
Ce livre parle des choix qui marquent à vie, vie qui a bien du mal à oublier les errances du passé.
L'auteur illustre ce thème, dans une préface déjà excellent, en parlant du manège de la vie : dès notre plus jeune age, l'auteur relève notre capacité, avant de monter dans le manège, à choisir entre le cheval, le carrosse, ou bien la moto. Toute notre vie dépendra de cette capacité, ou non, à bien choisir, et à les assumer.
Livre très bon, donc.
Commenter  J’apprécie          20
BMR
  06 août 2007
En marge des prix littéraires de la rentrée, voici un "premier roman" qui était recommandé par de nombreux blogs et certains magazines.
L'homme qui marchait avec une balle dans la tête, de Philippe Pollet-Villard, nous raconte l'errance d'un petit braqueur de seconde zone, depuis son enfance d'immigré italien dans le XIII° à Paris, jusqu'à sa sortie de prison.
Une douce histoire, même si l'on y vole beaucoup et tue un peu, pleine de poésie loufoque, à l'image de cet homme qui finira par aller avec une balle dans la tête. Les effets de style sont parfois un peu trop appuyés (notamment dans la seconde partie du livre) mais voilà quand même un roman prometteur ...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BMRBMR   06 août 2007
[...] Elle aimait prononcer ce mot-là : fille de joie, et je ne crois pas qu'elle mettait une fonction particulière derrière ce terme, c'était juste l'image d'une fille légère, joyeuse. Ca devait exister quelque part, une sorte de femme qui lève ses jupons en chantant. C'était la poésie de Toulouse-Lautrec et le gangster idéal devait être pour elle, ma mère, une sorte d'Aristide Bruant, un homme toujours pressé avec un grand chapeau et une écharpe rouge nouée autour du cou.
[...] Tout ce qui coûtait cher nous intéressait. Il fallait consumer cet argent, lui faire payer violemment, le pulvériser, parce que le moment qui nous plaisait le plus était justement celui où nous sentions que l'argent viendrait à manquer. Nous aimions ça comme le bord d'une falaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AireLibreAireLibre   02 mars 2008
Petit à petit, c'est devenu clair pour tout le monde, y compris pour mon père, que j'étais devenu un gangster. Avec Bruno et Gros Marc nous vivions ainsi, dans la superficie des comptoirs en évitant toujours l'obscurité des coffres. Nous étions au sens propre du mot des saltimbanques, parce qu'en italien, salto in banco c'est l'art de sauter sur un banc, et qu'en Italie, un même mot désigne depuis toujours un banc et un comptoir. Nous étions donc des saltimbanques, très sûrs de notre numéro, et nous ne faisions pas la quête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
messagerLumessagerLu   19 mai 2011
Nous en étions là, comme les riches, à attendre de devoir mourir de quelque chose. Mourir de plaisir n'existe pas, ca ne tue jamais suffisamment.
Commenter  J’apprécie          50
messagerLumessagerLu   19 mai 2011
Et parce que le point d'interrogation agit depuis toujours comme un hameçon à la fin des phrases.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Philippe Pollet-Villard (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Pollet-Villard
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 07 septembre 2018 :
Coup de gueule
Un tournant de la vie de Christine Angot aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/122095-divers-litterature-litterature-francaise---un-tournant-de-la-vie.html
Coups de coeur
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html
J'ai couru vers le Nil J'ai couru vers le Nil de Alaa El Aswany et Gilles Gauthier aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/123188-divers-litterature-jai-couru-vers-le-nil.html
L'immeuble Yacoubian de Alaa El Aswany aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/23382-poche-l-immeuble-yacoubian-babel-843.html
Les inséparables de Julie Cohen et Josette Chicheportiche aux éditions Mercure de France https://www.lagriffenoire.com/111473-divers-litterature-les-inseparables.html
Et soudain, la liberté de Caroline LAURENT et Évelyne PISIER aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/120377-divers-litterature-et-soudain--la-liberte.html
Une femme invisible de Nathalie Piégay aux éditions du Rocher https://www.lagriffenoire.com/121393-divers-litterature-une-femme-invisible.html
L'enfant-mouche de Philippe Pollet-Villard aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/108659-divers-litterature-l-enfant-mouche.html
Nos richesses de Kaouther Adimi aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/123344-divers-litterature-nos-richesses.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : braquageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2007 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre