AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280980494X
Éditeur : L'Archipel (04/05/2011)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 156 notes)
Résumé :
Les fans du brillant et excentrique agent du FBI Aloysius Pendergast l'ignoraient : il avait été marié avant de perdre sa femme lors d'un safari, en Afrique - sous les crocs d'un lion. Douze ans après le drame, Pendergast découvre qu'il ne s'agissait pas d'un accident, comme il le pensait jusque-là, mais d'un meurtre...
Qui pouvait en vouloir à Hélène ? Pourquoi a-t-elle été tuée ? Épaulé par son fidèle Vincent D'Agosta, de la police de New York, Pendergast n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
beauscoop
  26 août 2019
Premier épisode de la trilogie Hélène. Ayant commencé par erreur Vengeance à froid j'ai pu arrêter après une centaine de pages pour reprendre par le commencement , et bien m'en est valu car cette trilogie est une vraie suite d'histoires nécessitant de suivre la chronologie. Cette remarque faite nous plongeons dans une histoire palpitante mêlant différents genres à suspense,
de l'aventure style Indiana Jones, de l'enquête policière à la Sherlock Holmes, du thriller médical comme Robin Cook y réussit si bien, des enquêteurs en duo, l'un aristocrate conduisant une Rolls comme dans les enquêtes de Elizabeth Georges avec Linley,un peu de gothique et du mystère de généalogie familiale, qui est aussi la spécialité de notre duo Lincoln Child et Douglas Preston.
Il serait trop long à décrire toutes les étapes, revirements, retournements de situations par notre héros favoris Aloysius Pendergast. On admire même en cours de lecture les oeuvres du célèbre naturaliste et peintre Audubon. Plaisir garanti en commençant cette série qui nous mène dans un roman policier à caractère scientifique bien surprenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Grifferouge
  02 juin 2013
Ah la la, c'est toujours un grand plaisir que de se plonger dans la suite des aventures de l'inspecteur du FBI Aloysius Pendergast dont je suis une inconditionnelle depuis La chambre des curiosités. Alors, que ce passe-t-il dans cette histoire? Et bien ce cher Pendergast est confronté à son passé le plus douloureux dans cette affaire puisqu'il décide de mener l'enquête concernant l'assassinat de sa femme Hélène Esterhazy-Pendergast, une scientifique tuée/ dévorée par un lion (et oui!) lors d'un safari douze ans plus tôt. Mal lui en prend de vouloir remuer le passé et bientôt c'est toute une horde de personnages qui se lancent à sa poursuite pour l'empêcher de découvrir la vérité sur la mort d'Hélène et ainsi donc l'empêcher de révéler au grand jour les découvertes surprenantes qu'elle avait faîtes sur un dérivé de la grippe aviaire. Tueurs à gages, grosses cylindrées, big guns, immersion dans le bayou louisianais, flashbacks et investigations sous le manteau sont au programme de ce livre. Pendergast et son fidèle acolyte Vincent D'Agosta vont mener l'enquête depuis New York, jusqu'à la Floride rencontrant les dernières personnes rencontrées par feue son épouse dont le frère de celle-ci: Judson Esterhazy et je ne voudrais pas vous spoiler votre lecture mais je pense que le nom d'Esterhazy n'a pas été choisi au hasard (pensez au rôle d'un certain Esterhazy pendant l'affaire Dreyfus...) Bon je m'arrête là et vous laisse le plaisir de cette histoire, fidèle aux autres opus: bourrée d'action, de recherches, de suspense... Vais pas tarder à lire la suite moi!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Fredo_4decouv
  24 juin 2012
Je me suis RÉ-GA-LÉ ! Peut-être l'un des meilleurs opus de la série depuis La Chambre des Curiosités ou La trilogie Pendergast. Et avec un cliffhanger impitoyable. Je retrouve dans cette série un des thèmes que j'avais adoré dans la série de James Patterson consacrée à Alex Cross : Pendergast va se découvrir un ennemi bien plus redoutable que son frère. Un ennemi que l'on devrait retrouver dès le prochain tome. Vivement 2012 !
Je viens de découvrir que Fièvre Mutante était la première partie d'une trilogie sobrement intitulée "Helen Trilogy". En enquêtant sur les circonstances de la mort de sa femme, Pendergast découvre tout un pan de la vie de celle-ci qu'il ne connaissait pas. le prologue situé en Afrique est terrifiant et la suite est menée tambour battant. Pas de temps morts, l'enquête fuse avec l'aide du tandem Pendergast/D'Agosta puis d'une autre personne qui viendra remplacer ce dernier le moment venu.
Après son frère Dyogène, nous découvrons le nouvel antagoniste de Pendergast. Et il sera avec Helen l'autre épine dorsale de cette trilogie. Enfin, en ce qui concerne Pendergast, il s'agira surtout d'une épine dans le pied, dont il devra vite se débarrasser avec qu'elle arrive à ses fins ...
Croisière Maudite et Valse Macabre ont été pour moi des déceptions. Cette fois, Douglas Preston et Lincoln Child revienne au top. le fait qu'ils aient attendu le dixième tome pour aborder ce pan de la vie de leur héros démontre bien qu'ils ont un plan et qu'ils nous réserveront encore bien des surprises ...
Pour conclure, on peut considérer que la lecture de ce tome peut permettre à de nouveaux lecteurs de se familiariser avec la série dans avoir lu le reste. À l'exception de ce qui concerne Constance Greene, dont il faudra avoir lu la première apparition dans la Chambre des Curiosités et ses développements importants dans les récents opus de la série.
Fièvre Mutante est l'opus qui va réconcilier tous le monde et rendre marteau ses lecteurs dans l'attente de la suite, connue sous le titre de Cold Vengeance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lagrandeval
  20 décembre 2016
Quelle plaisir de retrouver l'inspecteur du FBI, Pendergast, dans une nouvelle aventure en compagnie du lieutenant Vincent D'Agosta de la police de New-York ! Je ne lis pas ces romans dans l'ordre chronologique mais ce n'est pas un problème.
Dans cet opus, nous découvrons un peu plus la vie passée de Pendergast. Il est plus vulnérable puisque cette enquête a pour objet sa femme, Hélène, dévorée par un lion 12 ans plus tôt. Pourquoi sa femme a-t-elle été tuée ? Pourquoi effectuait-elle des recherches sur Audubon et des perroquets ? Pendergast découvre qu'il ne connaissait pas réellement sa femme le livre est divisé en 2 parties : la première où il partage l'enquête avec D'Agosta et la seconde où D'Agosta est remplacé par sa compagne Laura Hayward qui aime nettement moins Pendergast.
J'ai eu énormément de mal à le lâcher. Et pour finir, je découvre qu'il y a une suite…. Que je vais me hâter de lire.
Commenter  J’apprécie          60
MagEv
  06 février 2019
C'est toujours un plaisir de retrouver l'inspecteur du FBI Aloysius Pendergast. Dans cet opus, il enquête avec Vincent D'Agosta puis Laura Hayward pour savoir ce qui est vraiment arriver à sa femme Hélène disparue douze plus tôt lors d'un safari africain après qu'il ait découvert que l'arme qu'elle avait utilisée pour tuer un lion avait été traficotée.
On prend les mêmes et on recommence donc ! Et comme toujours, je ne me suis pas ennuyée un seul instant lors de cette nouvelle enquête. On voyage beaucoup pour obtenir des réponses : en Afrique, en Louisiane, dans les bayous… et ce n'est pas de tout repos. Et comme toujours, on découvre aussi, ici sur l'ornithologue Jean-Jacques Audubon et son oeuvre. Passionnant !
On découvre également un Pendergast mis à mal par les révélations sur sa femme qu'il aimant mais connaissait peu finalement, ce qui le rend plus humain, vulnérable même. Et la fin de ce tome me laisse sur ma faim car encore beaucoup de questions et j'ai hâte de connaître les réponses dans le tome 2 nommé « Vengeance à froid » de cette trilogie Hélène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mymy37mymy37   20 janvier 2017
Musalangu, Zambie - Douze ans plus tot

Le soleil couchant embrasait la brousse africaine a la facon d’un feu de foret, dardant des traits d’or sur les tentes du camp de base. Dominant les eaux de la Makwele, les collines dessinaient a Test une rangee de dents vertes dont les silhouettes acerees se decoupaient dans le ciel.

Mangees de poussiere, les tentes de toile avaient ete erigees en cercle autour d’un espace denude. Au centre se dressait un bosquet de venerables msasas dont les branches emeraude offraient au camp une fraicheur bienvenue. Un filet de fumee se frayait un chemin tortueux a travers la frondaison, porteur d’une odeur allechante de kudu roti au bois de mopane.

A l’ombre du plus gros des msasas, un homme et une femme sirotaient tranquillement un bourbon glace, assis de part et d’autre d’une table pliante. Tous deux etaient vetus de kaki, pantalons longs et manches longues, afin de se premunir contre les mouches tse-tse attirees par la fraicheur du soir. L’un comme l’autre approchaient de la trentaine. L’homme, particulierement elance et d’une paleur inhabituelle, semblait impermeable a la chaleur ambiante, contrairement a la femme qui s’eventait paresseusement a l’aide d’une feuille de bananier en faisant voler les meches de son opulente chevelure acajou, negligemment nouee a l’aide d’une simple ficelle. Le teint hale, elle donnait l’impression de s’abandonner a la saveur de l’instant. Le murmure de leur conversation, regulierement ponctue par son rire cristallin, se fondait dans la rumeur de la brousse : le cri des singes verts, le chant des francolins, l’appel des amarantes, auxquels se melaient les bruits de casseroles provenant de la tente d’intendance. Au loin montait episodiquement de la savane le rugissement d’un lion.

La femme assise en face d’Aloysius X. L. Pendergast n’etait autre que sa compagne, Helene, epousee deux ans plus tot. Le couple achevait un safari dans la reserve naturelle de Musalangu ou il avait ete autorise a chasser l’antilope dans le cadre d’un programme de regulation mis en place par les autorites zambiennes.

— Un autre verre, chere amie ? demanda Pendergast en soulevant la cruche a cocktail posee sur la table.

— Encore ? repondit-elle en riant. Aloysius, j’ose esperer que vos intentions sont honorables.

— Loin de moi toute pensee impure. J’avais imagine que nous pourrions passer la nuit a discuter des vertus de l’imperatif categorique de Kant.

— Ma mere m’avait pourtant prevenue. On croit epouser un homme pour ses dons de chasseur, on finit par s’apercevoir qu’il n’a guere plus de cervelle qu’un ocelot.

Pendergast emit un leger ricanement et trempa les levres dans son verre avant de poser les yeux sur le liquide qu’il contenait.

— Cette menthe africaine est assez agressive.

— Mon pauvre Aloysius, je vois que vos mint juleps[1] vous manquent. Acceptez le poste que Mike Decker vous offre au FBI et vous aurez tout le loisir de boire.

Il avala une nouvelle gorgee en accordant a sa femme un regard pensif. La facilite avec laquelle elle avait pris le soleil d’Afrique ne laissait de le surprendre.

— A vrai dire, j’ai pris la decision de refuser.

— Pour quelle raison ?

— Je ne suis pas certain d’avoir le coeur a rester a La Nouvelle-Orleans avec les problemes familiaux et autres souvenirs amers qui s’y rattachent. Et puis je crois avoir eu mon content d’evenements violents. Vous ne croyez pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sylsolsylsol   11 avril 2013
Pour tout vous dire, j'étais venu ici avec l'intention de vous tuer. Je me rends compte à présent qu'il serait infiniment plus cruel de ma part de vous laisser vivre. Vous ne guérirez jamais. Votre souffrance ira en s'accentuant avec l'âge et l'avancée de la maladie, et vous glisserez lentement dans un enfer insupportable. La mort serait trop douce pour vous.
Commenter  J’apprécie          20
PchabannesPchabannes   07 juin 2011
“Audubon aurait été partout ailleurs un grand philosophe, un grand orateur, un grand poète, un grand homme d'Etat, un Jean-Jacques Rousseau, un Montesquieu, un Chateaubriand. Là il n'a pu être qu'un naturaliste, un peintre et un descripteur d'oiseaux d'Amérique, un Buffon des Etats du Nord, mais un Buffon de génie, passant sa vie dans les forêts vierges (...) et écrivant avec l'enthousiasme de la solitude quelques pages de la grande épopée animale de la création.”
(Lamartine, Cours familier de littérature, Paris, 1865)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pandarouxpandaroux   08 juillet 2012
Je ne peux
Dormir je ne dois pas
Dormir. Ils sont là qui murmurent
Des choses. Ils me montrent
Des choses. Imposssible de les faire
Taire, impossible de les faire
Taire, si je m'endors, je vais
Mourir; Sommeil = Mort
Rêve = mort
Impossible de les faire
Taire
Commenter  J’apprécie          20
PchabannesPchabannes   07 juin 2011
”Quand je réfléchis que les bois s'en vont, disparaissant à toute vitesse, le jour sous la cognée et la nuit dévorés par le feu, quand je vois, enfin le trop-plein de l'Europe s'acharnant avec nous à la destruction de ces malheureuses forêts, quand je me dis que vingt ans ont suffi à ces changements extraordinaires, alors malgré moi, je m'arrête, saisi d'épouvante.“ (J-J Audubon, 1820, Kentucky)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Douglas Preston (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Douglas Preston
Payot - Marque Page - Douglas Preston - La cité perdue du dieu singe
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1798 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..