AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842638131
Éditeur : Le Dilettante (07/01/2015)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.49/5 (sur 323 notes)
Résumé :
Pour Providence Dupois, la vie, c'est un peu comme la mayonnaise : plus on s'agite et plus on a de chances de la réussir. Alors que la jeune et jolie factrice parisienne s'apprête à partir en Afrique chercher la petite fille qu'elle aime le plus au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l'ensemble du trafic aérien européen. D'aéroport en monastère tibétain, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages. L'amour donne des ail... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (116) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  19 janvier 2015
Romain Puértolas est un prestidigitateur. Il parvient à enfermer un fakir dans une armoire et un nuage dans les poumons d'un petite fille (ou alors, est-ce un nuage dans une armoire sous les yeux de la petite fille d'un fakir, je ne sais plus au juste).
Et bien, devant vos yeux ébahis, je vais vous révéler le secret de ses tours (parce que bien évidemment il y a un secret). Je sais, ça ne se fait pas de dévoiler ainsi ce qui fait le charme d'un mystère, mais tant pis, je me lance. L'incroyable secret de Romain (qu'il garde jalousement de génération en génération, depuis les Gaulois) c'est… l'imagination !
Croyez moi sur parole (ou plutôt, non, allez vérifier par vous même), l'ami Puértolas maîtrise cet art sur le bout des doigts, sur les pointes de son sourire et sur les pattes de ses neurones (si si, les neurones ont des pattes). Une fois de plus, ce roman est un florilège, un feu d'artifice, un spicilège (j'aime bien utiliser des mots compliqués des fois) d'inventivité et d'extravagance.
Je me permets d'être un peu familier avec lui et de lui lancer de « l'ami » à la figure, tant son roman a les qualités qui font un bon ami : de la déconnade, de l'empathie, de l'honnêteté, de l'attention, de l'intelligence et du plaisir.
Récapitulons :
- de la déconnade : Il y en a, en long en large et en travers (jusqu'à la dernière page consacrée à l'imprimeur). L'auteur déploie un humour absurde, qu'il décoche à coup de scènes burlesques et de bons mots désopilants. Oui, ce Puértolas est impayable (enfin si, 19 euros chez tous les bons libraires).
- de l'empathie : l'auteur sait toucher tout autant qu'il sait faire rire, parce qu'il comprend les gens ; les gens comme vous et moi (oui même toi là-bas au fond). Tous, qu'ils soient blancs, noir, bruns, jaunes, l'important est qu'ils sachent croire en l'imagination et aux étoiles (dans le ciel ou dans les yeux).
- de l'honnêteté : parce que l'auteur ne triche pas. Son texte transpire de sa loyauté envers les valeurs humanistes (dont la poilade).
- de l'attention : l'auteur aime les hommes, et s'intéresse à ce qu'ils peuvent ressentir de plus beau (l'amour, le respect et le gondolage des zygomatiques).
- de l'intelligence : ce n'est pas parce qu'on écrit une histoire légère comme un nuage qu'on ne peut pas lancer quelques pics bien sentis de temps en temps.
- du plaisir : oui une belle dose de plaisir, de quoi lutter activement contre la morosité ambiante et combattre les pessimistes acariâtres.
Avec La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, Romain Puértolas récidive donc avec cette aventure qui concilie absurde et émotion, pur divertissement et joli message de tolérance.
Je parlais d'enfermement dans ma première phrase. Ce récit est tout le contraire, un bel espace de liberté, une bouffée d'oxygène et un rafraîchissant appel au voyage. Bref un joli nuage, de ceux qui n'apportent pas la pluie.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
Kittiwake
  09 avril 2015
En cuisine comme en littérature, quand une recette a plu, grande est la tentation de reprendre l'idée de base, avec quelques ingrédients nouveaux pour séduite le lectorat conquis. le risque est aussi de lasser, lorsque que le genre se démarque d'emblée : l'originalité qui se répète perd son essence et prend le risque de la lassitude.
Comme dans l'histoire du fakir, les personnages sont attractifs, juste assez marginaux pour attirer l'attention, mais pas trop quand même pour une identification possible. L'histoire elle-même est aussi de celles qui émeuvent, malmenant ces êtres auxquels on a confié les clefs de notre imaginaire : mucoviscidose ou boat-people (dans l'histoire du fakir) ce sont des causes tirent sur la corde sensible.
Mais tout cela n'est sans doute pas suffisant.
Un bon point cependant pour la construction qui réserve une surprise de taille dans le déroulement du récit, et qui en fait tout l'intérêt.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
Commenter  J’apprécie          360
lyoko
  09 juillet 2015
Je n'ai pas du tout été réceptive a ce genre de littérature, a tel point que je n'ai pu le finir.
Pourquoi exactement, je ne saurais dire, du loufoque mais peut etre pas assez pour moi, ou ce mélange d'extraordinaiare et de réalité m'a dérangée. du trop ou du pas assez , enfin bref une chose est sure c'est que la sauce n'a pas prise avec moi.
Commenter  J’apprécie          325
Stoufnie
  23 juin 2015
Je découvre Romain Puértolas. En lisant ces mots et en faisant totalement abstraction de son physique hein car sinon j'ai tout faux, je dirai qu'il a l'âme d'un Malzieu en moins poétique et le brin de folie d'un Jonas Jonasson. Je ne sais où il va chercher toutes ces idées mais j'aimerai vraiment vivre dans la même bulle !!
Providence, une femme magnifique (il n'est pas fou, tant qu'à faire autant qu'il se fasse plaisir héhé), factrice de son métier, s'apprête à embarquer pour le Maroc alors que le volcan Islandais fait des siennes. de l'autre côté de la Méditerranée, une petite fille se meurt, étouffée par un nuage. Providence est prête à tout pour sauver cette petite fille, sa petite fille ! Même à défier les lois de la gravité ..
Sous son air léger, ce roman est une déferlante d'information ! pleins de petites anecdotes données ici et là, à la manière du film "Amélie Poulain", qui vous permettront de craner au prochain dîner avec les potes ....
Que le drapeau népalais était le seul à ne pas être rectangulaire. Qu'Albert Uderzo, le dessinateur d'Asterix, était daltonien et qu'il était né avec six doigts à chaque mains.....
Et puis, il y a aussi une profondeur, un lueur d'espoir, une belle vision de l'humanité. Ce roman vous fait du bien, vous allège.
Les syriens avaient déposé leurs armes sur les sacs de sable. Ils avaient arrêter le combat. Une trêve soudaine et inattendue, comme lorsqu'un couple fâché tombe par hasard sur un film d'amour et finit par se prendre la main et par s'étreindre sur le canapé, oubliant en une seconde des semaines d'engueulades.
Donc, pour résumer, ce roman vous donnera la pêche, il vous fera sourire ou rire, vous aurez de l'empathie pour les personnages, vous aurez comme une bouffée d'oxygène et derrière tout cela on sent l'intelligence de l'auteur ! Quoi demandez de plus ?? Ah oui qu'il soit bon .. Eh bien il l'est !!!

Lien : http://lesciblesdunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
AudreyT
  30 mai 2015
Providence est une jeune femme que rien arrête. Décidée à récupérer Zahera, une petite marocaine atteinte de mucovicidose, qu'elle aime plus que tout, elle tentera le tout pour le tout pour se rendre à l'hôpital. Elle rencontrera sur son chemin des êtres étranges mais fort sympathiques qui l'aideront à surmonter les nombreux obstacles qui se lèveront devant elle... L'amour donne des ailes, il pousse les limites de l'espace, mais il nous amène aussi parfois à inventer...
Un roman doux et tendre, plaisant à lire et qui nous fait sourire à de nombreuses reprises. Les clins d'oeil de l'auteur font de ce livre un petit moment d'oxygène au milieu de lectures plus sombres...
Commenter  J’apprécie          260

critiques presse (3)
Culturebox   10 mars 2015
Une fable moderne narrant les aventures d’une jeune factrice pleine d’énergie en quête de maternité.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Bibliobs   19 février 2015
Si l’on retrouve dans «la Petite Fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel» le rythme trépidant et l’imagination bouillonnante de l’auteur du «Fakir», l’«happyculteur» de la littérature française a trop forcé sur l’humour et la mélasse compassionnelle, gâchant l’enchantement de ce conte pour grands enfants.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaPresse   16 février 2015
Dans La petite fille, Romain Puértolas veut montrer qu'on n'est jamais enfermé quelque part, qu'on n'est jamais obligé d'être une victime. [...] La recette, en tout cas, a été payante pour lui, qui a encore l'impression d'avoir gagné le gros lot des écrivains.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (126) Voir plus Ajouter une citation
ADAMSYADAMSY   18 novembre 2015
Quand nous perdons nos bras et nos jambes comme des poupées déglinguées, quand la vie nous arrache d'un violent coup de ciseaux le visage et le cœur, quand les hommes perdent leur sexe et les femmes leurs cheveux et leurs seins, quand nous perdons tout ce qui fait de nous des êtres humains, quand nous redevenons des nouveaux-nés, quand nous nous faisons à nouveau dessus, quand on nous remet des couches et que des inconnus essuient, au petit matin, la merde que nous laissons dans nos draps d'hôpital durant la nuit, quand nous ne pouvons plus nous laver nous-mêmes, quand de l'eau bouillante nous enlève le peu de peau qu'il nous reste, que la vieillesse nous casse les os, que les larmes nous brûlent les yeux et que nous 'avons pas encore perdu la tête, alors il est bon de rire, de sourire et de se battre. Le rire, c'est le pire qui puisse arriver à la maladie. Lui rire au visage. Ne jamais perdre espoir. Ne jamais abandonner. Car l'aventure n'est pas terminée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AudreyTAudreyT   27 mai 2015
La vie c'était un peu comme la mayonnaise. Faite de choses simples, comme des jaunes d'oeuf et de l'huile, et qu'il ne fallait surtout pas brusquer mais qu'un effort régulier transformait en le plus savoureux des mélanges.
Commenter  J’apprécie          230
tibentiben   22 janvier 2015
Parce que la vie, c’était un peu comme la mayonnaise. Faite de choses simples, comme des jaunes d’œuf et de l’huile, et qu’il ne fallait surtout pas brusquer mais qu’un effort régulier transformait en le plus savoureux des mélanges. Cela l’aidait à calmer ses nerfs et cette hâte innée qui la dévorait. Alors oui, Providence était persuadée qu’en améliorant sa recette de la mayonnaise, c’était sa vie qu’elle améliorerait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
joedijoedi   21 mai 2015
Je respire donc je suis. Sofiane vivait jour et nuit branché à une machine, comme un robot. Un petit robot de quatre ans et demi aux poumons de verre.
Comme quoi, il y avait toujours plus malade que soi sur cette Terre. Et se rendre compte de cela permettait de relativiser, de se dire que finalement, on avait beaucoup de chance, que les choses pourraient être bien pires.
Commenter  J’apprécie          90
stokelystokely   12 novembre 2015
Perdu dans le désert marocain, à des milliers de kilomètres de chez lui, les deux hélices de son bolide en bouillie, il avait imaginé être importuné d'un moment à l'autre par un petit blondinet aux habits d'empereur qui lui demanderait très certainement de lui dessiner un mouton.
Mais c'était un petit Marocain brun aux habits de berger, vêtu de lambeaux et de sandalettes, qui s'était approché de lui. Le Petit Prince version arabe. (p214)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Romain Puértolas (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Puértolas
Qui mieux que Romain Puértolas lui-même pour nous parler de son prochain roman? http://www.lajoiedelire.ch/livre/detective-tres-tres-tres-special/
autres livres classés : MucoviscidoseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .