AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710385333
Éditeur : La Table ronde (14/09/2017)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
À l’automne 1983, je quitte ma campagne au pied du Jura pour suivre des cours à l’école du Louvre. Embauché à la brasserie Le Conti pour payer mes études, occupant une mansarde rue Mazarine, voisine de celle où Champollion déchiffra les hiéroglyphes, ébloui par les lumières de la ville, je découvre Saint-Germain-des-Prés, ses librairies, ses éditeurs, ses cafés, ses cabarets. Mais en Suisse, à la ferme, mon père est malade. J’apprends qu’il est à l’agonie le jour où... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lucia-lilas
  03 mars 2018
À la mort de son père Adly, Philippe Rahmy ressent le besoin de raconter l'histoire de sa famille et celle d'une figure qui le fascine, sans qu'il comprenne vraiment pourquoi : Herschel Grynszpan, jeune homme juif ayant fui l'Allemagne nazie en 1936 et qui, âgé de dix-sept ans, révolté par la déportation de sa famille et souhaitant venger tout le mal fait au peuple juif, tire cinq coups de revolver sur Ernst vom Rath, secrétaire de l'Ambassade d'Allemagne à Paris, le 7 novembre 1938. On considère que ce fait est à l'origine d'actes de répression vis-à vis des juifs et notamment de la fameuse Nuit de Cristal.
Avec beaucoup de sensibilité, Philippe Rahmy tente de comprendre ce qu'il est à travers l'évocation des siens et la figure d'Herschel Grynszpan. Il lui faudra des années de recherches, d'enquêtes, de réflexions pour tenter de s'approcher de ceux qui ne sont plus, de retracer l'odyssée de sa famille à travers L Histoire.
Il décide notamment de voyager car il a besoin de voir les paysages qu'ont traversés ceux qu'il aime, de sentir l'air qu'ils ont respiré, d'entendre la langue qui fut la leur.
C'est une histoire peu commune qui est la sienne, au croisement de différents pays, de différentes religions, il est l'enfant d'un métissage, d'êtres qui se sont aimés malgré tout ce qui les opposait.
Un grand-père paternel, Ali Rahmy, qui fait un voyage en Suisse afin d'acheter des vaches pour son exploitation agricole de Moyenne-Égypte. C'est là qu'il rencontre Yvonne Plumard, fille d'agriculteurs : contre l'avis de ses parents, elle abandonne ses études et suit son futur mari en Égypte : Adly, le père de Philippe, naîtra là-bas.
Et puis il y a, fantôme omniprésent, compagnon de route, Herschel Grynzpan qui, avant de commettre son attentat, a laissé cette lettre à ses parents : « Mes chers parents, je ne pouvais agir autrement. Que Dieu me pardonne. Mon coeur saigne lorsque j'entends parler de la tragédie des douze mille Juifs. Je me dois de protester pour que le monde entier entende mon cri et cela, je suis contraint de le faire. Pardonnez-moi. Herschel. »
Il fallait pour l'auteur aller en Israël afin de comprendre Herschel et s'approcher de celui qui n'a jamais atteint la Terre Promise. Mais là-bas, aussi étrange que cela paraisse, c'est de son père, le musulman, qu'il sent la présence : « Oh, père! Toi l'Égyptien dont j'ai recueilli le dernier souffle, je t'aime, coeur battant. Je poursuis Herschel Grynszpan en Israël mais c'est toi que je sens à mes côtés, dans cette froide lumière d'aéroport.» « Il n'est pas innocent que je trouve, à la fois, le lieu et les mots pour raconter mon père, ici, en Israël, où je me suis rendu pour écouter un autre silence, pour raconter une autre histoire, celle d'une famille juive, celle d'Herschel Grynszpan. J'ignore comment ces deux silences se répondent, ces deux royaumes complémentaires, quête biographique et quête littéraire, monde musulman et monde juif, s'ils s'ignorent au fond de moi, ou s'ils ont même conscience l'un de l'autre. Peu importe. Herschel me hante comme me hante mon père, comme l'histoire des Juifs et des musulmans ne cesse de s'écrire, mêlant les voix des morts à celles des vivants. » Deux histoires s'enlacent, se mêlent, s'entremêlent : celle du juif et celle du musulman, deux histoires qui sont la sienne et dont il est le fruit.
En effet, sa grand-mère maternelle, Gertrud, renie le judaïsme et se convertit au protestantisme pour épouser son grand-père Martin, médecin membre du parti nazi.
Rejetée par les siens, elle s'installe à Berlin tandis que Charlotte, sa grand-tante, part en Terre Sainte.
« Peut-être n'aurais-je pas éprouvé la même tendresse pour Israël, si je n'avais pas entendu ma mère me parler de sa tante Charlotte Wolff. J'avais décidé de ne pas évoquer cette jeune fille portant une tresse de cheveux noirs… Je voulais rester l'Arabe Rahmy qui s'adresse au Juif Grynszpan par-dessus un mur infranchissable. Que les camps soient bien délimités. Lui d'un côté et moi de l'autre.»
Mais les deux territoires sont poreux, perméables : Philippe Rahmy EST le juif et l'arabe, il appartient à l'un et à l'autre peuple, il est la tresse qui unit tous ces fils.
Voilà où se trouve Philippe Rahmy, à la croisée de ces chemins, au carrefour d'histoires, de croyances et de terres différentes. Je me dis qu'être porteur de toute cette lignée incite forcément à s'interroger sur la question de l'identité et de la fraternité.
Qui est celui qui est issu de ces mondes, de quel héritage est-il porteur, quelle route doit-il emprunter, dans quelle direction doit-il poursuivre son chemin ?
Ce livre, comme un puzzle, comme un entrelacs de voix, retrace la destinée de chacun des membres de cette famille, effleure leurs secrets qui le resteront à jamais, évoque ce que furent leur vie et leur mort.
Comme des monarques, ces papillons qui traversent plusieurs pays, plusieurs continents, toujours groupés, la famille de Philippe Rahmy, issue de différents peuples, a su rester une malgré les divergences d'origines, de croyances et de pensées. C'est peut-être précisément le message que l'auteur nous livre ici à mi-voix : les frontières n'arrêteront jamais personne car, au fond, elles n'existent pas, n'ont rien de réel, de tangible. Elles ne séquestreront jamais les hommes qui de tout temps ont traversé les continents, les océans pour vivre ensemble.
Leurs enfants en sont le fruit.
Philippe Rahmy le sait, il est l'un d'eux.
Un très beau texte empreint de sensibilité, d'humanité et de générosité… Une voix rare et sensible à découvrir absolument.
Alors que je terminais cet article, je découvre par hasard une chronique qui m'apprend que Philippe Rahmy est décédé le 1er octobre 2017 à l'âge de 52 ans de la maladie des os de verre.
Je n'ai rien changé à ce que j'ai écrit. Je n'en ai pas le coeur. Un écrivain dont on partage l'intimité, même le temps d'un livre, ne peut pas ne plus être...
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Ogrimoire
  08 septembre 2017
Ce livre, sous une apparence de simplicité – simplicité de l'écriture, du style, de la construction – est en réalité extrêmement complexe. S'il s'agissait d'un page-turner à l'américaine, toutes ces bribes d'histoire s'agenceraient petit à petit pour former un dessin plus vaste, la mosaïque s'ordonnerait sous nos yeux. Cela serait extrêmement satisfaisant, nous pourrions y retrouver un sens.
Mais non. Rien de tout cela ici. le seul lien entre ces différentes histoires, c'est la vie, les hasards de la vie. Et vouloir trouver du sens au hasard, n'est-ce pas, déjà, le sur-interpréter ? L'auteur lui-même hésite entre les deux, comme le montre la scène finale où, à l'heure de reprendre l'avion après avoir été humer la piste de Herschel Grynszpan à Tel-Aviv, il tombe par inadvertance, dans le journal posé sur le siège du taxi, sur un article consacré, justement, à l'histoire d'Herschel, faisant dire à Philippe Rahmy :
« Je ne crois pas aux signes. Pourtant certains hasards objectifs ont valeur de vérité. »
Comment entrer dans ce livre alors ? Je ne garantis pas que ma clé de lecture soit la bonne, mais ce livre est pour moi le récit de la solitude de l'homme. Solitude dans sa vie, solitude dans sa mort, solitude parmi les autres parce que chacun a ses secrets. Ainsi, la grand-mère de Philippe Rahmy, est un mystère : revenue en Europe avec son fils, après l'assassinat de son mari, confie-t-elle l'enfant à ses parents, en Suisse, pour partir s'installer à Paris, puis en Grèce ? Adly, le père de Philippe Rahmy, a, lui aussi, un secret. Dont on ne saura finalement pratiquement rien, parce qu'il ne s'agit pas d'une enquête policière, mais d'un fait de vie. Mais, de façon générale, chacun de nous est un mystère pour les autres. Cette solitude est parfois triste, parfois douloureuse, parfois violente, parfois désespérante. Parfois, elle souligne le cynisme du destin, comme lorsque l'on découvre, parmi d'autres, sur la table du secrétaire Ernst vom Rath le passeport Nansen – document qui, entre 1922 et 1945, permettait à des réfugiés apatrides de voyager – au nom d'Herschel, qui vient de le tuer, mais n'en profitera jamais…
Chacun gardant ses secrets, nous n'avons pas d'autre choix que d'apprendre à vivre avec ce fait incontournable que nous ne saurons jamais tout des motivations de ceux qui nous entourent. Herschel Grynszpan ne sait rien des motivations réelles d'Ernst vom Rath, et réciproquement ; Philippe Rahmy ne connaitra pas les motivations de son père ; de même que ce dernier n'aura jamais eu accès aux motivations de sa mère. La seule chose qui soit à notre portée, c'est de décider, chacun, individuellement, ce que nous allons faire de ces faits dont la compréhension nous échappe.
Ce livre n'est pas un roman, c'est une histoire de vie. C'est ce que nous percevons de la vie, par morceaux épars, avec des pièces qui ne forment jamais un puzzle complet. Certaines pièces manquent, certaines ont été retaillées au couteau. Rien ne s'assemble. Et, comme le dit Philippe Rahmy dans la citation figurant en tête de cette chronique, il n'y a ni début ni fin. Il y a des questions, auquel il a cherché des réponses, consciemment ou non, pendant les 30 ans qui séparent la mort de son père, fin 1983, de cet exercice d'écriture. Ces questions n'ont pas porté uniquement sur son entourage, mais également sur tout ce qui fait la trame, le tissu, de sa propre existence.
Et les monarques, dans tout cela ? Eh bien, chacun pourra y voir ce qu'il veut. Moi, j'y vois une métaphore supplémentaire de cette inaccessibilité de la compréhension. Ils sont encore autant de « pourquoi » qui resteront sans « parce que » : certains migrent, d'autres non, certains forment de petits groupes, d'autres de véritables nuages, sans que l'on sache expliquer ni la raison, ni la périodicité de ce choix. Mais, par leur couleurs mélangées, ils sont aussi représentatifs de cette mosaïque que décrit ce livre : couleurs, nationalités, religions, tout est multiple…
Je l'ai dit en commençant : il s'agit d'un livre complexe. N'en attendez pas un simple divertissement, l'occupation de quelques heures à tuer : ce serait passer à côté de ce qui fait sa singularité… Mais je vous recommande de le lire, d'abord pour (re)découvrir le personnage de Herschel Grynszpan, et pour la réflexion qu'il suscite…
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
annickferrant
  19 octobre 2017
MONARQUES de Philippe RAHMY
Monarques est une fresque prégnante. Monarques nous embarque. On part de Suisse, on passe par Paris, puis on bifurque vers Tel Aviv et le Caire.
Je reçois à chaque fois les belles phrases de Philippe Rahmy de plein fouet, j'ai la sensation que son écriture me fonce dessus et je garde longtemps l'histoire en moi. Je me souviens de l'étoffe d'Allégra comme si j'avais lu le roman hier.
Monarques est tissé de fils en sommeil. Ils se sont enfilés au décès du père de l'auteur et ils ont brodé une trame pendant trente ans. Philippe Rahmy a assemblé les pièces durant sa résidence d'auteur au château de Lavigny en Suisse.
Monarques, c'est plusieurs histoires imbriquées les unes dans les autres. J'en ai dénombré cinq, mais j'ai peut-être mal lu. Tout ça n'a aucune importance, il n'y a qu'une seule histoire en réalité, elles s'empilent toutes dans le même carton. L'auteur nous invite dans sa famille et en même temps, il lie son destin à celui d'Herschel Grynszpan. Mes lacunes sont immenses, je n'ai jamais entendu parler d'Herschel Grynszpan, Philippe Rahmy va m'initier.
Herschel est un jeune juif qui a commis un attentat en 1938, à Paris, contre Ernst Vom Rath, le secrétaire de l'Ambassade d'Allemagne.
Philippe Rahmy porte l'histoire d'Herschel en lui, comme un coup de tampon qu'il se doit de laver dans l'écriture.
L'auteur a suivi la piste d'Herschel, il a remonté la trace du jeune juif. Il nous relate son parcours tout en se racontant lui : Philippe Rahmy, né dans une ferme suisse ; la Moraine.
En 1913, Ali, riche exploitant agricole égyptien, vient en Suisse pour acheter des vaches. Il fait affaire avec les grands parents maternels de Philippe Rhamy. Ali rentre en Egypte avec les vaches mais aussi avec Yvonne, la fille des fermiers suisses. Yvonne est enceinte. Elle met au monde Adly, le père de Philippe. Vous imaginez sans peine les heurts et les divergences qui ont bouleversé cette famille. L'auteur nous les confie, et on s'enfonce profondément dans le récit de cette tribu hors norme.
La quête d'Herschel et de lui-même conduit Philippe Rahmy en Egypte et en Israël.
Il y a un motif qui pousse l'auteur à calquer son destin sur celui d'Herschel mais pour le comprendre, il faut avancer dans la lecture.
Puis l'histoire, la grande, rattrape le lecteur. Elle lui murmure à l'oreille qu'il y a toujours eu des mouvements libéralismes immédiatement suivis d'autres plus sectaires. Monarques est plein de symboles ; l'avènement de Trump au moment où l'auteur rassemble les pans de son récit, puis les monarques sont ces papillons qui se déplacent en nuées de millions d'individus. Ils partent d'Afrique du Nord, traversent la Méditerranée par le détroit de Gibraltar ou via l'Italie pour échouer en Europe. L'auteur nous rappelle que l'idée d'un mouvement migratoire continu est inscrit dans nos gènes, un mouvement qu'il est vain, stupide et prétentieux de vouloir stopper. Monarques est haut en couleur, en odeurs et en émotion. C'est un récit dense, riche et attachant.
Voilà, c'était les dernières griffes de la plume de Philippe Rahmy. Des griffes à l'image de l'auteur, profondes et sans venin.
Il nous manquera.
Annick FERRANT
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NovackJeannine
  08 mars 2019
Alors que l'auteur apprend que son père est mourant et qu'il décide de se rendre à son chevet, il découvre l'existence d'Herschel, un juif ayant fui l'Allemagne nazie à la fin des années 30. Intrigué, il passe une partie de son existence à tenter de découvrir qui ce dernier était vraiment. de rencontre en rencontre, il mène ses investigations, cherche des témoins, frappe à la porte de certains tombeaux, obtient ou non des réponses capables d'apaiser sa soif de savoir, ravive la force du passé, le martèlement des bottes et l'aboiement des armes. le fantôme de cet adolescent venu chercher refuge à Paris devient bien vite obsédant, double sa chair d'une présence quasi-constante. Un périple qui a pour conséquence de le mener bien au-delà de tout ce qu'il aurait pu imaginer, ouvrant les paupières sur une réalité tangible et apportant des réponses à des secrets auxquels les siens étaient étroitement liés. L'ultime acte d'amour n'est-il pas celui de savoir pardonner ? « Monarques » nous invite à regarder les choses pour ce qu'elles sont, sans nous aveugler et en soulignant que la vie mérite d'être vécue. Au demeurant, une belle leçon d'humanité dans un monde qui en manque cruellement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ECaminade
  19 septembre 2017

C'est un livre généreux et consolateur, empli d'une bouleversante humanité, dans lequel l'auteur réussit, par l'acuité de son regard et la grâce de ses mots à nous emporter bien au-delà des trajectoires et des destins des personnages qui s'y croisent, nous faisant entrevoir d'autres rivages.
Une oeuvre où se reconnaît sans conteste l'empreinte d'un véritable écrivain.
 
http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/2017/08/monarques-de-philippe-rahmy.html
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   03 février 2018
Jérusalem. Aucun mot pour décrire cette mosaïque de la guerre et de la paix. La ville, découpée en segments antagonistes, forme un unique organisme, une même entité écartelée entre conservation de soi et reconnaissance de l'autre. Je pose mon front contre le mur des Lamentations. La pierre poreuse absorbe et restitue le silence qu'on lui confie. On s'incline seul, on se redresse foule. À deux pas, le tombeau du Christ. Un agrégat rocheux frotté de chair humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
OgrimoireOgrimoire   08 septembre 2017
Je referme mon carnet de notes. Il ressemble à une carte routière. Un enchevêtrement de directions que, pour la plupart, je n’emprunterai jamais. Je serais incapable de nommer un tel espace autrement qu’en disant qu’il constitue désormais le cadre élastique d’une histoire sans début ni fin, mais formant un bloc homogène de fragments qui semble très ancien.
Commenter  J’apprécie          100
PhilippeRahmyPhilippeRahmy   29 mai 2017
Je ne crois pas aux signes. Pourtant, certains hasards objectifs ont valeur de vérité. Me reviennent en mémoire les mots de Malaparte. "Ces morts, je les haïssais. Ils étaient les étrangers, les seuls, les vrais étrangers dans la patrie commune de tous les êtres vivants, dans notre partie commune, la vie." Pour les mêmes raisons, ces étrangers, ces morts, je les aime.
Commenter  J’apprécie          40
nadejdanadejda   03 février 2018
Je glisse d'une réalité à l'autre, de l'écriture vers l'affirmation muette du quotidien, et je reviens de ce silence au mystère du langage. L'amour est mon seul besoin, un amour troué, disloqué, mais obstiné, tout entier ramassé dans la littérature, notre petite éternité avant la mort. p 96
Commenter  J’apprécie          40
julienleclerc45julienleclerc45   05 mai 2018
Le monarque est l’emblème des rêveurs, car il est pur désir de voyage. Tous les cinq ans ou dix ans, au retour d’El Nino, le ciel du Maghreb s’emplit de monarques. Nul ne connaît la raison de tels rassemblements. Il se peut que lc courant pacifique, fossoyeur des sociétés précolombiennes, ce grand souffle chaud déclenché par la Lune, entretienne une relation intime avec les papillons. Il se peut que les papillons, regroupés en gigantesque essaims à l’approche d’un danger mortel, multiplient leurs facultés et sachent percevoir leur salut, une zone tempérée, invisible mais réelle, à des milliers de kilomètres au-delà des montagnes et de la mer, un éden capable d’accueillir leur migration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philippe Rahmy (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Rahmy
Philippe Rahmy - Béton armé .Philippe Rahmy vous présente son ouvrage "Béton armé". Parution le 5 septembre 2013 aux éditions La Table Ronde. Notes de Musique : The Rough Guide to the music of China - 1 Shanghai Xiao Jie (Miss Shanghai)
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
393 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre