AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253086576
Éditeur : Le Livre de Poche (08/02/2017)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 25 notes)
Résumé :
En juin 1944, pendant les alertes aériennes, un groupe d’enfants découvre, dans les vertes prairies d’une banlieue proche de Londres, un réseau de tunnels souterrains. Durant tout l’été, ces tunnels deviennent leur refuge secret. Soixante-dix ans après, ce même quartier est recouvert par des constructions modernes. Des ouvriers du bâtiment font une découverte macabre dans les fondations d’une des maisons : une boîte à biscuits contenant deux mains, celles d’un homme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  24 février 2016
Découvrir le meurtrier n'est pas l'objet de Celle qui savait tout, puisque dès les premières pages, il est nommé, les circonstances du meurtre décrites. John Winwood, surprend dans la cuisine, son épouse et son amant militaire, main dans la main, et décide froidement de les éliminer, non sans les avoir amputés des mains qu'il a surprises tendrement enlacées. John est un homme qui n'aime pas le travail, et après une première expérience salariée, a décidé que plus jamais ça se reproduirait au cours de sa vie.  Cependant, il faut bien de l'argent pour vivre, et qui mieux que des femmes amoureuses de lui, pourraient l'entretenir, et éventuellement lui léguer leur fortune à leur mort ?
 
Après le meurtre de son épouse, John entame une nouvelle vie. Il vend les bijoux d'Anita, sa maison, abandonne son petit garçon, Michael, aux bons soins de Zoe, une parente aimante qui souhaite adopter un enfant, faute d'avoir pu en concevoir. Michael est séparé brutalement, jeté seul dans un train vers une nouvelle destinée inconnue, de sa bande de copains, Rosemary, Alan, Daphne et les autres, avec qui il a l'habitude de jouer dans des souterrains découverts par hasard, baptisés par les enfants, qanats.  
 
Il peut paraître étonnant que Winwood n'ait jamais été inquiété pour ses crimes. C'est donc le moment de préciser que ces événements inauguraux se déroulent au cours de la seconde guerre mondiale. Loughton, situé à seulement 18 kilomètres de Londres, souffre un peu moins des bombardements, du blitz, et des privations alimentaires. Son commissariat a néanmoins été détruit. La police a d'autres chats à fouetter que rechercher une femme réputée volage, dont le mari affirme qu'elle s'est enfuie, ou un militaire dont la famille pense qu'il est parti vivre au bout du monde, tant de gens meurent et disparaissent durant les guerres.
 
La boîte à biscuits contenant les restes macabres des deux mains attend sagement 70 ans dans sa cachette, avant que des maçons ne la découvrent lors de la construction d'une cave à proximité des qanats. C'est l'inspecteur Colin Quell qui est chargé de l'enquête, sans grand espoir d'aboutir à l'arrestation du coupable, compte tenu des décennies écoulées. D'ailleurs, l'enquête policière, fort discrète, ne sert que de fil conducteur dans le roman. Quell recueille néanmoins les témoignages des personnes ayant vécu dans le quartier des qanats au moment estimé du crime. Les enfants de 1944 ont bien grandi, et même beaucoup vieilli, certains sont morts, d'autres mourront au cours du roman. Stimulés par cette résurgence du passé dans l'automne de leur vie, ils se contactent, s'invitent à des dégustations de sherry, dégainent les albums de photos, se racontent leurs mariages, leurs divorces, leurs veuvages, leurs maladies. C'est long 70 ans, c'est le temps d'une vie.
 
Parmi cette galerie de personnages choisis et décrits avec une infinie tendresse par Ruth Rendell, certains sont particulièrement émouvants : Michael, meurtri par son histoire, a reçu beaucoup d'amour de Zoe et son mari. Il s'est marié, a eu deux enfants qui vivent partout sur la planète sauf près de chez lui. Il ne s'est pas remis de la mort prématurée de Vivien. Il garde intacte sa chambre, où il aime aller se réfugier pour lui parler. Il n'a revu son père qu'une fois ou deux. Ce dernier vit encore, dans une luxueuse maison de retraite. Dans quelques semaines, il aura 100 ans. Ce détail n'est pas sans importance.
 
Rosemary et Alan, ont eu une existence heureuse mais ennuyeuse, des enfants, petits-enfants, un travail qui leur a apporté une petite aisance. Mais l'irruption dans la vie d'Alan de Daphne, sa première amoureuse, en fait dérailler le cours, qu'il croyait tracé au cordeau et immuable. La vie de Rosemary est bouleversée en conséquence, sauf que les femmes ne se laissent pas abattre facilement. C'est Ruth Rendell qui écrit, on peut lui faire confiance pour parler au nom des femmes.
 
En plus d'être un roman psychologique d'une grande et irréprochable force, Celle qui savait tout est aussi un roman d'atmosphère empreint d'une douce mélancolie et d'une nostalgie sereine. A petites touches feutrées mais chirurgicalement précises, Ruth Rendell observe ses personnages âgés, ayant tous parcouru la plus grande partie de leur ligne de vie. Ils se penchent sur leur passé mais envisagent encore un avenir, il n'y a rien de triste dans ce récit, l'humour y est même bien présent, subtil, savoureux. Rien d'autre qu'une petite musique obsédante qui rappelle au lecteur l'inéluctabilité du temps qui passe, l'intérêt qu'il y a pour chacun d'effectuer les bons choix, de tenter, dans la mesure du possible, de ne pas se tromper. Un texte à la résonance particulière depuis la disparition de Ruth Rendell en mai dernier. Un roman posthume en forme de bilan prémonitoire ?
Très sincèrement merci à Babelio et aux Editions des Deux Terres pour leur confiance et ce cadeau très apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
sabine59
  20 juin 2017
Amateurs de sensations fortes, de meurtres sanglants, d'interrogations sur l'éventuel criminel, passez votre chemin...
Car dès le début, on nous présente en direct le meurtrier, en train d'accomplir son forfait, un peu comme dans la vieille série de Colombo .Là n'est évidemment pas l'intérêt du dernier roman écrit par Ruth Rendell.
Et c'est ce que j'aime surtout dans ses livres: l'analyse psychologique très fine de ses personnages, avec leurs faiblesses, leurs comportements parfois inattendus. A la manière d'une araignée , l'auteur tisse sa toile, resserre les fils autour des différents protagonistes, relie les faits, renoue les liens.
En effet, des amis d'enfance qui se sont ensuite perdus de vue se retrouvent, en raison d'une boîte à biscuits contenant... deux mains, celle d'un homme et d'une femme,eh oui, c'est macabre! Comme ces septuagénaires jouaient à l'époque dans les souterrains où on a découvert la boîte en question, le passé ressurgit pour eux, pas toujours de façon agréable...
Peu à peu, le lecteur apprend à connaître les personnages, de Rosemary, quittée par Alan , qui a justement retrouvé Daphné, son amour de jeunesse, à Michael, hanté par une enfance sans affection. Le troisième âge, comme on dit, a bien, lui aussi, ses passions violentes, ses mensonges, ses compromissions. Et ses secrets peu avouables...qui risquent de tout bouleverser.
Ce n'est pas mon livre préféré d'elle , il manque un peu de force et d'originalité, mais j'ai néanmoins passé un très bon moment en compagnie de ces personnes âgées, dont les attitudes parfois déroutantes, les changements complets de vie m'ont intéressée.
Celle qui savait tout aurait eu tout intérêt à se taire...découvrez pourquoi en lisant cette histoire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Rebus
  18 février 2016
70 ans après la guerre, une boîte est retrouvée pendant des travaux dans d'anciennes fondations. Dans cette boîte se trouvent deux squelettes de mains. A qui appartiennent-elles ?
C'est l'occasion pour d'anciens amis de se retrouver, après toutes ces années, alors qu'enfants, ils jouaient dans ces fondations qu'ils appelaient « les qanats ». Tous sont désormais au moins septuagénaires, mais ont un souvenir bien précis de cet épisode de leur vie.
A partir de ces retrouvailles, la vie de certains protagonistes va se trouver toute chamboulée.
Alan retrouve son amour de jeunesse, Daphne, et quitte sa femme Rosemary. Court-il après une jeunesse perdue ? A-t-il gâché sa vie en la passant près d'une femme qui n'était pas pour lui ?
Michael , abandonné par son père enfant, va devoir aller lui rendre visite dans sa luxueuse maison de retraite. Cet abandon a-t-il pesé sur sa vie ?
Rosemary, femme délaissée après 50 ans de bons et loyaux services de mariage, perd les pédales, mais finalement, sa vie n'était-elle pas un vaste mensonge ?
John, presque centenaire, et assassin, a-t-il payé ses actes ? Ou bien a-t-il profité de la vie confortablement ?
Ce terrible secret gardé depuis 70 ans, comment va-t-il éclater ? Quel impact aura-t-il sur les personnages ?
Ne vous imaginez pas plonger dans un roman policier avec Celle qui savait tout, car dès les premières pages, on sait à qui appartiennent ces mystérieuses mains, qui les a coupées, et qui a donc tué les propriétaires…
Ruth Rendell s'interroge ici sur la vie, sur le temps qui passe, sur la mort, sur les actes et leurs conséquences.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Rosemary, très humain : d'une femme policée et engoncée dans les convenances, elle devient une femme épanouie qui écoute ses envies, en passant par la colère, la jalousie et le ressentiment. Un petit bémol cependant avec les enfants des personnages principaux , trop caricaturaux à mon goût.
De Ruth Rendell, j'ai découvert depuis longtemps la série des Wexford, puis le maître de la lande et L'été de Trappelune que j'avais beaucoup aimés. On retrouve dans Celle qui savait tout cette tension palpable. C'est bien construit, l'analyse psychologique est fouillée.
Un livre agréable, même s'il laisse à mon avis un petit goût d'inachevé. On attend « quelque chose » qui ne viendra jamais.
Merci à Babelio et aux éditions Entre deux terres pour la découverte de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
argali
  22 février 2016
Quand Ruth Rendell est décédée, je me suis rendu compte que je n'avais jamais rien lu d'elle. Aussi quand j'ai découvert sur Masse Critique, son dernier roman, l'ultime paru de son vivant, j'en ai profité.
Il m'est difficile de cerner l'auteur avec ce récit. Je m'attendais à un roman policier mais dès les premières pages, on sait tout du meurtrier, des victimes et du mobile. Pas de suspense non plus si ce n'est celui de savoir quand et par qui la vérité éclatera.
Ruth Rendell nous propose plutôt la photographie d'une époque révolue dont elle cherche à percer les mystères à travers les portraits croisés d'enfants jadis amis et maintenant entrés dans le Troisième Age. Ce faisant, elle s'interroge sur le temps qui passe, la mémoire, la famille, l'amitié et sur les conséquences que peuvent avoir les actes posés, sur soi ainsi que sur l'entourage.
Dès la découverte de la boite, les protagonistes vont se retrouver à l'initiative de l'un d'entre eux. Il veut comprendre, il veut savoir ce dont chacun se souvient, c'est pour lui une manière de replonger dans le passé, à une époque heureuse et insouciante.
On comprend rapidement que l'enfance n'a pas été une période sereine pour tous. de même, leurs relations étaient plus complexes qu'il n'y parait au premier abord. Au fil des pages, on découvre les personnages, leurs rêves d'enfant, leurs aspirations, leurs secrets et l'adulte qu'ils sont devenus. Tout cela est dévoilé par petites touches nous permettant de comprendre la psychologie de chacun et les liens qui les ont unis et parfois les lient encore.
Dans toute vie, il y a des réussites et des échecs ; certains ont rebondi d'autres pas. Certains ont réussi, d'autres non. Et les souvenirs qui remontent à la surface vont parfois raviver des blessures mal cicatrisées.
J'ai trouvé l'analyse psychologique des personnages aboutie et pertinente. de même, les relations humaines, les convenances, les us et coutumes de ce milieu sont très bien rendus. L'action, quant à elle, est quasi inexistante. Là n'était pas le propos. Par contre, je n'ai pas aimé le style de l'auteur (est-ce un souci de traduction ?) et cela a pour beaucoup gâché mon plaisir. Au final, ce livre m'a laissé sur une impression d'inachevé et en le refermant j'ai pensé : « Tout ça pour ça ? »
Une lecture agréable, que je remercie Babelio et les éditions Entre deux terres de m'avoir fait parvenir, mais qui ne restera pas impérissable. Pour découvrir réellement l'auteur, il faudra que je me fasse conseiller d'autres romans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
coquinnette1974
  04 juin 2017
Des enfants découvrent en juin 1944 tout un réseau de tunnels souterrains dans une banlieue proche de Londres. Ils y jouent dedans pendant quelques temps.
Soixante dix ans plus tard, dans ce même quartier recouvert de maisons, des ouvriers découvrent, en creusant une cave, une boîte à biscuit avec dedans deux mains, celle d'un homme et celle d'une femme.
Les enfants qui jouaient jadis dans les souterrains sont de nouveau réunis, et cette découverte va changer le reste de leur vie.
Celle qui savait tout est un bon roman, même si j'ai été un peu surprise car je ne m'attendait pas à ça.
Nous savons dès le départ qui a déposé ces mains dans la boîte à biscuit, pourquoi il l'a fait, qui sont les mains dans cette boîte...
Cela m'a fait penser à un Colombo que je regardais enfant à la télé, on sait qui a tuer, pourquoi, comment, après à l'inspecteur de découvrir tout ça :)
C'est très bien ficelé, j'ai aimé de découvrir toutes ces vieilles personnes, leur caractère, leur façon de voir les choses...
Par contre, il y a pas mal de noms, au début j'avoue avoir été un peu perdue.
Mais ce roman m'a bien plu, il m'a permis de découvrir cette romancière, que je pense relire de nouveau.
J'ai passé un bon moment en la compagnie de tout ce petit monde et je mets avec plaisir 4 étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
LeFigaro   03 mars 2016
La romancière britannique ne nous épargne rien des regrets, dans rancœurs et des mesquineries de la vieillesse.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   22 février 2016
Un jour il avait lu quelque part, qu'autrefois, soixante ou soixante-dix ans plus tôt, le Parlement avait voté une loi permettant aux femmes mariées de conserver les sommes qui leur appartenaient. Avant ce vote, elles étaient tenues de les reverser à leur époux. Il avait cette loi en horreur. Que la vie devait être parfaite quand tout l'argent revenait aux hommes.

Page 10 - Editions des Deux Terres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
sabine59sabine59   20 juin 2017
C'est un fantasme qu'ont beaucoup de gens, une sorte de rêve, un endroit idéal. (...) Le jardin secret est toujours le même : parfait, les plantes sont en fleur, il y brille un soleil éternel, un seul oiseau chante, une seule libellule y volète. Le rêveur ne quitte jamais ce jardin secret. Le jardin quitte le rêveur, le remplace par ce sentiment de perte, né de la tristesse et de l'espoir disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
namelessnameless   23 février 2016
Sur toutes sortes de sujets gênants, mieux valait choisir le silence.

Page 84 - Editions des Deux Terres
Commenter  J’apprécie          120
lechristophelechristophe   25 mars 2017
"Deux vieux veufs, c'est tout nous, ça, s'écria son ancien ami d'un ton enjoué. Nous formons une espèce très rare, tu sais. Je n'ai pas les statistiques en tête, mais en général, c'est nous, les garçons, qui mourons les premiers."[...]
"Oui. Les gens me disent que j'ai de la chance.
- Cela dépend du point de vue. On prétend que nous sommes très recherchés par tout plein de veuves, mais je ne peux pas affirmer que cela m'ait sauté aux yeux.
- Et moi non plus", admit Michael
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lechristophelechristophe   25 mars 2017
Du temps où elle réussissait encore à atteindre le cabinet médical au coin de la rue, la dame docteur lui avait conseillé de manger des légumes et des fruits, mais Clara n'avait jamais aimé ce genre de nourriture et maintenant qu'elle ne pouvait plus marcher aussi loin, elle n'avait plus à entendre ce genre de conseils. Ce qui était déjà un sacré bienfait.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Ruth Rendell (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ruth Rendell
Bande annonce d'Une nouvelle amie,un film de François Ozon avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz,adapte de la nouvelle de Ruth Rendell
autres livres classés : roman psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Promenons-nous dans les bois" de Ruth Rendell

Comment s'appelle la femme qui devait garder les deux enfant du couple Dade ?

Paula
Joanna
Tania

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Promenons-nous dans les bois de Ruth RendellCréer un quiz sur ce livre
.. ..