AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782366293340
365 pages
Editions ActuSF (06/02/2015)
3.52/5   29 notes
Résumé :
Parce qu’elle était trop grande et parce qu’elle avait trop de formes, Shara Drummond, malgré son talent, ne correspondait pas aux standards de la danse moderne, lui interdisant de faire carrière... sur Terre.
Mais dans l’espace, libérée de la gravité, tout est de nouveau possible, quitte à réinventer sa discipline et devenir la première à danser en chute libre.
Et quand les extraterrestres sont apparus dans le Système solaire, c’est elle qui nous a sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 29 notes
5
2 avis
4
10 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Eric75
  07 juin 2015
Bardé des principaux prix littéraires du rayon SF, ce petit roman écrit à quatre mains a de quoi briller au firmament et ses auteurs peuvent bien esquisser le pas de gigue des multirécidivistes, car avec La Danse des étoiles, ils ont au moins décroché la lune : le prix Nebula « du roman court » en 1977, le prix Locus « du roman court » en 1978 et le prix Hugo « du roman court » de 1978. Bref, c'est un « roman court »… Bravo aux lauréats, Mr Robinson and Mrs Robinson…
Et à propos de lauréat, je ne peux m'empêcher d'entonner ce refrain (allez, tous ensemble) :
« And here's to you, Mrs Robinson – Jesus loves you more than you will know, wo, wo, wo – God bless you please, Mrs Robinson – Heaven holds a place for those who pray - Hey, hey, hey... Hey, hey, hey... » ♫♪
Un roman court donc… voire un peu trop court. Les auteurs emboîtent pourtant le pas des plus grands de l'âge d'or, on pense immédiatement à Heinlein et à Sturgeon, pour le traitement de thèmes classiques en SF comme le rapprochement avec une civilisation extraterrestre non belliqueuse mais hautement suspecte (En terre étrangère) ou l'évolution symbiotique de la race humaine (Les plus qu'humains), mais également pour le style d'écriture, mettant en avant l'humanité touchante des personnages, ici, essentiellement une troupe de danseurs de l'espace, artistes visiblement torturés.
La danse est le thème omniprésent, on s'en doutait un peu, et la participation de Mrs Robinson, danseuse et chorégraphe, y est sans doute pour beaucoup, wo, wo, wo… ♫♪, hey, hey, hey... ♫♪
Le fait de choisir l'expression corporelle, la danse, comme moyen privilégié (et unique) de communication avec une civilisation extra-terrestre potentiellement belliqueuse (mais pas que, je n'en dis pas plus sur la nature de ces visiteurs…) me semble être une insulte à l'intelligence. Houlà je sens que je vais me créer un certain nombre d'inimitiés, je reviendrai plus tard sur cette idée… N'étant pas spécialiste du sujet, j'ai trouvé les descriptions des chorégraphies lourdes et ennuyeuses, aussi fastidieuses et exténuantes que des séances d'entraînement dans d'horribles odeurs de poussière et de sueur, en un mot traumatisantes... Mais c'est peut-être l'effet recherché, pour faire souffrir le lecteur (enfin, ceux parmi les lecteurs qui n'aiment pas la danse, bien fait pour eux !) Toutes ces scènes de danse, pourtant réalisée en apesanteur, essoufflent les protagonistes et le rythme du roman…
Mais le rythme du roman… accélère parfois, comme repris par une plume plus alerte. C'est l'effet « quatre mains », l'ami Spider veille au grain et cherche à renforcer sa toile (Spider est le prénom de Mr Robinson) afin de donner un peu plus de consistance à la trame du scénario. le rythme s'accélère à la fin et la tension devient palpable, mais ces instants de bravoure ne sont que trop peu développés et pas suffisamment annoncés (), comme si le final s'était imposé de l'extérieur, pour en finir.
Un peu mieux réparties, les scènes dévoilant les stratégies personnelles, les scènes d'action ou de suspense, auraient pu permettre de conserver un intérêt intact tout au long de la lecture. Au lieu de cela, on passe beaucoup de temps à se demander où planter les caméras, si l'éclairage est bon, si unetelle va enfin se réconcilier avec untel, si on va pouvoir lever la jambe plus haut sans avoir mal, si on parviendra à sauver l'humanité et/ou son couple, et si le spectacle va marcher du feu de Dieu et être encore meilleur que le précédent. Personnellement, le lecteur s'en fout un peu, de toute façon il n'a pas l'image.
Revenons sur l'idée que la danse serait le moyen de communiquer avec des extraterrestres. Cette idée est étrange, mais pourquoi pas, on peut imaginer des E.T. amateurs de chorégraphie et de spectacles vivants. le plus difficile à avaler est que chaque spectacle produit dans l'espace remporte un succès mondial sur Terre, fait pleurer dans les chaumières sur tous les continents et génère des droits colossaux qui rendent les danseurs milliardaires. Anne Teresa de Keersmaeker peut se frotter les mains, le tourisme spatial, avec Virgin Galactic, est désormais en plein essor !
Ne pariant pas sur l'appétence des extra-terrestres pour la chorégraphie et les exploits des saltimbanques cracheurs de feu, rappelons que la NASA en 1972 avait conçu son message embarqué dans les sondes Pioneer 10 et Pioneer 11, destiné aux éventuels E.T. de passage dans notre galaxie, de la façon suivante : un homme nu, une femme nue, un atome d'hydrogène, une représentation de la sonde spatiale, un système solaire et son cortège de planètes, une galaxie et quatorze pulsars connus. Il y avait donc plein d'indices plus ou moins scientifiques permettant de retrouver la position de la Terre et l'origine de la sonde. Pas très futé de la part des psychologues de la NASA si les E.T. rencontrés devaient s'avérer belliqueux et hégémonistes ! En tout cas, vous l'aurez remarqué, nulle trace d'entrechats, de tutus et de justaucorps sur la plaque de Pioneer… Les tutus, c'est un peu court pour représenter l'humanité de façon crédible. Trois prix du « roman court », un peu trop court… on nous avait pourtant prévenus ! Hey, hey, hey... ♫♪
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          236
Fifrildi
  23 août 2020
La danse des étoiles est un roman composé d'une novella (Stardancer I, 1977) qui a été primée par le prix Nebula en 1977 ainsi que les prix Hugo et Locus en 1978. Les trois autres parties de la présente édition comporte la suite (Stardancer II, 1978). le tout forme le premier tome d'une trilogie dont les deux tomes suivants n'ont pas été traduits.
Je n'ai pas bien compris l'intérêt de diviser l'ensemble en parties et de leur donner des titres ? Dans publication originale – revue Analog – les chapitres s'enchaînent sans découpage.
Pour en venir à mon avis, il est plutôt mitigé. Je dois cependant reconnaître que l'écriture est belle, le personnage de Charles Armstead est attachant et drôle, les métaphores sont étonnantes et amusantes.
À côté de cela, je n'ai pas trop accroché à l'histoire. Shara Drummond, une danseuse hors normes qui n'a pas sa place sur Terre, va danser sous gravité zéro dans l'espace. Elle va se retrouver en situation de premier contact avec des entités extraterrestres. La danse sera leur moyen de communication.
A l'issue de ce premier contact, Charles Armstead va constituer une troupe de danseurs dans l'espace et quand les entités vont se manifester à nouveau ils vont partir à leur rencontre avec un groupe de diplomates.
J'ai eu du mal à me projeter dedans et à y croire. Quant à l'issue de leur mission, elle m'a laissée dubitative.


Challenge ATOUT PRIX 2020
Challenge multi-auteures SFFF 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Odlag
  26 août 2020
Encore un livre qui traîne dans ma bibliothèque depuis des années et que j'avais acheté au salon du livre. J'avais craqué dessus pour deux raisons : sa magnifique couverture et sa thématique (la danse dans l'espace) que je trouvais particulièrement originale.
À la base, La Danse des étoiles, c'est deux romans courts réunis en un : le premier ("Stardance") a été publiée en 1977 et a reçu les prix Hugo, Locus et Nebula ; un an plus tard, le deuxième roman court ("Stardance II") est venu compléter l'histoire, pour former ensuite un roman (Stardance) publié comme tel l'année suivante. Sauf que ce n'est pas fini : ce roman n'est en fait que le premier de ce qui va devenir, bien plus tard, une trilogie avec Starseed (1991) et Starmind (1995). Ces deux suites se déroulent dans le même univers, quelques temps après la fin du premier, mais avec d'autres personnages principaux. Malheureusement, cette suite n'est jamais parue en France. Ce qui est dommage, car j'ai apprécié La Danse des étoiles. Et, même s'il se lit comme un one-shot, j'aurais bien aimé savoir ce que les auteurs ont bien pu faire de cet univers particulièrement intéressant qu'ils y ont développé (je ne me sens pas de les lire en vo, je l'avoue).
Bref, parlons donc de la Danse des étoiles ! L'histoire est découpée en quatre parties. Dans la première, le narrateur se présente : Charles Armstead, ancien danseur qui a dû arrêter sa carrière à cause d'une blessure à la jambe et qui s'est reconverti en opérateur vidéo tout en restant dans le monde de la danse. C'est son histoire qu'il va raconter et, à travers elle, celle de Shara Drummond, une danseuse exceptionnelle qui a la malchance d'avoir un corps qui ne correspond pas à ce qu'il faut avoir pour réaliser son rêve : elle est trop grande et a trop de formes (en gros, elle a des seins, des hanches, etc.), contrairement à ce qui est exigé dans ce milieu (on préfère les personnes petites, toutes minces et toutes plates, quoi). Mais lorsque Charles rencontre Shara, il se rend compte de son immense talent et essaie de l'aider à percer dans le milieu en devenant son opérateur vidéo. Grosse déception pour eux, car cela ne fonctionne pas. Chacun repart de son côté, jusqu'au jour où Shara contacte Charles pour un nouveau projet : danser dans l'espace, sans aucune gravité. Comment cela peut-il se faire ? C'est simple : il existe un grand complexe orbital, Skyfac, qui possède l'exclusivité du marché minier lunaire. Shara parvient à convaincre Bryce Carrington, le propriétaire de Skyfac, de la laisser faire ses vidéos de danse dans son complexe. Cela n'ira pas sans difficulté, car il faut pouvoir s'habituer à l'apesanteur, s'y mouvoir correctement et, surtout, faire attention à ne pas trop forcer pour éviter de trop s'acclimater, ce qui signifierait ne plus pouvoir revenir sur Terre. Bref, plein d'obstacles en perspective, mais cela n'arrêtera pas ces deux passionnés, qui vont créer la danse dans l'espace. Mais un jour, des extraterrestres débarquent et seule Shara parvient à les comprendre, leur langage s'apparentant à la danse. Grâce à sa Danse des étoiles, elle va sauver la Terre de ce qui aurait pu être une catastrophe.
Dans la deuxième partie, Charles s'associe avec diverses personnes pour essayer de créer une école de danse dans l'espace. Cela s'avérera particulièrement compliqué, pour des raisons techniques et humaines. Je n'en dirai pas plus car je risquerai de spoiler ce qu'il se passe dans la première partie.
Dans la troisième partie, les extraterrestres refont leur apparition. Ce sera alors au tour de Charles et de ses compagnons de danse de devoir aider la Terre à communiquer avec eux pour comprendre leurs intentions. Ce qu'ils vont alors découvrir va bouleverser leur vie, ainsi que celle de tous les humains.
La quatrième partie ne contient qu'un chapitre, qui sert en quelque sorte d'épilogue.
La danse est un univers qui m'intéresse, probablement parce que j'en ai fait pendant sept ans étant enfant et que j'adorais ça. Dès qu'un film sur la danse sort, je le regarde. En ce qui concerne les romans : gamine, je dévorais ceux de la série Danse ! d'Anne-Marie Pol ; aujourd'hui j'en lis beaucoup moins sur ce sujet, mais parfois je me laisse tenter (par exemple : Clair obscur de Lily Haime que j'avais adoré, La danse des ombres de Yelena Black que j'avais trouvé sympa même si j'ai moins aimé la suite). du coup, quand j'ai vu La Danse des étoiles au Salon du livre, j'ai sauté dessus... pour ne le lire que des années plus tard !
Déjà, il faut savoir que l'auteur a écrit ce roman avec sa femme, danseuse et chorégraphe. du coup c'est très différent des romans habituels qui se déroulent dans l'univers de la danse, car tout l'aspect technique de la danse y est décrit de manière bien plus détaillée, voire plus complexe. Je dois avouer avoir parfois eu un peu de mal à visualiser les chorégraphies, en particulier celles se déroulant dans l'espace car il y a encore plus de paramètres à prendre en compte. Il est déjà plus facile d'apprécier la danse en la regardant qu'en la lisant, alors dans ce roman c'était encore plus compliqué (pour moi en tout cas, simple amatrice) d'apprécier pleinement le talent des danseurs. Mais quand j'arrivais à visualiser les chorégraphies, c'était sympa, d'autant plus qu'à cela s'ajoutent des réflexions philosophiques plutôt intéressantes sur ce que représentent les mouvements (la liberté, l'amour, etc.), ainsi que sur l'histoire ou le message que chaque danse transmet. Les titres des danses soulignent d'ailleurs assez bien cet aspect-là : Peser est un verbe, Libération, Masse est un verbe, etc.
Outre la danse, le côté science-fiction du roman est vraiment intéressant. Déjà, on ne suit pas l'histoire du point de vue d'un "professionnel de l'espace" (astronaute, employé de Skyfac, etc.), mais du point de vue d'un danseur/opérateur vidéo inexpérimenté dans tout ce qui concerne ce milieu. du coup on apprend tout en même temps que lui, même s'il comprend les choses bien plus profondément que la simple amatrice de SF que je suis. J'avoue avoir été perdue à certains moments, idem quand il décrit tout l'aspect technique du travail qu'il effectue en tant qu'opérateur vidéo (les différentes caméras, les cadrages, etc.) lorsqu'il filme les chorégraphies.
Ces séjours dans l'espace vont changer petit à petit les personnages, qui vont alors développer quelques théories sur l'être humain et l'évolution (y compris l'évolution de l'homme dans l'espace, donc leur propre évolution) assez intéressantes. Je n'en dirais pas plus, car je dévoilerais des éléments assez surprenants de l'histoire, et c'est toujours mieux d'avoir la surprise lors de la lecture. Quoiqu'il en soit, les réflexions philosophiques que nos deux auteurs développent dans ce roman, que ce soit sur la danse ou l'être humain ou autre, sont un plus pour l'histoire. Même si ce n'est pas ce qui m'a le plus captivée.
J'ai surtout aimé l'intrigue en elle-même, ce projet fou de créer la danse en gravité zéro, de fonder une école de danse dans l'espace, toutes les difficultés auxquelles les personnages sont confrontés, ainsi que la découverte d'une autre forme de vie. Les relations entre les personnages sont vraiment bien développées, de la détestation (Charles hait Carrington dès le début) à l'amitié la plus forte (l'équipe qui se crée autour de Charles est vraiment très soudée) ou à l'amour le plus complet (quelques couples attachants se forment au cours de l'aventure). J'ai beaucoup apprécié le personnage de Charles, au départ particulièrement cynique et dont l'humour devient de moins en moins noir (mais toujours amusant) au fil de l'histoire. On sent bien, à cette évolution, que son caractère change, que son être même change : il devient heureux, entier, il peut enfin accomplir son rêve, tout en restant lucide. Shara et sa soeur Norrey vont beaucoup apporter à Charles, de manières bien différentes, mais tout aussi essentielles. Je n'ai pas forcément totalement compris Shara, qui est prête à tout risquer pour arriver au point culminant de son art, mais elle reste un personnage très important de l'histoire car c'est elle qui ouvre les portes de l'espace à la danse, et même quand elle est absente, elle reste en quelque sorte omniprésente. J'ai bien plus apprécié Norrey, à laquelle je me suis plus attachée. Contrairement à sa soeur, elle a pu accomplir son rêve de danseuse puis chorégraphe sur Terre, mais à présent que ce rêve est atteint, elle cherche autre chose, et c'est ce que va lui apporter le projet de l'école de danse dans l'espace. En fait, dans ma perception de ces deux soeurs, Shara représente la liberté et l'obsession, tandis que Norrey représente la vie et l'amour.
Les autres membres de l'équipe de Charles sont tout aussi intéressants, pour des raisons diverses, chacun ayant un caractère propre et bien prononcé, chacun ayant des qualifications bien spécifiques, etc. Ils sont tous vraiment différents, pourtant ensemble ils vont former un tout uni et puissant.
Ce que je trouve juste dommage, c'est la barrière de la langue qui m'a parfois empêchée de saisir pleinement l'humour des personnages : certains jeux de mots typiques de la langue anglaise sont intraduisibles en français, même si la traductrice a essayé de nous les expliquer en notes de bas de page.
En bref...
La Danse des étoiles est un roman écrit à quatre mains, par un écrivain de science-fiction et sa femme danseuse et chorégraphe. L'alliance de ces deux univers a permis de créer un livre particulièrement intéressant et original, les personnages tentant de créer un tout nouveau genre de danse : celle en gravité zéro, dans l'espace. Malgré pas mal d'aspects techniques, tant au niveau de la danse que des éléments propres à la SF, qui peuvent complexifier la compréhension du texte (ou tout simplement perdre notre intérêt), l'histoire est prenante et intelligemment menée, les personnages crédibles et attachants, et les réflexions philosophiques qui y sont développées sont assez intrigantes. Un bon roman de science-fiction sur la vie dans l'espace et les changements qu'elle opère sur l'homme, abordé à travers l'univers de la danse.
Lien : https://escape-in-books.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08
  24 mai 2015
La lecture du résumé de « La danse des étoiles » m'a donné envie de le lire pour plusieurs raisons… la différence, ne pas être dans le moule, combattre contre cet état de fait injuste et cruel… la danse pour plusieurs raisons aussi… j'aime danser moi-même mais des problèmes de santé font que je ne peux plus danser, un regret que j'aurai jusqu'à la fin de ma vie (résonnance ici avec deux personnages de ce roman) et aussi découverte il y a quelques années de la danse classique, de ses joies mais aussi de ses contraintes énormes via deux personnes que j'aime énormément… bref, ce livre me parlait déjà avant que je ne le lise… bon par ailleurs, les étoiles, l'espace ne me font pas rêver, j'avoue… l'espace me ferait plutôt peur…. je me retrouve donc aussi dans certains autres personnages du livre.
Bref belle envie suscitée par l'opération Masse Critique de Babélio que je tiens encore à remercier ici pour tout ce qu'ils font pour la lecture et les lecteurs et les éditions Actusf qui ont eu la gentillesse de me l'envoyer.
Globalement j'ai beaucoup aimé ce livre, même si à certains moments je me suis sentie un peu « larguée » et qu'à ces moments là j'ai trouvé le temps un peu long… mais les auteurs sont très fins, très vite ils relançaient l'histoire et j'étais repartie à fond dans cette danse des étoiles.
Un peu « larguée » ? Je m'explique. Parfois je ne connaissais absolument pas les termes employés que ce soit en danse et donc je ne pouvais pas visualiser comme je voulais ou alors en ce qui concernaient certains aspects de l'espace, de la gravité, etc.
Cependant, il faut dire que ce n'est qu'anecdotique car on s'attache à Charlie, ancien excellent danseur, dont la carrière a été stoppée par un accident à une hanche et qui se contente désormais de filmer la danse, les chorégraphies, les spectacles. C'est lui le narrateur… il nous parle de Shara Drummond et de son travail qu'il réalise avec elle et de ses relations compliquées avec elle (un amour à sens unique)… Shara est une excellente danseuse et une très belle jeune femme… elle a juste un peu trop de formes et est un peu trop grande pour rentrer dans le moule exigeant et stricte de la danse, ce monde assez impitoyable… Shara et Charlie vont inventer une nouvelle forme de danse pour elle… la danse dans le vide, dans l'espace. C'est un livre qui se passe dans le futur et il frise avec la science-fiction. Ainsi les personnages iront jusqu'à Titan, l'un des satellites de Saturne et…. mais je ne vous dévoile rien de la suite, ce serait dommage de gâcher les surprises et l'intrigue de l'histoire.
Ce roman est avant tout un livre humaniste sur la réalité de la condition humaine, sur le courage, sur le choix d'essayer de réaliser ses rêves ou plutôt ce que l'on pressent comme essentiel à sa vie, sur le surpassement de soi… et aussi sur l'amour, l'amitié et bien au-delà.
L'histoire se découpe en deux : la première partie est consacrée à la vie de Shara jusqu'à la réalisation de sa danse des étoiles dans un but ultime de s'exprimer enfin complètement et d'entrer en relation avec des êtres venus de l'espace qui menacent peut-être l'humanité toute entière.
La seconde partie est celle de l'après, de Charlie sans Shara… de Charlie avec Norey (la soeur de Shara, elle aussi danseuse) dont il est amoureux, de sa compagnie de danse dans l'espace, de sa nouvelle « famille » si particulière… dans l'espace, de la vie même dans l'espace, de l'avenir de l'Humanité, de la Terre et bien plus encore.
Cela m'est difficile de vous en dire plus, car cela dévoilerait trop l'intrigue et le charme et le suspens de cette histoire. La dernière partie se lit d'une traite tant on veut savoir comment cela va se terminer. A vous de le lire pour le savoir.
Un très bon livre que je recommande vivement !
En plus, la page de couverture est superbe !
https://mapassionleslivres.wordpress.com/2015/05/24/la-danse-des-etoiles-de-spider-et-jeanne-robinson/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackWolf
  15 avril 2015
En Résumé : J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui nous propose une histoire où vient se mélanger science-fiction, réflexions et aspects humains, le tout sur fond de danse et de chorégraphie. Alors certes toutes les parties ne sont pas au même niveau tant on ressent une sorte de « cassure » entre la première qui m'a happée et la suite qui se révèle plus classique, mais rien de non plus complètement dérangeant. L'univers développé par les auteurs se révèle vraiment intéressant, nous émerveillant devant la danse et les chorégraphies présentées, le tout porté par des descriptions très visuelles et porteuses d'émotions, même si le futur imaginé a un peu mal vieilli par certains aspects. Concernant les personnages j'ai été rapidement happé par Charles et Sarah qui sont des héros touchants, complexes et solides, offrant une relation complexe et prenante, mais ils éclipsent un peu les autres protagonistes qui gravitent autour selon moi. Puis arrive la conclusion, faisant monter lentement la tension, jouant sur des réflexions intéressantes, pour aboutir à un final qui se révèle humain et intéressant, mais qui m'a paru peut-être un peu trop tomber dans le happy-end et s'offre une facilité surprenante, même si rien de non plus bloquant. La plume des auteurs est dense, soignée et poétique. Des suites existent en VO que je lirai avec plaisir si un jour elles sont publiées.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
FifrildiFifrildi   20 août 2020
Mais il est particulièrement difficile (autant qu'idiot) de broyer du noir dans l'espace. Vous êtes suspendu, accroché dans les Grandes Profondeurs, l'infini dans toutes les directions, un vide tellement immense que, bien que vous sachiez que vous y tomber à grande vitesse, vous n'y faites pas le moindre progrès visible. L'espace est la salle du trône de Dieu, et c'est un aussi si vaste qu'aucun problème humain n'y a longtemps de signification.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Lilou08Lilou08   17 mai 2015
- Toute cette saleté d’Anneau est pleine d’écoutes, Charlie. Le pupitre de mon bureau peut activer et capter tous les vidéophones de Skyfac. Quatre à la fois en fait.
Je ne dis rien.
- Je vous ai vu tous les deux dans le sas, la dernière fois que vous êtes revenus. Je l’ai vue qui s’effondrait. Je vous ai vu la ranimer. Je l’ai entendue vous faire promettre de ne pas prévenir le docteur Panzella.
J’attendis. L’espoir palpitait. Il s’essuya le visage.
- Je suis venu ici pour vous dire que j’allais chez Panzella, lui dire ce que j’ai vu. Il sauterait sur Carrington pour qu’il la renvoie tout de suite.
- Et maintenant ? dis-je.
- J’ai vu la bande.
- Et vous savez que la Danse des Etoiles la tuera probablement ?
- Oui.
- Et vous savez que nous devons la laisser faire ?
- Oui.
L’espoir mourut. Je hochai la tête.
- Alors sortez d’ici et laissez-moi travailler.
Il partit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FifrildiFifrildi   19 août 2020
Les larmes sont gênantes en chute libre - elles ne vont nulle part, elles forment comme des lentilles de contact sphériques qui se dilatent absurdement et dans lesquelles le monde nage.
Commenter  J’apprécie          120
Eric75Eric75   07 juin 2015
- Ma jambe fonctionne en chute libre, Norrey. J'ai travaillé, dur, tous les jours depuis que je suis redescendu. Elle est un peu raide, et il faudra que je - que nous fassions une chorégraphie qui la ménage dans une certaine mesure. Mais elle fait tout ce qu'un danseur sans poids a besoin qu'elle fasse. Je peux de nouveau danser.
Elle ferma les yeux et ses paupières frémirent.
- Oh mon Dieu. (Puis elle les ouvrit et rit et pleura en même temps.) Oh mon Dieu, Charlie, oh mon Dieu, oh mon Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
StregaStrega   16 février 2015
Ça peut venir comme ça, vous savez. Des éclairs de connaissance. Au milieu d’une phrase, en une microseconde, vous faites un saut quantique dans la compréhension des choses. Vous considérez vingt ans d’aveugle stupidité sans ciller, et vous percevez le futur immédiat en détail. Plus tard vous vous émerveillerez – sur l’instant vous acceptez simplement et hochez la tête. Les Siciliens ont un truc comme ça, qu’ils appellent le coup de tonnerre. On dit que cela amène un calme profond et une grande gravité. Moi, j’étais plié en deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Spider Robinson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Spider Robinson
De la science fiction poétique et humaniste ; un beau voyage à lire !
autres livres classés : danseVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4059 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre