AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229033801X
Éditeur : J'ai Lu (16/09/2003)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Vieillards ressuscités, esprits malfaisants,
hallucinations macabres, monstres invisibles doués d'une puissance démoniaque, cannibales,
vampires, créatures d'ombre et de mort...

Un monde étrange côtoie le nôtre. Un monde hideux où le soleil accable, où les rires glacent le sang, un monde où les terreurs les plus folles,
les plus affreux cauchemars, nés de nos cerveaux surchauffés, terrassent la réalité.

Honoré de Ba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Pois0n
  02 novembre 2019
Ce second opus de La dimension fantastique convainc moins que le premier... la faute, sans doute, au nombre plus réduit de nouvelles : forcément, quand il y en a peu, l'équilibre entre les bonnes et les plus bof est vite rompu.
… L'avantage, c'est que ça permet de parler en détail de chacune sans se retrouver avec un roman-fleuve en lieu et place de critique.
« L'élixir de longue vie », qui ouvre le recueil, commence plutôt pas mal : bienvenue en Italie, dans un palais, en pleine orgie, pendant que le père du héros se meurt. Ambiance ! Cette nouvelle est sans doute la plus horrifique de toutes, pas à cause de gore ni de violence ni de fantômes tapis dans les coins, mais bien parce que l'être humain est capable du pire par égoïsme. Le problème, c'est que tout ça est un peu longuet, sans parler de la fin en Espagne, qui part en délire complet.
L'intrigue de « Gottfried Wolfgang » a beau être classique et prévisible, la nouvelle n'en reste pas moins sympathique et sans temps mort, avec un cadre original (la révolution) mis au service de l'histoire mais non son sujet. Le texte est court et va à l'essentiel, ce qui, après la nouvelle précédente, fait d'autant plus de bien.
« Sredni Vashtar », ah ! Sredni Vashtar ! Si l'un des textes devait vous convaincre de craquer pour cette anthologie, c'est bien celui-là. Lui non plus n'est pas très long, mais c'est un petit bijou d'ambiance ; une plongée au cœur de l'enfance, où sont préservés intacts l'injustice des adultes, l'imagination galopante et une certaine cruauté innocente, aussi. Sans oublier la plume enchanteresse de Saki. Bref, Sredni Vashtar est encore et toujours un coup de cœur.
« La chambre perdue » est une autre bonne pioche, même si là encore, on en devine sans mal les tenants et aboutissants. C'est plutôt la façon dont l'auteur plonge son héros dans l'horreur qui est intéressante, via une métamorphose rudement bien orchestrée. Les interactions entre les protagonistes, en revanche, manquent singulièrement de naturel, mais dans l'ensemble, le texte est plutôt plaisant.
« Les filles de la nuit » : « tout ça pour ça ». Certes, en tant que collectionneur de poupées, il est toujours sympathique de tomber sur des personnages partageant la même passion. Encore que les poupées du Modeleur sont particulièrement effrayantes et plongent sans difficulté la nouvelle entière dans une atmosphère de malaise. Mais là encore, c'est long, très looooong pour une conclusion que l'on devine dès le début. Ajoutez à ça un personnage principal à peine plus sympathique que l'antagoniste, et l'on n'a qu'une envie : en voir le bout, mais pas pour de bonnes raisons.
« Hier, c'était Lundi » est un petit bijou d'absurde. En conséquence, son déroulement est souvent déroutant et le lecteur n'a guère plus de repères qu'Harry Wright. Par contre, niveau originalité, la nouvelle est tout simplement imbattable ! Aussi, même si l'on ne comprend pas toutes les explications tarabiscotées sur le pourquoi du comment, se laisse-t-on séduire sans mal. La plume de Theodore Sturgeon est légère et malicieuse ; le texte se savoure comme un petit bonbon qui pique : il n'est pas agréable sous tous ses aspects, mais son goût s'avère inimitable.
En résumé, ce second volume de La dimension fantastique n'est pas dénué d'intérêt, même si tous les textes sont loin de se valoir. Contrairement au précédent, il arrive donc qu'on s'y ennuie... cependant, avec deux histoires valant franchement le coup d'être découverte et deux autres sympathiques, qu'importent les moins bonnes ? Comme souvent avec les anthologies, finalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Masa
  17 mars 2017
Deuxième opus de la « Dimension fantastique », le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier ce recueil, est “moins“ : “moins long“, “moins de nouvelles“, “moins bon“,…
Sommaire :
L'élixir de longue vie (1830) ~ Honoré de Balzac
→ Gottfrield Wolfgagn (1843) ~ Pétrus Borel
→ Sredni Vashtar (Sredni Vashtar 1910) ~ Saki
→ La chambre perdue (1858) ~ Fitz-James O'Brien
→ Les filles de la nuit (1954) ~ Jean-Louis Bouquet
→ Hier, c'était lundi (Yesterday was monday 1941) ~ Theodore Sturgeon
Mon père pourra être content, j'ai lu un texte d'Honoré de Balzac. Maintenant, à son tour de lire un des récits que j'affectionne. Pas sûr qu'il accepte le deal. J'ai eu beaucoup de mal à m'accrocher au style de l'auteur. Ses pages sont bien noircies par l'encre et les paragraphes sont rares. Certaines nouvelles sont complexes et difficiles à comprendre comme celle de Saki – qui, au passage, aura vu son oeuvre adapté au cinéma (un épisode de « Great ghost Tales » et quatre courts-métrages). En revanche, j'ai plutôt apprécié « Les filles de la nuit », même si j'ai trouvé quelques longueurs.
Dans l'ensemble, ce recueil est bien médiocre, heureusement que la nouvelle de Theodore Sturgeon est de grande qualité. L'auteur s'amuse à nous torturer le cerveau grâce à des jeux de paradoxes, le tout sous fond de théâtre, car au fond, si la vie n'était qu'un jeu d'acteurs ? À noter que ce texte s'est vu adapté dans une série télé (La cinquième dimension) sous le nom de « Les coulisses du temps » en 1986, un an seulement après la disparition de cet auteur.
Après un premier tome abordable et agréable à lire, ici nous avons des textes plus complexes et élitistes. S'il n'y avait pas eu Theodore Sturgeon, je l'aurai probablement ignoré. Quoi qu'il en soit, ce livre peu épais, s'est vu réduire par rapport au premier opus, car il n'y a pas de préface, ni d'exercices littéraires. Une simple biographie des auteurs a été intégré en fin du volume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
StefEleane
  10 août 2012
6 nouvelles d'histoires fantastiques écrits par les plus grands : Honoré de Balzac, Pétrus Borel, Saki, Fitz James O'Brien, Jean-Louis Bouquet et Théodore Sturgeon
Commenter  J’apprécie          20
purplevelvet
  11 novembre 2013
tome 2 de la Dimension fantastique, avec cette fois 6 nouvelles ( oui 6 seulement car il y en a une beaucoup plus longue que les autres..) : l'élixir de longue vie - Balzac; Gottfried Wolfgang - P. Borel; Sredni Vashtar - Saki; la chambre perdue - J Fitz o' Brien; Les filles de la nuit- JL Bouquet; Hier c'était lundi - T. Sturgeon
Cliquer sur le lien ci-dessous pour un avis détaillé sur chacune d'entre elles.

un tome globalement moins bon que le premier, la plupart des histoires m'ont indifférée, mais je retiens Sredni Vashtar, la chambre perdue et Hier C'était lundi, avec un bon 5/5 pour cette dernière)
Lien : http://chezpurple.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          10
UnKaPart
  26 novembre 2016
"La dimension fantastique" perd de son punch dès le second volume. La faute peut-être au format du recueil, guère épais à l'inverse d'un bouquin de Tolstoï. Après un premier tome de 13 nouvelles, celui-ci n'en contient que 6, qui plus est pas renversantes. Il aurait peut-être fallu gérer un peu mieux la répartition en fonction de la longueur des nouvelles (10 d'un côté 9 de l'autre plutôt qu'un tel déséquilibre).
Lien : https://unkapart.fr/critique..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Pois0nPois0n   01 novembre 2019
La mort est aussi soudaine dans ses caprices qu'une courtisane l'est dans ses dédains ; mais plus fidèle, elle n'a jamais trompé personne.
Commenter  J’apprécie          30
Pois0nPois0n   15 juillet 2016
Il avait terriblement peur de cette bête souple aux dents pointues, mais c'était son bien le plus précieux. Sa présence dans la remise le remplissait d'une joie secrète mêlée de crainte, et ne devait jamais être connue de "la Femme" - c'est ainsi qu'en son for intérieur il appelait sa cousine. Un jour, et Dieu seul sait d'où lui vint cette inspiration, il trouva pour la bête un nom merveilleux. Alors, elle fut élevée au rang de divinité à laquelle il voua un véritable culte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
UnKaPartUnKaPart   09 novembre 2016
– Je me suis endormi lundi soir, je me suis réveillé mercredi et je cherche mardi.
– Que voulez-vous que j'y fasse ?
– Euh... Vous ne pourriez pas me dire comment faire pour retourner là-bas ? J'ai du travail qui m'attend.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Barbara Sadoul (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Barbara Sadoul
Conférence Encore des vampires ? Oui ! Ça mord mais ça ne lasse pas ! enregistrée aux Imaginales 2018. Avec Jeanne-A Debats, Jean Marigny et Barbara Sadoul.
autres livres classés : anthologiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre