AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Carasso (Traducteur)
ISBN : 2757816861
Éditeur : Points (11/02/2010)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 194 notes)
Résumé :
Precious, seize ans, claque la porte. Elle ne se laissera plus cogner par sa mère, ni violer et engrosser encore une fois par son père. Jamais. Virée de l'école, elle envisage une nouvelle vie, loin de Harlem et du ghetto afro-américain de son enfance. Elle veut apprendre à lire et à écrire, raconter son histoire à travers des poèmes et élever dignement son fils.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  02 mai 2018
Voici un ouvrage témoignage, coup de poing, l'histoire de Claireece Précious Jones, elle y raconte sa vie depuis ses douze ans , dont on ne sort pas indemne. .....
Nous plongeons en apnée dans son récit assez difficile à lire car la langue y est crue, verte, , la prononciation restituée presque phonétiquement par l'auteur Sapphire.
En revanche, à mon avis , cette maniére particulière d'écrire rend la réalité des illettrés beaucoup plus prégnante,..
Précious est victime de sévices sexuels graves depuis l'âge de sept ans par son pére et battue , méprisée par sa mére , obèse, noire, elle aura deux enfants à 12 et 16ans ......
Elle doit sa chance( si l'on peut dire) devant tant de violence et de maltraitance , au fait d'être enceinte pour la deuxième fois.....et renvoyée de l'école ....
Placée dans un foyer loin de ses parents bourreaux et cruels au delà de tout, désespérée , elle sera aidée , entourée grâce à madame Avers.....
Elle prend des cours d'alphabétisation au foyer de réinsertion.
Elle apprend à lire et à écrire , réussit , acquiert le langage, écrit des poèmes, découvre les mots , joue avec....Je n'en dirai pas plus .....
C'est un ouvrage violent , puissant, percutant oú l'on prend une claque magistrale et que l'on ne peut commenter sans émotion..... ......
À lire pour s'indigner se révolter ou espérer , difficile à dire , ne pas proposer cette lecture aux puristes de la langue française surtout .....il faut oublier les principes grammaticaux et les leçons d'orthographe , au début , pas du tout facile .....
On me l'a proposé à la médiathéque .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
TarteTatin
  19 juin 2017
La vie n'a pas gâté Claraence Precisous Jones. Elle est noire, un peu trop à son goût, elle est obèse et illettrée. Elle a seize ans et la directrice blanche de son école à Harlem vient de la renvoyer définitivement. le motif? Precious est enceinte. Pour la seconde fois. Et dans les deux cas, l'homme avec qui elle a eu ses enfants est celui qu'elle connaît comme étant son propre père. Carl Kenwood Jones abuse sexuellement d'elle depuis toujours. Quant à sa mère, Mary Johnston, elle a non seulement permis ces viols, mais préfère cogner Precious à coup de poêle à frire, lui crachant au visage qu'elle lui a piquée son homme, plutôt que de prendre sa défense. Elle abuse aussi sexuellement de sa fille et la traite comme la servante à la maison.
Il est difficile d'imaginer comment les choses pourraient pires, mais au cours du roman, Sapphire ajoute encore un peu de malheur à son protagoniste. Après avoir failli accoucher à douze ans sur le carrelage de la cuisine à cause d'un manque de suivi médical et des coups de pieds de sa mère, le premier enfant de Precious, Little Mongo, se révèle avoir le syndrome de Down (trisomie 21). Elle lui est rapidement enlevée pour être placée chez la grand-mère de Clareance, tandis que sa mère prétend s'en occuper auprès de l'Assistance Sociale.
Une semaine après la naissance de son deuxième enfant, Abdul Jamel Louis Jones, Precisous décide de prendre sa vie en main. Elle commence par fuir le domicile maternel et se retrouve dans les rues de Harlem, sans lieu pour vivre. Peu de temps après, elle apprend que son père l'a contaminée avec H.I.V.
Elle s'inscrit, grâce à son ancienne directrice, dans une école parallèle, Apprendre de chacun - Apprendre à chacun. Cette institution est dédiée à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture en vue de la réinsertion sociale. Et avec l'aide d'une professeur douée nommée Blue Avers (Rain, en VO), Precious va apprendre. Elle apprend à écrire ses propres expériences et à les transformer en poésie. Elle se joint également à un groupe de soutien aux survivants d'inceste et à un groupe de soutien positif pour H.I.V. Elle gagne des amis, l'estime de soi et l'espoir d'un jour aller au collège. "Poussez", lui dit l'ambulancier quand elle accouche. "Poussez", dit sa professeur, quand elle désespère de faire quelque chose de sa vie
Push est un roman que l'on peut qualifier de naturaliste. Sapphire s'est inspirée de son propre vécu et des attouchements sexuels qu'elle a subits étant plus jeune, pour étayer le personnage de Precious. Pendant sept ans, la romancière a travaillé dans des ateliers d'alphabétisation pour adolescents maltraités à Harlem. Elle s'appuie donc, là encore, sur son expérience personnelle pour rendre plus vraisemblable son roman, qui se fait dès lors, le reflet d'une époque et d'une communauté.
Mais ce roman est aussi jonché d'éléments narratifs issus du conte de fée. En effet Precious présente sa mère comme une ogresse qui ne fait que manger et l'engraisser. Lorsque la tension familiale atteint son paroxysme, elle s'évade dans son esprit, qui devient un téléviseur, joue et rejoue des vidéos qui lui offrent un bref répit des réalités sombres de sa vie quotidienne. Dans ces rêveries, elle est mince, pas grosse ; blanche, pas noire ; aimée, pas ridiculisée ni battue. La jeune fille est alors l'archétype de la jeune héroïne de conte de fées, maltraitée par sa famille et qui n'aspire qu'à s'échapper et se réinventer.
Sapphire appartient ce qu'on appelle la Troisième Vague du féminisme noir, à savoir une génération dite "hip-hop", ouvertement queer ou du moins en adéquation avec les revendications homosexuelles, post-droits civiques, et post-féministe. Il ne s'agit pas d'un rejet du féminisme mais d'un hommage appuyé aux générations précédentes. Alice Walker (1944-) en est la digne représentante. Elle développe une réflexion sur le silence imposé aux femmes noires en matière de politique sexuelle et raciale, en déconstruisant les stéréotypes racistes qui circulent sur leur sexualité, qui interdisent l'appropriation de leur propre corps, de leur parole comme de leur désirs et plaisirs.
Sapphire est très imprégnée de idées d'Alice Walker. Precious exprime un certain plaisir qu'elle a ressenti, voire les orgasmes qu'elle a pu avoir, alors même qu'elle se faisait violer. Les normes implosent. La figure homosexuelle est importante dans le livre. En entrant dans sa nouvelle école, Precious côtoie des jeunes femmes au parcours douloureux. Elle y rencontre Jermain, qu'elle présente d'emblée comme n'étant pas certaine que ce soit une fille comme elle (p.63). Aussi, Mademoiselle Avers, qui est lesbienne, lui rappelle que les homosexuels ne sont pas à stigmatiser, comme le fait par exemple Farrakhan : "[...] sauf que je suis pas gouine comme Célie [personnage principale de la Couleur pourpre, écrit par Alice Walker]. Mais juste quand je vais pour causer de ces conneries, dire à la classe ce que la Petite Élite et Farrakhan disent des gouines, Mrs Avers me dit que si j'aime pas les homosexuelles elle pense que je l'aime pas non plus pasqu'elle l'est. Ça me l'a coupée. Pis je me la suis fermée. Tant pis pour Farrakhan. Je crois encore Allah et les machins. Je pense que je crois encore tout. Mrs Avers dit que les homosexuelles c'est pas elles qui m'ont violée, xé pas les homosexuelles qui m'ont laissée sans rien apprendre pendant seize ans, pas les homosexuelles qui bousillent Harlem." (P.104)
Au vue de la remise en contexte, on pourrait penser que Push de Sapphire est un roman de revendications, aussi bien de la communauté africaine-américaine que des féministes. Oui, mais pas que. Il ne s'agit pas d'un manifeste et le livre ne prend pas vraiment position. Il pose un constat : derrière la question raciale se dissimule la question sociale.
le livre est, en effet, une dénonciation de la faillite des services publics américains, de la directrice d'école qui renvoie l'adolescente parce qu'elle est enceinte, les professeurs qui ne devinent pas son illettrisme, l'hôpital qui la met à la rue avec son nourrisson, jusqu'à l'assistante sociale hypocrite et l'ensemble des services sociaux qui n'ont su protéger Precious pendant toutes les années de son martyre. La "responsabilité personnelle" plutôt que les Welfare Queens était le grand mot d'ordre lorsque le récit est publié. En 1996 en effet, Bill Clinton décide de mettre fin à une relative protection des femmes seules et des enfants les plus pauvres en réformant les allocations familiales hérités de 1935 (Aid to Dependent Children). Precious déteste cette fausse charité, ce qu'elle identifie comme un simulacre de compassion.
« C'était difficile de voir que les lecteurs pensaient que c'était la véritable histoire d'une adolescente analphabète qui aurait tout enregistré sur dictaphone, et qu'un éditeur blanc aurait retranscrit. » ajoute la romancière au Guardian, en 2011, à propos de la réception de son livre par la critique et le public.
A la différence de L'Oeil le plus bleu, de Toni Morrison ou de la Couleur pourpre, d'Alice Walker, les sévices physiques et psychologiques subis par le père incestueux ne sont pas un précédent de la tragédie familiale. Les Precious Jones existent dans la réalité. Non seulement parmi les quatre cinquième des jeunes femmes noires touchées par l'obésité ou le tiers d'entre elles qui vivent dans la pauvreté, non seulement chez celles frappées par le virus du sida, première cause de leur mortalité.
Push n'est cependant pas l'histoire d'une victime impuissante ou dégoûtante. Même si elle est présentée comme une monstruosité, pur produit de nos dérives sociétales, Precious n'est pas que ce gros tas de graisse noire illettrée et violée. Il s'agit d'une histoire d'émancipation (féminine) grâce à l'apprenti de la lecture et de l'écriture, et surtout d'un récit hautement social.
La détermination de Precious à reprendre le contrôle de sa vie par le passage de l'oralité à l'écriture. le livre est présenté comme l'histoire de sa vie, qu'elle écrit. Il doit donc rendre compte du niveau d'alphabétisation de cette dyslexique illettrée qui raconte son enfer avec une rageuse dignité. le langage oral y est transcrit souvent phonétiquement, ce qui contraint le lecteur à se battre lui aussi pour comprendre la langue de ce roman "parlé". La syntaxe est malmenée, il y a beaucoup d'onomatopées en guise de mots retranscrits à l'oreille, de l'argot du ghetto, des silences et des mauvais tours de la mémoire mêlé dans une sorte de chaos de la voix de la narratrice.
Il y a également un jeu sur la mise en page du texte. Lorsque nous sommes dans l'histoire qu'elle écrit, le livre physique que nous tenons entre nos mains, le texte est justifié. Tant dis que lorsque nous passons dans les retranscriptions de son cahier de bord, le texte a une tout autre mise en page : il est alligné à gauche et parfois avec alinéas créant des sortes d'escaliers de mots.
Tout cela participe à préserver de la violence brute du récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Stockard
  04 janvier 2018
Son nom complet c'est Clarecee Precious Jones mais bon, ça c'est pour l'état civil, mieux vaut pas s'aviser de l'appeler par son premier prénom "Tout le monde m'appelle Precious (...) C'est que les connards que je peux pas saquer qui m'appellent Clareece". Donc on va garder Precious et puis c'est bien, c'est joli et dans sa vie, un peu de splendeur c'est pas du luxe ; d'ailleurs à part ce prénom, Precious, toute son existence est synonyme de calvaire. Adolescente afro-américaine de Harlem, obèse, inculte, subissant jour après jour les coups et les injures d'une mère sadique et les viols répétés de d'un père dont elle a déjà un enfant trisomique et est enceinte du deuxième, Precious est dans une telle impasse qu'on voit mal comment elle pourrait en sortir... jusqu'à ce qu'une conseillère d'éducation l'inscrive dans une école pour analphabètes et voilà notre fan de Louis Farrakhan qui commence à entrevoir une possible porte de sortie à cette vie effroyable grâce à la scolarité. Parce que Precious, maintenant, elle se verrait bien poète ou quelque chose comme ça alors savoir lire et écrire n'est soudain plus une obligation un peu pénible mais devient une envie, un défi, une chose autour de laquelle elle finira par organiser toute sa vie.
Elle part de loin mais sa détermination est telle qu'à chaque obstacle (et ils sont nombreux) qui pourrait lui faire baisser les bras, on a envie d'enfiler une tenue de pom-pom girl et de l'encourager autant qu'on peut, mais pas d'inquiétude majeure finalement, la réussite scolaire c'est sûrement la seule chose qui l'empêchera de finir en semi-esclavage à passer sa vie à récurer les chiottes de la bourgeoisie blanche de la Ve Avenue alors si ça, c'est pas une motivation pour ne jamais lâcher ! Parce qu'au-delà de la simple alphabétisation, c'est un désir de vivre, d'exister, de ne plus être invisible sur la photo qui pousse Precious à se battre encore et encore là où beaucoup aurait fini par jeter l'éponge, le scotch brite, le liquide vaisselle et tout le reste.
En résumé, un livre puissant avec des personnages aussi attachants (Precious et ses copines de classe dont elle partage le niveau) que détestables (la mère ultra-violente préférant croire que Precious lui vole son mari – sept ans elle a quand son paternel se met à lui rendre des visites nocturnes – plutôt que de se faire à l'idée qu'elle partage la vie d'un démoulé trop tôt) et une écriture au style cash qui, sous couvert autobiographique et présenté comme le journal de Precious (fautes d'orthographe, de syntaxe et tout ce qu'on peut imaginer d'une quasi-illettrée, incluses) finit, si besoin en était, de nous mettre dans le bain.
A lire, sans hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
pyrouette
  16 novembre 2011
C'est une histoire bouleversante, insupportable et je crois que le meilleur moyen de la lire est de rentrer de suite dans la peau du narrateur. Precious claque la porte de chez elle a 16 ans quand elle accouche pour la deuxième fois des oeuvres de son père. La première fois c'était à douze ans d'une petite fille retardée mentale qu'elle n'a jamais revue. Precious est violée par ses parents, oui je dis bien ses parents (Je ne l'ai jamais lu dans les critiques des blogueurs et pourtant Precious le mentionne plusieurs fois dans son histoire) depuis sa naissance. Jouet sexuel de ses parents, elle est battue par sa mère. Elle doit sa chance à sa deuxième grossesse qui se voit trop et pour laquelle elle est renvoyée de son collège avec une adresse d'une école « Apprendre de chacun, apprendre à chacun ». Elle est placée dans un foyer avec son bébé et ne voit plus ses parents. Avec l'énergie du désespoir et une sacrée entraide elle apprend à lire et à écrire. Elle réfléchit sur sa vie, son parcours avec l'aide de son professeur. La seule fois où elle revoit sa mère en présence d'un psychiatre, c'est pour apprendre que son père est mort du sida. …Oubliez tous vos principes, votre culture et osez vous revêtir de la peau de Precious, avec son vocabulaire limité son orthographe phonétique, ses pensées, faites une descente aux enfers, dans son enfer avec la toute petite lueur de l'espoir au bout de la route, oui là bas droit devant vous, si vous en avez la force. Félicitations au traducteur !

Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Gwenaweb
  27 octobre 2014
Comment ai-je pu ne pas aimer ce livre la première fois que je l'ai lu ? Est-ce que j'étais vraiment trop naïve pour penser que le livre devait être mot pour mot pareil au film, les mêmes scènes au même moment et les personnages pareils aux acteurs ? Parce qu'évidemment il y a des différences. Mais comme je connaissais le film par coeur, peut-être que je ne me suis pas laissée partir dans le livre. Comme exemple : le poids de Precious et celui de sa mère. Normalement la mère est plus forte que sa fille. En ayant l'image inverse du film, j'ai eu un mal de chien à changer de vision.
Ce qui m'avait aussi choqué, et c'est sûrement une raison en plus qui a fait que j'avais moyennement aimé, c'est le plaisir malsain qui débarque au beau milieu d'évènements durs… C'était incompréhensible pour moi à l'époque, mais j'ai mûri, je pense.
J'ai vraiment adoré le fait que l'auteur modifie son style d'écriture pour que le lecteur ait l'impression de parler au héros, ainsi que le fait de changer la ponctuation, la forme des phrases et la place des mots pour que tout s'accord avec le contenu. Quel casse-tête pour le traducteur, qui nous fait d'ailleurs un petit mot d'excuse à la fin. Injustifié, selon moi. Il a très bien fait son taf.
Quelle réussite. Quelle douceur. Quel chef-d'oeuvre. C'est dur, le monde est dur avec Precious. J'ai été très émue à la fois par son histoire, à la fois par les histoires de ses copines de classe, et enfin par l'amour des mots exprimé tout au long du livre.
J'enchaine tout de suite avec La couleur pourpre, que Precious affectionne et avec lequel elle approfondit son apprentissage de la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   25 février 2013
Je m'appelle Claireece Precious Jones. Je ne sais pas pourquoi je vous dis ça. Ptête pasque je sais pas jusqu'où je vais aller de cette histoire, ni même que c'en soye une d'histoire ni pourquoi je cause ; si je vais commencer par le commencement ou carrément d'aujourd'hui ou dans deux semaines d'ici. Deux semaines d'ici ? Ben oui on peut faire tout ce qu'on veut quand on cause ou qu'on écrit, pas comme de vivre où qu'on peut seulement faire ce qu'on fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
pyrouettepyrouette   16 novembre 2011
C’est quoi une vie normale ? Une vie ousque qu’on a pas honte de sa mère. Où tes copines a viennent chez toi après l’école pour regarder la télé et faire les devoirs. Ousque ta mère est normal à voir et qu’à te cogne pas sulla tronche avec une poêle en fer. Ce que je voudrais dans mon rêve c’est d’avoir une deuxième chance. Pasque ma première chance c’était maman et papa.
Commenter  J’apprécie          120
pyrouettepyrouette   16 novembre 2011
Je suis balèze, je cause, je bouffe, je fais la cuisine, je me marre, je regarde la télé, je fais ce que ma mère me dit. Mais je vois bien quand la photo sort que je n’existe pas. Y a pas personne que j’intéresse. Personne n’a besoin de moi. Je sais qui je suis. Je sais ce qu’y disent que je suis.
Commenter  J’apprécie          90
pyrouettepyrouette   16 novembre 2011
Le marteau est dans mon cœur là, à me cogner, comme si mon sang était une rivière géante qu’enflerait en dedans de moi et que je me noie. Ma tête y fait tout noir dedans. Comme si une rivière géante était devant moi maintenant que j’arriverai jamais à traverser
Commenter  J’apprécie          90
pyrouettepyrouette   16 novembre 2011
J’entre dans la salle. Maman dit rien. Maman est moche. J’ai pas besoin de m’approcher pour savoir qu’a pue. Et pis je regarde maman et je vois ma tronche, mon corps, ma couleur – on est grosse toutes les deux. Je suis affreuse ? Alle est affreuse maman ? Je suis pas trop sûre.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Sapphire (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Sapphire
@katiecouric: Sapphire: Author Sapphire talks about the new movie "Precious" inspired by her novel "Push," the process of casting the lead actress Gabourey Sidibe, and the inspirational message of the story.
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1019 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..