AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226399194
Éditeur : Albin Michel (30/08/2017)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Recueil de quatre nouvelles : deux soeurs jumelles que tout oppose moralement s'aiment et se haïssent tout au long de leur vie, un homme jouisseur abuse d'une fille candide et lui arrache son enfant, un père dur et fermé s'humanise au contact de sa petite fille avec qui il se plonge dans le lecture du «Petit Prince» et une femme rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille en prison.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  13 octobre 2017
Quatre nouvelles pour naviguer entre vengeance et pardon : tout un programme.
- Avec "Les soeurs Barbarin", des jumelles chez qui tout se déroule bien jusqu'au jour où les parents ont l'idée d'offrir un cadeau d'anniversaire différent à chacune d'elles.
A partir de ce moment, Moïsette va commencer à jalouser Lily qui ne lui en veut jamais, pardonne tout jusqu'à horripiler la vilaine Moïsette.
- Dans "Madame Butterfly", on rencontre William attiré par Mandine, qualifiée de simplette.
Il n'en veut pas comme compagne et encore moins comme mère de son enfant, un petit garçon.
Mandine lui pardonne tout.
Des années après, la renommée et l'argent se sont envolés mais il reste l'amour de Mandine en toute humilité.
- " La vengeance du pardon" nous présente Elise qui a perdu sa fille, Laure, victime d'un psychopathe, tueur en série. Elise va voir cet homme en prison et tente de le ramener à la raison, elle essaie aussi de comprendre les rouages d'une telle horreur.
- " Dessine-moi un avion" nous ramène dans l'histoire du Petit Prince. La petite Daphné veut que le vieux monsieur lui dessine un avion mais celui-ci a un passé nébuleux. C'est à lui qu'il doit pardonner un secret.
Eric-Emmanuel Schmitt a donc exploré le thème du pardon, de la vengeance sous différents aspects.
Je n'avais jamais pensé au côté insupportable du pardon pour le pardonné. le pardon peut attiser la haine...ouh là
Comme d'habitude pour moi, les nouvelles me laissent une impression de survol des personnages, de passage trop rapide à une autre histoire mais c'est très personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
democratz
  29 septembre 2017
Ce recueil composé de 4 nouvelles traite, comme l'indique le titre, du pardon.
La pardon, c'est refuser la vengeance (oxymore bien trouvée au passage). Réussir à pardonner est un acte difficile auquel nous ne sommes pas égaux. Et c'est à travers des histoires bien distinctes qu'Eric-Emmanuel Schmitt nous démontre que le pardon n'est pas qu'une notion religieuse.
A l'expression "la vengeance est un plat qui se mange froid", l'auteur préfère
la maxime "Tout homme peut faillir, mais tout homme mérite pardon."
Nous suivons donc le récit d'hommes et de femmes qui auront des choix parfois très difficiles à faire afin de soulager leurs consciences torturées.
Le réalisme des histoires ainsi que la justesse des sentiments des personnages facilitent notre capacité de projection et d'identification.
Pour ma part, "la vengeance du pardon" est un livre que je conseille à tous et notamment à ceux qui n'ont jamais lu l'auteur. C'est une porte d'entrée simple d'accès et qui peut être marquante tant ce recueil est empreint de sincérité et d'émotions nuancées.
Notion spéciale à la deuxième nouvelle qui m'a marqué des jours et des jours après sa lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
Bazart
  13 octobre 2017
Je vous redonne régulièrement des nouvelles d'Eric-Emmanuel Schmitt, un auteur lyonnais et évidemment internationalement connu que j'ai eu l'occasion de rencontrer une ou deux fois lors de ses venues sur Lyon.
Stakhannoviste de l'écriture, Eric-Emmanuel Schmitt publie plus d'une oeuvre par an, qu'elle soit théatrale, romanesque ou essai, et pour cette rentrée littéraire 2017, il revient avec "la Vengeance du pardon", un recueil de quatre nouvelles qui s'intéressent à la psychologie et aux motivations de l'être humain.
Comme à chacune de ces oeuvres, ce recueil se veut emprunt de philosopie, captivant, accessible et ludique, et cette année, bonne nouvelle, cette publication évite la plupart du temps la facheuse tendance de l'auteur à flirter avec la facilité et la naiveté .
Avec "la Vengeance du pardon", l'auteur d'Oscar et la dame rose prouve une nouvelle fois que c'est le genre des nouvelles qui lui sied le mieux, et en tout cas qu'il parait le plus convaincant par rapport à ses autres productions dans lesquelles il s'exprime.
Reconnaissant sans problème que la nouvelle est son genre préféré, sachant manier à merveille les fulgurances et la chute qui éclaire tout le reste du récit, Schmitt trousse quatre nouvelles très diversifiées autour du thème du pardon, et plus particulièrement la violence du pardon et qui soulève les interrogations suivantes : peut-on vraiment pardonner même l'impardonnable ? Vengeance, pardon, pourquoi choisir l'un par rapport à l'autre?
On aime chez Schmitt son sens de la formule, sa pertinente approche psychologique et que le pardon peut revêtir bien des formes diverses et peut redonner foi en l'humain. et que, même quand celui ci montre sa face la plus sombre, la lumière peut advenir au bout d'un long chemin de croix
Des quatre nouvelles, dont on se gardera de révéler les surprises, on aime particulièrement s'il faut en retenir une, la seconde, miss Buterfly, où une intrigue financière à la Jérome Kerviel va croiser une rencontre sentimentale totalement improbable, et où le pardon revetira des oripaux particulièrement singuliers.
Mais dans leur intégralité, ces quatre histoires sont des preuves qu'Eric-Emmanuel Schmitt manie parfaitement l'art du conteur, et sait se réinventer ,tenir son lecteur en haleine, et que définitivement il sait manier comme les grands spécialistes du jour parfaitement l'art de la nouvelle.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Analire
  26 juillet 2017
Eric-Emmanuel Schmitt m'époustoufle par son imagination débordante et sa capacité à se réinventer en permanence. Aucun de ses livres ne se ressemblent, puisque chacun puisent dans des inspirations diverses, qui produisent des thématiques variées, toujours renouvelées.
Dans La vengeance du pardon, ce n'est pas une, mais quatre histoires que l'auteur nous offre. Ce sont quatre courtes nouvelles à la densité monstre, qui ont toutes le point commun de parler du pardon. La première s'intitule Les soeurs Barbarin et met en scène deux soeurs jumelles, identiques physiquement mais différentes psychologiquement. L'une est jalouse de l'autre, et fait tout pour se montrer supérieure, quitte à être injuste et méchante. Quant à l'autre, aveuglée par ses sentiments d'amour envers sa jumelle, elle ne peut que pardonner le comportement de sa soeur. La vengeance et le pardon du titre du recueil, sont ici parfaitement mis en scène.
La seconde nouvelle s'appelle Mademoiselle Butterfly, et c'est la nouvelle que j'ai préféré des quatre. William, jeune adolescent en vacances avec ses copains, décide de répondre à un défi lancé par l'un deux et de coucher avec Mandine, une jeune paysanne avec un retard mental. Quelques mois plus tard, rentré dans son monde bourgeois parisien, il apprend que Mandine attend un enfant. Pendant des années, il va occulter son rôle de père et totalement oublier Mandine et son fils. Jusqu'au jour où son fils deviendra son seul espoir de devenir riche et de reprendre la banque familiale. S'ensuit une marche vers le pardon, pour racheter son comportement aux yeux de Mandine.
La troisième nouvelle est celle qui a donnée son nom au recueil : La vengeance du pardon. C'est l'histoire de Élise, une jeune mère, amputée de sa fille par un homme, qui l'a violé puis assassiné. Depuis de nombreuses années, Élise, meurtrie par la tristesse et la solitude, se rend au parloir, pour rendre visite à l'homme qui a tué sa fille. Elle veut comprendre les raisons de son acte, et lui faire regretter son geste. Cette nouvelle, presque dénuée d'actions, est entièrement tournée vers la psychologie des personnages. On sonde leurs paroles, leurs comportements, leurs actes… tout est travail de réflexion et d'analyse. Encore une fois, vous verrez que le titre du recueil « La vengeance du pardon » s'accorde à merveille avec cette nouvelle, puisque le pardon est la plus belle vengeance que pouvait faire Élise au meurtrier de sa fille.
Enfin, la dernière nouvelle du recueil s'appelle Dessine-moi un avion. Les plus aguerris auront sans peine reconnus la référence au Petit prince de Saint-Exupéry et pour cause : c'est le livre qu'un vieil homme lit chaque jour à une très jeune fille, qui est aussi sa voisine. Ensemble, ils découvrent la célèbre histoire écrite par Saint-Exupéry. La jeune fille, tout comme le vieil homme, se passionnent pour ce conte, mais aussi pour l'auteur, qu'ils apprennent à connaître davantage. Mais cet apprivoisement va permettre de mettre au grand jour des secrets inavoués par le vieil homme.
Comme d'habitude, Eric-Emmanuel Schmitt fait un travail remarquable sur la psychologie des personnages, puisque que chaque personne qu'il met en scène a une épaisseur psychologique incroyable, que l'on pourrait passer des heures à observer. Chaque histoire a sa particularité, toutes sont belles, touchantes et humaines. Elles nous donnent à réfléchir sur ce que c'est que le pardon, sur comment pardonner, pour ensuite pouvoir se reconstruire. Mais le pardon n'est pas la seule thématique mise en scène. L'auteur fait cohabiter dans ses nouvelles le pardon et la vengeance : deux antonymes, qui se fondent l'un dans l'autre et s'adaptent parfaitement à chacune des histoires.
La particularité des nouvelles, c'est qu'il y a toujours un retournement final inattendu. Ça n'a pas loupé avec les quatre nouvelles de ce recueil, puisque chacune ont apportés leur lot de surprises. Si certaines fins étaient plus prévisibles que d'autres, j'ai beaucoup apprécié ces chutes finales, qui donnent volume et dynamisme au récit.
Ce magnifique recueil de quatre nouvelles donne à réfléchir sur deux thématiques contradictoires : se venger ou pardonner ? L'écriture est belle, accessible et efficace. Les nouvelles sont denses et les personnages bien travaillés. C'est un livre coup de coeur, que je vous recommande de lire.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Salome20s
  25 juillet 2017
Je connais l'auteur grâce à son premier roman paru en 1994, La secte des égoïstes. J'avais aimé son style franc, son regard sincère, dénué d'artifices. J'avais trouvé ce premier livre doté d'un humour particulier qui m'avait vraiment convaincue.
C'est donc bien des années après ma rencontre avec l'auteur que je le redécouvre dans son dernier livre, La vengeance du pardon.
Les quatre histoires présentées dans cet ouvrage gravitent toutes autour d'un seul et unique thème : le pardon.
J'ai trouvé que, dans chaque nouvelle, l'auteur a su articuler ce thème de façon très différente. En effet, au fil des quatre destins, nous ressentons la subtilité, la complexité et l'arc-en-ciel émotionnel du concept même du pardon. Tantôt la vengeance, bouillonnante et brutale, prend le pas sur la raison, tantôt la compassion et l'empathie redonnent de la lumière aux pires cauchemars.
Avec des thèmes délicats, dérangeants et pathétiques, Eric-Emmanuel Schmitt nous entraîne dans les tréfonds de la psychologie humaine quand celle-ci est à jamais alourdie par le poids de la culpabilité et du passé. Les formules grinçantes, les faits révoltants, tout est mis en oeuvre, je pense, pour nous permettre de ressentir de profonds sentiments.
Dans la première histoire, deux soeurs jumelles tentent de s'apprivoiser après la séparation de leur enfance. Une tente de se rapprocher de son âme-soeur, transie d'amour fraternel, tandis que l'autre, la « mal-aimée », dévorée par la haine et la jalousie, tente de s'en éloigner à tout jamais. Un incident impardonnable liera les deux soeurs à leur destin respectif : le pardon pour l'une, la rancoeur pour l'autre. L'issue, aussi fatale que prévisible, nous donne le ton du reste du roman.
La deuxième histoire est sûrement une de mes préférées. Un jeune homme, en vacances dans les Alpes avec sa bande d'amis, rencontre une jeune femme à l'esprit simple et finit par coucher avec. Alors qu'il se retrouve lié à elle pour toujours, il retourne vivre seul à Paris et hérite de la puissante entreprise de son oncle. Malgré sa richesse, son confort matériel, son parcours prestigieux, le sort semble le rattraper jusqu'à sa luxueuse demeure.
Des années après, alors que son fils précipite la chute de ses affaires, il n'aura plus d'autre choix que se retourner vers son passé.
Bien que l'histoire en elle-même soit assez superficielle (argent, luxe, business…), l'émotion qui en transpire est palpable, bouleversante.
Après la fatalité de la première, une nouvelle nuance du pardon émerge : le remord, humble et juste.
La troisième histoire est également celle que j'ai préférée. Beaucoup plus sordide que les autres, nous rencontrons une femme ayant perdu sa fille, violée et assassinée par un tueur en série.
Aussi surprenant que cela puisse paraître, elle décide de rentrer en contact avec le tueur de sa fille, de lui parler, de comprendre, de l'apprivoiser…
En fait, en lisant cette nouvelle, nous nous rendons compte de la logique, de la « normalité » de cette démarche douloureuse. Avec du recul et beaucoup de philosophie, l'auteur nous place dans une posture délicate : nous apprenons, en même temps que la protagoniste principale, a comprendre le tueur… et à lui offrir notre pardon. Arriver à une telle prouesse relève d'un art littéraire indéniable. La fin, spectaculaire, grandiose, remet tout à sa place.
La dernière histoire en reprend une autre que j'apprécie particulièrement, celle du Petit Prince.
Une petite fille tente « d'apprivoiser » un vieil aviateur de guerre à la retraite, cachant un lourd secret… J'ai aimé la sensibilité de celle-ci, vraiment plus douce que les trois autres.
La vengeance du pardon, avec quatre puissantes histoires, redonne espoir en la capacité de pardonner. Avec un style à la fois simple et percutant, l'auteur a encore une fois sondé la psychologie humaine avec une grande finesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103

Les critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   11 septembre 2017
Le talentueux Eric-Emmanuel Schmitt, élu en 2016 à l’Académie Goncourt, propose quatre sublimes « novelas » explorant toutes les palettes des émotions humaines dans son nouveau livre, La vengeance du pardon.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   07 septembre 2017
L'auteur d'Oscar et la dame rose nous revient avec un recueil de quatre nouvelles qui s'intéressent à la psychologie et aux motivations de l'être humain.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   29 août 2017
C’est sans doute dans le genre des nouvelles qu’Eric-Emmanuel Schmitt est le meilleur. La preuve par son nouveau livre, "La vengeance du pardon".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations & extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
aimerlireaimerlire   18 octobre 2017
L'avocat de Lily voltigeait dans les sphères de la rhétorique. Enflant sa voix autant que ses phrases, il jonglait avec les périodes, filait les métaphores, accrochait les hyperboles aux synecdoques, osait l'apitoiement, la vitupération, l'épouvante tragique et efficace comme si sa cliente risquait sa vie.
Commenter  J’apprécie          30
aimerlireaimerlire   18 octobre 2017
- Mais c'est bien ça aimer. Vouloir que l'autre soit heureux. Faire passer l'autre avant soi.
Commenter  J’apprécie          10
jeunejanejeunejane   13 octobre 2017
- Je voudrais comprendre.
- Oui?
- Toi, tu veux comprendre pourquoi j'ai fait ce que j'ai fait. Moi, je voudrais comprendre pourquoi tu fais ce que tu fais. On y arrivera?
- J'en ai la certitude , Sam.
Elle sourit, chaleureuse.
Commenter  J’apprécie          190
BazartBazart   13 octobre 2017
Vous avez été mes meilleurs professeurs de vie, voire de philosophie, même si je ne me suis pas comporté à la hauteur de ce que vous m'enseigniez . plus tard, je me suis égaré dans les labyrinthes de la sophistication, j'ai tenté de ressembler aux esprits chagrins, ceux qui préfèrent l'écoeurement à la jubilation, le pessimisme à l'optimisme, la mort à la vie. Quand je livrais une observation morose, cynique, nihiliste ou désespérée, ils m'applaudissaient en m'octroyant un diplôme de clairvoyance.Pourtant dans mon actuel état de faiblesse, ce qu'ils m'ont appris se réduit à l'état de poussière, et je n'atteins vigueur et lumière qu'en pensant à vous trois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BazartBazart   12 octobre 2017
Pour les uns, elle signifie un éblouissement, pour d’autres une déchéance. Si un rideau se lève sur le monde des premiers, une cloison mure les deuxièmes dans une prison. La solitude est un royaume dont certains voient le trône, d’autres les frontières.
Commenter  J’apprécie          192
Videos de Eric-Emmanuel Schmitt (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric-Emmanuel Schmitt
Eric-Emmanuel Schmitt, La vengeance du pardon .Eric-Emmanuel Schmitt nous présente La vengeance du pardon paru chez Albin Michel http://www.laprocure.com/vengeance-pardon-eric-emmanuel-schmitt/9782226399199.html
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle






Quiz Voir plus

la vie rêvée d'Hitler...

Par quoi commence le récit et la vie d'Adolf H.?

par sa réussite au concours d’entrée à l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne.
par son mariage avec Sarah
par son coming out

9 questions
391 lecteurs ont répondu
Thème : La Part de l'autre de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur ce livre
. .