AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253259748
Éditeur : Le Livre de Poche (30/01/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.91/5 (sur 285 notes)
Résumé :
Recueil de quatre nouvelles : deux soeurs jumelles que tout oppose moralement s'aiment et se haïssent tout au long de leur vie, un homme jouisseur abuse d'une fille candide et lui arrache son enfant, un père dur et fermé s'humanise au contact de sa petite fille avec qui il se plonge dans le lecture du «Petit Prince» et une femme rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille en prison.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (107) Voir plus Ajouter une critique
democratz
  29 septembre 2017
Ce recueil composé de 4 nouvelles traite, comme l'indique le titre, du pardon.
La pardon, c'est refuser la vengeance (oxymore bien trouvée au passage). Réussir à pardonner est un acte difficile auquel nous ne sommes pas égaux. Et c'est à travers des histoires bien distinctes qu'Eric-Emmanuel Schmitt nous démontre que le pardon n'est pas qu'une notion religieuse.
A l'expression "la vengeance est un plat qui se mange froid", l'auteur préfère
la maxime "Tout homme peut faillir, mais tout homme mérite pardon."
Nous suivons donc le récit d'hommes et de femmes qui auront des choix parfois très difficiles à faire afin de soulager leurs consciences torturées.
Le réalisme des histoires ainsi que la justesse des sentiments des personnages facilitent notre capacité de projection et d'identification.
Pour ma part, "la vengeance du pardon" est un livre que je conseille à tous et notamment à ceux qui n'ont jamais lu l'auteur. C'est une porte d'entrée simple d'accès et qui peut être marquante tant ce recueil est empreint de sincérité et d'émotions nuancées.
Notion spéciale à la deuxième nouvelle qui m'a marqué des jours et des jours après sa lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          605
jeunejane
  13 octobre 2017
Quatre nouvelles pour naviguer entre vengeance et pardon : tout un programme.
- Avec "Les soeurs Barbarin", des jumelles chez qui tout se déroule bien jusqu'au jour où les parents ont l'idée d'offrir un cadeau d'anniversaire différent à chacune d'elles.
A partir de ce moment, Moïsette va commencer à jalouser Lily qui ne lui en veut jamais, pardonne tout jusqu'à horripiler la vilaine Moïsette.
- Dans "Madame Butterfly", on rencontre William attiré par Mandine, qualifiée de simplette.
Il n'en veut pas comme compagne et encore moins comme mère de son enfant, un petit garçon.
Mandine lui pardonne tout.
Des années après, la renommée et l'argent se sont envolés mais il reste l'amour de Mandine en toute humilité.
- " La vengeance du pardon" nous présente Elise qui a perdu sa fille, Laure, victime d'un psychopathe, tueur en série. Elise va voir cet homme en prison et tente de le ramener à la raison, elle essaie aussi de comprendre les rouages d'une telle horreur.
- " Dessine-moi un avion" nous ramène dans l'histoire du Petit Prince. La petite Daphné veut que le vieux monsieur lui dessine un avion mais celui-ci a un passé nébuleux. C'est à lui qu'il doit pardonner un secret.
Eric-Emmanuel Schmitt a donc exploré le thème du pardon, de la vengeance sous différents aspects.
Je n'avais jamais pensé au côté insupportable du pardon pour le pardonné. le pardon peut attiser la haine...ouh là
Comme d'habitude pour moi, les nouvelles me laissent une impression de survol des personnages, de passage trop rapide à une autre histoire mais c'est très personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
frconstant
  24 octobre 2017
« La vengeance du pardon », quel titre puissant que cet oxymore qu'utilise Eric-Emmanuel SCHMITT pour nous livrer quatre nouvelles dont la qualité d'écriture est en parfaite adéquation avec le fond des sujets traités. le pardon ! le pardon qui interpelle, celui qui est impensable, inouï, inattendu ou malvenu. Des pardons qui suscitent beaucoup de questions. le pardon peut-il être ce geste grandiose qui, par don, au-delà de ce qui s'est passé, est capable d'ouvrir un avenir ? le pardon peut-il se montrer plus fort que la vengeance qui percole au plus profond des quotidiens de l'âme blessée ? le pardon, s'il ouvre un avenir, est-il pour autant juste, judicieux, bienvenu, libérateur ? le pardon vient sublimer la vengeance, transformer ce solide qui oppresse les coeurs en un état fluide, aussi léger, plus léger même que l'air au point de permettre aux êtres une inspiration nouvelle ?
Avec l'écriture symboliques, toute en nuances, porteuses de clins d'oeil littéraire qu'on connaît chez lui, Eric-Emmanuel SCHMITT nous emporte dans une réflexion de foi, non religieuse, mais une réflexion à propos de la foi, de la confiance dont l'homme blessé peut se gratifier lui-même ou offrir, proposer à l'autre. Mais peut-il aller jusqu'à l'imposer ?
Loin d'être un livre sage, ‘bien-pensant', vertueux, « La vengeance du pardon » n'est pas doctorale, elle n'impose rien. C'est une invitation au questionnement. Bien belle et nécessaire invitation.
Quelle est notre capacité de pardonner au-delà de la vengeance qui nous habite ? Quelle est notre volonté de chercher vengeance même quand un pardon a été dit du bout des lèvres, d'un coin de coeur ?
La première nouvelle, à travers le thème de la gémellité nous plonge au plus profond de nous. Nous sommes toujours notre propre gémeaux. Malheureusement, comme il n'y a pas assez de distance entre nos doubles, il n'y a guère de possibilité de nous questionner sur nous-même et de dialoguer avec nos contraires. Pourtant, avec ce silence renforcé, nous pensant toujours entier, nous percevons peu combien nos fissures les plus profondes font naître en nous ces personnages ces si proches en désaccord. A qui donnera-t-on le dernier mot à Lily ou à Moïsette ?
La deuxième aborde le rôle parental, celui de ces gens parfois trop prompts à endosser des responsabilités qui devraient être celles de leur enfant. Au nom de quoi ? Leurs propres irresponsabilités antérieures ou au nom de l'amour ?
La troisième, la plus poignante, met en scène la totalement improbable réaction d'une mère dont on a violenté et tué l'enfant. L'auteur y décrit, y fait vivre un comportement qui ne pourrait être le nôtre, c'est sûr … Quoi que… ? La tension du livre atteint là son paroxysme. On touche les sommets de ce qui, une fois la chute de la nouvelle tombée, ne nous permet pas d'en finir avec l'histoire. Il nous faut la reprendre et nous interroger sur ce que nous aurions fait, en pareille situation, si nous en avions eu le courage.
Enfin, en merveilleuse complicité avec Saint-Exupéry, son oeuvre et sa vie, la dernière nous fait goûter aux douceurs du conte, aux parfums de roses des jardins, à la joie de la rencontre improbable d'un vieux et d'une gamine qui ‘jugeotte' comme un Ange. On baigne dans la douceur jusqu'au moment où il faut que l'une parle vrai et tendre et que l'autre se taise, dur, et agisse. Quel pardon devons-nous y voir ? Pouvons-nous le faire nôtre ?
Quatre nouvelles, un merveilleux coffret de pensées à cultiver et de pardons à fréquenter en toute lucidité.
D'accord, il nous faut reconnaître que cet auteur ne fait rien de bien neuf dans ce recueil de nouvelles ... il a déjà commis tant de petits et grands chefs-d'oeuvre ! Mais quoi, faut-il pour autant reprocher à l'auteur sa féconde capacité d'analyse de l'être humain? Sa puissante capacité de lecture des mécanismes psychologiques et relationnels qui font qu'un être aimé est sublimé, physiquement modifié et que ses conditions de vie deviennent tout autre dès qu'il perçoit cet amour? Faut-il bouder son plaisir parce que Monsieur SCHMITT est rompu aux liens qui le rapprochent de ses lecteurs sans pour autant que ceux-ci s'identifie à lui? Non! Nous avons le bonheur de bénéficier d'un auteur capable de nous tendre une main pour un peu passer avec lui quelques bons moments de lecture et, si affinité, pour faire naître au jour un peu plus d'humanité en nous. Je ne boude pas le bonheur de suivre cet auteur. J'en sors toujours grandi.
Merci, Monsieur Eric-Emmanuel SCHMITT!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Annette55
  18 février 2018
Voici quatre nouvelles faciles à lire,qui explorent la palette des sentiments humains, les motivations , les différents ressorts psychologiques, de la rivalité à la haine des êtres, de la jalousie gémellaire maladive à l'envie destructrice, de la perversité à l'indifférence et au mépris , les fulgurances et la chute ......
Jusqu'où l'envie et la jalousie peuvent - elles mener ?
Doit- on tout pardonner, oublier?
Le pardon est le refus de la vengeance mais à quel prix ?
L'auteur , dans ces quatre histoires explore la violence du pardon , ses conséquences , ses vertus , celui qui étonne, qui stupéfie ou qui interpelle , le pardon incompréhensible, impensable.
Certains, hommes ou femmes , au bout du chemin , auront des choix à faire ........
Ces nouvelles ont le mérite d'amener des pistes de réflexion.. Soit !
Certains passages forts questionnent mais les fins ne surprennent pas .......
En ce qui me concerne -------c'est très personnel------- je n'ai pas été convaincue-------
Trop de superficialité, du déjà vu ,peu de profondeur , surfait , comme un exercice convenu.......
Au risque de déplaire à ses très nombreux admirateurs (pardon à l'amie qui a tenté de me faire renouer avec ce monsieur très célèbre,) non , décidément , je ne renouerai pas avec la lecture de cet auteur , abandonné depuis un certain temps.
Peut- être n'ai - je rien compris ? C'est possible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
Bazart
  13 octobre 2017
Je vous redonne régulièrement des nouvelles d'Eric-Emmanuel Schmitt, un auteur lyonnais et évidemment internationalement connu que j'ai eu l'occasion de rencontrer une ou deux fois lors de ses venues sur Lyon.
Stakhannoviste de l'écriture, Eric-Emmanuel Schmitt publie plus d'une oeuvre par an, qu'elle soit théatrale, romanesque ou essai, et pour cette rentrée littéraire 2017, il revient avec "la Vengeance du pardon", un recueil de quatre nouvelles qui s'intéressent à la psychologie et aux motivations de l'être humain.
Comme à chacune de ces oeuvres, ce recueil se veut emprunt de philosopie, captivant, accessible et ludique, et cette année, bonne nouvelle, cette publication évite la plupart du temps la facheuse tendance de l'auteur à flirter avec la facilité et la naiveté .
Avec "la Vengeance du pardon", l'auteur d'Oscar et la dame rose prouve une nouvelle fois que c'est le genre des nouvelles qui lui sied le mieux, et en tout cas qu'il parait le plus convaincant par rapport à ses autres productions dans lesquelles il s'exprime.
Reconnaissant sans problème que la nouvelle est son genre préféré, sachant manier à merveille les fulgurances et la chute qui éclaire tout le reste du récit, Schmitt trousse quatre nouvelles très diversifiées autour du thème du pardon, et plus particulièrement la violence du pardon et qui soulève les interrogations suivantes : peut-on vraiment pardonner même l'impardonnable ? Vengeance, pardon, pourquoi choisir l'un par rapport à l'autre?
On aime chez Schmitt son sens de la formule, sa pertinente approche psychologique et que le pardon peut revêtir bien des formes diverses et peut redonner foi en l'humain. et que, même quand celui ci montre sa face la plus sombre, la lumière peut advenir au bout d'un long chemin de croix
Des quatre nouvelles, dont on se gardera de révéler les surprises, on aime particulièrement s'il faut en retenir une, la seconde, miss Buterfly, où une intrigue financière à la Jérome Kerviel va croiser une rencontre sentimentale totalement improbable, et où le pardon revetira des oripaux particulièrement singuliers.
Mais dans leur intégralité, ces quatre histoires sont des preuves qu'Eric-Emmanuel Schmitt manie parfaitement l'art du conteur, et sait se réinventer ,tenir son lecteur en haleine, et que définitivement il sait manier comme les grands spécialistes du jour parfaitement l'art de la nouvelle.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291

critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   11 septembre 2017
Le talentueux Eric-Emmanuel Schmitt, élu en 2016 à l’Académie Goncourt, propose quatre sublimes « novelas » explorant toutes les palettes des émotions humaines dans son nouveau livre, La vengeance du pardon.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   07 septembre 2017
L'auteur d'Oscar et la dame rose nous revient avec un recueil de quatre nouvelles qui s'intéressent à la psychologie et aux motivations de l'être humain.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   29 août 2017
C’est sans doute dans le genre des nouvelles qu’Eric-Emmanuel Schmitt est le meilleur. La preuve par son nouveau livre, "La vengeance du pardon".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
Veronique14Veronique14   14 mai 2019
lL'avocat continua, hâtif :
- il pleure, il sanglote, il suffoque, il souffre. Depuis un mois et demi, c'est un autre homme. Ou plutôt : c'est un homme. il désire vous retrouver, madame. Il ne vous a pas parlé depuis huit semaines. Accédez à sa requête, je vous en prie. Vous seriez si surprise.
- Je ne crois pas.
- Comment ?
- Je ne crois pas que je serais surprise. Mon but, en dialoguant avec lui, consistait à l'amener là : intégrer l'humanité.
- Vous êtes une sainte.
- Ce ne fut pas facile.
- J'aurais parié sur l'échec. Est-il vrai-pardonnez mon indiscrétion mais...Est-il vrai que vous lui avez ...pardonné?
- Oui.
- Admirable !
- J'en suis ravie. C'est ce que je pouvais faire de pire.
- Comment ?
- Dites-lui deux choses de ma part, maître. Dites-lui d'abord que je n'irai plus jamais le voir.
- Mais...
- Et dites-lui ensuite, maintenant qu'il a rejoint l'humanité...
Elle réfléchit, s'éclaircit la voix et prononça posément sa formule :
- Bienvenue en enfer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Veronique14Veronique14   14 mai 2019
On devrait toujours se fier au pire : il ne déçoit jamais.
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   11 octobre 2017
" Vous avez été mes meilleurs professeurs de vie, voire de philosophie, même si je ne me suis pas comporté à la hauteur de ce que vous m'enseigniez . plus tard, je me suis égaré dans les labyrinthes de la sophistication, j'ai tenté de ressembler aux esprits chagrins, ceux qui préfèrent l'écoeurement à la jubilation, le pessimisme à l'optimisme, la mort à la vie. Quand je livrais une observation morose, cynique, nihiliste ou déespérée, ils m'applaudissaient en m'octroyant un dilôme de clairvoyance.Pourtant dans mon actuel état de faiblesse, ce qu'ils m'ont appris se réduit à l'état de poussière, et je n'atteins vigueur et lumière qu'en pensant à vous trois."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
frconstantfrconstant   25 octobre 2017
En amour, le mérite réside en celui qui aime, pas en l'être aimé.

Il est devenu humain, Madame ... [...] Le jour où vous lui avez pardonné.

Tu m'as dit que tu n'arrives pas à te pardonner parce que tu as fait quelque chose de mal. Donc, tu es bête! [...] Quelque chose, c'est pas quelque. [...] On ne pardonne pas quelque chose, on pardonne à quelqu'un.

-Si je l'aime, je lui pardonne.
- Mais si tu lui pardonnes, tu ne t'aimes pas. Tu ne te respectes pas.
-Mais, c'est bien ça aimer. Vouloir que l'autre soit heureux. Faire passer l'autre avant soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BazartBazart   12 octobre 2017
Pour les uns, elle signifie un éblouissement, pour d’autres une déchéance. Si un rideau se lève sur le monde des premiers, une cloison mure les deuxièmes dans une prison. La solitude est un royaume dont certains voient le trône, d’autres les frontières.
Commenter  J’apprécie          232
Videos de Eric-Emmanuel Schmitt (81) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric-Emmanuel Schmitt
Le lundi 27 mai a lieu la présentation de notre Rentrée littéraire à la Maison de l'Amérique latine. Suivez cet événement exceptionnel en direct sur notre page Facebook dès 9h15 !
Tommy Orange, Dana Grigorcea, Sana Krasikov, Victoria Mas, Bruno de Cessole, Franck Pavloff, Emmanuelle Favier, Eric-Emmanuel Schmitt, Frédéric Gros, Fatou Diome, Sébastien Spitzer Alexis Michalik et Amélie Nothomb vous présenteront en avant-première leur nouveau roman.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

la vie rêvée d'Hitler...

Par quoi commence le récit et la vie d'Adolf H.?

par sa réussite au concours d’entrée à l’Ecole des Beaux-Arts de Vienne.
par son mariage avec Sarah
par son coming out

9 questions
407 lecteurs ont répondu
Thème : La Part de l'autre de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur ce livre
.. ..