AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782764435298
103 pages
Éditeur : Les Éditions Québec Amérique (01/11/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Marc Séguin revoit le garçon, l'adolescent puis le jeune adulte qu'il a été. Tous grugés par une incessante inquiétude, ils reviennent hanter l'homme mûr, le peintre reconnu qu'il est devenu. Il y a un train qui siffle au loin, des fissures multiples, un ravin qui se creuse. Et les seins de la belle Arielle. Il y aura des morts. Une amitié malmenée. Et un amour empêché. Comment aimer et se laisser aimer quand on est coupé de ses sentiments? Comment réparer l'irrépar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Cielvariable
  07 novembre 2018
En partant, je ne suis pas férue d'autofiction, à moins que l'auteur ne soit une personne qui maîtrise l'art de raconter au point de rendre le banal intéressant ou encore que la vie de l'auteur soit extraordinaire en soit (Amélie Nothomb, par exemple, possède les deux caractéristiques). Je n'ai pas du tout été emballée par ce récit à moitié biographie à moitié fiction (en fait, le lecteur ne sait jamais dans quelle proportion la réalité est présentée). Peu importe, les souvenirs réels ou factices de Marc Séguin m'ont laissée de glace... en fait pire: ils m'ont agacée. Les réflexions de l'auteur me l'ont fait paraître égocentrique, narcissique, imbu de lui-même (ce n'est peut-être pas le cas, ce n'est que l'impression de ces écrits sur moi) et très peu sympathique. J'ai détesté son "personnage"; j'ai trouvé ses souvenirs ennuyants et ça ne m'intéresse pas deux minutes de savoir quelle est la part de vérité dans ce qui est raconté.
Commenter  J’apprécie          40
Jupebi
  12 novembre 2018
J'ai adoré!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   21 juin 2018
Il m’arrivait parfois de croire, ou du moins espérer, que de véritables sentiments me viendraient un jour. Les sentiments, c’est comme les prières je me disais ; si on y croit assez, il est possible qu’on s’en contente. Ces minutes sont devenues importantes. Comme une vie qui explose avec raison.
Alors j’ai laissé couler les mois et les années dans cette attente occulte. Je me suis construit une vie de façades. Une maison, une voiture, un avenir. Une nuit d’insomnie, seul, je m’étais surpris à imaginer la vieillesse avec elle : le temps lent des gestes. Les chaises qui deviennent importantes. Les tisanes. Les silences.
Ça m’avait un peu consolé. Arielle et moi, on avait souhaité une famille quelques fois. Une suite. Faire comme il se doit. J’ai tenté très fort de croire à tout. Être un homme amoureux. Un citoyen normal. J’ai fait semblant. J’ai rempli toutes les conditions. Avec brio. J’ai cru qu’en jouant tous ces états, ils finiraient par exister. Parfois quand je voulais être triste, je l’étais.
J’ai fait beaucoup d’efforts pour m’incarner. Avec foi et diligence. J’ai rempli toutes les conditions de succès social. On m’a cru. C’est trop facile, je m’étais dit. J’avais aussi appris à sourire avec gêne et sincérité. On me trouvait charmant. Pourtant, la dernière fois où j’avais véritablement souri à quelqu’un, c’était à elle, j’avais onze ans. Un ravin depuis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   07 novembre 2018
Quand je regarde en arrière, depuis ces années, je me dis que j’ai menti parce que j’étais terrifié par la vérité. […] J’ai bousculé toutes les croyances pour arriver jusqu’ici. En me disant que ce serait mieux ainsi. Parce qu’on a la chienne de dire la vérité depuis nos premiers souvenirs. La réalité a souvent honte de nous.
Commenter  J’apprécie          30
profprof   02 février 2018
J’ai résisté fort, en moi, à la haine des autres. Après tout ce temps, New York avait épuisé ma miséricorde. Ville de fous. C’est l’endroit le plus exigeant du monde. Dès qu’on cligne les paupières, on se fait doubler. Si au départ, j’avais été fasciné par sa lucidité et ses cris, quelques années plus tard, c’est de silence dont j’ai eu envie. C’est aussi l’endroit le plus autiste au monde. Ça use une vie. Culte de la personnalité aussi. Où il est commun et facile de confondre un clown vide en déficit d’attention avec une rigueur d’artiste. Triste constat d’une civilisation qui aura inventé le narcissisme et sa technologie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
profprof   06 février 2018
Mes yeux s’étaient brouillés. J’avais essuyé avec le dessus de mes doigts. Ma mère s’était approchée et elle avait mis une main dans mes cheveux, pour les replacer. Probablement plus par affection ou empathie, je m’étais dit. Je ne comprenais pas tout à fait. Mais ça rassurait tout le monde et ça faisait du sens, dans les circonstances.
Il y a des gestes qu’on pose et qui ne servent à rien. Parfois, ne rien faire ne fait pas de sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RenonculeRenoncule   02 février 2018
Les peintres ont ce pouvoir; peindre l'impunité. Pour certains, ce sont des chevaux, comme Delacroix, pour d'autres, la violence de la nature humaine, comme Goya, et certains choisissent la spiritualité, comme Rothko. Chaque fois, c'est l'inviolabilité de la vie qui est dite.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : autofictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1118 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre