AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pascale Senk (Préfacier, etc.)Vincent Brochard (Éditeur scientifique)
EAN : 9782253129707
256 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (09/06/2010)
4.29/5   39 notes
Résumé :
Saisir la vérité de l’instant, capter le jaillissement de la vie, faire vibrer le présent : telle est la magie du haïku. Renouer le lien primordial avec la nature, cultiver la modestie et la simplicité, rechercher la spontanéité : L’Art du Haïku nous entraîne sur le chemin de cette sagesse qui nous a laissé les textes les plus étonnants de la littérature japonaise et nous démontre toute la modernité de son enseignement. L’enquête de Pascale Senk nous fait découvrir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 39 notes
5
5 avis
4
2 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

gouelan
  18 juillet 2018
Le haïku par sa brièveté, sa spontanéité et sa simplicité, révèle l'émotion de l'instant.
Fragment d'éveil, sursaut de la beauté, pépite qui surgit dans un détail quotidien, semblant anodin, et pourtant, et pourtant…
« Balafres tracées dans le temps», petits dessins de l'invisible, comme des petits trésors qui tiennent au fond d'une poche d'enfant. Une bille, un caillou, une plume.
Pascal Senk nous ouvre les portes de cette philosophie de l'instant, de cet art du haïku qui puise ses sources dans la culture japonaise. Remis au goût du jour, il passe les frontières, il s'allège encore, devient plus libre.
Si les mots nous manquent bien souvent, ces instants surgissent comme des éclairs ou des ombres tout au fond de nous, nous rendant plus présents au monde. Un nuage qui passe, une feuille dans le vent, l'envol d'un papillon, l'écoulement du sable dans la main, la pluie sur les toits…
Ce petit livre nous donne envie d'en laisser une trace, même maladroite, sur le papier, comme des photographies littéraires.
Rayon de soleil
à travers les volets
danse la poussière
Un livre à picorer, en savourant chaque instant, chaque haïku, sans se presser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
Prudence
  01 janvier 2020
J'ai adoré ce livre qui s'est retrouvé blindé de post-it: entre les haïkus qui m'ont saisie et les explications éclairantes, c'est un des meilleurs livres sur les haïkus que j'ai pu lire.
J'ai été passionnée par les explications autour du haïku de la grenouille. Découvert il y a quelques années il m'avait tout de suite interpellée, attirée par sa... fraîcheur, son instantanéité, son originalité, mais sans que je sache à quel point il était justement en rupture et subversif au moment de son écriture.
Effectivement:
"Vieille mare
une grenouille plonge
bruit de l'eau"
vient:
"En un seul plongeon
elle rafraîchit un vieux poème
la grenouille"
L'idée de se reconnecter au monde matériel, s'ancrer dans le réel, le concret, le simple, à l'expérience sensorielle présente m'a touchée. Il s'agit de "retourner vers le bas".
Et l'importance du regard porté sur les expériences de la vie, y est parfaitement décrit:
"Comme est magnifique
par un trou dans la cloison
la Voie lactée"
Pour les explications plus détaillées je vous renvoie au livre, il est juste parfait.
Ce livre présente plusieurs points d'intérêt et peut répondre à plusieurs besoins: tout d'abord il présente un contexte, un historique, il propose des éclaircissements, des explications, montre différents types de haïkus, les motivations de leurs auteurs, les circonstances d'apparition des courants, etc. Cette première partie est très intéressante, mais il y a aussi une seconde partie avec un enchaînement de haïkus choisis (et très bien choisis à mon goût). Il permet donc d'avoir des explications et/ou des haïkus ce qui le rend parfait pour des personnes souhaitant se renseigner sur les haïkus, les découvrir et pour les personnes connaissant déjà mais souhaitant approfondir leurs connaissances et améliorer leur compréhension ou pratique de l'écriture des haïkus.
J'y ai retrouvé plusieurs de mes haïkus préférés dont:
"Lentement mais sûrement
escalade le mont Fuji
petit escargot!" de Issa
"À la première neige
il n'est pas de plus grand trésor
un pot de chambre..." de Issa également
J'en ai découvert d'autres magnifiques et qui m'ont interpellée comme:
"Sur la cloche du monastère
installé pour dormir
un papillon" de Buson
"Brouillard et bruine
mont Fuji invisible aujourd'hui
fort intéressant" de Bashô
Et il reste encore tellement à découvrir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
joedi
  13 avril 2011
Une merveilleuse introduction au monde du haïku, son historique et sa spiritualité.
L'Art du Haïku c'est saisir la beauté de toute chose, saisir les instants précieux, à chaque moment de la vie, laisser la sérénité nous pénétrer.
L'Art du Haïku est un art de vivre, il est un des chemins possibles vers la sagesse et l'équilibre intérieur.
Commenter  J’apprécie          180
dancingbrave
  28 août 2012
Le Haïku y est présenté par 2 intervenants la première, Pascale Senk en a une approche qui m'a plu ; une approche simple et intuitive. Elle explique les quelques règle simplissimes du Haïku et nous fait ressentir ce qui lui plait dans cet art. Ses exemples sont parlants et nous inssitent vraiment à pratiquer ou à apprécier cet art suptile, fidèle au principes du bouddhisme et plus particulièrement du bouddhisme zen.
Le second intervenant, vincent Brochard, est plus un technicien. Son approche est, à mon avis, plus technique.
Ou bien ses critères d'appréciation m'échappet totalement.
Les poêmes même qu'il a choisi, me restent obscures.
Sa présentation m'a rendu le haïku presque hermetique et rébarbatif.

Bref, si je devais relire cet ouvrage, je me contenterais de la première présentation.
Commenter  J’apprécie          60
Asturiano8
  15 octobre 2016
Un livre très intéressant sur les haïkus !
Même sans en avoir lu auparavant, il y a des explications très claires qui permettent de bien suivre la réflexion menée autour du haïku et de cet art de vivre.
La deuxième partie, avec les haïkus et les biographies d'auteur, est également très intéressante.
Parfait pour découvrir les haïkus !
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
dancingbravedancingbrave   28 août 2012
Qu’y at-il de si attirant dans ces « mini-poème » ? Leur simplicité de forme ( trois lignes, dix-sept syllabes (5-7-5)) y est sans doute pour beaucoup. Mais il y a plus ; Le regard sur la vie qu’ils distillent, l’expérience existentielle à laquelle ils invitent semble pouvoir reveiller les esprits les plus rationnels.

La pratique régulière des haïkus affine notre capacité à reconnaître et à conserver les évènements heureux de notre vie.
Cette collecte d’instants précieux procure un effet bénéfique immédiat au lecteur mais aussi au poète…L’habitude d’écrire chasque jour les situations qui nous procurent du bonheur augmente nettement notre bien-être physique et psychique.

Beaucoup de Haïjins racontent que des haïkus leur viennent quand ils se rpomènent, passent du temps dans les moyens de transport, les salles d’attente, dans leur voiture. Il faut alors qu’ils soient un epu « vides » dans un leger état modifié de conscience qui les laissent disponibles avec tous leurs sens ouverts.

Si le mini poème a une source, c’est bien du cœur et de l’expérience directe qu’il s’agit. D’ailleurs, un bon haïku n’appelle aucun commentaire. Celui-ci ne ferait que redire ce que le mini poème à le pouvoir de délivrer d’un seul jet…de quelques syllabes.

Il n’y a pas de frontière nette entre le trivial et le sacré ; le saisissement de l’éveil peut nous saisir n’importe où ; il ne se limite pas aux seuls mure d’un temple zen. Le monde est proprement ahurissant, en tout lieu, en tout temps ; dans un misérable insecte ou dans de banales boites de mayonnaise.

Ainsi lorsqu ‘on n’a rien, ou peu, le monde entier peut nous appartenir. Si l’on s »exerce à regarder à raz de terre, on y voit de grandes choses. Un poète comme Christian Bobin ( « le très bas -Gallimard) est en ce sens très proche de l’esprit haïku. Lui préfère les fleurs simples aux lys triomphant. Lui aussi avoue chaque jour remarquer d’infimes miracles qui, s’il les notait, diqparaîtraient dans la nuit des temps. Ses textes explorent la beautè du moineau et du pissenlit.
Ainsi les biens les plus précieux de l’existence ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Souvent on se promène dans un recueil de haïkus comme dans l’allée d’une forêt. Et pour celui qui cherche l’inspiration, l’immersion dans la nature est incontournable. Car pour le haïkiste, la nature n’est certainement pas « l’environnement », suivant le vilain mot employé aujourd’hui, mais l’essence même de l’existence, l’unique source à laquelle on peut topujours s’abreuver. L’homme s’y contemple et y apprend les rythmes justes, l’acceptation et l’humilité.

Puisque tout passe, puisque notre action en ce monde, notre présence, est semblable à la luiminescence si brève d’une luciole, pourquoi s’lourdir ? Pourquoi se lester de possessions encombrantes, mais aussi de pensées arrètées, définitives ? Minimale et minimaliste, la pratique du haïku nous enseigne que « moins c’est toujours mieux ». Et dans sa forme, le haïku tout entier manifeste cet éloge du « plus petit possible ».
Ainsi lorsque des haïkistes avouent retravailler pendant des années un poème, comprennez « j’épure, je soustrais, j’enlève ». Leur traque ? l’adjectif en trop, le verbe qui alourdit, le détail qui colore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
joedijoedi   01 avril 2015
«Le haïku ne nous apporte pas de la matière qui va nous blinder, il nous enlève du matériau de trop pour arriver à un moment où tout est là, et tout est exact. Un moment d'exactitude avec soi-même.»

p.46 - phrase écrite par Thierry Cazals.
Commenter  J’apprécie          170
joedijoedi   08 avril 2011
Voyager, c'est se déplacer, se mouvoir. Ce seul fait modifie l'équilibre des perceptions et des représentations. Quand on chemine sur de longues distances, on finit par faire abstraction du but à atteindre, par se dégager mentalement de l'intention initiale. Les repères bougent, se dérobent, se métamorphosent. Le corps prend le pas sur l'esprit. L'appréhension des choses insensiblement change. L'intellect cesse de conditionner, d'encapsuler les sensations. La conscience s'aère, la médiation de la volonté s'estompe, on devient comme absent de soi-même à mesure que le monde se fait plus présent. Les sensations prennent une acuité nouvelle. Le temps s'étire, se distend. Dans le temps interminable peut advenir l'instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gouelangouelan   18 juillet 2018
Une chose est belle parce que la vie se déploie en elle. Elle est belle des traces que la vie a laissées et persiste à laisser sur elle. La beauté n'est pas une qualité passive, intemporelle, fixée pour l'éternité dans une forme immuable et refermée sur elle-même. Elle est mouvante, inachevée, imparfaite.
p.96
Commenter  J’apprécie          80
CsylCsyl   13 octobre 2014
Car nous croyons innombrables les visages de la beauté; nous la voyons sans cesse se métamorphoser; elle nous semble changeante et capricieuse, variant suivant les époques et suivant les lieux. Nous oublions que la beauté est d'abord en nous, qu'elle est dans notre regard.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Pascale Senk (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascale Senk
Les éditions Leduc présentent leur nouveau format "Leduc en live", une série de rencontres en ligne avec leurs autrices et auteurs !
Nous sommes heureux de vous inviter à découvrir Géraldyne Prévot-Gigant, l'autrice de "J'apprends à accueillir les synchronicités".
Des coïncidences surprenantes, une sensation de déjà-vu, l'impression que la vie vous envoie des messages… ? Vous avez très certainement déjà vécu des synchronicités sans le savoir.
Géraldyne Prévot Gigant vous propose de vous familiariser pas à pas avec l'art de la lecture des synchronicités, pour apprendre à voir et à vivre la magie de votre existence !
Ce live sera animé par L'effet haïku - Pascale Senk (autrice de L'effet haïku), spécialiste de la psychologie et du développement personnel.
En savoir plus : https://bit.ly/japprendsaaccueillirlessynchronicites
+ Lire la suite
autres livres classés : haïkuVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre