AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284337765X
Éditeur : Anne Carrière (30/04/2015)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Bilodo a vingt-sept ans, il est facteur et mène une existence tranquille. À l'ère des mails et des téléphones portables, il n'a plus souvent l'occasion d'acheminer une lettre personnelle.
Alors, quand il en trouve une dans le flot de courriers administratifs et de publicités, il ne la livre pas tout de suite et, chez lui, le soir venu, ouvre l'enveloppe à la vapeur pour en découvrir le contenu. Sagement, le lendemain, il la remet à son destinataire. Son petit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  29 juillet 2019
À 27 ans, Bilodo est facteur. Employé assidu, il sait accomplir l'ensemble de ses tâches avec diligence et non sans un certain sentiment d'être utile aux gens du quartier. Depuis 5 ans il parcourt le même circuit, dans Saint-Janvier-des-âmes. Il déjeune tous les midis au Madelinot, sort très peu, sauf lorsque son meilleur ami, Robert, assiste pour qu'il l'accompagne, et s'adonne à la calligraphie, une pratique que ses collègues ne comprennent guère. Sa vie routinière lui plait ainsi. Facteur indiscret, Bilodo s'amuse à lire parfois le courrier de ses clients. Il décolle l'enveloppe le soir chez lui, lit la lettre qu'il dépose ni vu ni connu dans la boite aux lettres le lendemain. C'est ainsi qu'il fait la connaissance de Ségolène. Celle-ci envoie régulièrement, de Pointe-à-Pitre, du courrier à l'un de ses clients, un certain Gaston Grandpré. Un courrier ne contenant qu'un haïku et rien d'autre. Au fil de ses lectures, le facteur est tombé amoureux de Ségolène. Un événement aussi incroyable qu'improbable va alors changer le cours de sa vie...
Voilà un conte tout à fait contemporain qui nous plonge malgré tout dans une ambiance d'un autre temps... Bilodo, facteur de profession, va voir sa vie, jusqu'ici tranquille, bouleversée par l'arrivée de Ségolène. S'immisçant dans les échanges entre elle et Gaston Grandpré, il va se passionner pour la poésie japonaise, la calligraphie et se métamorphoser jusqu'à devenir un autre. Subtil, poétique, ce court roman surprend (notamment de par sa fin inattendue) tout autant qu'il émeut et nous plonge dans une atmosphère ouateuse, pleine de fraîcheur et de sensibilité. Délicieux, ce conte est servi par une plume délicate et aérienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          646
fanfanouche24
  09 août 2015

"Je n'étais qu'hiver
vos mots furent mon printemps
votre amour l'été
Que nous prépare l'automne
avec ses roux et ses ocres ?" (p. 151)

Deux dernières lectures épatantes, émouvantes, pleines d'espoir, de bienveillance, de poésie, de fantaisie: "Les oubliés du dimanche" et "Le Facteur émotif" sur lequel je vais tenter d'écrire quelques lignes.
La fiction d'un auteur québeccois que je lis pour la première fois. Les thèmes m'attiraient et je l'avais noté dans mes envies de découvertes !

Un jeune facteur de 27 ans, célibataire, lors de ses journées de travail, regrette que de trop rares personnes s'écrivent désormais de vraies lettres. Alors quand il en trouve lors du tri et de ses tournées... il les met de côté, les décachète délicatement le soir, en rentrant , et se transporte dans d'autres vies, d'autres histoires dont celle de Ségolène... qui va envahir, capter son existence, ses rêves d'amour.
Ségolène qui écrit régulièrement de beaux haïkus à un certain Gaston Grandpré. Un évènement brutal va permettre à notre jeune facteur de rentrer plus directement dans son existence, et se passionner pour la poésie , et la poésie japonaise , en particulier. Il se met par passion pour les mots, l'écriture mais aussi par amour fou pour cette femme "lointaine, ", à travailler, s'exercer pour lui rédiger des haïkus...
Nous le voyons par étapes souffrir sur la page blanche... Et par cette incursion de ce personnage prédominant, qui est la Poésie... j'ai appris de nombreux éléments sur les haïkus, les poètes japonais les plus significatifs dans le genre, et les différences avec une autre forme de poème, le "tanka"...

"Le -tanka" était-il vraiment le meilleur outil lorsqu'il s'agissait de ciseler le désir , cette forme qui avait si bien servi Bilodo lorsqu'il était question d'expliciter les sentiments commençait maintenant à lui peser, lui semblait trop cérébrale. Cherchant un moyen de délester sa plume, il décida de revenir à la simplicité fondamentale du haïku, mieux apte, croyait-il, à faire sourdre les pulsions artésiennes. (...)
L'histoire de la naissance du haïku se trouvait ainsi répétée: dépouillée des mots en trop comme de vêtements abandonnés sur le chemin de la chambre, la poésie se révélait dans son essentielle nudité."
(p.143)


"L'écriture de Ségolène, c'était un parfum pour l'œil, un élixir, une ode, c'était une symphonie graphique, une apothéose, c'était beau à pleurer. Ayant lu quelque part que l'écriture était le reflet de l'âme, Bilodo concluait volontiers que celle de Ségolène devait être d'une pureté sans pareille. Si les anges écrivaient, c'était sûrement ainsi." (p.28)

"Etrangement lucide, Bilodo sut qu'il ne pourrait continué d'exister sans Ségolène, qu'il ne survivrait pas, que rien n'aurait plus d'intérêt ni de sens, qu'il n'y aurait plus jamais de beauté ni de désir, que la sérénité deviendrait un concept abstrait dérivant au large des sentiments improbables, et que lui-même ne serait plus qu'un vaisseau fantôme sans propulsion ni personne à la barre (...) (p. 52)

" Ne devait-il pas saisir cette chance unique d'accueillir Ségolène ? Ne désirait-il pas communier avec elle par la chair autant que par les mots ? Ne voulait-il pas l'aimer autrement qu'en songe, fût-ce dans la peau d'un autre,
l'aimer réellement comme elle le méritait, comme ils le méritaient tous deux, et commencer enfin à vivre pour de vrai ? (p.167)...
et là , suspens, je n'en dirai pas plus...la chute sera des plus inattendues et insolites.
Initialement désarçonnée, un peu déroutée, je dois admettre que le choix de la "fin" convient on ne peut mieux à cette fiction aussi romantique que fantaisiste...prodigue pour tous les amoureux de poésie, des mots, de la belle écriture(calligraphie), du Japon, et de ce trésor de la Correspondance, qui rassemble tant d'émotions et d'échanges uniques entre les personnes !... sans omettre la quête de l'amour , universelle !
Je ne peux résister à cette ultime transcription:
" Il n'est aucun lieu
ni nulle minute
où vous ne m'accompagniez
Avant votre poésie
j'ignorais que j'étais seule" (p.149)
Une fiction jubilatoire, amoureuse, poétique qui est une vraie pépite...
© Soazic Boucard- Tous droits réservés- 9 août 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          503
joedi
  10 janvier 2018
Bilodo a vingt-sept ans, il est facteur et encore célibataire. Depuis que les gens communiquent par mails les lettres sont devenues rares, Bilodo en éprouve de la nostalgie aussi lorsqu'il y a des lettres à délivrer dans sa tournée de facteur, il les met de côté. Le soir, chez lui, il les ouvre à la vapeur et, après lecture le lendemain il les dépose dans la boîte aux lettres du destinataire. Il sait que c'est une faute grave mais il ne peut s'en empêcher. C'est ainsi qu'un jour, il découvre un échange de correspondance entre une guadeloupéenne, Ségolène, et Gaston Grandpré. Au fil des jours des lectures des lettres de Ségolène, il en devient amoureux. Chaque missive renferme un haïku, dès lors il se renseigne à la bibliothèque sur ces étranges petits poèmes inconnus de lui.
Denis Thériault raconte une histoire qui révèle bien des surprises. Le facteur émotif a remporté le Prix littéraire Canada-Japon 2006.
Un auteur à suivre.
Commenter  J’apprécie          574
gouelan
  06 septembre 2018
« Tourbillonnant comme l'eau
contre le rocher
le temps fait des boucles »
Le facteur émotif fait sa tournée à vélo, toujours la même, il tourne en rond.
Dans sa sacoche, parfois une lettre manuscrite que précieusement il dérobe, avant de la remettre à son destinataire.
Un jour il rencontre la poésie, trois petits vers et puis… une image. Le haïku entre dans son univers avec tout ce qu'il représente d'esprit zen.
Pureté, simplicité, nudité de l'instant. Rassemblant dans un ensemble à la fois l'immuable et l'éphémère, l'infini et le grain de sable.
Un facteur pas comme les autres, amoureux de calligraphie, ensorcelé du parfum des mots, pour une histoire étonnante, un instant magique, un instant troublant.
Du début à la fin cette poésie, si timide par sa brièveté, si pure dans sa simplicité, nous invite à entrer dans la ronde.
On découvre, on redécouvre, l'envie de se poser, de regarder, de prendre note, d'épurer chaque instant de ce qui nous tourmente, de n'en garder qu'une couleur.
Et la boucle se referme à peine, nous laissant voir l'invisible, l'harmonie, l'équilibre. Le cercle Enso. L'éternel recommencement.
« Tourbillonnant comme l'eau
contre le rocher
le temps fait des boucles »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
bilodoh
  21 août 2016
Un petit plaisir
Vent frais dans ma balançoire

Des mots sur une page
Un court roman qui est petit plaisir, plaisir des mots, plaisir de poésie, de culture japonaise, de haïkus et de tanka.

Le roman d'un facteur, une espèce en voie de disparition chez nous où ces hommes de lettres sont remplacés par d'affreuses boites anonymes aux coins des rues.

Un roman d'amours épistolaires où le rêve poétique se substitue à la réalité.

Un auteur que je découvre même si le roman date de 2005 (et que son héros est mon homonyme !)

Un petit plaisir recommandé par une amie, un joli moment de lecture que je suis contente de partager avec vous.
Commenter  J’apprécie          332
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   06 août 2017
Bilodo ne désirait pas visiter physiquement la Guadeloupe : il voulait seulement pouvoir se l'imaginer de manière détaillée afin d'alimenter ses rêves et de les situer dans un paysage réaliste apte à mettre Ségolène en valeur. Ainsi pouvait-il fantasmer sur elle en haute définition, avec toute la technologie mentale nécessaire.
Il rêvait d'elle roulant à bicyclette sur l'allée Dumanoir que bordaient orgueilleusement les palmiers royaux. Il rêvait d'elle se promenant sur la Darse, l’après-midi, au sortir du lycée, allant faire ses courses au marché Saint-Antoine, déambulant sous la grande halle parmi les étals multicolores où s'entassaient figues-pommes et ignames, patates douces et piments forts, ananas, madère, malangas et caramboles - sans oublier les épices, cannelle, colombo, safran, vanille, bois d'Inde et Curry dont les punchs et les sirops, les friandises et la vannerie, les fleurs, les perruches et les balais - sans oublier les potions, eaux de délivrance et de fidélité, de finance ou d'amour sans fin, et autres philtres magiques destinés à guérir tous les maux du monde. Chaque nuit il rêvait d'elle, et le décor de ces films oniriques où Ségolène tenait le premier rôle, c’était la Guadeloupe toute entière avec ses routes sinueuses et ses champs de canne à sucre, ses jungles aux sentes escarpées plantées de fougères géantes et constellées d’orchidées, ses monts aux temps vertes et aux fronts embrumés, aux joues moussues desquelles pendaient des chapelets de chutes et de cascades. C’était la Soufrière qui culminait, endormie mais toujours menaçante, et les villages lumineux aux toits de tôle rouge, aux cimetières plantés de tombes à damiers décorées de coquillages, c’était le carnaval, la musique, les joueurs de gwoda, les diablesses tout de rouge vêtues être autres danseurs aux costumes bigarrés se trémoussant au rythme des tambours bolas tandis que coulait le rhum. C’était les goyaves, les palétuviers et les mangroves, les îlots et les îles, les raies mantas planant à fleur d'eau, la dentelle des coraux, les rougets, les mérous et les poissons volants, les pêcheurs saintois coiffés de salakos et réparant leur filets, les cotes de calcaire déchiquetées au nord de Basse-Terre que punissait l’océan, puis tout à coup les anses au calme surprenant, les plages blondes, et Ségolène qui se baignait dans les rouleaux d'une mer turquoise comme ses yeux, et le soleil qui s'empressait de la reconquérir dès qu'elle en sortait, nouvelle Venus, qu'elle regagnait la plage et la foulait d'un pas souple, nue mais pourtant pudique alors que l'eau perlait ses seins, ruisselait sur l'or duveteux de son ventre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche24   07 août 2015
(...) à la différence du haïku, poème bref qui s'adressait aux sens et s'intéressait à l'observation de la nature, le -tanka- se voulait lyrique, exquis, raffiné; il avait pour propos l'exploration de thèmes et de sentiments nobles tels que l'amour , la solitude, la mort, et se dédiait à l'expression d'émotions complexes. (...)

Une forme favorisant l'expression des sentiments. N'était-ce pas justement ce à quoi Bilodo aspirait ? Ne lui était-il pas arrivé de se sentir coincé aux entournures par les limites qu'imposait le haïku ? Franchement, n'en avait-il pas assez d'évoquer la météo, les petits oiseaux et les cordes à linge ? N'était-il pas temps d'envisager de plus grandes et belles choses, de faire éclater les coutures du vêtement trop étroit ? (p. 113)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
milamiragemilamirage   01 août 2016
Il y avait deux ans que Bilodo interceptait ses lettres, et lorsqu'il en trouvait une en classant le courrier, il éprouvait toujours le même ébranlement, le même frisson sacré. Il glissait discrètement la lettre dans sa veste, et ce n'était qu'une fois seul sur la route qu'il la ressortait, la tournait et la retournait, palpant l'excitante promesse et laissant libre cours à son émotion. Certes, il aurait pu l'ouvrir l'ouvrir sur-le-champ et s'en repaître déjà, mais il préférait attendre ; ne s'accordant que le plaisir fugitif de respirer l'effluve d'orange qui imprégnait l'enveloppe, puis il la remettait bravement dans sa poche et, toute la journée, il la gardait contre son cœur, résistant à la tentation, prolongeant le plaisir de l'attente jusqu'au soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24fanfanouche24   07 août 2015
Au fond le principe en était plutôt simple: le haïku visait la juxtaposition de l'immuable et de l'éphémère. Un bon haïku contenait idéalement une référence à la nature (kigo) ou à une réalité pas seulement humaine. (..)
L'art du haïku était celui de l'instantané, du détail. Il pouvait s'agir d'un fragment de vie, d'un souvenir, d'un rêve, mais c'était avant tout un poème concret en appelant aux sens et non aux idées. (p.65)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
joedijoedi   09 janvier 2018
La mort de Grandpré ne suscita que peu d'émoi dans le quartier car on ne le connaissait guère. [...] C'était donc ainsi qu'on passait dans la vie, constata Bilodo : fortuitement, sans créer de remous, sans que perdure le sillage, comme une hirondelle traverse le ciel, et aussi vite était-on oublié que l'écureuil écrasé par mégarde sur la route.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Denis Thériault (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Thériault
Entrevista a Denis Thériault, autor de 'El cartero de los Haikus' (Umbriel)
autres livres classés : haïkuVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre
.. ..