AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749907209
Éditeur : Michel Lafon (14/09/2007)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Il a décidé d'affronter les fauves affamés. Sans nourriture... Elle est montée au sommet d'une tour. Pour faire face au vide... Une autre n'a pas bouclé sa ceinture. Et a accéléré... Ils avaient tous du défi dans les yeux. Comme s'ils étaient enfin libres. Des photos en témoignent.
Quand il comprendra la raison de ces actes, le commissaire Erick Flamand n'aura qu'une hantise arrêter l'hécatombe.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  08 septembre 2014
Dans Peur, nous retrouvons le commisaire Erick Flamand, son équipe, son entourage... des personnages avec lesquels nous avons faits connaissance dans La nuit interdite, que j'ai adoré.
Cette fois-ci, d'étranges suicides croqués sur le vif par un photographe pro mettent les nerfs d'Erick à rude épreuve. En effet, des individus meurent non pas de désespoir, mais avec le sourire aux lèvres. Pourquoi choisir cette mort? Quel est le point commun entre ces personnes?
Les photos sont des indices précieux là où les témoignages sont inefficaces... Les morts eux-mêmes vont livrer une parcelle de vérité... Seulement une parcelle car le mobile est ancien et puissant: la peur.
Qui n'a pas rêvé de s'affranchir de cette émotion intrinsèque à notre état d'humain? La peur: la fuir, l'apprivoiser ou la vaincre?
Thierry Serfaty nous emmène sur son chemin, entre phobie et combat, entre expérimentation et psychologie.
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle incursion dans la psyché, au côté d'un flic maniaque, insomniaque à certains moments, phobique à d'autres. Ce n'est pas un super-héros, on se retrouve dans ses petites manies et le lecteur aimerait tout autant qu'il trouve la paix que l'éclaircissement de ces décès. La volcanique Laura remue tout sur son passage, un véritable cataclysme épuisant! La maternelle Marina est la co-équipière calme et discrète qui recentre les énergies.
La participation du photographe de la mort à l'enquête pose le sujet d'un certain voyeurisme froid tout en dévoilant la richesse de l'expression par la photographie. La photo n'est pas qu'un morceau de papier glacé, elle n'est pas que beauté, elle est un témoin, un acteur, un passeur de messages. Il faut juste lui apporter l'attention qu'elle mérité. Il faut savoir regarder... et pas seulement voir.
Et, bien entendu, cette intrigue pose le questionnement sur le coaching, un certain shamanisme pervers qui, sous couvert d'apporter de l'aide à des personnes fragiles et en demande de solutions par une pseudo-médecine, n'a pour but que la manipulation et l'expérimentation humaine. Aucun traumatisme ne peut se régler d'un coup de scalpel... n'est-ce pas? Mmhh, pas sûr... Avec Peur, la frontière entre la réalité et le roman est mince... le sentiment d'attraction-répulsion créé un malaise au fil de la lecture car si le suicide n'emporte pas les suffrages, ne plus être paralysé par la peur est une recherche quotidienne pour certains...
Mais aura-t-on la réponse à cette question: mourir par l'objet de sa peur est-il une victoire ou un échec? Pourquoi cette finalité choisie? Pourquoi cet aveuglement des disciples du Maître?
Ce roman est passionnant, dérangeant parfois lorsque nous sommes les voyeurs des suicides relatés, des derniers moments de vie de ces victimes. Mais la réflexion sur le thème de la peur, les dérives qui en découlent et cette volonté farouche d'éradiquer ce sentiment fondateur m'ont scotchés du début à la fin et je n'ai eu qu'une hâte, à la dernière page, celle d'attraper la suite: Agônia.
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
verobleue
  21 septembre 2011
Des phobiques décident d'affronter leurs peurs pour montrer qu'ils s'en sont affranchis : un photographe est rémunéré par un étrange commanditaire pour immortaliser et diffuser sur un blog éphémère les photos du passage à l'acte. Leur sentiment de peur a tellement bien disparu que cela conduit les gens à la mort.
Le commissaire Flamand et son équipe doivent se dépêcher d'enquêter pour empêcher l'hécatombe
Le style de Thierry Serfaty est agréable à lire. Il utilise ses connaissances médicales et ses recherches personnelles pour nous faire découvrir des aspects de notre personnalité et de notre fonctionnement physiologique. On a donc le sentiment d'apprendre même si quelque fois la limite entre le vrai et le faux n'est pas toujours bien définie.
Le début est intriguant et j'ai lu avec un certain plaisir ces incursions dans la manipulation mentale et le voyeurisme mais j'aurais aimé un rythme un peu plus soutenu. Certaines parties m'ont parues tirées en longueurs. Fallait pas commencer par la fin, me direz-vous !
Peur est le 2eme tome de la série de la pyramide mentale de Thierry Serfaty, le 1er est « La Nuit Interdite ». La suite de Peur est « Agônia »
Je n'ai pas commencé la série dans le bon ordre. « Agônia » était libre à la bibliothèque immédiatement. Donc, j'avais déjà pas mal d'informations avant de commencer « Peur ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Heureuse
  20 octobre 2010
Même pas peur!
J'ai acheté ce roman à "Saint-Maur en poche", un super petit salon du livre. C'est Thierry Serfaty lui-même qui me l'a conseillé. J'avais adoré "la nuit interdite" et ce roman en est la suite. On a longuement discuté. C'est un monsieur adorable, plein d'humour. Il m'a expliqué que ces romans sont les deux premiers d'une série de 4 sur la pyramide mentale.
J'ai toujours beaucoup aimé ce principe du roman qui nous apprend quelque chose mais en lui-même il m'a beaucoup déçue.
1) Les personnages sont terriblement artificiels, leurs relations sonnent creux, les dialogues font mauvaise série B: franchement ça ne fonctionne pas aussi bien que "la nuit interdite".
2) Dans le premier Erik a des insomnies et dans celui-ci souffre de phobie : il va nous la refaire à chaque fois? parce que j'ai trouvé que c'était un peu gros comme ficelle.
3) J'ai retrouvé les techniques du "page turner" et j'ai HORREUR de ça. Encore une fois, la ficelle est trop grosse à mon goût.
4) J'ai trouvé le coupable dès son entrée en scène. Et aucune surprise, c'était bien lui. idem pour al fin qu'on a vu venir bien avant.

La dédicace que Thierry Serfaty m'a faite sur ce livre est adorable et je pense que ce roman peut trouver un public cet été sur les plages mais, personnellement, je n'ai pas aimé.
Comme je fonctionne à 150% à l'affectif, j'achèterai quand même ses prochains romans. Mais juste parce que j'ai complètement craqué pour le monsieur ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Candye
  19 mai 2016
J'ai découvert Peur de SERFATY Stéphanie par hasard et j'ai été très agréablement surprise .histoire prenante bien ficelé .Entre un enquêteur phobique,marié à une femme au tempérament de feu qui est en plus sa coéquipière , une petite fille attachante ,un photographe voyeuriste et un centre mystérieux. Cela nous emporte aux limite de la folie du corps et de l'esprit la phobie cette peur irrationnelle qui pousse l'homme dans ces retranchements.
Commenter  J’apprécie          60
noirame
  08 juillet 2015
Voici un bon roman, dans lequel on rentre facilement et où on ne s'ennuie pas. Je l'ai lu rapidement, malgré son épaisseur (523 pages). Cependant, selon moi il manque quelque chose. Habituée à du Douglas Preston ou à du Dan Brown, j'ai trouvé qu'en comparaison, ce roman était un peu fade : pas de grands rebondissements, de grandes découvertes scientifiques... En fait, c'est beaucoup plus un policier qu'un thriller scientifique. La fin est frustrante : ça s'arrête net, on ne sait pas ce que deviennent les personnages. Il existe peut-être une suite ? Mais je ne la lirai pas, je pense. Pour finir, les personnages ne sont pas particulièrement attachants. Laura est agaçante, avec son humour sarcastique perpétuel, et son culot monstre ! Eva aussi, la femme forte qui dirige tout, avec aussi ce même genre d'humour, et qui s'écrase juste devant son mari un peu autiste.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BlackKatBlackKat   25 août 2014
Oui, c'était probablement ça la liberté: un espace intérieur inestimable, de l'air partout, dedans, dehors, et surtout un poids écrasant définitivement disparu. (...) rien n'est plus délectable en matière de liberté que le moment précis où l'on se détache de son joug.
Commenter  J’apprécie          30
verobleueverobleue   13 septembre 2011
C'est le sort des femmes, ma fille : de se convaincre toutes seules qu'elles existent pour quelqu'un. Ce ne sont pas les hommes qui le feront pour elles.
Commenter  J’apprécie          30
verobleueverobleue   13 septembre 2011
La danger absolu, se disait toujours Laura : une femme jalouse. C'était pire que tout, une femme jalouse. Ca n'a peur de rien, ça n'a rien à perdre et c'est empli d'une amertume qui ne demande qu'à déborder sous la forme de bile ou de venin.
Commenter  J’apprécie          10
CandyeCandye   19 mai 2016
La peur un symptôme ,une phobie?
Qu'est ce qui pousse ces gens à mettre fin à leurs jours sans éprouver la moindre crainte .
Une enquête qui mène au coeur des méandres de la folie.
Commenter  J’apprécie          10
verobleueverobleue   21 septembre 2011
Des phrases, mon amour. Sujet, verbe, complément. Tu peux y arriver, j'en suis certaine.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Thierry Serfaty (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Serfaty
Présentation de Mila Hunt
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Questions sur le livre "Oscar Pill"

Quel membre de sa famille Oscar Pill a t'il perdu ?

Sa mère
Son père
Sa soeur
Sa tante

5 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Oscar Pill, tome 1 : La révélation des Médicus de Thierry SerfatyCréer un quiz sur ce livre