AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369810114
Éditeur : Rue de Sèvres (12/03/2014)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 94 notes)
Résumé :
Le narrateur mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine, en Normandie, lorsque d'étranges phénomènes commencent à se produire. C'est la carafe d'eau sur sa table de nuit qui est bue, des objets qui disparaissent ou se brisent, une fleur cueillie par une main invisible... Peu à peu, le narrateur acquiert la certitude qu'un être surnaturel et immatériel vit chez lui, se nourrit de ses provisions. Pire encore, cet être, qu'il baptise le Horla, a tout po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  05 juillet 2014
En Normandie, du côté de Rouen, aux abords de la Seine. C'est dans une belle demeure qu'habite cet homme, entouré de Jean, son homme à tout faire, et de sa cuisinière. Il mène une vie tranquille et aime admirer les bateaux défiler devant lui. Malgré cela, il commence à ne pas se sentir bien. En effet, il fait d'horribles cauchemars, se réveille apeuré et se rend compte que la bouteille de lait posée près de lui se vide pendant la nuit. Il tente d'échapper à tout cela en faisant un voyage au Mont-Saint-Michel. Mais au retour, les événements se répètent inlassablement. Il est certain qu'une créature qu'il nomme le Horla habite sous son toit...
Guillaume Sorel, après l'adaptation réussie de "Les derniers jours de Stefan Sweig", s'attaque à un autre grand roman, le Horla de Maupassant. Un choix audacieux et un pari réussi tellement l'on ressort de cette lecture l'esprit torturé comme notre héros. Un brin plus lumineux que l'original, cet album est une performance graphique incontestable. le Horla est des plus terrifiants et le combat que se livre la narrateur et son double est violent. le trait est fin, le dessin tantôt lumineux tantôt sombre et l'atmosphère glaçante à souhait.
Le Horla... conte de la folie pas ordinaire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
sabine59
  06 janvier 2017

Je désirais lire des BD adaptés d'oeuvres littéraires. Il s'agit ici de la nouvelle fantastique De Maupassant, que je connais bien.

La trame de l'histoire est respectée, d'ailleurs certaines bulles reprennent des phrases du texte.
Les couleurs , dans des tons bruns ou gris représentent bien l'angoisse progressive du narrateur, qui s'affaiblit, se sent malade ,a des hallucinations, et pense être possédé par un double qui le détruit.
le dessin est précis, les expressions des visages soulignent la montée de la peur et du doute.J'ai aimé en particulier les vignettes correspondant aux visions nocturnes cauchemardesques. Cette "chose" qui écrase le narrateur sur son lit fait penser au tableau de Johann Heinrich Füssli "Le cauchemar".
La fin surtout, est une véritable fantasmagorie très réussie, en rouge et noir, oú le fameux "Horla" devient un monstre tentaculaire, un démon, emportant avec lui les derniers éclairs de lucidité du narrateur, faisant flamber sa maison...
Mais la BD n'a pas la force de la nouvelle, la subtilité des mots faisant monter crescendo la peur. Elle n'en présente pas non plus l'ambiguïté des sensations , la finesse d'analyse de ce que ressent le personnage.
D'autre part, utiliser un chat,qui n'apparaît pas du tout dans la nouvelle, comme fil conducteur, m'a semblé inutile .
Néanmoins, j'ai trouvé cette BD intéressante. Et j'ai bien envie de découvrir du même auteur, "Les derniers jours de Stefan Zweig"...



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Myriam3
  12 octobre 2014
Mon opinion sur cette bande dessinée sera un peu plus mitigée que celles que j'ai pu lire sur Babelio... dès les premières pages, j'ai été admirative des illustrations, vraiment très claires et belles mais j'ai été tout de suite gênée par l'absence de dynamique d'une vignette à l'autre, chacune me paraissant figée comme un petit tableau; j'ai eu la sensation, en fait, de sauter d'une case à l'autre plutôt que de les enchaîner.
Il s'agit d'une très belle illustration de la nouvelle De Maupassant, mais voilà, il s'agit bien d'une illustration, et la BD ne suffit pas à elle-même (remarque que j'ai lue ailleurs) et c'est dommage. Mais moi qui ai lu la nouvelle - il y a longtemps, c'est vrai - cette adaptation me fait plutôt penser à une tentative de résumé.
Il m'en reste quand même, cependant, quelques très belles images du port et de Saint-Michel, et des paroles très douces sur ce chat effrayé.
Commenter  J’apprécie          290
jovidalens
  29 août 2014
Somptueuse BD !
Les premières pages s'ouvrent sur une vie sereine, baignée de lumière et de douceur. Un homme solitaire salue un bateau qui passe sur la Seine et, et quelques instants après son chat, qui s'éveille d'une de ses "longues et copieuses siestes" , crache et s'enfuit. le ton est donné. Par petites touches, l'angoisse est distillée, et on hésite entre folie et fantastique. Folie comme la schizophrénie d'une héroîne du "Prince des Marées" de Pat Conroy. Je penche plutôt pour le fantastique : pour preuve le lait et le vin qui disparaissent des bouteilles, les verres cassées, la rose coupée ...
Guillaume Sorel doit être un fin connaisseur du 19ème siècle tant de la littérature que des arts et des moeurs. Il y avait une effervescence intellectuelle devant les découvertes scientifiques et le début de la psychanalyse mais aussi le goût de l'ésotérisme. Clin d'oeil chaleureux de quelques vignettes évoquant les tableaux de Degas, Toulouse-Lautrec, Renoir... Et puis le voyage au Mont St Michel, somptueuses pages où se ressent cet équilibre entre havre de paix qui ne renie pas l'existence de forces obscures. Pourquoi n'y reste-t-il pas ? Quel besoin a-t-il de revenir ?
C'est un homme enfermé dans sa solitude, incapable de briser ses chaînes. Les grilles, les quadrillages sont partout dans cette BD. C'est un reclus qui a peur et la peur est mauvaise conseillère. Un simple papillon l'affole.
La dernière page est un retour au calme, avec le chat...
Très belle adaptation parce que Guillaume Sorel s'est complètement intégré la nouvelle De Maupassant. Et n'est-ce pas ce que nous attendons de celles et ceux qui recréent leur propre univers, revisitent les classiques ?
Merci Douvach d'avoir suscité l'envie de découvrir cette réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Bazart
  29 mars 2014
La bande dessinée adapte de plus en plus de romans français, qu'ils soient des best sellers récents (comme l'adaptation des enfants de la liberté de Marc Levy) ou bien plus des classiques de la littérature française. L'adptation du Horla, par Guillaume Sorel, publié depuis le 12 mars dernier chez Rue de Sèvres, fait évidemment partie de la seconde catégorie.
Le Horla est un des romans les plus connus De Maupassant et également un des plus connus notamment de la littérature fantastique, puisque 'on dit souvent que c'est un des premiers romans fantastiques français. Je me rappelle vaguement l'avoir lu au lycée mais j'avais préféré "Une vie", notamment, moins dans une veine fantastique qui n'est pas forcément la mienne.
Cela dit, ne me souvenant plus vraiment de ce roman, j'étais intrigué à l'idée de connaitre son adaptation en BD, d'autant plus que Guillaume Sorel- déjà auteur des derniers jours de Stefan Sweig que j'avais lu pour le prix CEZAM de l'an passé- est un fan de littérature fantastique.
Le pari était délicat tant l'intrigue est particulièrement complexe à adapter, en effet, il n'a y a pratiquement qu'un seul personnage, cantonné quasiment à son domicile et qui rencontre des démons intérieurs.
"Le Horla a été écrit" par Maupassant quelques années avant sa mort, alors qu'il sombrait lui même dans la folie, c'est donc un roman sur le fil du rasoir et qui aborde des thèmes anxiogènes comme la solitude, les névroses, le suicide.
L'adaptation de Guillaume Sorel est une franche réussite car il a osé trahir Maupassant (en apportant par exemple un personnage de chat, très présent, qui n'existe pas dans le roman d'origine) et en insistant sur la partie surnaturelle, au détriment de l'aspect psychanalytique, plus développé chez Maupassant.
Et surtout, gros atout de cette BD: Sorel fait un travail d'illustration assez remarquable, à l'esthéstique particulièrement recherché , et à la lumière également parfaitement soignée.
Visuellement splendide sur la forme et intéressante sur le fond, voilà une adaptation vraiment réussie qui plaira à tous les fans de fantastique et de grands classiques de littérature française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191

critiques presse (6)
BoDoi   10 juin 2014
Devant un tel héritage littéraire – trop puissant, trop connu, trop lourd sans doute –, le dessinateur aurait peut-être mieux fait de mettre sa palette magique au service d’une histoire fantastique originale.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   26 mai 2014
Des dessins fabuleux, une adaptation palpitante, merci pour ce petit chef d’œuvre.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Actualitte   11 avril 2014
Ici, la BD est moins une réinterprétation qu'une manière de donner une nouvelle dimension à un texte classique. Comme chez l'auteur de Bel Ami, l'interrogation sur la folie est au cœur de la bande dessinée et ce Horla-ci demeure bel et bien la plongée efficace dans un cerveau en plein doute, traversé de part en part par l'angoisse et la peur.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BDGest   28 mars 2014
Les inconditionnels de l’auteur cherbourgeois trouveront là une nouvelle raison de l’apprécier ; ceux qui le découvrent goûteront avec délice son trait et sa maîtrise des couleurs. Tous (re)revisiteront - par phylactères interposés - l’un des précurseurs de la littérature fantastique.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   13 mars 2014
Guillaume Sorel marie à la perfection adaptation et dessin. Ainsi, il réconcilie beau livre et littérature. Le lecteur a envie de relire l'œuvre originale – pour ne pas dire l’originelle. On en viendrait presque à désirer une collection qui sublime et transcende autant de grands classiques.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   04 mars 2014
Bravo pour cette adaptation et pour cet album magnifique.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   04 mai 2014
" Croire au surnaturel, à Bougival, au Bal des Canotiers, serait de la folie ! Mais au sommet du Mont-Saint-Michel... ou aux Indes ? Nous subissons effroyablement l'influence de ce qui nous entoure... "

(Guillaume SOREL, "Le Horla" - d'après l'oeuvre de Guy de MAUPASSANT, planche 37 : "Scène de la Seine à Bougival", éditions Rue de Sèvres, Paris, 2014)
Commenter  J’apprécie          80
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   15 mars 2014
Est-ce que nous voyons le cent millième partie de ce qui existe ?
Tenez, le vent! C'est une des plus grandes puissances de la nature... Il renverse les hommes, abat les édifices, déracine les arbres, soulève la mer en montagnes d'eau... Le vent tue. L'avez-vous vu ? Il existe pourtant.
Commenter  J’apprécie          80
ChroniqueslitterairesChroniqueslitteraires   09 octobre 2014
Je ne suis pas fou…

Quelque chose habite ici…avec moi.

Elle peut toucher les gens…

« Il » se nourrit d’eau et de lait…

Mais je ne peux pas la voir…



Je suis possédé !

Quelqu’un possède mon âme !
Commenter  J’apprécie          71
nathavhnathavh   14 juin 2014
Ami, chaque jour, des savants font des découvertes extraordinaires. Et ce sont des réponses qui n'amènent que d'autres questions aux dimensions plus abyssales encore.
Commenter  J’apprécie          30
dourvachdourvach   04 mai 2014
"Que vois-tu que je ne vois pas ?" (L'homme : à son chat - fin de la planche 9)
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Guillaume Sorel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Sorel

Dialogues, dédicace de Guillaume Sorel
http://www.librairiedialogues.fr/livre/6323552-le-horla-guillaume-sorel-rue-de-sevres Dédicace du dessinateur Guillaume Sorel à la librairie Dialogues à Brest, à l'occasion de la parution...
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3377 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..