AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782757897553
160 pages
Points (17/02/2023)
3.69/5   13 notes
Résumé :
" il y avait un bébé qui venait de naître et qui s'appelait Ida. Sa mère l'avait retenu de ses mains pour empêcher Ida de naître mais le moment venu Ida était venue. Et avec Ida était venue sa jumelle, et c'est comme ça qu'elle était là, Ida-Ida. "

Ida est sûrement un des plus beaux livres deux femmes qui soient. Chacune disant à l'autre les mots qui sont en elles, Gertrude Stein et Ida, une seule femme, répétée à l'infini pour faire d'un être anon... >Voir plus
Que lire après IdaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Voici un texte que l'on peut fort heureusement lire en diagonale sans rien perdre de l'intention.
On comprend l'ennui, le désoeuvrement. On apprécie dès les premières pages le style mis en place. Mais cette même figure de style, faussement naïve, légère un temps, devient trop vite lourde et ennuyeuse.
Mais pourquoi tant de pages ? Pourquoi 11 pages sur une succession de chiens. Tout s'étire. Tout se répète jusqu'à l'écoeurement.
Si l'intention est bien se souligner cette personne qui passe à travers son existence, autant, en effet, passer à travers la lecture, sans jamais s'y attarder. Sauf ce dernier chapitre d'Ida, merveilleuse petit texte sur le délitement, le changement et l'affirmation au sein du couple.

« Chère Ida.
Mais vraiment qu'est-ce c'était qu'Ida. »

Parmi les quelques autres courts textes qui complètent cette édition, une version courte d'Ida, antérieure, supporte bien mieux cette figure de style.

Le dernier texte se conclut de manière cohérente :
« Inévitablement on doit savoir comment finit une histoire même si elle ne finit pas. L'histoire [...] ne finit pas mais c'est parce qu'on ne s'y intéresse plus. Et d'une certaine façon il en va ainsi oui il en va toujours ainsi. Je peux raconter cette histoire au fur et à mesure que j'avance. C'est ainsi que j'aime raconter les histoires.
N'importe qui doit apprendre que les romans sont ainsi faits. »
Commenter  J’apprécie          00
Ida, c'est Orlando revisité à la mode steinienne : Ida est Ida, sa soeur, mais aussi elle-même à toutes époques, toutes existences. Les lieux changent, les noms changent, les situations changent mais il s'agit toujours d'Ida qui parle, qui traverse l'existence comme un long fil traversant le cosmos de nos vies. Sublime langue dans le sens où c'est la naissance même du minimalisme en écriture (bien avant le Nouveau Roman donc !) et c'est surtout aussi l'art en écriture, des formes, des lignes, des nuances : celle évidemment de la peinture, du cubisme dont l'auteur était une fervente passionnée, notamment par ses relations fortes avec Picasso.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Et c’est ainsi que Winnie allait s’appeler Winnie.
Winnie Winnie disaient-ils quand ils la voyaient et ils commençaient à la voir.
Ils le disaient de différentes façons. Ils disaient Winnie. Et puis ils disaient Winnie.
Elle le savait.
Il est facile de faire dire Winnie à tout le monde, Winnie oui. Sûr que je connais Winnie. Tout le monde sait qui est Winnie. Ce n’est pas si facile, mais ça y est, tout le monde commençait à le remarquer que Winnie c’est Winnie.
Ça l’excitait pas mal Ida et elle lui écrivait d’autres lettres à Winnie.
Chère Winnie,
Tout le monde sait qui tu es, et je sais qui tu es. – Chère Winnie nous sommes jumelles et tu t’appelles Winnie. Il ne m’arrivera plus jamais de n’être pas une jumelle,
Ta jumelle Ida
Commenter  J’apprécie          10
Elle se rappelait qu’un homme avec un chapeau une canne et une bouteille s’était arrêté devant la maison un jour. Il avait déposé sa canne mais il ne savait que faire de son chapeau, aussi avait-il recommencé. Il avait mis sa canne dans une fenêtre de telle sorte qu’elle ressortait, il y avait suspendu son chapeau et il était resté là debout avec la bouteille. C’est une bouteille, avait-il dit, et il y a du vin dedans, je suis soûl et je vais le boire ce vin. Il l’avait bu.

Et puis il avait dit :

Ça pourrait être comme quand on a un mouchoir dans un tiroir et qu’on ne le prend jamais mais qu’on sait toujours qu’il est là. Il serait toujours neuf et personne n’aurait jamais fini de l’avoir là.

Qu’est-ce que la paix qu’est-ce que la guerre avait dit l’homme, qu’est-ce que la beauté qu’est-ce que la glace, avait dit l’homme. Où est mon chapeau, avait dit l’homme, où est mon vin avait dit l’homme, j’ai une canne, avait-il dit, j’ai un chapeau, avait-il dit, j’ai une bouteille pleine de vin. Bonsoir, avait-il dit, mais Ida était partie.
Commenter  J’apprécie          00
C’est merveilleux comme mes choses s’accumulent même si rien n’est ajouté. Vraiment merveilleux.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Gertrude Stein (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gertrude Stein
Et observez comment cette installation se fait l'écho de l'oeuvre de Gertrude Stein. Son travail a effectivement influencé la scène d'avant-garde new-yorkaise dès les années 1960, dont le mouvement "Fluxus" rejoint par Nam June Paik avec le compositeur John Cage.
#Expogertrudestein L'invention du langage Jusqu'au 28 janvier 2024 @museeduluxembourg, Paris Infos et réservations bit.ly/BilletterieStein
Nam June Paik (Fluxus), Gertrude Stein, 1990, 249 × 196 × 94 cm © Courtesy James Cohan Gallery, New York © Nam June Paik Estate
Abonnez-vous à notre chaine YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCyAiVPzrW_o5PuNl6UH3JNg
+ Lire la suite
autres livres classés : poétesseVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (50) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3163 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}