AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Lortholary (Traducteur)
ISBN : 2253047422
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1988)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 1112 notes)
Résumé :
"Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût lui arriver rien de notable sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  31 août 2015
Les phobies font toujours bien rire ceux qui n'en sont pas atteints.
Qui ne s'est pas amusé aux dépens de la personne qui abandonne en courant son appartement parce qu'une minuscule souris grignote dans la cuisine quelques miettes de gâteaux secs, ou qui refuse de dormir dans une chambre parce qu'une énorme araignée se promène au-dessus du lit, ou encore angoisse à la simple idée de devoir entrer dans une cabine d'ascenseur ?
La vie de notre malheureux héros, Jonathan Noël, va basculer dans l'horreur absolue à cause de l'irruption d'un pigeon, un de ces affreux volatiles qui vous réveillent en roucoulant, souillent les rebords de vos fenêtres, et s'approchent sournoisement de vous quand vous sirotez votre café ou buvez votre petit blanc à la terrasse d'un bar.
Jonathan a eu sa part de traumatismes durant sa jeunesse, et il aspire à cinquante ans sonnés à une petite vie bien tranquille, loin de tous ces gens fourbes et vipérins qui ne l'ont jamais épargné. Il est un rien maniaque aussi ! Un adepte de cette maxime énigmatique, du moins me concernant : « Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place !!!! » Mais Jonathan est heureux dans cette vie qu'il s'est choisi, qu'il s'est construit petit à petit. Une vie sans accroc, répétitive, et monotone, mais tellement rassurante…
Jusqu'à l'arrivée matinale de cette saleté de pigeon qui va réveiller en lui tous ses mauvais souvenirs de jeunesse. Incapable de relever le défi que lui lance la bestiole ailée, sa journée va vite virer au cauchemar.
La maniaquerie et les obsessions de Jonathan, la monotonie de son existence, sont décrites d'une manière clinique par Patrick Suskind qui décompose chacun de ses gestes et de ses mouvements. C'est souvent drôle et émouvant.
Un petit reproche, si je peux me permettre. Il manque une cinquantaine de pages à ce livre. La jeunesse de Jonathan si traumatisante n'est pas suffisamment développée. Et surtout, surtout, j'aurai tant voulu « lire » le triomphe de Jonathan qui, au bout du compte, est parvenu à vaincre sa phobie, partager avec lui cette grande victoire sur lui-même et sur les autres, son Austerlitz à lui…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          685
jeunejane
  25 février 2018
Jonathan, la cinquantaine, est vigile dans un hôtel.
Il aime ses habitudes, tout doit se dérouler de la même façon chaque jour.
Il habite dans une chambre de bonne.
Tout se passe comme il l'entend jusqu'au jour où il découvre , sur son palier, un pigeon qui le scrute de son oeil rouge .
Il ne peut pas le supporter.
Jonathan quitte son domicile et se réfugie hors de chez lui, ni plus ni moins qu'un "sans domicile fixe".
C'est pour lui le départ de réflexions sur le sens de sa vie. Des pensées qui le chamboulent complètement.
J'ai lu le livre au début des années quatre-vingt-dix, après sa sortie, encore marquée par le célèbre roman précédent de Patrick Süskind : "Le parfum", d'un tout autre genre;
L'ambiance du livre et la description de la solitude du personnage principal m'avaient fascinée à la façon d'un thriller.
Un livre très court que je retrouve en relecture grâce à mes notes que je prenais déjà à ce moment sur des cartons colorés.
Commenter  J’apprécie          677
araucaria
  29 octobre 2016
Roman très particulier, étrange, décalé et absurde, dans lequel un homme vit rapidement une crise de la cinquantaine... Pas ce fameux épisode de "démon de midi", non une crise liée à la rencontre avec un banal oiseau. Cette histoire est en fait basée sur la peur panique d'un quinquagénaire ordinaire, routinier et taciturne, qui est confronté à la présence d'un pigeon dans le couloir menant à sa chambre de bonne. L'action de ce livre se déroule sur une très courte période, pendant laquelle l'auteur se livre à une étude psychologique de son personnage.
J'avais été déçue par le roman "Le parfum" du même auteur, et préfère de loin cette oeuvre "Le pigeon". Je crois que ce livre, du fait de son étrangeté justement, ne peut pas laisser le lecteur indifférent. Texte bien écrit, histoire bien menée. Un livre à découvrir, ne serait-ce que par curiosité.
Commenter  J’apprécie          500
isabelleisapure
  02 novembre 2014
L'imprévu n'a pas de place dans la vie de Jonathan Noël. Les ennuis, il connait, il a déjà donné : des parents déportés, une épouse qui l'a quitté, alors, maintenant à la veille de la retraite il n'aspire qu'à une chose : la tranquillité.
Cette tranquillité sera mise à mal par l'intrusion d'un pigeon sur le palier de notre ami.
Pris de panique, il s'enfuit.
J'ai lu avec un grand plaisir ce court roman de Patrick Suskind, avant tout pour la qualité de l'écriture. L'auteur réussi à travers un fait anodin à faire monter l'angoisse de son personnage.
De plus, j'ai ri lors de cette lecture car je me suis souvenue qu'il y a quelques années, je m'étais enfui en courant du studio que j'occupais en vacance sur la Côte d'Azur en découvrant qu'un lézard avait osé s'y inviter !
Je n'y suis revenu que quelques heures plus tard, tremblante, à la recherche de l'intrus qui Dieu merci avait eu le temps de prendre la fuite.
Bref, les phobies peuvent être perturbantes et fortement déstabilisantes parfois ce que parvient parfaitement à démontrer Patrick Suskind.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
sabine59
  22 mars 2019
Au moment où je rédige ce ressenti....un pigeon dans l'herbe du jardin! Ah non, ouf, c'est une tourterelle...
J'avais été impressionnée, il y a quelques temps, par la lecture du " Parfum", j'étais curieuse de lire ce court roman.
Une autre atmosphère . Dans un style d'une précision absolue, en accord parfait avec le comportement de son personnage,l'auteur nous fait découvrir Jonathan Noël, cinquantenaire vivant dans une petite chambre, organisée au centimètre près. Un brin maniaque, notre Jonathan...Il exerce le métier de vigile à Paris, dans une banque. Et imaginez bien qu'il se tient toujours droit, en faction devant la porte.
Mais cette petite existence morne et rassurante, où il se sent heureux, va basculer dans le cauchemar...à cause de cet affreux volatile aux yeux fixes, aux fientes immondes. Un pigeon! Il a osé entrer dans l'immeuble et bloque sa porte!
A partir de là, tout se lézarde, se déglingue. Jonathan fuit, devient la proie d'hallucinations, il sent son corps rapetisser, il n'arrive plus à contenir son angoisse, sa haine de tout, y compris de lui-même . L'auteur rend à merveille les tourments intérieurs du personnage, qui ne s'appartient plus. Et ce qui est fort intéressant, touchant, c'es que le traumatisme initial, celui qui a déterminé son existence repliée, à l'abri du monde, ressurgit. Son enfance brisée, ses parents déportés.
Comme un autre babeliote, j'aurais aimé voir le soulagement, la joie de Jonathan, lorsqu'il semble triompher de ses démons...
Une introspection analysée finement, une plongée dans les méandres du corps et de l'esprit qui fait réfléchir . Car n'avons-nous pas tous cette part d'obsession, de folie, qui ne demande qu'à s'exprimer?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4310
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
ArakasiArakasi   29 juillet 2013
Il avait penché la tête sur le côté et fixait Jonathan de son œil gauche. Cet œil, un petit disque rond, brun avec un point noir au centre, était effrayant à voir. Il était fixé comme un bouton cousu sur le plumage de la tête, il était dépourvu de cils et de sourcils, il était tout nu et impudemment tourné vers l'extérieur, et monstrueusement ouvert ; mais en même temps il y avait là, dans cet œil, une sorte de sournoiserie retenue ; et, en même temps encore, il ne semblait ni sournois, ni ouvert, mais tout simplement sans vie, comme l'objectif d'une caméra qui avale toute lumière extérieure et ne laisse passer aucun rayon en provenance de son intérieur. Il n'y avait pas d'éclat, pas de lueur dans cet œil, pas la moindre étincelle de vie. C'était un œil sans regard. Et il fixait Jonathan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mandarine43mandarine43   08 août 2011
[ Incipit ]

Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient l'ordonnance de sa vie.
La plupart des événements de ce genre se situaient, Dieu merci, fort loin dans les temps anciens de son enfance et de sa jeunesse, et il préférait ne plus s'en souvenir du tout, ou bien alors ce n'était qu'avec un extrême déplaisir. Ainsi, un après-midi d'été, du côté de Charenton, en juillet 1942, comme il revenait de pêcher à la ligne - il avait fait un orage, ce jour-là, et puis il avait plu, après une longue période de chaleur, et sur le chemin du retour, il avait ôté ses chaussures, avait marché pieds nus sur l'asphalte chaud et trempé, il avait pataugé dans les flaques, plaisir indescriptible... - il revenait donc de pêcher à la ligne et avait couru à la cuisine, pensant trouver sa mère en train de préparer le repas, et voilà que sa mère n'y était plus, il n'y avait plus que son tablier, jeté sur le dossier de la chaise. Son père lui avait dit que sa mère était partie, elle y avait été obligée, pour un voyage qui durerait assez longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NadaelNadael   06 juin 2010
Il se sentait plus vieux d'au moins vingt ans, et plus petit de vingt centimètres, bombardé qu'il était depuis des heures par l'ardeur extérieure du soleil et l'ardeur intérieure de sa rage qui le liquéfiaient ou le ramollissaient , oui, c'était plutôt une impression de ramollissement qu'il avait, car il ne sentait déjà plus du tout l'humidité de la sueur ; il était ramolli et érodé, chauffé à blanc et écaillé comme un sphynx de pierre au bout de cinq mille ans ; et avant longtemps il serait totalement desséché et calciné et ratatiné et émietté, il tomberait en poussière ou en cendre, à cet endroit où il se tenait encore à grand-peine sur ses jambes, et n'y serait plus qu'un minuscule tas d'ordure, jusqu'à ce qu' enfin un coup de vent violent l'emporte, ou que la femme de ménage le balaye, ou que la pluie l'entraîne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
araucariaaraucaria   11 septembre 2016
Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient l'ordonnance de sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
jeunejanejeunejane   25 février 2018
Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre évènement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les évènements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient l'ordonnance de sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Patrick Süskind (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Süskind
Adaptation #26 : Le Parfum
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Parfum

Quel est le sous-titre du roman ?

Histoire d'un parfumeur
Histoire d'une femme
Histoire d'un meurtrier
Histoire d'un phéromone

10 questions
3844 lecteurs ont répondu
Thème : Le parfum de Patrick SüskindCréer un quiz sur ce livre
.. ..