AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782700250961
192 pages
Éditeur : Rageot Editeur (16/03/2016)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Août 1934, Belle-Île-en-Mer. Au bagne d’adolescents, un surveillant frappe trop fort… L’émeute éclate. Une centaine de garçons réussissent à fuir et gagnent la lande. Gab les yeux gris, le Râleur et quelques autres tentent de trouver des vêtements et un abri sûr pour échapper à la traque. Mais où chercher de l’aide ? Bientôt Gab croise la route d’Aël, qui connaît le coin comme sa poche et tente aussi d’échapper au destin que l’on a tracé pour elle…
Inspirée d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  04 juin 2016
Au bagne d'enfants de Belle-Ile-en-Mer, la discipline est stricte et les surveillants sévères. Mais un jour, une émeute éclate et une cinquantaine d'enfants s'enfuient dans la lande. Gab et quelques autres espèrent ainsi échapper à la violence qu'ils subissent quotidiennement et croisent le chemin d'Aël, une jeune habitante qui rêve elle-aussi de liberté. Mais une prime est offerte pour leur capture et la traque commence...
J'ai vraiment trouvé ce roman intéressant, d'autant plus qu'il s'inspire d'une histoire vraie qui a eu lieu en 1934. Personnellement, je ne connaissais pas l'existence de ces établissements pénitentiaires pour enfants et je pense qu'il est important de mettre en lumière ces événements pour montrer aux jeunes d'aujourd'hui à quel point les choses ont évolué (et heureusement).
L'histoire est prenante, le ton sonne juste et les actions s'enchainent à un rythme effréné.
A noter que ce roman a été écrit dans le cadre du Feuilleton des Incos où l'auteur soumet son texte au fur et à mesure de son écriture à plusieurs groupes d'enfants qui commentent et réagissent ainsi à chaque chapitre via une correspondance internet.
A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
305Violettes
  20 janvier 2020
Le livre "traqués sur la Lande" est un roman inspiré de faits réels, qui est principalement destiné aux adolescents. Il a été écrit par Jean-Christophe Tixier un écrivain français né en 1967 à Pau. Ce roman a été publié le 16 mars 2016 aux éditions "Les incorruptibles".
L'auteur y raconte deux histoires qui, au début du roman, paraissent distinctes au début mais qui se réunissent petit à petit jusqu'à n'en former plus qu'une à la fin du livre.
Chacun de ces récits se déroule à Belle-Ile-en-Mer, une île française qui est située au Sud de la Bretagne. Dans un premier temps il nous raconte la vie de jeunes garçons dans un bagne qui ne rêvent que de s'enfuir de cet endroit où ils sont maltraités. Un jour, une révolte va éclater et une centaine d'entre eux réussit à s'enfuir, parmi eux se trouve Gabriel qui sera l'un des personnages principaux du roman. A côté de ça, l'auteur décrit au lecteur la vie d'Aël, une jeune fille du même âge (environ 17 ans) qui est battue par son père et qui n'a eu droit à aucune éducation car il l'en a toujours empêchée. Son unique objectif est qu'elle se marie avec un homme suffisamment riche et qu'il puisse en profiter pour quitter Belle-Ile. J'ai beaucoup apprécié "Traqués sur la Lande" qui d'après moi est un livre très bien écrit, vraiment intéressant mais aussi poignant.
Pour commencer, j'ai beaucoup appréciée la construction du livre. La parole alterne entre Gabriel et Aël, donc on change totalement de décors à presque chaque chapitre ce qui rend l'histoire beaucoup plus vivante. En effet, cela limite les répétitions et laisse également place à du suspense puisqu'à chaque fois que l'on change de personnage, on fait une pause dans l'histoire et ces pauses ont majoritairement lieu à des moments de rebondissement. Pour cette raison, ce roman est en quelque sorte comparable à une série ; comme si en un seul livre on avait plusieurs épisodes différents et qu'il fallait attendre à chaque fois avant de pouvoir continuer l'histoire. de plus la manière avec laquelle le récit est raconté est à la fois simple et complexe car l'auteur utilise un vocabulaire accessible, du langage courant mais il est toujours très précis dans ses descriptions, par exemple lorsqu'il nous décrit le bagne il nous parle même des plus petits détails et ça permet au lecteur de rentrer plus rapidement dans l'histoire.
Ce qui m'a plu dans ce livre c'est aussi le fait d'avoir découvert une histoire qui pour moi est vraiment intéressante et dont je n'avais jamais vraiment entendu parler alors qu'elle s'est réellement déroulée. Ce livre a été publié pour dénoncer, en quelque sorte, la violence que l'on faisait subir aux enfants du bagne, et dans le tout premier chapitre, le moment qui m'a particulièrement surprise c'est lorsque l'on apprend que Ferdol, l'un des bagnards a mangé son fromage avant sa soupe et pour cette raison il s'est fait insulter et frapper par les surveillants jusqu'à se faire briser les côtes. Et je trouve que cette punition est extrêmement sévère pour finalement presque rien.
C'est aussi révoltant de voir la façon avec laquelle des enfants peuvent être traités que ce soit pour les bagnards qui pour certains ont seulement 8 ans ou pour Aël qui est battue par son père.
Ce roman nous montre très bien que la peur est souvent due à l'ignorance car tout au long de l'histoire, Aël nous explique à quel point les villageois ont peur des enfants du bagne. Ils disent que ce sont des meurtriers, qu'ils sont extrêmement dangereux. Cependant, Gabriel nous explique (avec un avis réellement objectif) que la majorité des bagnards sont juste des enfants qui ont été abandonnés par leurs parents et qui ont été obligés de voler un peu de nourriture pour survivre. Par exemple un d'eux explique qu'il s'est retrouvé au bagne pour avoir volé 2,50 francs ce qui correspond à un peu moins de 40 centimes. Et à cause de ces 40 centimes il va passer toute son enfance à être frappé, insulté et presque pas nourri.
Pour finir, j'ai apprécié l'atmosphère du récit, comme une grande partie se déroule dans la nuit ça rend l'atmosphère plutôt sombre et un peu pesante. de plus on assiste régulièrement à des passages de poursuite dans lesquels Gabriel et ses compagnons essayent de fuir les surveillants du Bagne et les villageois qui sont à leur trousses. J'ai aussi trouvé que l'on se met facilement à la place des personnages, parce que l'auteur ne fait pas trop de descriptions physiques mais beaucoup de descriptions morales des personnages, ce qui permet, d'après moi, au lecteur de mieux comprendre ce qu'ils ressentent.
Pour conclure, "traqués sur la Lande" est un livre très bien écrit, il permet vraiment de comprendre la souffrance et l'injustice de la situation de ces enfants. Et pour moi ce livre est une belle façon de leur rendre hommage. Je trouve que c'est une histoire très poignante et très rythmée qui se lit vraiment d'un seul coup. Et c'est pour ces raisons que je recommande ce livre.
Julie
-------------------------------------------------------------------------------------
Traqués sur la lande est un roman jeunesse écrit par Jean-Christophe Texier en 2016. Cette histoire nous fait découvrir la vie dans un bagne isolé du reste du monde et elle retrace plus particulièrement la cavale de cinq des prisonniers de ce bagne.
Mon avis sur cette oeuvre est assez positif. L'histoire m'a énormément plu car elle contient une histoire d'amour très passionnée, instantanée et par-dessus tout authentique. Très peu d'amours sont aussi forts et puissants, cette version idéalisée nous fait rêver et la sensation de rêve est tout simplement l'une des plus belles sensations qu'un être humain puisse ressentir. Pour avoir le privilège de pouvoir ressentir des sensations peu ordinaires et plus particulièrement celle de rêver, ce livre sera une très bonne oeuvre à mes yeux.
Cependant lorsqu'un livre semble aussi parfait il est rare qu'il n'y ait pas une faille qui contraint à la perfection. Cette oeuvre n'est malheureusement pas une exception. La fin du livre a été très décevante car l'oeuvre était vraiment proche d'être l'une des meilleures que j'ai pu lire mais cette fin était trop ouverte à mon goût. Je pense que si Aël avait pu partir avec Gabriel et Antoine l'histoire aurait été parfaite, tel un conte de fée. D'un autre côté peut-être que Jean-Christophe Tixier a voulu montrer que justement la vie n'en est toujours pas un. Parmi ces deux options j'aurais choisi la première, cela me déçoit donc qu'il ait plutôt opté pour la seconde mais je comprends tout de même ce choix.
Malgré le petit point noir qu'est la fin du livre ce roman m'a beaucoup plu et certains personnages m'ont marquée. Alors oui ils ne m'ont pas tous plu mais la plupart oui. Tout d'abord j'ai adoré le personnage de Gab (Gabriel) car il est protecteur et son histoire est touchante, je le trouve assez sain d'esprit pour une personne qui a été confiée à l'assistance publique peu de temps après sa naissance et dont la seule source de motivation depuis plusieurs années est l'espoir de retrouver sa soeur à Londres. Ensuite il y a le Cogneur, ce personnage a retenu mon attention car il m'a fait énormément de peine. le fait qu'il ait pu penser qu'il était obligé de s'inventer un meurtre pour pouvoir être intégré dans un groupe de « gamins du bagne » est assez émouvant, de plus c'est un personnage qui veut exceller dans tous les domaines, je pense que personne ne l'a jamais encouragé ou félicité et ça a dû lui manquer dans sa vie, tout comme l'absence d'une figure paternelle qui s'est transformé en une hantise. Sa mort a été le passage le plus triste de tout le roman pour moi car non seulement il meurt en tombant de la falaise et il est laissé sur les rochers comme une vulgaire algue, mais en plus il ne trouvera jamais l'amour dont il a tant besoin. Après il y a les personnages du Lion, de Demi-Lune et du Morveux, autrement dit les acolytes de Gab, que j'ai beaucoup appréciés car ils étaient tous soudés et prêts à tous les uns pour les autres et je trouve que les groupes d'amis similaires à celui-ci, presque comme similaire à une fratrie, sont très admirables. Mon personnage préféré du roman fut le Râleur car ce n'était peut-être pas le personnage principal mais j'ai vraiment adoré sa personnalité car c'était celui qui faisait n'importe quoi sans trop réfléchir et je l'ai trouvé assez drôle, et en plus de cela c'était le bras droit du personnage principal, j'ai trouvé dommage que ce soit le premier arrêté par les chasseurs de prime. En revanche j'ai détesté Aël car elle voulait beaucoup trop attirer l'attention alors que ce n'était pas non plus entièrement grâce à elle que les garçons ont pu s'enfuir, elle jouait trop les héroïnes à mon goût, c'était fort agaçant.
J'ai trouvé un peu dommage que l'on ne parle pas trop du contexte historique car l'histoire se passe en 1934 pendant l'entre-deux guerres et il n'y a aucune trace qui évoque cette période.
Je recommande donc cette oeuvre pour les raisons précédentes malgré une fin décevante.
Chloé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Clem_5
  26 octobre 2017
Sixième et donc dernière lecture du Prix des Incorruptibles 2017-2018 niveau 5e-4e. Traqués sur la lande était loin d'être le livre de la sélection qui me tentait le plus cette année - preuve en est, c'est celui que j'ai lu en dernier - et pourtant il fait partie des deux livres susceptibles de recueillir mon vote.
Dès le départ Jean-Christophe Tixier nous plonge dans l'enfer des bagnes pour enfants : un jeune garçon est appelé au centre du réfectoire par le surveillant pour recevoir une punition - on pourrait plutôt parler de violence gratuite - pour avoir commencé à manger son fromage avant d'avoir fini sa soupe. C'est le coup de trop pour Gab et ses compagnons d'infortune qui improvisent une mutinerie. Ils n'ont plus qu'une seule solution pour survivre désormais : s'échapper de la colonie pénitentiaire. Mais cette colonie se situe à Belle-Île-en-Mer et une chasse à l'homme se met immédiatement en place sur l'île pour retrouver les jeunes "bandits". Gab, le Râleur et les autres doivent à tout prix quitter l'île.
En s'inspirant d'un fait réel ayant eu lieu en 1934, l'auteur a crée un univers haletant : une course poursuite quasiment à huis clos. A l'époque où les escape games font fureur, nous avons ici droit à une version grandeur nature où les enfants et adolescents doivent s'échapper pour rester en vie.
J'ai eu beaucoup de compassion pour ces si bien nommés "mal-aimés", abandonnés par leurs familles suite à des délits ou, bien pire, sans aucune raison. le personnage de Gab est particulièrement attachant puisqu'il tente de prendre soin de sa troupe tout en s'accrochant à ses rêves. On veut vraiment qu'il trouve une issue pour vivre des jours meilleurs.
Pendant ce temps Aël vit avec un père qui ne voit en elle qu'une paire de bras pour gagner de l'argent et une mère soumise à son mari. Elle a la chance de vivre avec sa famille et pourtant sa situation n'est pas tellement meilleure que celle des garçons du bagne. Son père refuse de l'éduquer et cherche seulement à la marier à un bon parti. Aël rêve d'une meilleure vie. A elle de trouver des stratagèmes pour ne pas finir comme sa mère, sous les ordres d'un mari qu'elle n'aime pas. La jeune fille est débrouillarde : son caillou dans le sabot vient calmer les ardeurs des messieurs qui inondent les tavernes du port où son père l'oblige à aller se montrer. Et débrouillarde, elle va devoir l'être encore plus lorsqu'elle va faire la rencontre de Gab.
On passe très peu de temps dans le bagne, mais Jean-Christophe Tixier nous dépeint très bien le cruel quotidien des jeunes garçons, sans pour autant en faire un roman trop violent comme c'est souvent le cas en littérature jeunesse aujourd'hui (U4, Hunger Games, etc.). Belle-Île-en-Mer est aussi joliment décrite, même si vu ce qui se passe dans le roman - et s'est réellement passé il y a 80 ans -, on n'a pas spécialement envie d'y mettre les pieds.
Ce livre contient également des touches de romance. J'ai trouvé ça très bien dosé dans l'ambiance étouffante de la traque. Mention spéciale aux liens entre certains titres de chapitres comme "La faute des uns..." "... la fuite des autres". Dès le début l'auteur annonce la couleur en apportant une note d'espoir à la révolte vitale de nos héros.
Traqués sur la lande devrait plaire aux adeptes des dystopies du style Hunger Games ou Méto en France où les adultes empêchent les enfants de s'épanouir et font d'eux des bêtes, même s'il s'agit là de faits réels et non pas de science-fiction. L'auteur nous raconte d'ailleurs la vraie histoire en deux-trois pages à la fin et c'est assez effrayant de penser que ça a vraiment existé. Il y a de l'action, de l'introspection et des bons sentiments, le tout dans un ouvrage relativement court et rapide à lire. J'ai beaucoup aimé la fin de l'histoire, même si je serais bien allée plus loin avec nos deux héros. Avec quelques pages de plus je lui donnais 5/5, mais j'ai là un avis d'adulte. Je vous conseille vivement ce roman pour les CDI de collège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ValerieLacaille
  21 septembre 2017
Un roman jeunesse agréable à lire, d'autant plus qu'il permet de prendre connaissance de l'existence de bagnes pour enfants en France puisque l'histoire est basé sur un faits divers réel lié à ce genre d'établissement. En effet, dans ces pénitenciers, les gardes étaient en fait bien souvent des tortionnaires sadiques, et c'est sur la révolte qui a suivi le coup de trop envers un enfant, que s'ouvre le récit.
Gab, le personnage principal, en profite ainsi que d'autres jeunes prisonniers, pour prendre la fuite, mais le bagne étant situé sur l'île de Belle- île- en- Mer, il est difficile de se cacher pour espérer atteindre un navire qui leur permettra de rejoindre le continent et la liberté qui, elle seule; peut rendre tout quidam incognito.
Avec le Râleur, Demi-Lune, le Morveux et le Lion, c'est une longue partie de cache-cache avec les gardiens à leur trousse qui s'annonce. Lorsque le hasard met Aël, jeune fille qui connaît l'île comme sa poche, sur leur route....
Commenter  J’apprécie          100
ogmios
  24 septembre 2016
Coup de coeur pour ce roman dont je trouve l'écriture très aboutie et le scénario sans faille. de savoir que ce récit s'inspire de faits réels ajoute à l'émotion, mais mêle sans cette précision, Jean-Christophe Tixier a su agencé à la perfection les différentes parties de son intrigue pour embarquer le lecteur dans une histoire captivante. J'ai adoré les deux personnages principaux Gab et Aël (le choix des prénoms est une réussite) tout en nuance et que l'on aimerait retrouver dans une suite pour continuer à les voir évoluer, eux qui n'en sont qu'au début de leur histoire. Mais s'ils sont si intéressants c'est aussi par la présence des personnages secondaires traités avec autant d'attention par l'auteur. J'ai aussi beaucoup apprécié que dans la surenchère de violence que l'on trouve dans la littérature jeunesse, J.C Tixier ait su rappeler que l'on pouvait juste suggérer sans tout décrire pour rendre aussi oppressant des scènes de lutte, des mauvais traitement. En peu de mot mais en les choisissant avec soin, dans les pages dans lesquelles on sent une violence effrayante, tout est dit sans heurter le lecteur mais en lui laissant toute sa part pour imaginer et participer à élaborer sa propre lecture du texte : c'est ça la littérature. Pas un faux pas tout au long de ce texte, la fin est très réussie, l'auteur sait nous surprendre et nous séduire avec une histoire âpre et douloureuse : je gage que ces personnages et l'histoire de ces sinistres colonies pénitentiaires habiteront le lecteur pour un moment encore une fois la dernière page tournée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet   12 septembre 2016
Sur à peine un jour, le rythme des événements est dense, et l’aventure serait presque captivante, distrayante si des jeunes vies n’étaient pas en jeu, sur un fond de drame honteux.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
MissYasakiMissYasaki   14 juin 2020
II détenait le pouvoir. Celui de dispenser sa justice. Une justice dont-il puisait les obligations dans le règlement, qu'il appliquait à sa manière. Reprenant à son compte les propos du directeur qui affirmait que "sans l'ordre et la discipline, l'espoir de remettre les colons dans le droit chemin n'existe pas", il veillait à ce que chacun file droit. Une fois que le Bourreau avait rappelé le règlement, il frappait. Des gifles, des coups de pied, des coups de clés, sans jamais chercher à se contrôler. Rares étaient ceux à y avoir échappé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
livelenelivelene   05 janvier 2017
Une fois le bourreau avait rappelé le règlement, il frappait.
Commenter  J’apprécie          61
MissYasakiMissYasaki   14 juin 2020
La colonie pénitentiaire de Belle-Île était peuplée de quelques meurtrier, de nombreux voleurs et, en grande majorité, de garçons qui avaient eu pour seul tort d'avoir été confiés à l'assistance publique juste après leur naissance. Des garçons qui n'avaient eu d'autre choix que de vagabonder, de chaparder pour se nourrir et, pour échapper aux mauvais traitements, de fuir les familles dans lesquelles ils avaient été placés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissYasakiMissYasaki   14 juin 2020
Personne ne se souciait d'après. Que pouvait signifier après quand on était là depuis 10 ou 12 ans pour certains, avec la certitude d'y demeurer jusqu'à 18 ans, voire même 21 ans pour beaucoup ? La rage appartenait à l'instant. Un débordement incontrôlable, nourri par des années de mauvais traitements et de privations.
Commenter  J’apprécie          00
MissYasakiMissYasaki   14 juin 2020
Par les fenêtres brisées pénétra un vent capricieux, chargé des parfums puissants de la lande proche, conjugués aux effluves iodés de l'océan. Plus fort que les odeurs de crasse et de vieille sueur mêlées, ce vent avait le goût singulier de la liberté.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Christophe Tixier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Tixier
Ancien professeur et formateur, Jean-Christophe Tixier écrit des livres jeunesse et des polars. Avec son dernier roman "Les Mal Aimés", l'auteur nous plonge dans une histoire glaçante sur l'horreur des bagnes pour enfants qui s'appuie sur les archives départementales de l?Hérault. Un livre poignant et d?une sobriété implacable avec lequel nous remontons le temps lors de l'interrogatoire de son auteur devant les caméras de BePolar, lors du festival Quais du Polar 2019.
Découvrez toutes les interviews de Quais du Polar : https://www.bepolar.fr/Web-TV-Quais-du-Polar-2019-178
autres livres classés : belle-îleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..