AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782505018858
168 pages
Dargaud (25/01/2013)
4.18/5   60 notes
Résumé :
Enfin la réédition de l'intégrale de Berceuse assassine, la trilogie culte scénarisée par Philippe Tome qui nous a fait découvrir le grand talent du dessinateur Ralph Meyer ! On envie ceux qui vont découvrir ce scénario pour la première fois : une histoire à trois voix, chaque tome de ce triptyque ayant un narrateur différent. Un polar extrêmement intelligent, des personnages noirs, très noirs, détruits par la vie et la ville, un dessin incroyable. Assurément l'un d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 60 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  28 août 2015
Dans les rues sombres de New-York, un taxi jaune. A son volant, Talenko, chauffeur de nuit. Souvent la main sur son coeur fragile pour surveiller ses battements. Au petit matin, il rentre chez lui après sa nuit de travail. Et le cauchemar commence. Sa femme l'attend, sur son fauteuil roulant, ayant perdu l'usage de ses jambes. Malgré les roses ou l'attention qu'il lui porte, elle ne cesse de lui faire des reproches, l'accusant de sentir la cigarette ou d'avoir raté sa vie. Mais, cette nuit, il a décidé de la tuer. Cela a commencé par un stupide accident. Il renverse un jeune dealer en rollers. Dès que ce dernier se relève, il le braque avec une arme. Les flics arrivent juste à ce moment-là, le jeune homme s'enfuit, lançant son arme dans une bouche d'égouts. Les flics prennent le dealer en chasse tandis que Talenko va récupérer le flingue...
 
Une construction intelligente et efficace pour cette intégrale qui reprend les trois tomes. En effet, chacun donne parallèlement la parole et le point de vue des trois protagonistes, le tout formant une sorte de puzzle savamment élaboré. le mystère s'épaissit autour de Talenko et Martha pour ne s'éclaircir qu'à la toute fin. Comment la jeune femme s'est-elle retrouvée dans ce fauteuil roulant? Pourquoi son mari veut-il la tuer? Quel secret détiennent-ils? Philippe Tome nous plonge dans ces rues new-yorkaises vers une sombre histoire de vengeance emplie de personnages énigmatiques, haineux et plutôt inquiétants, le tout parfaitement orchestré. Ce polar noir est une réussite en tout point, aussi bien au niveau du scénario que du dessin. En effet, le dessin de Ralph Meyer est en parfaite harmonie avec cette ambiance inquiétante: un trait semi-réaliste, un découpage impeccable, une mise en page dynamique et une bichromie réhaussée intelligemment de jaune. 
Un cahier inédit de quelques pages à la fin de cette intégrale finissent de nous combler!
Une Berceuse assassine qui ne risque pas de nous endormir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
celestineh
  05 février 2019
Une ambiance de roman noir à New-York. Chacun des trois albums raconte la même histoire mais adopte le point de vue de trois personnages différents :
Joe est chauffeur de taxi. Il hait son épouse Martha et veut se débarrasser d'elle. Comment faire ?
Martha hait tout aussi ardemment son mari. Elle est gravement handicapée. Pourquoi ? Que s'est-il passé entre eux de si grave pour nourrir un tel désir de vengeance ?
Dillon est SDF et rôde près du domicile de Martha et Joe. Pourquoi ? Quel est son lien avec ce couple ?
J'ai ressorti cette bd de mes placards et j'avoue que ce fut une bonne surprise. Même si l'histoire est un peu trop shootée à la testostérone pour moi, elle est bien construite.
Et surtout les dessins sont très beaux, avec peu de couleurs si ce n'est le jaune du taxi de Joe.
Commenter  J’apprécie          240
morganex
  01 août 2021
« Berceuse assassine » est une trilogie BD signée Philippe Tome (scénario) et Ralph Meyer (dessins). Les épisodes (« le coeur de Télenko », « Les jambes de Martha » et « La mémoire de Dillon ») datent respectivement de 1997, 1999 et 2002 ; une intégrale est sortie en 2008.
Le tout constitue en BD une oeuvre étonnante, à mon sens un chef d'oeuvre de par son originalité et la maitrise de sa forme. Elle est à nulle autre pareille (à ce que je connais du genre). Sa singularité provient d'un procédé narratif rare dans le domaine : celui choral qui donne tour à tour la parole, autour des faits en cours, à un nombre restreint de protagonistes. C'est un triptyque, un récit à voix multiples. L'équivalent en vignettes, dessins, couleurs et phylactères de romans tels que « L'été meurtrier » de Sébastien Japrisot et «Le cercle de la croix » de Ian Pears. La ressemblance n'est pas tant de fond (les thèmes ne cousinent pas) que de forme. le narrateur-BD, reprenant les faits, change à chaque épisode, celui du roman à chaque chapitre ou partie du récit. Trois des protagonistes de « Berceuse assassine » viennent, tour à tour, en devant de scène et en « Je narratif », nous présenter leurs propres visions des mêmes événements. Chacun détient une vision différente (et par là même une part de vérité) du déroulé d'un drame qui les concerne tous. Chaque début de tome reprend tout à zéro dans la perspective d'un seul point de vue ; l'intrigue s'enrichit peu à peu de faits jusqu'alors cachés ou que le personnage en cours est le seul des trois à connaitre. Un ressenti en cache un autre. A la convergence de trois parallèles et du brassage d'autant de destins émerge un effet puzzle, nait un tout plus grand que la somme de ses composants.

« Je me souviens, c'est cette nuit-là que j'ai décidé de tuer Martha »
New-York. de nos jours …
… la nuit (le noir de l'encre de Chine en larges tâches sombres au coeur des vignettes, occultant le ciel, mangeant les façades des gratte-ciels, cernant les lueurs de réverbères, piégeant dans la lumière les vies qui s'agitent et les recrachant aussitôt dans l'ombre, mortes ou vives) ;
… la pluie (toute en longues hachures obliques, en brèves zébrures sur les flaques aux creux du bitume, sous la lumière rasante des phares allumés) ;
… les innombrables néons publicitaires ; les graffitis sur les murs blafards du métro
... et cette faune interlope de la Grosse Pomme :
« Des déjantés, des drogués, des criminels ... [ ] … La moitié de cette ville vit avec une arme greffée dans la main. »
Télenko. La quarantaine élancée mais désabusée. Des restes de beau gosse. Lunettes Rayban, coupe à la brosse et silhouette à la Paul Newman. Mais pour en faire quoi, sinon se mentir à soi-même et aux autres ? Derrière la façade : une ruine. Insuffisant cardiaque guettant les soubresauts anarchiques d'une bradycardie arythmique si proche par instants du tracé plat. On fait avec quand la tune n'est pas là. Surmenage, tabac et alcools blancs bien au-delà du raisonnable. Son job : yellow cab driver de nuit. Marié sans enfant. Son épouse, Martha : en fauteuil roulant, paraplégique dont il s'occupe seul, hargneuse et revêche, critique acerbe de tout ce qu'il peut dire ou faire, revancharde, surtout malheureuse. Entre eux, l'amour s'est enfui ; ne subsiste qu'une haine viscérale ; seule la mort de l'un ou de l'autre pourra l'apaiser. Télenko : Une existence morne entre garde-malade martyr et barjots de nuit imprévisibles sur la banquette arrière de son taxi …
« Je ne t'accorderai pas le divorce. On ne divorce pas d'une épouse à roulettes, Telenko .. ! »
« J'ai rêvé Télenko, j'ai rêvé que tu m'assassinais .. ! »
… désir de meurtre « accidentel », pour enfin en finir, se sentir libre, recommencer une vie.
… Un index sur la queue de détente d'un révolver. Sa cible : une nuque, celle de Martha face à un miroir…
Télenko toujours. Parmi ses relations amicales : un médecin qui a perdu sa femme d'une maladie tropicale, soignée à domicile jusqu'au décès … Telenko flaire le crime parfait, mais c'est un ami qu'il peut comprendre, dont il peut s'inspirer …
Rien, bien entendu, ne se passera comme prévu (pour les trois intervenants … à moins qu'un quatrième).
La suite appartient au récit ...
CE QUE J'EN PENSE : le premier tome est une transposition à l'américaine d'un thème cher au polar made in France des années 50's et 60's. On y retrouve un couple au bord de l'implosion, auto-détruit à bas bruit, prisonnier de lui-même, pris à son propre piège, au-delà de l'apex de la haine, dans un lent processus criminel vers le point de non-retour, dans la maturation de mises en scène appelées à tromper la police. Cette situation matrimoniale classique fut récurrence presque constante des Special-Police du Fleuve Noir d'antan. le thème serait ici bateau si les deux tomes surajoutés ne complexifiaient pas la situation ; on y retrouve peu à peu les faits derrière les faits, les non-dits, les mensonges enfin à la lumière, les poupées gigognes dans les poupées gigognes. Chaque tome apporte son poids au drame en cours.
Le déroulé des vignettes est débridé, rapide, tendu, cinématographique. Nombre d'entre elles sont sans bulles, le dessin se satisfaisant sans problème de lui-même. Les textes sont hachés ; l'introspection des héros, bien que par instants assez prévisible, est omniprésente et empathique. Les propos sont secs, à l'emporte-pièces, comme découpés dans un polar US des 50's.
Les dessins sont heurtés, cadrés comme au cinéma ; en jaillit un sentiment d'urgence et paradoxalement de parfaite fluidité, par maitrise d'un 9ème art ici parfaitement contrôlé. Les couleurs sont ciblées ambiance morose : dans les marrons, les ors et les noirs ; y émergent angoisse et suspens.
C'est une pleine réussite. Laissez-vous tenter ..!

Lien : https://laconvergenceparalle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
bdelhausse
  18 avril 2017
Découverte, objet bédéesque non identifié, incontournable... bref, je suis (après une nuit) toujours très emballé par ce premier tome qui utilise avec brio les codes du roman noir années 50.
L'utilisation du noir et blanc, avec des pointes de jaune pour le taxi, outil de travail du personnage central, renforce ce côté désespéré, dépourvu d'horizon. C'est très bien vu. Techniquement, le dessin est irréprochable. Et l'idée de laisser l'extérieur de la planche en blanc, tout en noircissant les espaces entre les cases rend l'ensemble très lisible. Toute une planche sur fond noir, c'est parfois à la limite de l'écoeurement.
L'histoire est menée à vive allure... le personnage central est un chauffeur de taxi qui déteste son métier, son taxi et sa femme (propriétaire du taxi...), paralysée des jambes (et on devine que le chauffeur de taxi y est pour quelque chose) qui déteste son mari... Lui est doté d'un coeur qui donne des signes de fatigue. Et cela donne parfois droit à un comptage au fil des cases, le temps que le coeur se remette à fonctionner plus ou moins normalement, à chaque événement soudain.
Il a pour idée de tuer sa femme, mais n'y arrive pas. Quelle déception de découvrir que l'on n'a pas assez de tripes pour tuer de sang-froid un être que l'on déteste autant.
Alors il "loue" les services d'un malfrat en lui sauvant la vie... mais (douce ironie des romans noirs) au moment où le tueur doit régler son compte à la femme, le chauffeur de taxi prend un client qui lui demande d'aller... à deux pas du lieu du meurtre. Point de vue alibi... c'est loupé. Pas le choix... il faut interrompre le contrat...
C'est vif, haletant, lourd, sombre, bourré d'idées (qui ne renouvellent pas le genre, mais tiennent la route). Bref, cela appelle la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
marietjf
  02 mai 2021
Cette intégrale regroupe les 3 tomes de cette histoire sordide, noire … un délice de tryptique ! Original par son scénario à 3 voix. 3 tomes et 3 narrateurs, 3 points de vues différents. Original aussi par sa puissance graphique en sépia avec des personnages marqués et marquants qui signent les débuts en BD de Ralph Meyer.
Si le tome 1 nous est conté par les yeux de Joe et le tome 2 par ceux de Martha (sa femme qu'il veut donc tuer), le tome 3 est une vraie surprise et conclut en beauté cette série impressionnante de noirceur et de maîtrise.
Je ne veux rien spoiler et je n'en dirai donc pas plus, mais je comprends mieux pourquoi on m'empressait de lire cette berceuse qui pourrait bien vous empêcher de dormir !
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
marina53marina53   28 août 2015
La rancune est une prison que l'on décide de partager avec son bourreau.
Commenter  J’apprécie          480
BMRBMR   06 août 2007
... Si je me souviens, c'est cette nuit-là que j'ai décidé de tuer Martha.
Juste après avoir quitté Arthur au Café Caliente...
Commenter  J’apprécie          50
yanndallexyanndallex   18 février 2014
Essayez avec du savon même si cela ne suffira pas à vous rendre les mains propres.
Commenter  J’apprécie          30
yanndallexyanndallex   18 février 2014
Les lunettes, pour cacher ce regard veule, je peux comprendre...mais ce qui est plus difficile c'est que....
Tu pues de la gueule...
Commenter  J’apprécie          10
Erik_Erik_   08 octobre 2020
L'histoire n'est ni une réalité ni une vérité, elle est une berceuse pour adultes immatures.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Philippe Tome (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Tome
Un projet de 7 années. Un projet entre deux amis de 40 ans. L'immense fierté qu'il ait été confié, dès ses débuts, à notre jeune maison d'édition. L'immense tristesse que Philippe Tome ne soit plus avec nous. Une semaine avant de nous quitter, Philippe Tome nous envoyait le scénario de la dernière planche de la Mort à Lunettes. Un an et 22 jours plus tard, nous vous présentons son dernier titre, partagé avec Gérard Goffaux. Nous sommes, à jamais, reconnaissants de la confiance qu'il a accordée à notre maison d'édition et espérons que cet album vous plaira autant qu'à nous. https://kenneseditions.com/product/la-mort-a-lunettes/
+ Lire la suite
autres livres classés : taxiVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le petit Spirou tome 11: Tu ne s'ras jamais grand !

Qui est Spirou ?

un élève
un vieux
un parent

8 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Le Petit Spirou, tome 11 : Tu ne s'ras jamais grand ! de Philippe TomeCréer un quiz sur ce livre