AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2262018480
Éditeur : Perrin (24/08/2007)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 42 notes)
Résumé :

Georges Clemenceau fut l'homme aux quatre têtes : le Tigre qui déchire les ministères ; le dreyfusard qui mène pendant neuf ans le combat du droit et de la justice ; le premier flic de France qui dirige d'une main de fer pendant trois ans le ministère de l'Intérieur ; enfin le Père la Victoire qui, rappelé à 76 ans à la tête d'une France en guerre et au bord de l'abîme, conduit, indomptable, le p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
majero
  15 juin 2015
Comment fait Winock pour nous rendre cette 'brique' passionnante?
Premier chapitre, la capitulation de Paris devant Bismarck et ma découverte des communards, punis pour avoir été trop patriotes!
Ensuite découverte d'un Clémenceau sportif, provoquant avec enthousiasme de nombreux pairs en duel. Un Clémenceau précurseur, défendant l'enseignement obligatoire, laïque et gratuit, la journée de max 10 (8) heures, l'impot progressif sur les salaires, la suppression de la peine de mort...
La chute de l'homme politique reconverti en écrivain (pas super passionnant)
Un super épisode décrivant l'affaire Dreyfus, les fausse preuves fabriquées par les antisémites pour condamner cet officier juif.
Retour à la politique, sénateur,' justice' se transforme en 'liberté'. Il prône la séparation du culte et du pouvoir. Contrant le principe de la race supérieure et soucieux de ne pas diviser la force militaire de France, il combat le colonialisme.
puis ministre de l'intérieur au moment de mâter de terribles grèves. Alors que dans ma Belgique, les grévistes sont fusillés dans plusieurs villes, Clémenceau fait tout pour éviter la violence, ce qui lui ouvre à 65 ans le siège de président du conseil. Et alors que sa vie s'est déroulée dans l'opposition, il peut enfin montrer ce qu'il est capable de construire.
C'est la guerre, et de retour au journalisme, il exhorte au patriotisme à un point tel qu'en 1918 on le nomme ministre de la guerre et chef de gouvernement. Il fait le ménage, Joffre remplace le défaitiste Pétain, et laissant dans l'ombre le président Pointcarré, il coordonne les forces alliées vers la victoire et les intransigeantes concessions demandées à l'Allemagne.
Emouvante aventure amoureuse avec Marguerite à 82 ans. Quel homme!!!!





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Diabolo44
  07 février 2018
Une biographie qui fait - à juste titre - autorité sur Clemenceau, dit "le tigre", un personnage incontournable de l'histoire de France de la fin du XIXème et du début du XXème siècle.
Un rude personnage, très controversé, bien que rendu presque intouchable par le rôle qu'il a assumé en prenant la direction du conseil des ministres à partir de 1917.
À la fois, on loue ses prises de position (son célèbre pamphlet anticolonialiste à l'assemblée nationale par exemple), son courage et sa détermination dans l'adversité (en tant que maire d'arrondissement sous la commune de Paris, ou en tant que premier ministre pendant la grande guerre, allant jusqu'à rendre visite aux poilus dans les tranchées, ou en tant que ministre de l'intérieur quand il créé les "brigades du Tigre"), on rit de ses bons mots (féroces) à l'égard de ses contemporains, mais à la fois aussi, on ne peut qu'être révolté par son attitude lamentable dans sa vie privée, par sa répression excessive des mouvements sociaux (crise du phylloxéra chez les vignerons en 1907), qui pose question pour un radical de gauche, et par son anti germanisme obsessionnel qui le pousse à figurer parmi les jusqu'au-boutistes du traité de Versailles qui nous précipitèrent tête la première dans un deuxième conflit mondial.
C'est peut-être dans ces derniers aspects que le livre de Michel Winock pèche un peu, à la lumière de tout ce que j'ai lu et vu d'autre sur Clemenceau. Non pas que son "Clemenceau" puisse être considéré comme une apologie du personnage, loin de là, mais je trouve quand même qu'il traite les zones d'ombre du tigre avec moins de rigueur que les zones de lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ferdinandcretin
  25 juillet 2008
Très bon livre très agréable à lire. Il décrit très bien la vie de Clemenceau ainsi que le jeu politique.
Je regrette deux choses:
1- La question récurrente sur Clemenceau, homme de gauche qui me parait bien anachronique étant donné que la gauche de l'époque représentait l'ensemble des républicains (peut-être que si j'étais de gauche, je trouverais la question fort à propos ;-)
2- La conclusion un peu hâtive à mon sens sur la vision coloniale de Clemenceau. L'auteur semble penser (j'extrapole peut-être un peu) que l'histoire a prouvé que l'anticolonialisme de Clemenceau lui donnait raison. le livre montre que Clemenceau voulait concentrer les forces françaises sur le territoire d'origine afin de se préparer au conflit avec l'Allemagne.
Mais il oublie alors le poids de l'armée coloniale dans la guerre (à peu près 8% des mobilisés).
Mais je recommande tout de même ce livre que j'ai lu avec un énorme plaisir.
Commenter  J’apprécie          40
jsgandalf
  28 mai 2012
Clemenceau tout le monde connaît. le père la victoire, le Tigre, l'homme de la commune. A pars ça que connaît-on de ce personnage hors norme, ne baissant jamais les bras, jamais battu, toujours combatif, sur tous les fronts de la vie politique, littéraire, fondateur de journaux. Au tournant du siècle, le plus grand homme que la France est eu. Les critiques fussent sur cette ancien gauchiste devenu de droite, mais sa pensé a-t-elle fait un brusque détour ou les critiques sont-elles non fondées, s'agit-il seulement d'une évolution, d'un approfondissement de sa pensé ? Il pensait de lui-même : « Je suis un anarchiste avec une part de conservatisme à déterminer ». Il osera se lever contre l'antisémitisme. En tout cas c'est un livre bien intéressant pour tous ceux qui aime l'histoire politique de leur pays. Un livre sur un personnage vif d'esprit à la répartie rapide, un homme qui ne resta jamais enchainé.
Commenter  J’apprécie          40
evh138
  09 mai 2017
En cette période d'indigestion électorale, où l'on réinvente la roue et s'étonne de tout, il est intéressant de plonger dans l'Histoire pour prendre du recul, nourrir et poser ses raisonnements et réflexions. La biographie dense et réflexive de Georges Clemenceau (1841-1929) écrite par l'historien de la gauche Michel Winock est passionnante à cet égard.
S'éclairer du passé pour mieux comprendre le présent, telle est l'ambition de l'auteur. En parcourant les 50 ans de citoyenneté engagée de Clemenceau, l'auteur retrace ces années folles du début de la Troisième République, en partant de la Commune de Paris (1871) jusqu'à l'organisation de la paix après la Première Guerre Mondiale. Cette période est fondatrice de la France moderne, à travers les débats sur l'instauration de la culture républicaine, l'Affaire Dreyfus, l'institutionnalisation des mouvements ouvriers, la question sociale, la question des coopérations européennes et surtout la laïcité.
Comme tous les grands hommes intéressants, Clemenceau a plusieurs facettes – plusieurs contradictions au sein d'une même cohérence. C'est un homme de gauche, profondément républicain, anticolonialiste et laïque, et même considéré d'extrême-gauche avant l'arrivée des révolutionnaires collectivistes. Et au final, un homme haï par la droite réactionnaire et par la gauche pure. le livre retrace son parcours à l'Assemblée, au Senat, à la tête du Ministère de l'Intérieur et comme Président du Conseil. Il termine en Père de la Victoire, après la guerre.
Ce qui m'a passionné dans ce livre, ce n'est pas tant le parcours, ni la personnalité – parfois ambiguë et nauséeuse – de Clemenceau, mais plutôt l'univers et les fractures de cette époque-là qui sont les fondements de nombreux débats d'aujourd'hui. Clemenceau est un réformiste pragmatique, au coeur du courant radical et ses joutes oratoires avec Ferry, Jaurès ou Briand sont éclairantes pour mieux comprendre la structure politique actuelle. En fait, rien n'a vraiment changé : il y a des bribes de Valls, de Mélenchon, de Fillon et de Macron dans ces pages, ce qui rend le livre très plaisant.
Lien : http://evanhirtum.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Michel Winock (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Winock
Michel Winock - Les lieux de l'histoire de France
>France : histoire>20e siècle>Troisième République: 1870-1945 (178)
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
748 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre