AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253012726
236 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/1976)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 275 notes)
Résumé :
Chaudière éventrée, pistons tordus, passerelles brisées...
Les vieilles houillères d'Aberfoyle, en Écosse, sont bien mortes. De mystérieux événements continuent pourtant de s'y dérouler... Un terrible mystère semble dissimulé au fond de la mine ! Dans l'épaisse obscurité, les galeries résonnent encore de coups de pic. Les souvenirs, sans doute ! Mais ces lueurs éphémères s'éloignant sans bruit... Les fées maléfiques des légendes écossaises ? Une voûte qui s'é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  08 mars 2016
L'histoire de la réouverture des mines d'Aberfoyle, abandonnée depuis des années, c'est celle de la lutte entre l'homme et la nature et d'une descente dans les abymes, peut-être pas aussi impressionnante que celle de Voyage au centre de la terre, mais tout de même...
Perçues par les personnages comme un nouvel Eden, mais un Eden sombre, souterrain, qui puise ses ressources dans l'exploitation de la roche, les mines d'Aberfoyle recèlent un univers d'espérance, certes, mais aussi un monde fantastique d'angoisses et de malheurs. C'est que dans ses entrailles un être mystérieux couve en secret un projet de vengeance terrible.
De ces profondeurs, qui nourrissent en leur sein la folie, émerge pourtant une figure angélique et pure. C'est la jeune Nell, qui va bientôt conquérir le coeur de tous les habitants d'Aberfoyle. Mais, pour tout dire, il n'a guère conquis le mien. Non que je n'aime pas ce personnage, mais avec elle, on sort de l'obscurité des mines pour aller à la lumière et, il faut bien le dire, le roman prend alors soudainement une autre direction. On glisse doucement mais sûrement dans ce que j'appellerai... la nunucherie.
Alors, bien que le final se révèle à la hauteur des sombres moments du début, et que les dernières lignes recèlent une grande mélancolie, cette percée de la nuit maudite par le jour bienveillant m'a franchement déçue. Je pensais adorer Les Indes noires pendant au moins la moitié de ma lecture, le reste m'a laissée sur un sentiment de frustration.
Cela dit, nous noterons que le sujet a tout lieu de nous intéresser sur un plan historique : bien que seulement esquissés, les problèmes de l'industrialisation et de la surexploitation des ressources naturelles font surface. Ce qui ne nous étonnera pas de la part d'un Jules Verne toujours plus sensible aux questions écologiques que bien d'autres de ses contemporains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
JaneEyre
  22 mai 2014
Mon père est un grand fan de Jules Verne, et il est vrai que sans avoir jamais lu un de ses livres (oui, honte sur moi!) j'éprouvait une certaine admiration pour cet auteur si prolifique et qui semblait faire preuve de tant d'imagination. Je me souviens encore du dessin animé Michel Strogoff que je regardais à la télé ou encore les films "voyage au centre de la terre" qui revenaient à chaque période de Noël! Et puis voilà que je me décide enfin à me lancer. Mais lequel choisir? Il faut savoir que je n'aime pas commencer par les oeuvres les plus connues des auteurs "classiques". J'aime entrer par la petite porte. Très naïvement, j'ai choisi les Indes noires... Parce qu'avec ce titre je pensais que l'histoire se déroulait en Inde (ne me frappez pas...). C'est donc avec beaucoup de surprise que je me suis retrouvée dans les mines de charbons, chez nos voisins d'outre manche!

Et j'ai adoré! J'ai eu cette sensation d'être une petite fille à qui on raconte des histoires pleines de rebondissements, au dénouement heureux et plein de personnages attachants! L'histoire est vraiment originale (j'ai adoré l'image de cette ville souterraine, où un réseau de lampes électriques remplacent les étoiles...!), et même si le dénouement est sans surprise, j'ai aimé me laisser porter par l'écriture de Jules Verne! C'est simple, efficace mais loin d'être pauvre! de même, on se rend compte que l'auteur s'est vraiment renseigné, qu'il s'est totalement approprié les monde minier, pour mettre ces informations au service de ses aventures imaginées! J'ai adoré!

Il s'agit vraiment d'un roman "plaisir", que j'ai lu calmement, dans ma bulle, en imaginant ces petits personnages pittoresques, avec leurs redingotes et leurs montres à gousset, leurs pioches et leurs lampes à pétrole...! C'est comme manger un petit carré de chocolat: c'est fait pour faire plaisir. Et l'avantage, c'est que les histoires de les romans de Jules Verne ne font pas grossir!

Lien : http://profilus.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          299
BrunoA
  23 avril 2013
Dans ce voyage extraordinaire, Jules Verne nous emmène dans une mine de charbon désaffectée pour nous faire vivre toutes sortes d'aventures.
Bien que l'action se déroule dans les entrailles de cette mine, on ne s'ennuie pas un instant et l'auteur nous tient en haleine comme si nous étions à l'air libre.
Le théâtre de l'action confère même à l'histoire un aspect plus fantastique encore.
Il s'agit là d'un livre moins connu que les autres voyages extraordinaires, mais qui n'en est pas moins excellent.
Commenter  J’apprécie          260
Myriam3
  08 décembre 2019
Les Indes Noires, ce sont, au XIXème siècle, l'équivalent de ces colonies qui ont apporté en leur temps les ressources convoitées par les puissances européennes. Les Indes Noires désignent les mines de charbon écossaises alors que l'industrialisation est en plein essor. Jules Verne choisit pour décor à son récit la ville d'Aberfoyle, dont la mine (imaginaire semble-t-il) est fermée depuis 10 ans lorsque James Starr, qui en était le responsable lors de sa prospérité, reçoit une invitation mystérieuse à revisiter les mines de la part de l'un de ses anciens mineurs, Simon Ford. Celui-ci aurait la preuve que la mine recèle encore de nombreuses ressources non exploitées, de quoi travailler pendant peut-être des siècles. Cependant, un mauvais esprit semble vouloir empêcher cette nouvelle intrusion et un combat commence entre les mineurs, l'ingénieur et cet être mystérieux..
A part la description - difficile à croire!- de ce hameau qui se crée au coeur de la mine et du voyage que nos protagonistes font en Ecosse dans la dernière partie, je n'ai que moyennement été inspirée par ce roman un peu trop naïf à mon goût: les mineurs heureux de venir travailler, la bonté des uns envers les autres, et d'autres points que je ne dévoilerai pas pour ne pas divulgâcher, même si ce côté suranné de l'écriture - la jeune fille innocente, qui s'évanouit à la moindre émotion par exemple - peut être plaisant,
Dans ce roman on sent clairement que l'histoire d'amour entre Harry Ford et Nell n'est qu'un prétexte pour louer à la fois l'industrialisation, la science et l'histoire de l'Ecosse, bref un guide multiple sur divers sujets.
En tout cas, rien à voir avec Germinal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cicou45
  21 novembre 2011
Bien que publié il y a plus d'un siècle, l'oeuvre de Jules Verne reste, à mon goût, intemporelle et indémodable. En effet, le thème abordé ici, à savoir celui de l'exploitation de la houille, une spécialité de charbon, ne sera jamais dépassée car, bien que les houillères de l'époques aient quasiment toutes fermées, l'exploitation de cette matière première, elle, reste encore d'actualité. Bien qu'ayant fortement diminuée en raison des progrès technologiques extraordinaires que nous avons fait dans ce domaine-là et notamment grâce à la découverte de nouvelles sources d'énergie et étant, si l'on peut dire, plutôt obsolète, le charbon reste un combustible qui est encore loin de sortir définitivement de la vie de l'homme.
Dans ce roman, Jules Verne réussit une fois de plus un véritable tour de force en mêlant intrigues, paranormal et tentatives de meurtres.
En écosse, bien que les houillères d'Arberfoyle soient épuisées et que les anciens mineurs aient donc déménagé afin d'aller chercher un autre emploi ailleurs, le contremaître Simon Ford, se faisant vieux, a décidé de continuer à résider dans cet endroit avec sa famille.
Mais pourquoi l'ingénieur James Starr reçoit-il, à quelques heures d'intervalle seulement, deux billets complètement contradictoires ; le premier signé de la part de Ford et l'invitant à se rendre sur le site car certaines découvertes récentes seraient susceptibles de l'intéresser, et le second, non signé cette fois, lui déconseillant de le faire ? Quel mystère plane-t-il là-dessous ? Les deux hommes, Simon Ford et James Starr seraient-ils en danger ?
Une intrigue qui tient le lecteur jusqu'au bout du roman. Bien que certains jugent l'écriture de Jules Verne un peu vieillotte en raison de l'emploi fréquent du passé simple, ce n'est pas du tout mon impression. Ses romans me passionnent et m'envoûtent et ce n'est pas parce que cet ouvrage est moins connu que les autres oeuvres de Verne qu'il est moins passionnant. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
MusardiseMusardise   13 janvier 2016
À cette époque, le château de Dundonald, refuge de tous les lutins errants de la contrée, était voué au plus complet abandon. On allait peu le visiter sur le haut du rocher qu'il occupait au-dessus de la mer, à deux milles de la ville. Peut-être quelques étrangers avaient-ils encore l'idée d'interroger ces vieux restes historiques, mais alors ils s'y rendaient seuls. Les habitants d'Irvine ne les y eussent point conduits, à quelque prix que ce fût. En effet, quelques histoires couraient sur le compte de certaines "Dames de feu" qui hantaient le vieux château.
Les plus superstitieux affirmaient avoir vu, de leurs yeux vu, ces fantastiques créatures. Naturellement, Jack Ryan était de ces derniers.
La vérité est que, de temps à autre, de longues flammes apparaissaient, tantôt sur un pan de mur à demi éboulé, tantôt au sommet de la tour qui domine l'ensemble des ruines de Dundonald-Castle.
Ces flammes avaient-elles forme humaine, comme on l'assurait ? Méritaient-elles le nom de "Dames de feu" que leur avaient donné les Écossais du littoral ? Ce n'était évidemment là qu'une illusion de cerveaux portés à la crédulité, et la science eût expliqué physiquement ce phénomène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MusardiseMusardise   13 janvier 2016
On sait que les Anglais ont donné à l'ensemble de leurs vastes houillères un nom très significatif. Ils les appellent très justement les "Indes noires", et ces Indes ont peut-être plus contribué à accroître la surprenante richesse du Royaume-Uni. Là, en effet, tout un peuple de mineurs travaille, nuit et jour, à extraire du sous-sol britannique le charbon, ce précieux combustible, indispensable élément de la vie industrielle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
natlitounatlitou   17 août 2013
- En vérité, s'écria le jeune homme, il est à regretter que tout le globe terrestre n'ait pas été uniquement composé de charbon ! Il y en aurait eu pour quelques millions d'années !
- Sans doute, Harry, mais il faut avouer, cependant, que la nature s'est montrée prévoyante en formant notre sphéroïde plus principalement de grès, de calcaire, de granit, que le feu ne peut consumer !
- Voulez-vous dire, Monsieur Starr, que les humains auraient fini par brûler leur globe ?...
- Oui ! Tout entier, mon garçon, répondit l'ingénieur. La terre aurait passé jusqu'au dernier morceau dans les fourneaux des locomotives, des locomobiles, des steamers, des usines à gaz, et, certainement, c'est ainsi que notre monde eût fini un beau jour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
genougenou   18 août 2015
— Aurais-tu quelque regret d'avoir abandonné le sombre abîme dans lequel tu as vécu pendant les premières années de ta vie, et dont nous t'avons retirée presque morte ?
— Non, Harry, répondit Nell. Je pensais seulement que les ténèbres sont belles aussi. Si tu savais tout ce qu'y voient des yeux habitués à leur profondeur ! Il y a des ombres qui passent et qu'on aimerait à suivre dans leur vol ! Parfois ce sont des cercles qui s'entrecroisent devant le regard et dont on ne voudrait plus sortir ! Il existe, au fond de la houillère, des trous noirs, pleins de vagues lumières. Et puis, on entend des bruits qui vous parlent ! Vois-tu, Harry, il faut avoir vécu là pour comprendre ce que je ressens, ce que je ne puis t'exprimer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TakateruTakateru   15 novembre 2012
Un instant, ses forces l'abandonnèrent. Dans cet air si pur, devant ce
spectacle sublime, elle se sentit tout à coup faiblir, et tomba sans
connaissance dans les bras d'Harry, prêts à la recevoir. Cette jeune fille, dont la vie s'était écoulée jusqu'alors dans les entrailles du massif terrestre, avait enfin contemplé ce qui constitue presque tout l'univers, tel que l'ont fait le Créateur et l'homme. Ses regards, après avoir plané sur la ville et sur la campagne, venaient de s'étendre, pour la première fois, sur l'immensité de la mer et l'infini du ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Jules Verne (111) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Vidéo de Jules Verne
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
210 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre
.. ..