AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253012726
236 pages
Le Livre de Poche (01/03/1976)
3.69/5   333 notes
Résumé :
Chaudière éventrée, pistons tordus, passerelles brisées...
Les vieilles houillères d'Aberfoyle, en Écosse, sont bien mortes. De mystérieux événements continuent pourtant de s'y dérouler... Un terrible mystère semble dissimulé au fond de la mine ! Dans l'épaisse obscurité, les galeries résonnent encore de coups de pic. Les souvenirs, sans doute ! Mais ces lueurs éphémères s'éloignant sans bruit... Les fées maléfiques des légendes écossaises ? Une voûte qui s'é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 333 notes

PhilippeCastellain
  23 mai 2021
Jules Verne était avant tout passionné par les sciences. Il adorait la botanique, l'histoire naturelle, la géologie, et par-dessus tout vénérait l'ingénierie. En revanche il ne s'intéressait pas aux questions sociales. Celles liées à la révolution industrielle notamment, n'existaient tout simplement pas pour lui. de simples contingences, qu'ils seraient faciles de réduire grâce à l'accroissement de l'activité économique et au développement de nouvelles technique facilitant l'ouvrage.

Ce roman peu connu l'illustre particulièrement bien. de lecture rapide et agréable, il ne comporte que quelques cours de géologie (un peu datés) qu'il est facile de sauter. Sa principale particularité est de se dérouler presque intégralement dans une mine de charbon écossaise ! Une mine assez particulière, où tous les ouvriers sont heureux de travailler et en excellente santé, au point que quand les gisements s'épuisent, l'un d'entre eux décide de bâtir sa demeure dans une galerie abandonnée pour poursuivre la recherche, envers et contre tout, de nouveaux filons. de quoi vivent-ils, lui et sa famille, alors qu'ils passent leurs journées à explorer les galeries et vivent des centaines de mètres sous la terre ? On ne sait pas, mais ils sont en mesure d'offrir à leur invité un repas de fête écossais intégral, simple prétexte à Jules Verne pour une petite disgression culinaire et ethnologique (haggis en tête, bien sûr).

Peu importe du reste. La houillère (selon le terme de Jules Verne) est avant tout un magnifique théâtre pour héberger du mystère et une histoire trépidante, le tout agrémenté d'une petite romance et d'un harfang apprivoisé. Dans cette mine où l'on a bâti une ville souterraine équipée de tout le confort moderne, d'étranges ombres rodent dans les tréfonds obscurs ; des pierres se détachent soudainement et manquent de vous écraser ; d'étranges bruits résonnent dans les profondeurs…

Un Jules Verne inspiré, dans un cadre qui est l'exact orthogonal de ‘'Germinal''. Cela étant, il est possible que les conditions de vie aient été meilleures dans les mines écossaises – ou tout simplement que la vie dans les terres pauvres des Lowlands ait été si dure qu'il n'en fallait pas beaucoup pour la rendre plus supportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
ibon
  09 février 2021
Bienvenue à Coal City, la ville du charbon, qui connaît la prospérité grâce à la joie et à l'ardeur de ses habitants à rogner les parois de leur habitat.
Après "Voyage au centre de la Terre", Jules Verne nous remet dans les entrailles de la terre pour une autre quête: la recherche du précieux minerai.
Car, sans charbon, pas de machines. Pas de machines, pas d'industries. Pas d'industries, pas de richesses.
Avec des ouvriers tellement vigoureux et heureux de travailler sous terre, qu'ils y vivraient tout le temps ne serait-ce que pour éviter la douche écossaise.
A coups de barre à mine, Jules Verne vous assène que le bonheur, c'est le charbon. Ce roman au titre exotique, "Les Indes noires" que l'on pourrait traduire par l'or noir, est donc l'anti Germinal.
Son premier attrait est l'aventure. le second c'est le fantastique, mais c'est pour mieux le décortiquer, en tordant le cou à toutes ces croyances aux lutins ou fées, qu'encore une fois, la science est mobilisée.
Une bonne note sur l'échelle de l'aventure mais un coup de grisou pour la question soigneusement éludée des conditions de travail des ouvriers au milieu du XIXème siècle en Grande Bretagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
JaneEyre
  22 mai 2014
Mon père est un grand fan de Jules Verne, et il est vrai que sans avoir jamais lu un de ses livres (oui, honte sur moi!) j'éprouvait une certaine admiration pour cet auteur si prolifique et qui semblait faire preuve de tant d'imagination. Je me souviens encore du dessin animé Michel Strogoff que je regardais à la télé ou encore les films "voyage au centre de la terre" qui revenaient à chaque période de Noël! Et puis voilà que je me décide enfin à me lancer. Mais lequel choisir? Il faut savoir que je n'aime pas commencer par les oeuvres les plus connues des auteurs "classiques". J'aime entrer par la petite porte. Très naïvement, j'ai choisi les Indes noires... Parce qu'avec ce titre je pensais que l'histoire se déroulait en Inde (ne me frappez pas...). C'est donc avec beaucoup de surprise que je me suis retrouvée dans les mines de charbons, chez nos voisins d'outre manche!

Et j'ai adoré! J'ai eu cette sensation d'être une petite fille à qui on raconte des histoires pleines de rebondissements, au dénouement heureux et plein de personnages attachants! L'histoire est vraiment originale (j'ai adoré l'image de cette ville souterraine, où un réseau de lampes électriques remplacent les étoiles...!), et même si le dénouement est sans surprise, j'ai aimé me laisser porter par l'écriture de Jules Verne! C'est simple, efficace mais loin d'être pauvre! de même, on se rend compte que l'auteur s'est vraiment renseigné, qu'il s'est totalement approprié les monde minier, pour mettre ces informations au service de ses aventures imaginées! J'ai adoré!

Il s'agit vraiment d'un roman "plaisir", que j'ai lu calmement, dans ma bulle, en imaginant ces petits personnages pittoresques, avec leurs redingotes et leurs montres à gousset, leurs pioches et leurs lampes à pétrole...! C'est comme manger un petit carré de chocolat: c'est fait pour faire plaisir. Et l'avantage, c'est que les histoires de les romans de Jules Verne ne font pas grossir!

Lien : http://profilus.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3210
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  08 mars 2016
L'histoire de la réouverture des mines d'Aberfoyle, abandonnée depuis des années, c'est celle de la lutte entre l'homme et la nature et d'une descente dans les abymes, peut-être pas aussi impressionnante que celle de Voyage au centre de la terre, mais tout de même...
Perçues par les personnages comme un nouvel Eden, mais un Eden sombre, souterrain, qui puise ses ressources dans l'exploitation de la roche, les mines d'Aberfoyle recèlent un univers d'espérance, certes, mais aussi un monde fantastique d'angoisses et de malheurs. C'est que dans ses entrailles un être mystérieux couve en secret un projet de vengeance terrible.
De ces profondeurs, qui nourrissent en leur sein la folie, émerge pourtant une figure angélique et pure. C'est la jeune Nell, qui va bientôt conquérir le coeur de tous les habitants d'Aberfoyle. Mais, pour tout dire, il n'a guère conquis le mien. Non que je n'aime pas ce personnage, mais avec elle, on sort de l'obscurité des mines pour aller à la lumière et, il faut bien le dire, le roman prend alors soudainement une autre direction. On glisse doucement mais sûrement dans ce que j'appellerai... la nunucherie.
Alors, bien que le final se révèle à la hauteur des sombres moments du début, et que les dernières lignes recèlent une grande mélancolie, cette percée de la nuit maudite par le jour bienveillant m'a franchement déçue. Je pensais adorer Les Indes noires pendant au moins la moitié de ma lecture, le reste m'a laissée sur un sentiment de frustration.
Cela dit, nous noterons que le sujet a tout lieu de nous intéresser sur un plan historique : bien que seulement esquissés, les problèmes de l'industrialisation et de la surexploitation des ressources naturelles font surface. Ce qui ne nous étonnera pas de la part d'un Jules Verne toujours plus sensible aux questions écologiques que bien d'autres de ses contemporains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
BrunoA
  23 avril 2013
Dans ce voyage extraordinaire, Jules Verne nous emmène dans une mine de charbon désaffectée pour nous faire vivre toutes sortes d'aventures.
Bien que l'action se déroule dans les entrailles de cette mine, on ne s'ennuie pas un instant et l'auteur nous tient en haleine comme si nous étions à l'air libre.
Le théâtre de l'action confère même à l'histoire un aspect plus fantastique encore.
Il s'agit là d'un livre moins connu que les autres voyages extraordinaires, mais qui n'en est pas moins excellent.
Commenter  J’apprécie          280

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   13 janvier 2016
À cette époque, le château de Dundonald, refuge de tous les lutins errants de la contrée, était voué au plus complet abandon. On allait peu le visiter sur le haut du rocher qu'il occupait au-dessus de la mer, à deux milles de la ville. Peut-être quelques étrangers avaient-ils encore l'idée d'interroger ces vieux restes historiques, mais alors ils s'y rendaient seuls. Les habitants d'Irvine ne les y eussent point conduits, à quelque prix que ce fût. En effet, quelques histoires couraient sur le compte de certaines "Dames de feu" qui hantaient le vieux château.
Les plus superstitieux affirmaient avoir vu, de leurs yeux vu, ces fantastiques créatures. Naturellement, Jack Ryan était de ces derniers.
La vérité est que, de temps à autre, de longues flammes apparaissaient, tantôt sur un pan de mur à demi éboulé, tantôt au sommet de la tour qui domine l'ensemble des ruines de Dundonald-Castle.
Ces flammes avaient-elles forme humaine, comme on l'assurait ? Méritaient-elles le nom de "Dames de feu" que leur avaient donné les Écossais du littoral ? Ce n'était évidemment là qu'une illusion de cerveaux portés à la crédulité, et la science eût expliqué physiquement ce phénomène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   13 janvier 2016
On sait que les Anglais ont donné à l'ensemble de leurs vastes houillères un nom très significatif. Ils les appellent très justement les "Indes noires", et ces Indes ont peut-être plus contribué à accroître la surprenante richesse du Royaume-Uni. Là, en effet, tout un peuple de mineurs travaille, nuit et jour, à extraire du sous-sol britannique le charbon, ce précieux combustible, indispensable élément de la vie industrielle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
genougenou   18 août 2015
— Aurais-tu quelque regret d'avoir abandonné le sombre abîme dans lequel tu as vécu pendant les premières années de ta vie, et dont nous t'avons retirée presque morte ?
— Non, Harry, répondit Nell. Je pensais seulement que les ténèbres sont belles aussi. Si tu savais tout ce qu'y voient des yeux habitués à leur profondeur ! Il y a des ombres qui passent et qu'on aimerait à suivre dans leur vol ! Parfois ce sont des cercles qui s'entrecroisent devant le regard et dont on ne voudrait plus sortir ! Il existe, au fond de la houillère, des trous noirs, pleins de vagues lumières. Et puis, on entend des bruits qui vous parlent ! Vois-tu, Harry, il faut avoir vécu là pour comprendre ce que je ressens, ce que je ne puis t'exprimer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TakateruTakateru   15 novembre 2012
Un instant, ses forces l'abandonnèrent. Dans cet air si pur, devant ce
spectacle sublime, elle se sentit tout à coup faiblir, et tomba sans
connaissance dans les bras d'Harry, prêts à la recevoir. Cette jeune fille, dont la vie s'était écoulée jusqu'alors dans les entrailles du massif terrestre, avait enfin contemplé ce qui constitue presque tout l'univers, tel que l'ont fait le Créateur et l'homme. Ses regards, après avoir plané sur la ville et sur la campagne, venaient de s'étendre, pour la première fois, sur l'immensité de la mer et l'infini du ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
natlitounatlitou   17 août 2013
- En vérité, s'écria le jeune homme, il est à regretter que tout le globe terrestre n'ait pas été uniquement composé de charbon ! Il y en aurait eu pour quelques millions d'années !
- Sans doute, Harry, mais il faut avouer, cependant, que la nature s'est montrée prévoyante en formant notre sphéroïde plus principalement de grès, de calcaire, de granit, que le feu ne peut consumer !
- Voulez-vous dire, Monsieur Starr, que les humains auraient fini par brûler leur globe ?...
- Oui ! Tout entier, mon garçon, répondit l'ingénieur. La terre aurait passé jusqu'au dernier morceau dans les fourneaux des locomotives, des locomobiles, des steamers, des usines à gaz, et, certainement, c'est ainsi que notre monde eût fini un beau jour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jules Verne (107) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Né d'un père assassiné en 1998 dans des conditions inhumaines, l'auteur nous révèle les tenants et les aboutissants du système Obiang : la plus grande « démocrature » d'Afrique. Une enquête qui n'a pas fini d'ébranler les protagonistes impliqués, tant les révélations sont troublantes : outre le dictateur en personne, des personnalités comme le roi d'Espagne Juan Carlos sont directement mis en cause. Ce livre met à jour les rouages d'un scandale international qui a entraîné l'assassinat de 310 opposants (André Branger y figure sous le numéro 272) et l'exil de plus de 250.000 compatriotes fuyant le tyran. Un régime dictatorial qui a pour obsession l'enrichissement personnel d'une famille régnant sur un empire de trafics en tous genres : drogues à l'échelle de narco-état, armes, faux passeports diplomatiques… le Nom d'Obiang défraye l'actualité internationale judiciaire en cumulant les records de biens mal acquis, faisant de lui, un kleptocrate à la réputation mondiale.
Voir le livre : https://cutt.ly/AAoCI9J
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Joaquinito Maria Alogo de Obono travail sur des problémtatiques de corruption d'agent publique étranger. Il a achevé la rédaction d'une thèse de doctorat consacrée à "L'exraterritorialité des instruments de lutte contre la corruption" entre l'Université de Picardie Jules Verne et l'Université de Paris Saclay.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suivez-nous
Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...
+ Lire la suite
autres livres classés : minesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
230 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre