AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Léon Benett (Illustrateur)
Éditeur : MICHEL DE L'ORMERAIE (01/01/1974)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Les 500 millions de la Begum
Un Français, le docteur François Sarrasin, et un Allemand, le professeur Schultze sont tous deux héritiers d'une fortune de 500 millions de francs d'une richissime Bégum. Avec sa part, Sarrasin construit en Amérique une ville idéale, basée sur les plus récentes techniques d'urbanisme et d'hygiène (techniques strictes aux allures utopiques) : France-Ville. Schultze, lui, choisit de construire Stahlstadt — la cité de l'acier, une gi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
kielosa
  12 août 2017
Et pour ma 100ième critique, ....j'ai spécialement réservé : JULES VERNE ! L'homme qui nous a tous fait tant rêver et dont beaucoup d'entre nous avons probablement lu certaines de ses histoires plusieurs fois. Dans mon cas c'était Michel Strogoff, le téméraire courrier du tsar. Lu et relu. Ce conteur fabuleux est d'ailleurs à l'origine de mon premier emprunt pour l'achat de quelques volumes de la superbe collection Hetzel. le fascinant visionnaire, qui n'a probablement pas voyagé plus loin qu'entre sa ville natale de Nantes et Paris (façon de parler), mais ce qui ne l'a nullement empêché d'envoyer son homme sur la lune, le capitaine Nemo (personne en latin) 111.000 km sous les mers et le pauvre Strogoff aux confins de la Mongolie extérieure, etc.
Pour être honnête, je craignais un peu que le livre "Les cinq cents millions de la Bégum" de 1879 aurait un peu vieilli. Et quand bien même qu'il ne s'agit pas d'un conte modernissime, c'est d'abord et avant tout un grand cru Jules-Verne, qui fait passer allègrement certaines inexactitudes au très loin second plan. Je trouve que même l'approche un brin caricatural entre le brave docteur François Sarrasin de Douai et son opposé, Herr Schultze, a quelque chose de charmant. Est-ce du parti pris ? Absolument ! Mais avec Jules Verne ce sont des termes qui ne sont sincèrement pas de mise. On entre dans ses livres comme l'on entre dans un beau rêve, et c'est bien ça qui compte.
Regardons de plus près : avec l'héritage fabuleux de 527 millions de francs-or de l'époque, partagé entre nos 2 protagonistes, chacun d'eux veut construire "sa" ville. Ce sera l'opposition entre France-Ville et la Cité de l'Acier ("Stahlstadt" en allemand, à croire que le dénommé Iossif Djougachvilli- Staline pour les amis - a lu aussi ce livre). En d'autres termes, l'idéal urbanistique contre le cauchemar, ou encore le Bien contre le Mal. À ma connaissance, la première oeuvre de politique-fiction de Verne.
Mais à part la politique-fiction, il y a aussi de l'espionnage, de la science-fiction et du futuristique. Même le racisme ne manque pas à l'appel, le méchant Herr Schultze, off course ! Nos architectes et armuriers y trouveront assurément aussi matière à réflexion. Sans mentionner certains auteurs, qui, comme H.G. Wells, ne souffraient pourtant pas trop de manque d'imagination.
Bref, un roman dans lequel un tas d'éléments se croisent. Un peu comme au casino, à la table de roulette : Messieurs, faites vos jeux !
Il paraît que l'idée originale de cette histoire est dû à un auteur quasiment oublié aujourd'hui, Paschal Grousset, qui aurait vendu à l'éditeur Pierre-Jules Hetzel un texte que Jules Verne aurait modifié de fond en comble. Je regrette de ne pas pouvoir en dire plus, n'ayant malheureusement pas encore lu : "L'héritière de Longeval" de Grousset.
Pour les amateurs qui désirent approfondir le sujet, je cite l'ouvrage remarquable de Simone Vierne : "Jules Verne, mythe et modernité".
Sur sa tombe au cimetière de la Madeleine à Amiens, est gravé le message : "Vers l'immortalité et l'Eternelle Jeunesse". Immortel il est et le restera. Et la jeunesse actuelle et des futures générations lira certainement l'oeuvre de Jules Verne comme nous l'avons tous fait : avec émerveillement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3715
BernieCalling
  28 juillet 2018
Dans ma version, je n'ai que les révoltés de la Bounty et un drame au Mexique.
Pour les révoltés de la Bounty, j'ai trouvé l'histoire très survolée, j'aurai aimé lire un roman et non une exposition de faits mais je dois avouer que ça m'a plus plu que "Un drame au Mexique", c'est un peu le même style que les Révoltés de la Bounty et si là c'est plus détaillé, le problème vient de description. Beaucoup trop longue à mon goût, j'en finissais par oublié pourquoi tout cela était décrit.
Je ne suis pas persuadée que je retente un nouveau Jules Verne
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   23 août 2015
Sur la plaine nue et rocailleuse, en cinq ans, dix-huit villages d'ouvriers, aux petites maisons de bois uniformes et grises, ont surgi, apportés tout bâtis de Chicago, et renfermant une nombreuse population de rude travailleurs.

C'est au centre de ces villages, au pied même des Coals-Butts, inépuisables montagnes de charbon de terre, que s'élève une masse sombre, colossale, étrange, une agglomération de bâtiments réguliers percés de fenêtres symétriques, couverts de toits rouges, surmontés d'une forêt de cheminées cylindriques, et qui vomissent par ces milles bouches des torrents continus de vapeurs fuligineuses. Le ciel en est voilé d'un rideau noir, sur lequel passent par instant de rapides éclairs rouges. Le vent apporte un grondement lointain, pareil à celui d'un tonnerre ou d'une grosse houle, mais plus régulier et plus grave.
Cette masse est Stahlstadt, la Cité de l'Acier (p89)

(Les 500 millions de la Begum)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
genougenou   23 août 2015
Messieurs, parmi les causes de la maladie, de misère et de mort qui nous entourent, il faut en compter une à laquelle je crois rationnel d'attacher une grande importance : ce sont les conditions hygiéniques déplorables dans lesquelles la plupart des hommes sont placés. Ils s'entassent dans des villes, dans des demeures souvent privées d'air et de lumière, ces deux agents indispensables de la vie. Ces agglomérations humaines deviennent parfois de véritables foyers d'infection. Ceux qui n'y trouvent pas la mort sont au moins atteints dans leur santé ; leur force productive diminue, et la société perd ainsi de grandes sommes de travail qui pourraient être appliquées aux plus précieux usages. (p54)
(Les 500 millions de la Begum)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
genougenou   23 août 2015
Quelques-uns - et c'était l'avis de Churchill - trouvaient que le nombre de ceux qui devaient quitter le navire n'était pas assez considérable. Il fallait se défaire, disait-il, de tous les hommes qui, n'ayant pas trempé directement dans le complot, n'étaient pas sûrs. On ne pouvait compter sur ceux qui se contentaient d'accepter les faits accomplis. Quant à lui, son dos lui faisait encore mal des coups de fouet qu'il avait reçus pour avoir déserté à Tahiti. Le meilleur, le plus rapide moyen de le guérir, ce serait de lui livrer d'abord le commandant!... Il saurait bien se venger, et de sa propre main ! (p7/8)

(Les révoltés de la Bounty)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
genougenou   23 août 2015
Obus-fusée de verre, revêtu de bois de chêne, chargé, à soixante-douze atmosphères de pression intérieure, d'acide carbonique liquide. La chute détermine l'explosion de l'enveloppe et le retour du liquide à l'état gazeux. Conséquence : un froid d'environ cent degrés en dessous de zéro dans toute la zone avoisinante, en même temps mélange d'un énorme volume de gaz acide carbonique à l'air ambiant. Tout être vivant qui se trouve dans un rayon de trente mètres du centre de l'explosion est en même temps congelé et asphyxié. Je dis trente mètres pour prend une base de calcul, mais l'action s'étend vraisemblablement beaucoup plus loin, peut-être à cent et deux cents mètres de rayon ! (p167)

(Les 500 millions de la Begum)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
genougenou   01 septembre 2015
« Un homme en vaut un autre, et je ne vois pas pourquoi vous resteriez toujours à vous reposer ! Si vous avez faim, allez chercher de quoi manger ! Pour ce que vous faites ici, je vous remplacerai bien ! »

(Les révoltés de la Bounty)
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Jules Verne (91) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Dans cette interview, Benjamin Lesage nous parle de son premier roman : Les Etoiles qui meurent dans le ciel.
Les Étoiles qui meurent dans le ciel par Benjamin Lesage Collection Romans Ultraviolet Version papier •16,90 € • 15 x 22 cm • 224 pages • ISBN : 978-2-35290-237-9 Version numérique • 208 pages • 11,99 € • ISBN : 978-2-35290-241-6 Personne ne peut soutenir le regard de Jacques. Ses yeux sont comme deux étoiles brillantes comme celles qu'il admire dans le ciel tous les soirs... Et puis, une nuit, il voit un de ces astres s'éteindre. Pourquoi ? Que s'est-il passé ? C'est à cette unique question que Jacques voudra désormais répondre. Devenu étudiant, il comprend que les étoiles sont elles aussi soumises à l'action du temps. Alors, se dit-il, pour empêcher leur disparition, une seule solution : il faut arrêter le temps. Un philanthrope fantasque et un ingénieur génial et désabusé vont l'aider dans cette quête : ils construiront ensemble une machine à arrêter le temps. Un projet pharaonique que ses détracteurs ne manqueront pas de vouloir faire échouer...
Benjamin Lesage est un Jules Verne du XXIe siècle. Ses personnages poursuivent une quête à la limite de l'impossible, poussés par la volonté de comprendre. Son univers à la fois poétique et réaliste aborde des sujets brûlants d'actualité : écologie, découverte scientifique, éthique. Un roman qui donne matière à réfléchir sur notre façon d'appréhender le temps qui passe.
+ Lire la suite
autres livres classés : bombe atomiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
213 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre