AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213661588
Éditeur : Fayard (14/03/2012)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Un petit matin de janvier, au lieu-dit de L’Ermitage, Marianne Gil est réveillée par une pluie de coups frappés à sa porte. Son ami Joe, affolé, a découvert le corps sans vie d’une jeune fille derrière les granges, au fond de la propriété. Ils préviennent les autorités.

Le capitaine Francis Humbert, de la brigade de recherches de Chaumont, prend la tête des opérations. Les premières constatations révèlent que la victime a été étranglée, mais rien ne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
cannibalector
  08 avril 2016
Une belle femme, seule,écrivaine, vit dans une grande proprieté aux confins de la haute Marne. Une inconnue de 20 ans est retrouvée, étrangléé, prés des écuries. Un beau capitaine de gendarmerie, en plein divorce ,enquête.
Oui, ils vont tomber amoureux! si j'ajoute que, pour tout habitué de polar, le meurtrier est évident, je vous vois déjà fuir en courant
Pourtant, j'ai plutôt apprécié ce polar.
L'auteur crée une atmosphère à la fois froide et mélancolique, sombre mais pleine d'ésperance. L'histoire d'amour entre le capitaine et la belle écrivaine soulève des themes interessants: amour qui tombe mal, au mauvais moment , au mauvais endroit, amour interdit. Içi , entretenir une passion amoureuse avec une suspecte est evidemment dangereux, mais l'amour sincère entre une secrétaire et un patron, un " boch" et une jeune française, un juif et une arabe, un o s et une bourge ne sont pas simple non plus. de belles réflexions sur ce thème.
L'autre thème est le carcan du déterminisme social et le pouvoir de l'argent: je ne peux en dire plus sans dévoiler l'intrigue.
En conclusion, si on lit ce roman comme un simple polar, vous riquez d'être déçu. Si, par contre vous aimez l'esprit roman noir et q'une belle romance ne vous fait pas peur, vous devriez aimer
Mais ce n'est que mon humble avis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Sharon
  08 août 2012
La femme seule, qui donne son nom au titre, est Marianne Gil. Elle a connu la gloire, en étant la compagne de Marc Eden, un célèbre chanteur. Elle est toujours célèbre, sous un autre nom : Marianne Nelson. Si la célébrité est toujours là, elle vit cependant recluse à l'Ermitage, avec ses trois chevaux, se consacrant à l'écriture. La personne qu'elle voit le plus est sans doute Joe, le vétérinaire, chargé de prendre soin de ses animaux en son absence : c'est lui qui a pouliné Joyce, la jument sauvée de l'abattoir par Marianne. Aussi, la présence de cette jeune morte inconnue sur ce qu'elle considère comme son refuge va mettre à mal sa tranquillité - qui n'était que superficielle.
Marie Vindy nous plonge dans les méandres de la haute bourgeoisie, dans laquelle rien de doit sortir du cadre. Étouffante, cette atmosphère ? Non, pas du tout : la preuve en est que Marianne a cessé toute relation avec ses parents, qui sont bien à l'abri à Paris - et eux n'ont pas essayé de renouer les liens avec leur fille. La bourgeoisie de province ne vaut guère mieux, à l'image des parents de la jeune victime, contre lesquels je déverserais bien quelques piques, mais j'en dévoilerai alors trop sur l'intrigue.
Pour mener l'enquête, nous avons le capitaine Francis Humbert, et bien qu'il soit extérieur au milieu de Marianne, lui aussi étouffe dans son logement de fonction trop strict (et peut-être aussi dans son uniforme). Ceci ne va pas l'empêcher de mener l'enquête avec beaucoup de rigueur et beaucoup de précautions également. Les différentes procédures de l'enquête nous sont d'ailleurs expliquées avec soin, sans que jamais elles ne viennent alourdir le récit. C'est peu de dire que la position de l'enquêteur va s'avérer très vite délicate : il tombe amoureux de Marianne, et quoi qu'il pense, les circonstances et le déroulement de l'enquête la mette au premier rang des suspects. C'est sans doute
l'une des seules choses que je reprocherai à ce roman : mêler une romance somme toute conventionnelle à cette intrigue solidement construite. de même, j'aurai aimé que les autres enquêteurs soient davantage développé. Bien qu'ils ne chôment pas et qu'Humbert leur confie des tâches délicates ou ingrates, ils sont relégués au second plan de l'intrigue, tel Ladro, que j'aurai bien vu en véritable second d'Humbert.
Roman des secrets de famille, Une femme seule est aussi un roman sur l'apparence du regard. Voir et ne pas être vu sont deux points essentiels de l'intrigue. Marianne Gil ne veut plus être vue, alors que Marc Eden ne demande qu'à être exposé le plus possible. Certains ont détourné le regard devant certaines pratiques, d'autres ont ouvert tout grand leurs yeux pour ne pas perdre une miette du spectacle. A ce jeu, il n'y a pas de gagnant.
Je sais que c'est sans doute beaucoup demander, mais j'aimerai bien retrouver ses enquêteurs dans un second roman.
Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
encoredunoir
  18 mars 2012
Marianne Gil, écrivain, vit seule dans une grande propriété en Haute-Marne. C'est là qu'un matin de janvier, Joël, le vétérinaire qui s'occupe de ses chevaux lorsqu'elle est absente, découvre le cadavre d'une jeune fille.
Chargé de l'enquête, le capitaine de gendarmerie Francis Humbert, va devoir se pencher sur les zones d'ombre du passé de Marianne, cette femme seule, à la beauté troublante, qui semble expier dans l'isolement, l'écriture et l'alcool, un secret bien difficile à porter.
Pas de suspense haletant ni de scènes d'actions fracassantes dans ce roman. Juste une enquête sur un fait divers glauque menée avec minutie, une rencontre entre deux êtres esseulés et le fardeau des convenances qui voudrait écraser ceux qui ne veulent pas s'y plier. Car, plus que la recherche d'un coupable – que l'on suit par ailleurs avec intérêt même si nos soupçons ne peuvent que se tourner assez vite vers l'un des protagonistes – ce qui compte dans ce livre de Marie Vindy, c'est la mise en place d'une atmosphère pesante, dans un lieu qui nous apparaît gris et froid et singulièrement dénué de chaleur humaine.
Dans cette atmosphère vaguement chabrolienne qui voit ressurgir les secrets enfouis d'une famille bourgeoise qui a cherché à étouffer un scandale quitte à se couper définitivement de son enfant, l'auteur déroule donc une intrigue sans grande surprise, certes, mais finalement prenante. Car, en fin de compte, cette enquête est surtout le prétexte à évoquer le poids des non- dits et la difficulté à briser le carcan de son milieu (pour Marianne qui cherche à briser celui de sa famille aisée mais aussi de celui du show-biz faussement rebelle dans lequel elle s'est égarée) ou de sa fonction (pour Francis Humbert, gendarme fraîchement divorcé miné par la vie de caserne et qui cherche à sa façon à s'affranchir du cadre rigide de son métier) pour pouvoir se réaliser.
On pourra peut-être reprocher à Marie Vindy un côté fleur bleue et des personnages parfois stéréotypés pour les uns ou un peu trop laissés de côté pour les autres (Ladro, le collègue d'Humbert qui aurait sans doute mérité une plus grande place, ou Karine, la femme de Joe), mais il n'en demeure pas moins qu'elle mène efficacement sa barque en créant un beau roman d'atmosphère avec des héros qui n'en sont pas vraiment. Cette façon de parler de gens finalement ordinaires à travers le prisme d'un fait divers tout aussi ordinaire s'avère assez maline et plutôt réussie. Un auteur à suivre.

Lien : http://encoredunoir.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
zazy
  30 avril 2014
La 4ème de couverture devra vous suffire quant à l'intrigue !
Dans ce livre, Marie Vindy, joue beaucoup avec les stéréotypes. le flic, ici un gendarme, pas mal fait de sa personne, bourru, bourreau de travail, lâché par sa femme (par contre, celui-ci ne boit pas comme un trou, il y a du progrès !). Nous avons l'héroïne belle comme un coeur, mystérieuse et solitaire, traînant un lourd secret. Là, je dois avouer qu'il y en a plusieurs couches ! Les « accompagnants » ou seconds couteaux (très bon ça pour un polar !!) sont nettement moins affriolants (de peur qu'on les confonde avec les Héros ??). L'adjoint d'Humbert, Ladro, répond également à l'archétype du second. Je pense qu'il doit y avoir ces codes à respecter dans l'écriture des polars.
Ceci étant établi, j'ai passé une super nuit à lire ce livre très bien ficelé. J'aime ces polars où cela ne défouraille pas à chaque page.
Humbert, le capitaine est un type sérieux (quoique…) qui suit son enquête pas à pas, il n'a aucune fulgurance (que ça fait du bien !), il ouvre toutes les pistes, suit les moindres indices jusqu'à se trouver très, très près de Marianne, l'héroïne. L'enquête nous ait bien expliquée, on suit les progrès des enquêteurs jusqu'au dénouement final, sans exaltation, mais avec beaucoup d'intérêt. Impossible de lâcher le livre et je n'ai pas sauté de pages pour arriver plus vite au dénouement, j'ai aimé suivre le capitaine dans ses détours. le livre à de la chair, de la tripe, ce n'est pas qu'une enquête froide et méthodique, nous entrons dans la vie privée des « héros », ce sont des êtres vivant dans un milieu géographique bien décrit.
Il faisait froid à Chaumont et dans sa région. J'ai bien retrouvé cette sensation de boue, pluie, neige, vent que je connais lorsque je vais dans la région nord-est. Que j'étais bien sous ma couette bien au chaud à lire leurs aventures.
J'aimerais bien que Marie Vindy revienne avec une nouvelle enquête du capitaine Humbert dans sa nouvelle région de Bourgogne.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kathel
  03 juin 2013
Les avis sur ce polar m'ont donné une impression favorable pour plusieurs raisons, la première étant le lieu de l'enquête, la campagne haut-marnaise… J'aime bien aussi les enquêtes hivernales et ici, le froid, la brume et le brouillard ne manquent pas !
Une très jeune femme est trouvée morte aux alentours d'une grosse bâtisse habitée par une femme écrivain. C'est le vétérinaire qui s'occupe de ses chevaux qui fait la découverte. Personne dans les environs ne connaît la jeune fille, qui a été étranglée, et aucun élément ne permet tout d'abord de l'identifier. le capitaine Francis Humbert, chargé de l'enquête, est fasciné par Marianne Gil, l'auteur, et se pose des questions sur son passé, notamment la période où elle a partagé la vie d'un chanteur très connu.
L'enquête est menée à un rythme plausible, c'est-à-dire avec une certaine lenteur, qui n'empêche pas de tourner les pages avec avidité, bien au contraire. Les personnages sont attachants, bien que l'histoire d'amour qui se noue au coeur du roman m'ait laissée quelque peu dubitative. Les thèmes abordés, dont je ne dirai rien, car cela ouvrirait des perspectives sur l'une des facettes de ce crime, les thèmes donc, sont intéressants, et donnent de la profondeur au roman. La campagne champenoise, aux confins de la Bourgogne, est un cadre parfait pour faire évoluer les protagonistes, dont Marianne, passionnée de chevaux. On croit humer l'odeur du crottin, des feux de cheminée, dans le froid hivernal, voir quelques corneilles sautiller dans les grasses terres poudrées de givre…
J'ai lu, je ne sais plus où, que Marie Vindy compte prolonger ce roman par une série avec les mêmes personnages. Tant mieux, ce capitaine n'est pas désagréable du tout à suivre !
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
kathelkathel   03 juin 2013
Le sous-bois exhalait des odeurs de terre mouillée et d’humus. Plus loin, en se rapprochant des granges, il identifia celle du foin séché, des restes de printemps. Cet environnement lui était familier, il avait l’habitude de travailler en milieu rural, de courir et de se promener dans les bois. Pourtant, tout ici lui semblait étrange. Le sentiment d’isolement restait puissant, malgré la présence diffuse des chasseurs évoluant alentour. L’impression de bizarrerie qu’il avait ressentie à son arrivée ne faisait que se confirmer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   11 mai 2013
- Le sentiment d'être différente, d'être hors du commun balayait la réalité. Ce qui se cachait derrière les paillettes, c'était tout simplement pathétique. Je n'aurai mis que dix ans à m'en rendre compte et à me tirer de là.
Elle riait, mais l'évocation de ses souvenirs témoignait de ses difficultés des années plus tard, à tourner complètement la page.
Commenter  J’apprécie          20
BlackKatBlackKat   26 juillet 2013
Ce type respirait l'autosatisfaction. Son ego était si enflé qu'il n'avait pas besoin du mensonge ou de la manipulation pour briller en société.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Marie Vindy (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Vindy
Marie Vindy Justice soit elle .L'écrivaine Marie Vindy raconte comment elle a écrit son dernier roman : Justice soit-elle (Plon, 2017) à partir de plusieurs faits divers.
autres livres classés : polar psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1684 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre