AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266246309
352 pages
Éditeur : Pocket (13/03/2014)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 440 notes)
Résumé :
Elsa Préau est une retraitée bien ordinaire. De ces vieilles dames trop seules et qui s'ennuient tellement - surtout le dimanche - qu'elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins.
Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s'installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas. Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (150) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  03 février 2018
Alors, là, ça va être compliqué.
Parce que le mieux, c'est de ne rien dire sinon on gâche le plaisir de la lecture.
Mais pourtant faut bien que j'écrive quelque chose.
Bon, du coup, c'est l'histoire d'une vieille dame.
Voilà.
Merci. Aurevoir.

Bon, faut en rajouter sinon, vous allez pas avoir envie de le lire.
Donc, c'est une vieille dame qui sait faire des bonnes pâtisseries. Ca parle aussi d'un enfant et y'a des cailloux.
Mince, j'en ai trop dis.
Je savais que j'aurais dû me taire.
Heu, alors, c'est un livre, tu le commences, il faut le terminer car on doute tout le temps.
J'ai aimé me faire balader, un peuà la manière d'un Jacques Expert.
Je dis plus rien.
Merci. Et aurevoir.
Commenter  J’apprécie          1029
Ladybirdy
  24 mai 2020
Perplexe j'ai commencé ce livre, perplexe je le termine.
Elsa Préau septuagénaire vit seule dans sa maison. Son fils Martin, médecin, lui rend visite à l'occasion tant bien que mal. Les relations entre la mère et le fils sont tendues sans trop savoir pourquoi. On se rappelle du début de l'histoire où Elsa petite entendait des voix. On sait qu'elle a épousé son cousin d'enfance qui un beau jour a disparu pour ne jamais revenir.
Ancienne directrice d'école, Elsa de sa fenêtre surveille ce qui se passe dehors pour un jour, reconnaître un enfant pas tout à fait comme les autres. Elle note dans son carnet ses observations et finit par penser que l'enfant aux cailloux ainsi nommé est victime de maltraitance.
Entre ses observations, il y a ses missives qu'elle envoie à des personnalités politiques importantes pour partager son désarroi sur les imperfections de la société. Puis il y a les bruits dans le grenier, l'odeur pestilentielle en haut.
Toute une atmosphère étrange qui nous font douter de la santé mentale d'Elsa. L'auteure sème parfaitement bien le doute, à tel point qu'on s'imagine milieu du roman comprendre l'histoire. À un tel point que lorsqu'arrive la fin, j'ai ressenti une terrible frustration. J'ai eu l'impression pendant les trois quart du livre de me promener dans les eaux troubles de la folie, de l'indifférence et du désamour le plus total. Des thèmes sont amenés ici: la solitude des personnes âgées, les conflits familiaux, le pardon pour une fin tellement tout autre et si peu travaillée que naît une confusion totale chez moi.
Beaucoup de longueurs également pour amener un résultat qui selon moi est déséquilibré par rapport à la globalité du roman. Pas vraiment un thriller ni un polar, un roman dramatique oppressant, un long monologue qui ne m'aura convaincue qu'à moitié. L'écriture m'a semblé froide et dénuée de sensibilité, tout est trouble ici, l'empathie peine à naître. Même constat avec Cinq cartes brûlées. Il y a ainsi des écritures qui ne vous parlent pas plus que cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          769
LydiaB
  03 septembre 2015
Elsa Préau, ancienne directrice d'école à la retraite, a voué sa vie aux enfants. Pourtant, elle n'a pas forcément été heureuse avec le sien, parti au Canada en amenant femme et enfant. Et dieu sait que son petit-fils, Bastien, a pu lui manquer ! Aussi, lorsqu'elle remarque ce petit garçon dans le jardin des voisins, elle ne peut s'empêcher de suivre ses faits et gestes. Non seulement il ressemble à son petit Bastien mais s'il attire autant la vieille dame c'est qu'il paraît être maltraité. Il ne sort qu'à des heures où personne ne pourrait le voir, ne semble pas être scolarisé et son hygiène est déplorable. Aussi, Elsa va employer tous les moyens pour alarmer son entourage, les autorités compétentes etc. Mais attention car les apparences sont trompeuses !
Si, au début, j'ai trouvé le récit un peu « poussif », tout s'est enchaîné à la vitesse grand V par la suite. Et ce que je pensais être un brin longuet au départ a pris tout son sens au final. On assiste à de multiples rebondissements dans cette histoire où nos certitudes sont mises à mal en permanence par les nombreuses actions n'allant pas du tout dans notre sens.
J'ai vraiment aimé ce roman qui est un petit bijou d'ingéniosité dans son déroulement.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          764
marina53
  28 mai 2013
Elsa Préau est une vieille femme à la retraite, ancienne directrice d'école qui s'est beaucoup passionnée pour son boulot et auquel elle a donné beaucoup de son temps, allant parfois même jusqu'à laisser son enfant grandir un peu seul. Très vite abandonnée par son mari, c'est en effet seule qu'elle a dû élever Martin qui lui a aussi très bien réussi dans la vie puisqu'il est devenu un grand médecin. Après que son fils l'ait mise pendant 10 ans dans une maison de retraite, elle a enfin pu récupérer sa liberté en retournant vivre dans la maison familiale, à condition d'être suivie régulièrement par une infirmière, un psy et épaulée d'une aide ménagère. Mais voilà qu'Elsa s'ennuie très vite dans cette demeure, surtout le dimanche, où tout a l'air de s'être arrêté. Elle observe alors autour de chez elle et plus particulièrement chez ses voisins, les Desmoulins. Elle se rend vite compte que quelque chose ne tourne par rond chez eux. Un enfant, tout maigre et pâlichon, semble victime de maltraitance, contrairement à ses frères et soeurs qui ont l'air de se porter à merveille. Se rendant chez l'assistance sociale, elle fait part de ce cas mais personne ne semble croire à cet enfant aux cailloux dont l'existence-même n'est pas prouvée. Elsa serait-elle devenue folle? Est-elle victime d'hallucinations ?
Et quel est ce bruit incessant qu'Elsa entend dans son grenier ?
Ce roman qui peut sembler presque banal au vu des premières pages monte en intensité et en suspense au cours des pages. D'une écriture sensible, parfois mélancolique, Sophie Loubière nous entraine avec elle dans les tréfonds de l'âme d'Elsa, nous faisant parfois douter de sa lucidité et de sa clairvoyance. Une fois notre bien-fondé établi, ce n'est qu'alors que tout vole en éclat et que l'on se met encore à hésiter sur la véracité de ses propos. Traitant d'un sujet très sensible, la maltraitance des enfants, ce polar met en lumière la difficulté des services sociaux à croire en la personne qui dénonce un cas, que celui-ci soit avéré ou non.
Au final, on arrive à une histoire passionnante et captivante de bout en bout. Une très belle première découverte de la part de cette auteure.
L'enfant aux cailloux... à suivre, dixit le petit Poucet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
Annette55
  16 juin 2014
Voilà un formidable ouvrage, un vrai coup de coeur, dévoré en moins d'une journée, découvert grâce à Babelio, un roman émouvant, dérangeant, bouleversant, effrayant , une histoire captivante et passionnante de bout en bout!
Madame Sophie Loubiére fait planer le doute jusqu'au bout , la trame est très solide, le doute s'installe de main de maître, une jolie plume où tout se recoupe avec une grande fluidité,un beau suspense s'installe qui nous émeut, une approche remarquablement humaine et fouillée!
Elsa Préau, ancienne directrice d'école retraitée passionnée par son ancien métier, vit seule dans la maison de son enfance.
Très au fait de l'actualité, intelligente , lucide mais obsessionnelle, elle consigne ses diverses pensées dans des petits carnets, se préoccupe des nuisances diverses, (bruits, odeurs, travaux , écologie, bien être en général),écrit des lettres au maire et à une ministre afin de les mettre en garde où les avertir de problèmes environnementaux....
Les relations avec son fils, médecin, bien analysées, sont fugaces et pressées, environ, une fois par semaine, au restaurant.....
On entre peu à peu dans l'univers d'Elsa, cette vieille dame, obstinée avec ses manies et ses routines,vieillissante, défaillante, puis le doute s'installe.
Un jour, sa vie bascule: il lui semble assister à une maltraitance d'enfants dans le jardin de ses voisins.....
Qui est donc Elsa Préau?une retraitée ordinaire?
A t-elle des hallucinations?
Est-elle manipulatrice?
Est-elle une folle dangereuse et paranoïaque?
Une grand- mère souffrant de solitude?
Une enseignante en mal d'enfants à s'occuper?
Les services sociaux, la police.....qui croire?
Un roman noir qui fait réfléchir, tendre et efficace,une réflexion sur la maltraitance,sur la solitude de la vieillesse et ses conséquences, sur l'ambivalence des relations parents- enfants- adultes....
Un beau portrait de femme tour à tour dramatique , intimiste et humoristique....
Sans pathos ni apitoiement l'auteur réussit à nous envoûter avec des retournements de situations spectaculaires jusqu'au bout.....
Il y a longtemps que je n'avais lu une oeuvre aussi bien construite et menée de main de maître . Surtout que je n'ai pas l'habitude de lire ce genre là, je crois que je vais me mettre aux polars psychologiques!
Grand merci à elle pour ce plaisir et à Babelio et ses amis pour le repérage de ce
Beau livre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
LadybirdyLadybirdy   23 mai 2020
Mme Préau, comme beaucoup de personnes âgées, souffrait de ne plus être touchée. Tomber malade, se plaindre du dos étaient leurs seuls recours. Ce n’était qu’au prix d’une mauvaise grippe que la paume de Martin se posait sur le front de sa mère. Et les mains brûlantes de Monsieur Apeldoorn ne massaient son dos que sur ordonnance médicale.
Commenter  J’apprécie          150
LydiaBLydiaB   03 septembre 2015
— Les cailloux. C’est pas normal.
De sa balayette, elle fit rouler le gravier sur quelques centimètres. Une tache apparut sur la pierre. Mme Préau leva les sourcils.
— On dirait du sang aggloméré.
Le gravier était également couvert de cette couleur rouge. Isabelle secoua la tête en marmonnant.
— Manquait plus que ça !
Interloquée, Mme Préau resta un moment sans bouger.
— Je fais quoi, madame Elsa ? Je les mets aussi dans le bocal ?
D’un geste agacé, Mme Préau retira sa minerve.
— Laissez. Je vais m’en occuper.
Elle attendit que la femme de ménage ait quitté la maison pour étaler sur la table de la cuisine les petits cailloux et les regarder à la loupe, les manipulant avec précaution. Cela ne faisait pas un pli. Ils étaient colorés de sang séché. Comment ces cailloux avaient-ils atterri sur le rebord de la fenêtre du salon ? D’où pouvait bien provenir ce sang ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Annette55Annette55   16 juin 2014
Elsa avait un grain, dit- il avec nostalgie.
Un charmant et délicieux petit grain.
C'est en cela qu'elle était fascinante et tellement différente des autres....
Ta Mére voyait des choses que nous n'imaginions pas et qui la rassuraient....
Pour elle, il n'y avait pas de frontière entre le réel et l'irréel.....
Commenter  J’apprécie          190
AproposdelivresAproposdelivres   28 octobre 2014
Le jeu du vent et du soleil amusait les rideaux. Depuis sa chaise, le petit garçon eut un sourire. Il lui semblait qu'un être invisible, sensible aux caresses de ce dimanche d'été, jouait à cache-cache derrière le tissu en jacquard. Les yeux clos, l'enfant aurait juré entendre des gloussements de plaisir sous le motif de médaillon.
- Gérard !
Dos droit, les paumes de chaque côté de l'assiette, le garçonnet détourna le regard de la fenêtre donnant sur le jardin. Des bouquets de glaïeuls, de lis et de dahlias distillaient un parfum exaltant. Leurs couleurs éblouissantes formaient des taches de lumière dans la pénombre de la pièce. Les petits pois roulaient dans la sauce du poulet, balayés par les lames des couteaux, indifférents à la conversation de ce déjeuner.
Gérard repris sa mastication, nez en l'air, martelant les pieds de sa chaise à coups de talon. Il ne s'intéressait guère aux sujets abordés par son oncle, ses parents et grands-parents : il était question de revendications salariales motivées par la hausse des prix de l'alimentation, du plus petit que le plus petit des maillots de bains du monde, d'un essai nucléaire américain réalisé voilà quelques jours sur l'atoll de Bikini dans le Pacifique et d'un procès à Nuremberg.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ZilizZiliz   12 mars 2012
Vous croyez la capacité d'accueil des HP extensible dans ce pays ? Vous imaginez combien ça coûterait à la société des centaines de milliers de patients qu'il faut nourrir, soigner, canaliser ? Vous croyez quoi, vous, dans la police, que les malades mentaux sont tous des psychopathes ? Qu'en jetant les gens presque à poil dans des chambres dépourvues de meubles, de fenêtres et en leur donnant à bouffer des médocs, on a une chance de les guérir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Sophie Loubière (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Loubière
Présentation du blog de son roman, Sophie Loubière nous éclaire sur l'approche du personne masculin de "Cinq cartes brûlées" inspiré par un acteur.
Son blog : https://5cartesbrulees.blogspot.com/2019/12/le-sens-cache-des-noms.html
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'enfant aux cailloux" de Sophie Loubière.

Comment s’appelle la retraitée de l’histoire ?

Elsa
Laurie
Isabelle

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant aux cailloux de Sophie LoubièreCréer un quiz sur ce livre
.. ..