AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882503075
Éditeur : Noir sur blanc (05/09/2013)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Maya Ney fait dans les trains des rencontres inhabituelles. À bord du Franz Schubert Express, entre Prague et Vienne, sa voisine de compartiment fond soudain en larmes à la lecture de la correspondance d’Apollinaire. Lettres d’amour, mais aussi lettres trompeuses… L’élégante Clara Blau s’épanche, et Maya se sent peu à peu envoûtée par l’histoire de sa vie. Est-ce l’expression de ce sentiment qui l’étreint dans les rues de Vienne, sorte de mélange inextricable de raf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sweetie
  26 janvier 2017
Éloge aux trains et à toutes les rencontres fortuites que l'on peut y faire. Tecia Werbowski, polonaise émigrée au Canada et résidant à Montréal, est une fervente des voyages en chemin de fer et c'est le trajet entre Prague et Vienne, deux soeurs culturelles comme elle le dit si bien, qui est au coeur de cet ouvrage. le Franz Schubert Express et le Gustav Mahler Express, tous deux bien nommés, donneront l'occasion à la narratrice, de converser avec une Viennoise, veuve récente au caractère acrimonieux et avec un couple anachronique et bizarre. L'occasion aussi de flâner dans les cafés, une institution très présente dans les deux villes et de partir à la découverte de Simmering, le XIe arrondissement de Vienne dont l'auteure donne une description enchanteresse. Ah, rêvasser aux terrasses des cafés dans des lieux chargés d'histoire...
Commenter  J’apprécie          50
yv1
  27 septembre 2013
J'ai déjà lu avec grand plaisir un livre de Tecia Werbowski, Chambre 26, et je pourrais reprendre quasiment mot pour mot mon billet. Non pas sur le contenu du livre, mais sur la forme. Charme désuet d'une écriture intemporelle, on pourrait même croire à un récit se passant au 19ème alors qu'il est très actuel (il y est question d'euros, de CD, de lettres datées de 1998), personnages décalés dans leur époque, et contexte également décalé : voyage en train express, robes de soirées, musique classique, salons de thés (même si Maya Ney ne se refuse pas un grog de temps en temps), femme d'un certain âge qui se verrait bien en détective. Tout cela concourt à donner un rythme et un fond très particuliers. Un peu Agatha Christie évidemment. Un soupçon de Stefan Zweig dans la forme. le style est policé, poli, élégant, sans omettre au détour d'une ligne un "Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?" (p.23) lancé par une femme de la bonne société.
La première partie, Franz Schubert Express, est écrite à la première personne du singulier contrairement à la seconde (Gustav Mahler express) écrite à la troisième personne. Sincèrement, je préfère Franz Schubert (pas la musique, je suis totalement ignare en ce domaine), le "je" donne un côté plus proche de Maya, on est elle qui se pose des centaines de questions sur son interlocutrice, ou alors c'est l'histoire qui est mieux, plus intéressante. le procédé de changement de point de vue me plaît bien, on peut ainsi se rendre compte facilement de la différence d'un récit en fonction du narrateur, différence de ressenti, d'interprétation, de projection.
Pas vraiment des polars au sens strict du terme, plutôt des petits romans à l'esprit policier qui se lisent agréablement pour les histoires qu'ils racontent et pour l'écriture de Tecia Werbowski. Deux intrigues qui forment un livre de 88 pages, l'auteure étant spécialiste des petits romans dans lesquels le superflu est ôté pour ne laisser que le nécessaire. On pourrait regretter que l'intrigue ne soit pas plus développée, que T. Werbowski ne donne pas plus de corps à ses personnages, mais en y regardant de plus près, Maya est bien plus qu'esquissée et on connaît tout de l'histoire de Clara Brau. Alors pourquoi s'encombrer de détails inutiles ? Moi, j'aime ces formats courts, efficaces, que l'on peut emporter et lire rapidement en toutes circonstances (ou presque). Ne boudons pas notre plaisir !
Lien : http://lyvres.over-blog.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sweetiesweetie   26 janvier 2017
Les trains, ces monstres sacrés... Il y aurait des livres entiers à écrire sur leur importance. Tantôt bienveillants, tantôt terrifiants, ils gémissent et hurlent; ils vous endorment, à la façon d'une berceuse; ils sifflent, respirent et soufflent bruyamment, selon le genre de responsabilités qu'on leur confie. Des monstres, comme ceux qui ordonnent qu'on emmène des innocents à Auschwitz ou au goulag, en usent et en abusent. Chers, très chers trains, complices de nos rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   02 janvier 2019
Les trains, ces monstres sacrés… Il y aurait des livres entiers à écrire sur leur importance.
Tantôt bienveillants, tantôt terrifiants, ils gémissent et hurlent ; ils vous endorment, à la façon d’une berceuse ; ils sifflent, respirent et soufflent bruyamment, selon le genre de responsabilités qu’on leur confie. Des monstres, comme ceux qui ordonnent qu’on emmène des innocents à Auschwitz ou au goulag, en usent et en abusent. Chers, très chers trains, complices de nos rêves…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : pragueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1821 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre